Accueil

Partagez | 
 

 Voleur un jour...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Joan

avatar

Messages : 461

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Jeu 28 Juil - 1:41

C'était étrange de recevoir autant d'argent d'un coup, sans le demander, ça ne lui était jamais arrivé par le passé !
Joan prit l'argent de Vingt-deux - avec un grand "merci !"  - et voulu le glisser dans sa poche, mais elle était trop petite...Alors, il le rangeât dans son sac à dos dans une petite poche intérieure ! Il ne voulait pas se faire voler...
Il se promit de tout rembourser à Vingt-deux et suivit la petite bande jusqu'à une barque.

Le jeune homme ne savait pas précisément où ça les emmenait, mais il aimait plutôt le coin. Il laissait See see jouer les gondoliers pendant que lui plongea sa main dans l'eau froide du canal et regardait son reflet se tordre sous les petits remous qu'il provoquait.
S'il n'y avait eu que Joan, la balade se serait passé en toute sérénité, le jeune homme ne se posait aucune question et restait assis à attendre qu'on les guide, il n'était pas vraiment contrariant...Toutefois,  ce n'était pas le cas de son compagnon qui se montrait plus méfiant et il avait plutôt raison pour cause, les petits les avaient piégés.
Joan se redressa en entendant See see leur dire que son but n'était pas du tout de leur indiquer un raccourci pour Lindblum !

"Hé See see ce n'était pas ce qui était convenu..."
Grommela le jeune homme.

Il se rapprocha de Vingt-deux qui lui, commençait vraiment à se disputer avec le borgne. Ce qui était en soi assez compréhensible quand on voyait comme il s'était moqué d'eux.

"Ne vous agitez pas trop, j'ai peur que la barque ne se retourne..."


Oui, il était plus soucieux à l'idée de se retrouver dans cette eau froide que de s'être fait balader par une bande de gamins...
Le mage s'agaçait de plus en plus et Joan l'avait bien vu lui  prendre sa dague cependant, il ne s'était pas inquiété plus que ça. Il pensait qu'au pire des cas, il menacerait See see avec pour qu'il fasse demi-tour, c'était un peu radical, mais il était vraiment à bout !
Ils s'étaient arrêté soudainement et Joan toujours debout manqua de venir s'écraser contre Vingt-deux...Nathalie elle, en avait profité pour s'accrocher à lui...Pendant que la discussion s'envenimait grandement entre le mage et See see...Jusqu'à un point que Joan n'aurait jamais cru possible...
Il n'avait pas eu le temps d'empêcher Vingt-deux de poignarder See see. Il ne l'avait pas du tout vue venir...Il devait avoir l'air aussi choqué que Mario et Nathalie, qui venait de lâcher Joan pour cacher son visage dans les bras de Mario.

"Vingt-deux !!"
Cria Joan.

Il se précipita vers eux et ordonna à Vingt-deux de lâcher la dague. Il le repoussa plutôt violemment sans vraiment se soucier de lui, là tout de suite...Il prit juste See see dans ses bras. Le petit commençait à verser des larmes, Joan lui, se contenait pour essayer de se montrer le plus rassurant possible. Mais, il ne pouvait s'empêcher de jeter des coups d’œil inquiet et horrifié en direction de Vingt-deux.

-"Je...vais mourir ?"
Demanda alors See see en posant sa main sur la dague comme pour essayer de l'enlever.
-"Non..." Répondit Joan la voix tremblante.

Il empêchait le jeune garçon d'ôter la dague, sans quoi, il risquerait de perdre trop de sang.

Il fallait qu'ils bougent et vite Joan demanda à Mario de faire bouger la barque pendant que lui, essayait de rassurer et maintenir éveiller See see.
Mario exécutante sans émettre la moindre objection. Nathalie était toujours toute paniquée et se tenait près d'Eros en maintenant le plus de distance possible avec Vingt-deux. La barque avançait lentement et ce malgré toute l’énergie que Mario
déployait. Joan sentait la respiration de See see ralentir dangereusement, il serrait sa main très fort et quand enfin il sentit les doigts du petit desserrer les siens. Les larmes du jeune homme perler sur ses joues. Il fixait le visage de Vingt-deux. Restant incrédule par ce qui venait de se passer.

