Accueil

Partagez | 
 

 Retrouvailles

Aller en bas 
AuteurMessage
Joan

avatar

Messages : 615

MessageSujet: Retrouvailles   Dim 4 Fév - 15:46

===> Le groupe vient de Balamb


Était-ce une bonne idée d'avoir interrogé Eden avec Vingt-deux à côté ? Pas sûr...Joan songea qu'il lui reposerait d'autres questions plus tard en s'arrangeant pour être seul avec elle. Surtout que lorsque Vingt-deux l'avait questionné sur le meurtre de Vingt mages noirs, elle avait clairement et volontairement éludé sa question...Au lieu de s’énerver Joan préférait donc, pour le moment, ne rien ajouter de plus.

Il avait l'impression d'avoir somnolé en tout cas, il avait l'impression d'avoir eu un blanc pendant le trajet. Tout le monde était là, personne n'avait remarqué son "absence" ? Tant mieux ! Ils étaient alors déjà arrivé à Deling City, comme l'avait signalée la voix monocorde, qui l'avait réveillé...

Deling city avait quelque chose de...changé. En voyant les travaux à la gare, Joan pensait juste qu'il s'agissait de travaux de rénovation. En sortant de la gare, il commençait à se poser des questions.

"Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ici...?"


Question purement rhétorique, aucun d'eux ne pouvait savoir ce qui était arrivé à la ville, même si en repensant ce que les deux voyageurs dans le train avaient dit, avait peut-être un rapport avec tout ça. D'ici, ils pouvaient voir l'arc de triomphe et il semblait bien endommagé...Ceci dit, ils n'étaient pas venus pour ça ! Et même si tous les soldats qui rôdaient rendaient Joan nerveux, il allait essayer de ne pas y prêter attention.
Le premier bus passa, Joan  l'ignora.

"Je cherche quelqu'un qui pourrait facilement savoir où sont ceux que l'on cherche...Évitons le bus."

Le problème c'est qu'il fallait le trouver ce quelqu'un...S'ils passaient trop de temps à le trouver, autant essayer de chercher les autres directement...."Ils" avaient l'habitude de s'installer près du bazar de la ville. Histoire de faire culpabiliser les gens qui auraient dans l'idée de s'acheter quelque chose au lieu de donner un peu d'argent à deux pauvres jeunes garçons...Soit "il" était là, soit devant l’hôtel, soit à la gare, mais visiblement il n'était pas à la gare, sinon Joan l'aurait vu. Étant donné le peu de monde qui circulaient en ce moment, on pouvait repérer quelqu'un assez facilement. Ce qui était très rare à Deling city et aussi très déconcertant...

"Attention à vos poches et suivez-moi."


Il avait prit la main de Plum pour le faire marcher près de lui, maintenant qu'il y avait moins de touristes, les quelques badauds se promenant innocemment seraient surement la cible de pickpocket, peut-être même, des anciens amis de Joan...

Traverser les trottoirs, voir des soldats, ne voir presque que des soldats...Aucune trace de ses anciens "partenaires" A ce train-là, ils feraient mieux de repartir tout de suite...Surtout qu'il n'y avait personne devant l’hôtel et maintenant personne devant le bazar. Jusqu'à ce que...

"Tu ne reconnais plus ton quartier ? J'étais parti chercher une clope et quelle ne fut pas ma surprise en revenant que d'assister au retour du fils prodigue ! Qu'est-ce que tu fous là ? Je te croyais mort."
-"Salut ! Moi aussi je suis content de te revoir..." répondit Joan à celui qu'il venait enfin de trouver.
-"Deux semaines sans nouvelles...Après on est venue me dire :"Hé, Joan s'est tiré, il a pris un portail ! Ça t'aurait fait mal de me le dire ?"
-"Ashley je...On peut en parler plus tard ?"
-"Non."

Ashley était un jeune homme qui semblait avoir le même âge que Joan, peut-être légèrement plus âgé. Son regard avait traversé Plum, Vingt-deux et Eden, sans s'arrêter. Il tira nonchalamment une nouvelle bouffée sur sa cigarette avant de reprendre.

-"Tu me dois des explications, on laisse pas ses potes dans la merde comme ça."
-"Ce n'était pas prémédité, c'est venue comme ça sur un coup de tête...Et je te présente, Vingt-deux, Eden et Plum. Tu vas pas le croire c'est mon fr-"
-"Je m'en fous de mes remplaçants...Ils t'apportent quoi de plus que moi ? De l'argent ? La protection ? ...Je veux plus te voir, casses-toi."

Joan fouilla dans son sac et sortit quelques gils, pas mal en fait...une petite liasse de billets. Il les tendit à Ashley.

"Tu as toujours besoin d'argent ? Je veux des infos...S'il te plait. Trois individus ont embarqué...quelque chose qui est très important pour moi, pour nous quatre d'ailleurs, je voudrais savoir si tu ne saurais pas où je pourrais les trouver..."