"Vingt-deux...tu l'as tué..."

Dans tout le long des soubassements de la ville on pouvait entendre en écho, le cri de Nathalie déchirant le calme apparent du cours d'eau. Mario avait stoppé l'avancé de la barque pour foudroyer du regard Vingt-deux et Joan.

"Qu'est-ce que vous allez faire maintenant hein ?! Vous avez tué mon ami ! Notre famille ! Il...c'était notre grand frère à tous..."
"Laisse-moi...réfléchir..."
"Y'a pas à réfléchir ! Il faut vous dénoncer ! Moi je...vous laisserez pas faire ! Et..je n'abandonnerais pas See see ici !"

Ce n'était pas dans les attentions du jeune homme que de laisser le corps sans vie du garçon ici non plus...Mais, il ne pouvait pas remonter avec le cadavre du petit dans les bras et dire à tout le monde que son compagnon l'avait tué ! Surtout qu'il avait l'intime conviction que ce n'était pas sa faute...il ne pouvait pas avoir fait ça de son plein gré, ce n'était pas possible...Il ne voulait pas y croire. Il se leva soudain et prit la pagaie pour les faire avancer jusqu'aux échafaudages. Avant de prendre See see dans ses bras, Joan retira en retira la dague pour la fixer de nouveau à sa ceinture.

"Passez-tous devant moi. Vingt-deux...reste bien devant moi, je veux te voir tout le temps..."

Le plus délicatement possible il essaya de sangler See see à lui pour lui permettre de monter l’échelle sans trop de mal.
Avant d'ouvrir la porte pour retourner dans l'auberge et devoir affronter le tenancier et les conséquences de leurs actes...
Il retira See see de son dos et le prit dans ses bras, il n'était pas question de le laisser là et partir comme des fugitifs alors, lorsqu'il déposa le corps du garçon sur un des lits de la chambre et que l'aubergiste sortit en trombe de la pièce pour prévenir un garde qu'un enfant était mort et sans doute assassiné vu sa blessure...Joan s'approcha de Vingt-deux et posa ses mains sur les épaules du mage.

"Je ne les laisserais pas te faire de mal...Je ne veux pas qu'on t'accuse et qu'il t’arrive quelque chose..." Il prit sa dague en main et ajouta :"C'est avec dague de toute façon...Je suis humain, cela devrait mieux se passer s'ils pensent que c'est moi..."

Lorsque deux gardes arrivèrent et virent la scène, le jeune homme s'empressa de montrer que c'était bien lui qui tenait la dague. Il n'en fallait pas plus pour que l'un des soldats en armures s’avanca vers Joan et le frappe avec sa lance !
La-dessus, Nathalie ferma les yeux et cria :

"Ce n'est pas lui ! C'est le mage noir !"

Tous les regards se tournèrent vers Vingt-deux. Joan qui avait supplié Nathalie du regard, de ne rien dire, ne l'avait pas écouté...Quoi qu'il en soit, ils ne pouvaient pas accuser le mage, tout le monde avait dû voir Joan se promener en ville avec sa dague ! Non...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5077
Age : 26

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Ven 29 Juil - 21:15

Joan & Vingt-Deux +50 exp

22 donne/prête 4500 Gils à Joan



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Vingt-deux

avatar

Messages : 335

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Sam 6 Aoû - 18:50


Vingt-deux n’avait pas l’intention de bouger d’un pouce ! Il continuait de fixer See See, attendant qu’il fasse quelque chose, jusqu’à ce qu’on le pousse d’un coup ! Le Mage Noir alla s’écraser un peu plus loin sur la barque, et lança un regard furieux en direction de la personne qui l’avait "agressé", avant de se figer net en réalisant ce qu’il venait de faire. Le petit mage se recroquevilla dans son coin, en regardant Joan s’occuper de See See avec des grands yeux. Il n’arrivait pas à comprendre… Qu’est-ce qu’il lui avait pris, d’un coup ?! Ça ne pouvait pas être possible, hein ? C’était sûrement un rêve, ce qui se passait, là ! Il était encore endormi au début du tournoi, et il n’avait volé ni attaqué personne… ! Vingt-deux se mit à trembler en pleurant, restant silencieux ; de toute façon, qu’est-ce qu’il pourrait dire, hein ? Qu’il était désolé et qu’il ne voulait pas faire ça ?! De un, ça ne servait à rien de l’annoncer, puisque ça n’allait pas s’arranger par magie… Et de deux, en y repensant très bien, le Mage Noir se souvenait très bien avoir voulu faire du mal à See See, et ce depuis qu’il avait pris la dague de Joan en main… Comment ce genre d’idée avait pu lui traverser l’esprit ? Quel genre de monstre il était, au juste ?!

Puis il entendit le jeune homme s’adresser à lui… En entendant ses paroles, il regarda vers lui avec horreur.

« Non… J-Je… »

Il ne pouvait rien dire… Il se contenta d’enfouir son visage dans ses mains pour pleurer, préférant ne pas écouter ce que disait les autres. Ils finirent par arriver de nouveau à la sortie "secrète" de l’auberge ; Vingt-deux s’exécuta sans dire un mot lorsque Joan lui dit de rester devant lui. De toute manière, il n’avait aucune raison de contester, et c’était normal si le jeune homme voulait le surveiller… Ils arrivèrent dans l’auberge, le petit mage continuait de pleurer tandis que Joan avait posé le corps de See See sur un lit… Le Mage Noir s’attendait un peu à ce que le borgne se relève, leur lançant un "en fait, j’suis vivant, j’vous ai bien eu, hein ? Il pouvait pas me faire mal, il a pas de force !" naturellement, rien de tout ça n’arriva…

Et voilà que Joan dit un truc… Il allait s’accuser à la place de Vingt-deux ?! Le petit mage le regarda désespérément, faisant un petit "non" de la tête ; il ne put cependant pas dire un mot, que des gardes arrivaient, et l’un frappa le jeune homme en voyant qu’il avait la dague ! Encore une fois, le Mage Noir ne put répondre, que déjà Nathalie contestait la chose et accusait Vingt-deux… Maintenant tout le monde le regardait lui, et ses pleurs redoublèrent…

« J-Je… C-C’est vrai ! J-J-J’ai pris la… la dague et… et je… je… je l’ai tué ! Ce… C’est… »

Il éclata en sanglots juste après, l’empêchant de continuer de parler… Du coup, ce fut au tour de Mario de renchérir, en montrant Joan du doigt :

« Mais lui, c’est son complice ! C’est lui qui a demandé au Mage Noir de tuer See See !
- C’est même pas vrai, c’est juste le Mage Noir qui l’a fait ! »

Et voilà que les enfants se disputaient à propos de ça… L’un des gardes les fit se taire, puis ordonna à tout le monde de les suivre sans discuter. Ils emmenèrent donc les deux enfants, Joan et Vingt-deux à travers les rues de la ville, quelques passants qu’ils croisèrent leur lançait des regards bizarres, sans aucun doute que la rumeur qu’un enfant était mort s’était déjà propagée à travers la ville… Ça n’allait rien arranger à cette histoire… Finalement, ils arrivèrent au niveau de la salle des ventes… Euh, ils n’allaient pas les vendre tout de même ?! Ah, non, il y avait une porte à côté de celle de la salle, ils devaient sans doute se rendre par-là ? Ils devaient vouloir les interroger dans un endroit calme…