-"T'as fais quoi pour avoir ce fric ? Même en volant t'as jamais rapporté autant...Mais, c'est quand même pas assez...C'est le bordel en ville en ce moment, je sais pas si t'as remarqué. En plus, les militaires imposent un couvre-feu, personne dehors une fois la nuit tombée ? Tu le crois ça, c'est débile...L’hôtel étant HS tu veux qu'on aille où nous ?"
-"D'ailleurs, qu'est-ce qu'il s'est passé ici ?"
-"Des prisonniers qui se sont évadés paraît-il, la plupart envoyés au trou par Caraway, ils voulaient sa peau. Mais c'était pas ton problème, t'étais pas là. J'ai pas envie de t'aider."

Pourtant Ashley était sa seule option, ce garçon connaissait tout et tout le monde, Joan avait dépendu de lui pendant longtemps, si bien que lui-même n'avait pas réussi à se faire un cercle de relation aussi étendu qu'Ashley.

-"Il y a pourtant bien un moyen, je m'excuse d'accord. Je n'aurais pas dû partir en te laissant là, mais je me doute bien que de simples excuses n'arrangeront rien. Qu'est-ce que tu veux ? Demande-moi n'importe quoi. On était pote non, c'est toi qui l'a dit, c'est juste une info et c'est même pas pour moi."
-"Connerie tout ça. On a jamais été pote...on se servait juste l'un de l'autre, tu volais pour moi et je m'assurais qu'on te foute la paix. Et mon gagne-pain s'est tiré, t'imagines pas comme c'était dur ces derniers jours..."

Cette discussion rendait Joan très mal à l'aise, surtout qu'elle avait lieu à côté de Vingt et surtout Plum. Il se moquait bien d'être jugé par Eden, mais pas par son petit frère qui ignorait que Joan était un voleur accompli !...Puis finalement, après avoir détaillé Joan, Ashley ajouta, en une nouvelle bouffée :

-"Okay c'est mon jour de bonté ! Refile-moi tout ce que t'as."
-"Tu as tout dans la main..."

Son argent c'était la totalité de ce qu'il avait cumulé avec Vingt-deux depuis le début de leur voyage...

"Donne ton sac."

Joan leva les yeux au ciel, mais retira tout de même son sac et le posa aux pieds d'Ashley. De toute façon, il n'y avait plus grand-chose là-dedans à part ses vieilles fringues et ses gâteaux piqués un peu partout, pour les potions et le reste c'était plus embêtant quand même...Ce que Joan ne manqua pas de signaler lorsque Ashley fouilla le sac.

-"Tu n'en fera rien de ça...T'en tireras pas grand-chose."
-"Donne tes fringues, l'hiver sera rude..."
-"Que cherches-tu à faire ? Y'en a dans le sac. En plus, je ne suis même pas sûr que tu sauras quelque chose..." Voyant le haussement de sourcils provocateurs d'Ashley..."Qu'est-ce qu'il s'est passé Ash ? Dis-toi qu'après la disparition de Cross c'était très compliqué pour moi aussi." Il posa son sweat tout neuf sur le sac...
-"Les pompes aussi."
-"Tu vas pas me demander de mettre à poil en pleine rue...sérieux Ash...Tu cherches à m'humilier un truc comme ça ?"

Les passants, même s'il y en avait peu, commençaient à s'arrêter pour les regarder...Joan était plus mal à l'aise pour Vingt-deux que pour lui-même. Heureusement que Plum ne voyait rien.

"C'est pas en te demandant de te foutre à poil qu'on réussirait à t'humilier..."


C'est en voyant les chaussures posées à côté du sac avec le sweat et Joan debout devant lui pieds et bras nus, qu'il réalisa une chose."

-"Tu dois vraiment y tenir à ce qu'on t'as pris hein ?"

-"Oui, beaucoup..." répondit Joan.
-"Plus qu'à moi..."
-"Ash..."
-"Qu'est ce que tu veux ?" le coupa Ashley.
-"...Un homme d'une quarantaine d'année, qui s’appellerait Drassias, un militaire, peut-être Galbadien. Je ne pense pas à un Estharien. Une grande rousse et un jeune gars, un blond, yeux clairs."
-"C'est pas grand chose ça...Mais, si ton gars c'est bien un militaire, on devrait pouvoir trouver des infos sur lui, même s'il ne l'est plus. En tout cas, je ne les ai pas vu. Il faut dire que je ne reste plus planté sur les bancs de la gare...Je peux me renseigner pour toi, reviens ici demain matin. Planquez-vous ce soir et va pas attraper froid cette nuit !" lança-t-il avant de hisser le sac sur son dos et de tout embarquer.
-"Sérieusement ?!" s'écria Joan.

Joan était persuadé qu'il lui laisserait ses affaires, faut croire qu'il avait tort...Il se tourna vers Vingt-deux et les autres, il affichait un sourire embarrassé.