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuja
Ange de la mort
avatar

Messages : 63

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Mer 17 Aoû - 20:32

Quelle mauvaise idée que s'être rendu à la salle des ventes...Vouloir se montrer discret le lassait terriblement. Il aimait que les regards se tournent vers lui certes, même les plus hostiles ne le gênaient pas habituellement. Ceci étant dit, on l'avait presque interdit d'entrer. Des brouhahas s'en étaient suivi, il avait pu entendre des individus se demander s'ils ne devaient pas appeler la garde. Le visage de Kuja était effectivement connu de beaucoup maintenant, l'empêchant d'aller où il le souhaitait. Refrénant son envie d'envoyer un petit sort à celui qui l'avait conduit hors de la salle, il resta interdit un instant devant des soldats qui n'étaient plus postés à leur place. Lorsqu'il se trouva seul à observer la scène qui se jouait devant lui, un petit sourire badin vint s'afficher sur son visage. Un soldat s'adressa à un jeune homme qu'ils avaient arrêté.

"Dis-toi bien qu'on finira par découvrir le fin mot de l'histoire ! Que ce soit toi ou le vil mage noir qui t'accompagne qui avait commis ce crime impardonnable, vous le paierez tous les deux ! Couvrir l'assassin du meurtre d'un enfant est inexcusable !"

Kuja doutait fortement que le garçon pouvait avoir fait quoi que ce soit. Il ne fallait, bien entendu, pas juger les apparences, mais il connaissait mieux que quiconque la nature parfois versatile des mages noirs...
Dans un premier temps, Kuja ne se manifesta en aucune façon, préférant regarder ce qui se passait d'un air plutôt amusé. Puis, il pensa que ce petit mage vêtu d'une drôle de façon, pouvait être interessant. S'il fallait le pendre haut et court, il allait donc ajouter son grain de sel. Même si provoquer les gardes alors, que l'on été soi-même recherché était, encore une fois, très peu judicieux.

"Les braves petits soldats que vous êtes, semblent enfin de compte avoir une certaine...utilité ?"
Il lorgna les hommes ayant l'air le plus impertinent qu'il le pouvait. Il mordilla ensuite son index avant d'ajouter. "Faut-il néanmoins que vous soyez à deux pour maitriser un enfant et un faible petit mage noir ?"

Les soldats se regardèrent, ils l'avaient sans nul doute reconnu. Ce qui n'effrayait pas le moins du monde le jeune homme bien sûr. Même avec sa faiblesse qui l'habitait depuis l'apparition des portails, il pensait qu'il pourrait sans trop de difficulté se "débrouiller" avec les soldats un peu gauche de la reine. Il en avait d'ailleurs une parfaite démonstration, tant ils étaient déconcerté par son attitude, ils ne savaient pas quoi faire et ça se voyait. Ils devaient se demander s'ils pouvaient à eux deux gêrer les deux jeunes gens et s'accaparer de Kuja.

"Je n'ai cure du garçon, mais je peux vous débarrasser du mage noir si vous le souhaitez..."

Il n'était absolument pas question de faire le moindre mal au petit pantin, ce n'était qu'une provocation de plus, cela dit, il voulait absolument le récupérer...Jamais il ne l'admettrait, mais il voulait un compagnon, compenser sa faiblesse le temps de retrouver de sa splendeur et quoi de mieux qu'une poupée à la douce noirceur magique ?
Évidemment, les soldats n'étaient pas d'accord avec ça. Comment leur faire entendre raison ? Il y a peu de temps de cela, il aurait réglé le problème de façon beaucoup plus radical...Il devait à présent se montrer plus stratège. Il se courba pour être à hauteur du mage et lui chuchota à l'oreille. Il entendit un timide "ne vous approchez pas" peut convainquant d'un des gardes, mais n'y prêta pas attention.

"Tu possèdes en toi une puissance magique qui m’intéresse. Je te conseillerais de t'en servir pour vous échapper de l'emprise de ces deux-là, sans quoi, ils vous conduiront à la potence, toi et le garçon. Tu ne voudrais pas qu'un nœud coulant se resserre autour du joli petit cou de ton ami ? ...Dépêches-toi et suivez-moi."