-"C'était Ashley...On s'entend comme larrons en foire lui et moi...Bon, vous avez entendu. Il va falloir qu'on s'occupe un peu..."

Plus ils attendaient, plus ils prenaient le risque de voir s'éloigner Castiel, mais ils n'avaient pas le choix, sans Ashley, ils n'avaient aucune piste...
Le jeune homme baissait les yeux, il ne voulait aucune question et puis de cette manière il évitait les regards de tout le monde, ainsi que ceux des passants. De toute façon, ils pouvaient déjà trouver un petit restaurent pour manger ce midi...avec l'argent de Vingt-deux...


Dernière édition par Joan le Ven 23 Fév - 2:04, édité 2 fois (Raison : Concordance des dialogues avec mon RP d'après...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 383

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Ven 9 Fév - 22:26


Le trajet avait l’air d’avoir duré une éternité pour Vingt-deux, mais ils étaient enfin arrivés ! La ville avait quelque peu changé, depuis la dernière fois qu’ils étaient ici… Pourtant, ils n’étaient pas partis pendant plusieurs mois ! Comment ça se faisait, que ça avait autant changé ? Il s’était passé quoi, au juste… ? Le petit mage se garda bien de poser la question, de toute manière, qui pouvait lui répondre ? À part des gens qui se promenaient en ville, mais le Mage Noir en avait repérés, qui ne semblaient pas vraiment sympathiques… Vingt-deux se planqua bien sous sa capuche, il n’était pas question que ces personnes-là le repèrent ! Heureusement qu’il avait changé de vêtements et qu’il ne portait plus son chapeau pointu, il se faisait moins remarquer, ainsi…

Visiblement, Joan cherchait quelqu’un, mais qui ? Apparemment, ce quelqu’un pourrait les aider à retrouver les méchants, ce serait bien pratique ! Eden s’était rapprochée de Vingt-deux, et surveillait les moindres faits et gestes des rares passants, et aussi des soldats ; elle n’avait pas l’air particulièrement rassurée de se trouver ici, mais elle ne disait rien en particulier…

Ils suivirent Joan, qui les entraîna un peu partout dans la ville, mais il n’y avait aucune trace de la personne qu’il recherchait… Si ça se trouvait, elle n’était même plus là, et était partie dans un autre monde ! À peine Vingt-deux s’était-il dit ça qu’une voix avait retenti et qu’un jeune homme était apparu. Ça semblait être celui que Joan recherchait, mais… ce n’était pas vraiment ce à quoi le petit mage s’attendait ! S’en suivit une discussion entre les deux, personne n’osa les couper… À la fin, Joan se retrouva sans ses affaires, et sans ses chaussures et son pull, mais visiblement il avait réussi à convaincre l’autre de les aider… Vingt-deux en vint à cette conclusion :

« Il… Il est pas très gentil… »

C’est vrai quoi ! Il avait tout pris à Joan et en plus il lui parlait mal… Eden faisait une drôle de tête devant tout ça, mais elle se contenta juste de soupirer :

« Je ne sais vraiment pas quoi dire, là… »

Les quelques passants présents dans la rue s’étaient arrêtés pour regarder ce qu’il se passait, ils étaient vraiment malpolis ! Et puis il y avait des soldats, ils n’avaient rien fait ? Ils s’en fichaient ou bien ils regardaient ailleurs, et allaient arriver d’une minute à une autre… ? Ce serait bien de ne pas trop traîner dans le coin. Eden attrapa à la fois Joan et Vingt-deux pour les tirer plus loin de là – en comptant sur le fait que le jeune homme faisait suivre Plum aussi, ce serait malin qu’il reste là – et ainsi s’éloigner des passants ! Pas sûr que Joan apprécie que la femme le traîne comme ça, par contre… Heureusement, elle les lâcha une fois que tous les curieux n’étaient plus en vue !

« Et du coup, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? » demanda-t-elle.
« Euh… Il faudrait récupérer le sac de Joan et tout… » lança Vingt-deux.

Il était hors de question qu’il le laisse à ce Ashley, là ! Dès que le petit mage le revoit, il lui ordonnera de lui rendre toutes ses affaires, sinon, il sera très en colère ! Non mais ! Enfin, ça ne répondait pas trop à la question d’Eden, ça, où est-ce qu’ils allaient aller, en attendant ? Vu qu’il était midi, ils se rendirent dans un restaurant pas trop grand, ni trop cher – même si ce n’était pas Vingt-deux qui allait payer, mais Eden, visiblement elle ne souhaitait impérativement pas qu’il dépense tout son argent ! – Ils s’installèrent donc à une table et commandèrent de quoi manger…

Il n’y avait pas beaucoup de monde dans le restaurant, c’était parfait ! Peu de gens n’allait regarder Vingt-deux bizarrement, parce qu’il gardait sa capuche sur la tête alors qu’ils étaient en intérieur… Même si le serveur lui avait lancé un regard interrogateur, il n’avait rien dit de spécial, au moins, il ne l’embêtait pas ! Et personne n’avait fait de commentaire sur le fait que Joan n’avait pas de chaussures, non plus… Peut-être que personne ne l’avait remarqué. C’était plausible, Vingt-deux prenait toute l’attention… ! Bien que l’endroit était plutôt calme, quelque chose inquiétait le petit mage… Il avait un mauvais pressentiment, comme si quelque chose de terrible allait se passer !

« Waouh ! C’est vraiment vous ?! »

Oh non…
Hige était apparu, sortant des toilettes, il ondulait comme à son habitude… Eden le regarda avec un de ces regards perplexes… Le moustachu ondula en direction de Joan, et n’avait – pour l’instant – aucun regard pour les autres…

« Je ne pensais vraiment pas vous alliez revenir ici ! Vous avez vu comme la ville a changé ? C’est beau, non ? » Ils n’avaient pas la même définition de "beau"… Puis, soudain, il se tourna vers Vingt-deux. « Oh ! Je ne vous aviez VRAIMENT pas reconnu !! Vous avez vraiment changé ! »

Le Mage Noir menaça Hige d’un geste, lui qui se dirigeait déjà en direction du petit mage pour lui faire un câlin ! Le geste le dissuada… Mais ça ne le fit pas fuir, hélas !

« Vous avez vraiment trouvé d’autres gens ? Ils sont qui, vraiment ?! » dit-il, et il regarda Plum. « Voici vraiment un simple humain ! » Comme il traitait Plum de simple humain ! « Et un deuxième simple humain ! » ajouta-t-il en regardant vers Eden. « Je suis vraiment déçu !
- Euh… Hige, qu’est-ce que tu fais ici ? »
lança la femme, complètement perplexe depuis cette apparition.
« Je suis vraiment venu ici pour voir mon fils ! Il travaille vraiment dans les cuisines ! Je suis vraiment si fier de lui ! »

Une petite larme apparut au coin de son œil… Eden haussa un sourcil, ce n’était pas la réponse qu’elle attendait… Vingt-deux se devait de préciser quelque chose :

« Ce… C’est un autre Hige, il habite sur Dol lui…
- Quoi ! »
lança soudainement le moustachu. « Je suis un autre Hige ? Ça voudrait dire que j’avais VRAIMENT raison ! Il y a vraiment d’autres moi sur d’autres mondes ! Je suis vraiment sûr qu’il y a un Hige dans chaque monde ! »

Vingt-deux n’était pas pressé de tous les rencontrer… Et vu la tronche que tirait Eden, elle non plus ! Hige ondulait avec plus d’intensité, maintenant qu’il était content que sa théorie soit confirmée ! Mais il ne lâcha pas le groupe si facilement…

« Au fait, vous allez vraiment passer beaucoup de temps dans la ville ? Si vous voulez, vous pouvez vraiment dormir chez moi ! Ce serait vraiment cool !! »

Vingt-deux n’en était pas trop sûr.

« Et puis, chaque soit, avec mon fils et ma femme, on danse vraiment la danse ondulatoire !
- Ah okay, c’est non. »
lança Eden sans même laisser un silence juste après les paroles de Hige…

Il paraissait terriblement déçu, à présent ! Avant qu’il ne se mette à pleurer ou à parler, Eden continua, d’un ton sec :

« On peut manger en paix, maintenant ? »

Triste, Hige s’en alla, rampant sur le sol, et redisparut derrière la porte des toilettes… La menace était éloignée… Pour l’instant ! Et ils purent manger tranquillement sans qu’il ne revienne… Impossible de savoir ce qu’il pouvait faire pendant autant de temps dans les toilettes… !


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 615

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Jeu 15 Fév - 2:21

Après un détour par la tombe du roi inconnu où Castiel s'était montré utile, ils étaient à présent dans l'appartement qu'ils avaient loué à Deling city. Pour eux, l'attaque de la ville n'était vraiment pas un problème, le couvre-feu encore moins.

-"Ce détour par la tombe c'était pour quoi ?" demanda alors Stebbins.
-"J’espérais pouvoir rencontrer Taurus." Lui répondit Drassis.

L'homme assis, lisait le journal de Deling city, même si l'attaque de la ville n'était pas vraiment un souci pour eux, il tentait quand même de se renseigner sur ce qui s'était passé. Avoir suivi le gamin et son mage noir depuis un moment ne leur avait pas permis d'assister à tout ça.
Castiel était là aussi, physiquement là, invoqué il ne pouvait pourtant pas voir l'endroit dans lequel il se trouvait tant le sort "supplice" de Stebbins était efficace.

"Cette magie était-elle vraiment nécessaire ?"


Lui avoir infligé supplice et avoir guéri son aphasie était une idée de Drassias bien sûr, qui savait que Castiel ne lançait de toute façon aucun sort.