Il ne connaissait pas les liens qui les unissait, mais en ayant entendu les soldats plus tôt; si l'humain avait vraiment tenté de s'accuser à la place du mage noir, c'est qu'ils devaient s'apprécier. Il s'inclina en avant, présentant une petite révérence à ces messieurs. Ses minauderies laissèrent les gardes dubitatifs. Le jeune homme fit ensuite mine de partir et les soldats trop occupés avec le mage et son ami, le laissèrent filer pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valseur 3
L'autre emplumé, là
avatar

Messages : 20

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Dim 21 Aoû - 1:23


Non, mais, sérieux, elle était où, cette princesse Grenat ? C’était pas défaut d’avoir cherché, hein, mais elle n’avait pas pu se volatiliser comme ça, d’un coup ! Le Valseur n’avait pas la moindre idée du temps qui c’était passé entre le moment où il s’était fait battre par ces guignols et celui où il s’était réveillé. Selon lui, ça ne devait pas dépasser le mois, donc les choses n’auraient normalement pas dû bouger beaucoup depuis, nan ? En tout cas, il avait comme priorité d’effectuer sa mission d’abord – mais si, celle où il devait ramener la princesse à Alexandrie – et il ne voulait sûrement pas échouer !

Par contre pour savoir où il fallait chercher pour la trouver… Aller aux alentours d’Alexandrie, ce n’était sûrement pas la peine – n’est-ce pas ? – et de toute manière, il ne se trouvait pas là-bas, mais plutôt à l’intersection entre Dali et Tréno. Puisque de toute manière, Dali ce n’était pas un village intéressant – sérieusement, y a avait rien, là-bas ! – il s’était dirigé vers Tréno, et y arriva plus ou moins rapidement. Faut dire qu’il avait fait tout le chemin à pied – il faisait nuit, là, c’était un peu délicat de voler sans y voir plus que ça – et depuis qu’il s’était réveillé, il ne pouvait pas faire plusieurs pas sans claudiquer. Avouons-le, ça l’agaçait terriblement de ne pas pouvoir marcher normalement et de littéralement devoir s’aider de son bâton – par chance, il l’avait retrouvé pas très loin – pour avancer facilement.

Enfin bref, Tréno, donc ! Le Valseur était entré dans la ville sans même qu’on le remarque… ou alors, personne ne voulait venir l’embêter, ce qui était bien aussi dans un sens, c’était qu’on devait le craindre un peu, tout de même ! Maintenant, c’était de nouveau la même histoire, c’était bien de venir chercher à Tréno, mais où, précisément ? Ah, il était bien malin sans personne pour le guider au bon endroit, hein ! Au final, il était allé partout en ville, et voilà que lorsqu’il avait voulu "gentiment" (insistons sur les guillemets) demander des renseignements à une personne qui passait par-là, des gardes lui avaient "gentiment" (on insiste toujours) fait comprendre qu’il fallait se calmer un peu et dégager vite fait d’ici, parce que bon, ils voulaient un peu de calme dans les rues, vous voyez ? Le Valseur se retint de leur casser la figure pour leur faire comprendre qu’il pouvait faire ce qu’il voulait, ce n’était pas le moment de faire le bazar. Ou si, peut-être… De toute façon c’était trop tard, il était reparti chercher ailleurs…

Ailleurs, donc, dans un bar, au milieu des pauvres de la ville, mais juste pour boire un verre, hein, il avait une mission à accomplir, ensuite ! Il pouvait tout de même s’octroyer une petite pause, ça faisait un moment qu’il se fatiguait à chercher partout, ça ne risquait pas de faire du mal, ça ! Il finit par ressortir de ce bar en ayant bu plusieurs verres – oui, ce n’était pas très responsable de sa part… – et en n’ayant plus les idées très claires. C’était à la limite s’il ne se souvenait pas ce qu’il faisait ici… Par chance, il marchait toujours droit, et maintenant il s’était mis en tête d’aller, cette fois-ci, réellement casser la figure aux gardes qui l’avaient embêté précédemment, parce que… Parce que c’était ce qu’il voulait, un point c’est tout ! Voilà !