"Je préfère éviter de te coller le canon de mon arme sur la tempe à chaque fois que je veux discuter avec toi, profitons de tes faiblesses humaines."


Stebbins s'était rapproché de Castiel et l'observait comme on observe un animal dangereux à travers les barreaux d'une cage, à la fois effrayé et fasciné.

-"T'as l'air quand même bien renseigné sur lui, Drassias."

-"Pour l'être...J'ai eu le temps de mieux me préparer qu'à notre dernière rencontre, j'ai fait de nombreuses recherches. D'ailleurs, Thelma tu ferais bien de le fouiller, on n'est jamais trop prudent."

Effectivement, les couteaux d'Eden étaient toujours en la possession de Castiel et Thelma s'en rendrait compte bien aisément si elle soulevait l'arrière du haut de l'invocation. Les dagues étaient calées dans son dos sous sa ceinture.

-"Je suppose que de demander à une femme de me fouiller est un choix réfléchi." lâcha Castiel en grimaçant, le cyanure faisant lentement son effet.
-"Ta misogynie m'est bien connue, c'est vrai."
-"Mais, ni le cyanure, ni la cécité ne m'empêcherait de la tuer..."
-"Sans doute que non, mais je pourrais toujours te rappeler, t'invoquer de nouveau et cette fois même la magie de Stebbins te paraîtrait bien douce. Maintenant lèves-toi."

Aucune émotion dans sa voix, mais Drassias affichait une expression de satisfaction lorsque Castiel se leva en s'appuyant péniblement sur le rebord de la table autour de laquelle ils étaient tous installés.

"Je ferais de toi un chien obéissant, Castiel..."


Castiel se mordit la lèvre pour éviter de répondre quelque chose, ça lui ferait trop plaisir et puis de toute façon, pour lui c'était certain, tout cela se payerait tôt ou tard.

***

Tous avaient l'air d'accord sur un point, Eden en tête de liste et pour une fois Joan ressentit une sorte de gratitude envers elle pour avoir fait s'éloigner un grand danger...

"Il est hors de question qu'on passe la nuit chez Hige, je préfère encore avoir affaire aux soldats galbadien et ce n'est pas peu dire."

Joan eu un frisson en imaginant la famille d'Hige et surtout cette fameuse "danse ondulatoire"...
Assit à une table d'un restaurant de la ville, ses pieds posés sur les barreaux de son tabouret, Joan avait froid et commençait à être grandement contrarié. Contrarié du fait que le fils d'Hige était cuistot - Joan avait commandé des tagliatelles, comme ça il était déjà certain d'avoir quelque chose d'ondulé dans son assiette - et aussi par leur situation, bien sûr.

"Il ne faudra pas qu'on perde de temps dès qu'Ashley nous dira où sont les trois autres. Oui, j'ai bon espoir là-dessus..."

Ils ne pouvait pas leur arriver que des bricoles tout le temps, Ashley avait ses défauts, mais sur certains points, il était digne de confiance.
Pour la deuxième fois Joan éternua. Inquiet, il cherchait constamment Hige du regard. Heureusement, ils ne devaient pas rencontrer leur fils et heureusement ni sa femme ou sa possible fille ne faisait le service ici ! Ça aurait été possible, mais pour le moment tous les serveurs avaient l'air...sain d'esprit.
Enfin leurs plats arrivèrent.

"On va dormir dehors ce soir, comme toi avant ?" demanda soudainement Plum.

Joan avait failli s’étrangler avec sa pâte. Certes, Plum était aveugle, mais pas sourd...depuis le temps il avait dû écouter les conversations, notamment celle qu'il avait eue avec Ashley. Il était à présent inutile de faire semblant.

"Je...non...euh..." L'arc de triomphe avait été bien abîmé, Joan pensait même que le coin était interdit d'accès. Alors, l'endroit sous l'arc qu'ils avaient occupé Vingt-deux à lui, le premier jour de leur rencontre, ils pouvaient faire une croix dessus..."Je n'ai pas dormi dehors ! Pas tout le temps !...On a la gare..." Il y avait bien l'ancien appartement de Cross aussi, mais depuis il avait été vendu et des inconnus y habitaient..."Sinon on s'invite chez le major, Edgar m'aimait bien...On dit qu'on a un enfant à charge...mais si l'attaque de la ville était dirigé contre le major, il n'est peut-être plus là...J'aurai dû demander où Ash passait ses nuits...Je veux pas que vous passiez la nuit dehors..." Surtout pour Vingt-deux et Plum..."C'est fou d'avoir ton argent et de ne pas pouvoir s'en servir pour dormir quelque part !"

Et puis non chez Hige c'était inconcevable...
Après de longues minutes de réflexion et après avoir fini leur repas. Ils attendirent la fermeture de l'établissement pour le quitter. La gare n'était pas si loin et ils y trouvèrent un banc non loin du café "moon" où Joan avait, il n'y a pas si longtemps, volé un vieil homme pour acheter des friandises...Joan donna un coup de coude à Vingt-deux.