Le Valseur se dirigea d’un pas décidé, direction l’endroit où il avait croisé ces gardes, en n’hésitant pas à dégager les gens qui pouvaient se trouver sur son passage – là, il ne fallait mieux pas l’empêcher de passer ! – et finalement retrouva deux de ces énergumènes non loin de la salle des ventes… Ils étaient occupés avec des gamins. Mais il n’était pas question de se montrer poli, il allait les arrêter dans leur occupation, qu’ils le veuillent ou non ! Il s’était donc approché des soldats, et il ne leur fallut pas longtemps pour reconnaître l’individu qui se dirigeait vers eux…

« Eh, vous, là ! Je crois qu’on a pas fini de "discuter" de certains trucs…
- Encore lui ? Allez-vous en, vous ne voyez donc pas que nous sommes occu- »

Même pas le temps pour lui de finir sa phrase, le Valseur lui avait donné un coup à l’aide de sa canne, en plein visage… Puis il se retourna pour frapper l’autre garde, mais qui avait déjà détalé pour "aller chercher du renfort"… Ah mais oui, c’était évident qu’ils étaient incompétents… Du coup, Numéro 3 se retourna vers le premier soldat, bien décidé à lui faire passer un sale moment ! Enfin, il l’aurait fait, si seulement il n’avait pas malencontreusement frappé quelqu’un au passage, en se retournant… Il avait cogné dans un petit Mage Noir, et il ne l’avait même pas vu ! Enfin si, il l’avait vu, il n’avait juste pas remarqué ce que c’était… Enfin voilà, quoi… Attends, il pleurait là, non ?

« Oooh, j’ai frappé le petit Mage Noir ? Il a mal, maintenant ? » lui lança le Valseur. « Mais non, non, ça, ça ne fait pas mal… Y a moyen d’avoir pire ! »

Sans se faire prier, Numéro 3 lui attrapa un bras pour le lui tordre dans un angle improbable, non pas peu heureux d’entendre un "crac" en provenir ! Bon, du coup, le garde…


PrésentationFiche Technique
Couleur paroles : navy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 461

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Mar 23 Aoû - 2:41

Les choses prenaient une tournure vraiment inquiétante. Non seulement la fan numéro un de Joan l'avait contredit, mais en plus - et malheureusement ., il l'attendait - Vingt-deux avait nié en bloc ses affirmations. Le côté "positif" c'est que le jeune homme pouvait compter sur le "soutien" de Mario...
N'étant pas sûr de savoir qui disait la vérité, les gardes avaient décidé d'embarquer tout le monde !
Ils se dirigèrent donc, sous bonne escorte, non loin de la salle des ventes, vers un bâtiment dont l'entrée était précédemment gardée par l'un des soldats qui, maintenant, ordonnait à Joan de marcher plus vite en lui donnant des petits coups de lance.

"Dis-toi bien qu'on finira par découvrir le fin mot de l'histoire ! Que ce soit toi ou le vil mage noir qui t'accompagne qui avait commis ce crime impardonnable, vous le paierez tous les deux ! Couvrir l'assassin du meurtre d'un enfant est inexcusable !"

Le jeune homme leva les yeux au ciel, évidemment que leurs attitudes étaient légitimes, mais cette façon qu'il avait de les bousculer et de regarder autour de lui, si fièrement, voir si des gens le voyait contrôler parfaitement la situation...avait le don de l'agacer.
Joan avait, quant à lui, préféré baisser les yeux pour éviter les regards et n'avait donc pas vu cet homme, bizarrement vêtu s'approcher d'eux...
Il semblait provoquer les soldats...? Pourquoi donc ? "un faible petit mage noir" qu'il venait de dire ? Cela se voyait qu'il ne connaissait pas Vingt-deux...Ce qu'il dit ensuite ne plaisait pas du tout au jeune homme, il fit un pas vers l'individu avant se faire retenir par le soldat.

"Tu bouges pas toi..."