"Tu te rappelles quand j'avais acheté des chocolats et que tu m'en avais voulus...Qu'est-ce qu'on était sot..."

Ce n'était peut-être pas la peine d'y repenser ! Mais, Joan essayait maladroitement de détendre l'atmosphère...Ce qui n'était pas gagné. Il s'en voulait d'obliger Plum a passer la nuit dehors, lui qui prendrait le banc pour dormir n'aura ni couverture pour se réchauffer.

"Je dormirai à côté de Plum, il y a d'autres bancs un peu plus loin, si vous voulez. Je suis désolé de vous imposer ça..."

Sa situation à lui non plus n'était pas enviable. Dormir par terre à côté du banc de Plum, en étant vêtu comme il l'était, s'il ne tombait pas malade maintenant, il ne tomberait jamais malade ! Cependant, il avait le sentiment de mériter ce qui lui arrivait, mais pas les autres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 383

MessageSujet: Re: Retrouvailles   Dim 18 Fév - 1:35


Thelma regardait par la fenêtre de l’appartement, elle espérait que quelque chose se passe, dans la rue. Là, il ne se passait rien d’intéressant… Et là ? Toujours rien… Et maintenant ? Rien de rien ! Oui, ça pouvait durer encore longtemps, comme ça ! Elle écoutait à moitié ce que se disaient Stebbins, Drassias et son invocation à côté, ça l’intéressait bien moins que ce bout de rue ! Et à présent ? Non, rien ne se passait… Elle aurait pu vraiment rester comme ça longtemps, si ce n’est qu’elle entendit son nom ! Elle se retourna alors soudainement.

« Okay, j’arriiiiive !! » lança-t-elle.

Elle trébucha et se fracassa par terre, avant de se relever rapidement pour se précipiter vers Castiel… Avant de se stopper net, émerveillée par ses ailes ; les mains de Thelma s’en approchèrent dangereusement, mais elle s’arrêta avant de les toucher… « Non ! D’abord, il faut que je le fouille ! » pensa-t-elle. Elle ne chercha pas bien longtemps et trouva très rapidement les couteaux d’Eden, qu’elle garda pour elle ! Il était hors de question que quelqu’un d’autre les prennent ! Elle les rangea en vrac dans son sac (comme ça, quand elle voudra les prendre, elle se coupera les doigts avec… !), s’assura qu’il n’y avait rien d’autre ailleurs, puis en profita pour faire ce qu’elle voulait faire initialement ! La rousse arracha donc une poignée de plumes aux ailes de Castiel puis retourna s’assoir sans même faire attention à ce que sa victime pourrait dire…

« J’en ai tout plein maintenant ! » s’écria Thelma. « Je vais faire tout plein de choses avec ! Comme… un oreiller !! »

Mais elle ne savait pas en faire, des oreillers. Et puis, elle n’avait même pas assez de plumes…

« Eh ben tant pis, ce sera un MINI oreiller ! »

Si en plus elle commençait à répondre au narrateur… Elle se leva encore – décidément, elle ne pouvait pas rester en place plus de deux minutes ! – et pointa une des plumes en direction de Stebbins.

« En garde ! La plume est plus forte que l’épée !! »

Qu’elle était bête… À présent, elle chatouillait le nez de Stebbins avec… Puis elle lâcha la plume et se mit à se gratter la tête frénétiquement, elle avait l’air bien ennuyée. Qu’est-ce qu’il lui arrivait, encore ?! À cause de ça, elle avait lâché sa poignée de plumes, qui s’étaient éparpillées un peu partout dans la pièce…

« Raaah, ça me démange !! D’accord, d’accord, dehors !! » Voilà qu’elle invoqua sa propre bestiole sans aucune raison apparente… « Faut que t’arrêtes de vouloir sortir en m’embêtant comme ça !! »

Thelma trépignait d’agacement ! Qu’est-ce que son invocation pouvait l’énerver, des fois ! Cette dernière venait d’apparaître, et elle ne lui dit rien, mais se contenta de lui sourire, ce qui n’arrangea pas l’humeur de la rousse ! Surtout que son apparence n’était pas, elle avait beau faire son innocente, ses habits de bouffon prouvaient à Thelma qu’elle s’amusait à l’embêter ! Mais le pire, c’est qu’il pourrait pleuvoir. Si jamais son invocation décidait de faire pleuvoir ?! Ce serait vraiment terrible ! Thelma lui fit les gros yeux, l’invocation les ignora royalement, et s’approcha de Castiel d’un pas joyeux, faisant tinter toutes les clochettes qu’elle avait sur ses vêtements. Elle observa un instant l’homme ailé en hochant la tête, puis sembla se concentrer pour faire quelque chose…

« Eeeeh ! Non attends, je t’ai pas sortie pour ça !! » protesta Thelma.

Elle s’élança vers son invocation pour l’attraper (oui, elle ne pensait même pas à la désinvoquer, ce qui aurait été tout de même plus efficace…), mais c’était trop tard… La petite invocation venait totalement de soigner le cyanure et la cécité de Castiel, et, maintenant qu’il pouvait bien la voir, elle lui sourit en silence… Thelma empoigna son invocation et la secoua comme un prunier, ce qui fit à nouveau tinter ses clochettes…

« Seeept pourquoi t’as fait ça ?! S’il était comme ça c’était pour une bonne raison !! »

L’invocation montra Castiel, puis Drassias…

« Quoi, c’est parce qu’il est à lui et du coup il est dans notre équipe ? » Au moins Thelma pouvait traduire tous ces gestes… « C’est QUAND MÊME pas une raison !! La prochaine fois tu fais un truc seulement si je te demande ! Sinon je te frappe ! Espèce de pluie !! »

Ni la menace, ni l’insulte (?) n’eurent de l’effet sur Sept, qui sourit en retour, elle n’en avait décidément rien à cirer… Thelma avait vraiment, vraiment, la pire invocation du monde !

* * *

Hige avait bel et bien disparu, et ne revenait pas ! Ils étaient tranquilles pour un bon bout de temps ! Ils purent manger en toute tranquillité ; Vingt-deux se demandait s’ils allaient attendre longtemps jusqu’à ce que ce Ashley trouve des informations sur les trois méchants… Le petit mage ne lui faisait vraiment pas confiance, il était persuadé qu’il s’était enfui avec les affaires de Joan, et qu’on ne le retrouverait plus jamais… Ce serait vraiment terrible ! Il était hors de question que ça arrive ! Il finit alors de manger, tandis que le jeune homme se demandait où ils allaient dormir cette nuit. Le Mage Noir n’aurait pas été contre croiser Gilbert dans la rue, comme par hasard, et, dans son extrême bonté, il leur aurait proposé à tous de venir dormir chez lui ! C’était toujours mieux que chez Hige, en tout cas…

Mais non, aucun Gilbert ne pointa le bout de son nez, et ils optèrent pour la gare… L’après-midi passa très lentement selon Vingt-deux, s’ils ne faisaient qu’attendre des nouvelles d’Ashley… Est-ce qu’au moins ils s’étaient donné un lieu de rendez-vous pour le retrouver… ? Vingt-deux ne s’en souvenait même pas ! Il avait fouillé dans son sac et en avait sorti l’horrible figurine de lama. Bizarrement, elle lui rappelait beaucoup la méchante femme rousse. Pourtant, ce n’était pas du tout la même chose. Eden fronçait les sourcils en voyant la figurine.

« Range cette horreur… » lança-t-elle alors, ce que le petit mage fit sans protester ! « Où est-ce que tu l’as eue… ?
- C’est… le Hige d’ici qui me l’a donnée…
- Ça ne m’étonne même pas que ce soit si moche, alors ! »

Ça n’étonnait pas Vingt-deux, non plus…

Finalement, le restaurant ferma, et ils durent se presser pour se rendre à la gare, déjà des soldats les regardaient, l’air mauvais, tout en surveillant l’heure. Comme s’ils allaient les réprimander d’être dehors une minute de trop après l’heure autorisée ! Ils ne pouvaient pas se téléporter d’une zone à l’autre, non plus ! Une fois à la gare, le petit mage put constater qu’ils n’étaient pas les seuls à s’être installés ici, d’autres gens semblaient résolus à passer la nuit ici aussi… Sans doute le train était arrivé après le couvre-feu… Joan se mit à parler de l’épisode du fameux chocolat blanc qu’il avait voulu lui faire manger.

« Mais euh… En même temps je voulais pas de chocolat moi… » protesta-t-il d’une petite voix.
« Comment vous pouvez manger ça, aussi… » ajouta Eden.

Quoi, elle non plus n’aimait pas le chocolat ? Vingt-deux ne savait pas s’il devait être ravi, que quelqu’un partage son avis, ou non, parce qu’il avait un peu commun avec elle du coup… Est-ce que c’était le seul… ?

Plum dormirait sur l’un des bancs, et Joan par terre… Ah ça, il en était hors de question ! Déterminé, le Mage Noir ressortit sa fameuse vieille tente, elle allait servir une nouvelle fois ! Enfin, elle aurait dû servir, puisqu’il remarqua qu’il ne pouvait pas la planter sur le sol de la gare, il était bien trop dur… Il essaya quand même, même s’il savait que ça ne servait à rien… Il lança tomber tout ce qu’il avait en main par terre.

« Mais c’est nuleuh ! J’avais une bonne idée et ça marche pas !! »

Il affichait un air boudeur… Finalement, il empoigna la toile de la tente, et la balança en direction du banc où étaient Joan et Plum, les recouvrant tous les deux…

« Voilà comme ça, ça servira de couverture ! »

Eden affichait un grand sourire devant les réactions de Vingt-deux, et celui-ci le remarqua rapidement.