Si lui n'avait pas le droit de bouger et l'autre alors ?! Ils le laissaient s'approcher de Vingt-deux sans rien dire ! En plus, il ne pouvait pas entendre ce qu'il était en train de lui glisser à l'oreille...Le voilà qu'il partait avec une expression de parfaite suffisante sur le visage...
Comme s'il s'agissait d'une mise en scène parfaitement huilée, à peine que le drôle d'homme s'était mis en retrait qu'un éclat de voix se fit entendre. Comme un seul homme, Joan et les gardes tournèrent la tête en direction de la voix.
C'était quoi ?! Un mage noir ? Un grand celui-là ! Avec des ailes ! Pourquoi Vingt-deux n'avait pas d'ailes, lui ? Joan secoua la tête, en ce demandant si c'était bien le moment de penser à ça...Surtout que ce...grand mage noir venait de frapper le soldat qui tenait Joan, faisant fuir son homologue par la même occasion...

Mais alors, il était gentil le grand mage ? Pas sûr...Car lorsqu'il s'était cogné dans son compagnon, le jeune homme avait un mauvais pressentiment. Voulant profiter que le garde le plus courageux se tenait le visage à deux main pour tenter de stopper son saignement de nez...Joan s'approcha de Vingt-deux qui était en pleurs depuis leur arrestation.

"Non je t'ai dit de rester là !"
s'exclame soudainement le garde.

Ce n'était pas vrai ça ! Il se tenait encore le visage en grognant il y a moins d'une seconde ! Au lieu de s'occuper de lui, encore une fois, il aurait mieux fait de s'intéresser aux mages noirs !

"Hé, ne le touchez pas !"
ordonna Joan à l'emplumé.

Ceci dit, ce qu'il venait de dire n'avait absolument aucun impact sur le mage, mais avec l'autre derrière lui qui le tenait et l'empêchait de faire quoi que soit en brandissant sa lance juste devant lui, il ne pouvait pas faire plus...Il ne pouvait que rester impuissant lorsque le drôle d'oiseau cassa violemment le bras de Vingt-deux ! S'en était trop ! Tant pis s'il se prenait un coup de lance, le jeune homme écrasa le pied du garde et enchaina avec un coup de coude dans ses côtes pour, qu'enfin, il ait la voie libre. Décidément, ce n'était pas son jour non plus à ce soldat...

Le regard de Joan s'était ensuite focalisé non pas sur Vingt-deux mais sur celui qui venait de lui faire du mal sans raison apparente.
Il fonça dessus tête baissée et avec son élan embarqua avec lui l'agresseur du petit mage. Il était bien décidé à le rouer de coup. Il était toujours très fatigué, mais cette poussée d'adrénaline qui l'animait lui faisait oublier ses douleurs aussi bien physiques que morales et l'affublait aussi, par la même occasion, d'un aveuglement évident tant la personne à qui il voulait casser la figure était bien plus costaud que lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 335

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Mer 24 Aoû - 23:13


Vingt-deux ne sentait pas que ça allait bien se passer… Déjà, les gardes n’avaient pas l’air de vouloir être très cléments… De toute manière, le Mage Noir n’allait pas leur faire les yeux doux pour les amadouer, de un, ça ne marchera jamais, et de deux, il était bien trop occupé à pleurer pour faire ça… Il s’attendait au pire, là, et en plus ils n’avaient pas l’air de vouloir laisser Joan tranquille… Mais, lui n’avait rien fait, pourquoi ils l’emmenaient aussi ?! Les soldats les entraînaient donc en direction de la porte située à côté de la salle des ventes, mais avant même qu’ils aient pu l’atteindre, une personne interpela les gardes. Euh… C’était un monsieur ou une dame, déjà ? Enfin de toute façon ce n’était pas ça qui était le plus important, puisque cette personne, là, elle inquiétait Vingt-deux. Oui, il était encore plus inquiété alors qu’il était déjà dans un état pas très positif. Et puis l’individu parlait du Mage Noir… Mais, qu’est-ce qu’il lui voulait ? Les gardes n’avaient pas l’air d’être tranquilles en sa présence… Il était dangereux, c’était ça ?! Et il s’approchait de Vingt-deux, maintenant… Le petit mage n’était terriblement pas à l’aise… Et les gardes ne faisaient rien ! Enfin, si, ils empêchaient Joan d’avancer… Ah, ça aidait beaucoup, ça, merci ! Vingt-deux ne put s’empêcher de couiner quand la personne se mit à sa hauteur pour lui glisser quelques mots… Mots qui eurent l’effet d’inquiéter encore plus le Mage Noir ! Les gardes ils allaient les tuer, Joan et lui ? Et le monsieur bizarre voudrait que le petit mage les attaque pour le suivre… Mais où ? Et pourquoi ?! S’il attaquait les gardes et fuyait avec Joan, ils allaient être recherchés après, non ? Ils auront leur portrait partout dans la région…

Puis l’étrange individu s’éloigna, le petit mage n’avait même pas eu le temps de souffler ou de penser à tout ça, que voilà venir quelqu’un d’autre qui n’avait pas l’air très commode… Attends, quoi, c’était un Mage Noir avec des ailes ? Il sortait d’où, lui ?! Quoi qu’il en soit, le voilà qui s’en prenait aux gardes sans hésitation… et sans raison aussi surtout ! Les soldats semblaient maintenant complètement dépassés, l’un d’eux était parti chercher du renfort, et au milieu de ça, Nathalie et Mario avait l’air terrorisés, et Éros ne l’était pas moins que les enfants… Vingt-deux n’eut pas l’occasion de se demander s’il devait faire quelque chose ou non, maintenant que les gardes étaient occupés, puisque d’un coup il se prit un coup, on dirait que le Mage Noir avec des ailes ne l’avait même pas vu avant, en fait… Le petit mage lança un petit gémissement pour protester, mais peut-être que ça avait été une mauvaise idée… À peine l’autre l’avait remarqué qu’il avait décidé de l’agresser gratuitement en lui attrapant un bras et en le cassant… Vingt-deux hurla, la douleur était insupportable et il ne pouvait plus s’empêcher de pleurer, cette fois… Il criait le nom de Joan aussi, comme s’il espérait que le jeune homme pouvait faire quelque chose pour qu’il ait moins mal…


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuja
Ange de la mort
avatar

Messages : 63

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Jeu 25 Aoû - 21:18

Voilà que les choses s'étaient envenimées très rapidement et ce à cause d'un...valseur ?! Kuja le reconnaissait en plus ! C'était le numéro 3 ! Il n'était pas mort celui-là, normalement ?! En tout cas la mort ne l'avait pas rendu plus sympathique...
Le jeune homme arqua un sourcil, ne sachant pas comment réagir dans un premier temps. Le trio de valseur avait été tellement inutile pour capturer la princesse...En même temps, quand on avait des maîtres comme Pile et Face ça ne devait pas aider...Quoi qu'il en soit, il ne voulait pas faire de nouveau équipe avec l'un d'eux ! Même si techniquement il n'avait jamais vraiment fait équipe avec eux...
Mais, qu'est-ce qui avait bien se passer pour qu'il soit de nouveau parmi eux, celui-là ?!
Humm, Kuja se disait qu'il faudrait enquêter là-dessus. Un tel pouvoir pouvait être interessant, même très intéressant...Surtout pour lui qui avait longtemps aspiré à l'immortalité.
Non, une queue de phénix n'aurait pas suffi à le ramener, ça il en était sûr...

Ceci dit, là, présentement, il ne pouvait pas aller lui parler...Car, ce valseur semblait en vouloir à son mini-lui.
Pauvre petite chose...Hé...C'était sa future petite chose à lui ! Les valseurs étaient des êtres à problèmes, mais pas les mages noirs ! Il avait toujours l'intention de récupérer le petit ! Il n'allait pas laisser le valseur lui prendre, si tant est qu'il veuille le prendre, bien sûr.
Heureusement, que le garçon s'en était mêlé et