« Mais quoi ! C’est nul qu’on soit obligé de dormir ici ! Et même pas je peux planter ma tente !
- Je sais, je sais… »

La femme tapota la tête du petit mage, qui croisait les bras, ne quittant pas son air boudeur.

« Allez, va dormir aussi, vous avez assez de place sous ta couverture improvisée. »

Il s’éloigna volontiers d’Eden pour se faufiler sous la toile. Lui n’aurait pas trop froid avec sa veste, et il alla se blottir contre Joan pour espérer lui tenir chaud pendant la nuit. Eden regarda les alentours ; aucun garde n’avait l’air de vouloir les déranger, on dirait que ça leur était égal qu’ils dorment ici, tant que personne ne sortait dans la rue pendant la nuit. Malgré les quelques autres inconnus qui passaient la nuit ici, c’était vraiment calme… Eden s’assit à côté du banc et sortit un petit carnet où elle se mit à écrire. Vingt-deux lui lança un regard perplexe, puis se coucha dans une position qu’il jugea confortable, et il souhaita bonne nuit à Joan avant de s’endormir.

* * *

Le petit mage se réveilla avant tout le monde… Du moins, c’était ce qu’il croyait, en regardant à côté du banc, il put constater qu’Eden n’était plus là. Elle était partie ? Quand ça ? Non pas que ça dérangeait Vingt-deux plus que ça, mais tout de même… Elle aurait pu prévenir ! Quand il arrêta de se focaliser sur la femme qui n’était plus là, il s’effraya ; il venait de remarquer que quelqu’un était posté juste devant leur banc, l’air perdu dans ses pensées… Ça, c’était un habitant d’Héra, pour sûr ! Un rat bipède… Quoique, non, il était un peu bizarre. C’était plutôt un furet ? Vingt-deux hocha la tête, se demandant ce qu’il pouvait bien faire là. Finalement, il chuchota doucement, pour ne pas réveiller Joan :

« Bonjour… ? »

Ce fut au tour du furet de s’effrayer, puis il regarda le petit mage, l’air gêné.

« Oh, bonjour ! » répondit-il, sur le même ton que Vingt-deux, il n’avait visiblement pas l’air d’avoir envie de réveiller les deux autres, non plus. « Désolé, j’ai cru que… Mais c’était mon imagination ! Pardon pour le dérangement… »

Et il s’en alla d’un pas rapide, l’air un peu perturbé. Sûrement un qui devait avoir des mauvais souvenirs avec des Mages Noirs ! Maintenant, c’était Vingt-deux qui était gêné… Son attention se porta en direction de Joan, qui avait l’air de dormir encore. Il le regarda longuement sans rien dire, avant de chuchoter, d’un ton encore plus bas qu’avant :

« T’es mignon quand tu dors… »

Il s’était un peu rapproché de Joan… Mais d’un coup, il entendu des bruits de pas juste à côté du banc, il se redressa subitement, remarqua que c’était Eden qui était revenu, et il avait donné involontairement un coup de coude à Plum en s’effrayant comme ça…

« Ah ! D-Désolé ! » marmouilla-t-il au petit.

Eden, qui regardait jusqu’à présent ailleurs, l’air perplexe, se tourna alors vers Vingt-deux.

« Qu’est-ce que tu fais… ?
- R-Rien ! Du tout !! »

Elle haussa un sourcil, puis tendit un paquet à Vingt-deux. Avec tout ça, Joan et Plum devaient s’être réveillés, s’ils ne l’étaient pas déjà… Le petit mage regarda à l’intérieur du paquet.

« Je vous ai acheté ça pendant que vous dormiez encore. » expliqua Eden.

Trois petits pains et deux croissants… Les croissants, c’était pour Vingt-deux et Eden, et deux petits pains pour Joan et Plum.

« Pourquoi y en a un en trop… ? » demanda Vingt-deux.

Déjà hier, elle avait pris un bretzel en plus et l’avait gardé pour elle. Pourtant, elle ne l’avait pas mangé, le Mage Noir l’aurait vue, sinon…

« Je t’en pose, des questions ? » lui répondit-elle un peu froidement.
« E-Euh… J-Je voulais pas, p-pardon… »

Elle l’avait regardé avec un de ces airs flippants… Il n’avait rien dit de mal pourtant, si ?! L’air d’Eden se radoucit et elle soupira.

« C’est plutôt à moi de m’excuser, je n’aurais pas dû réagir comme ça… »

Après ça, Vingt-deux rangea la toile de la tente, il espérait pouvoir s’en servir normalement, une prochaine fois… Ils retournèrent ensuite au bazar, là où ils avaient croisé Ashley le jour d’avant. Le petit mage espérait vraiment qu’il allait revenir, et en même temps, rendre ses affaires à Joan ! S’il ne le faisait pas, le Mage Noir se jurait que ça allait barder !


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Dol :: Deling City-
Sauter vers: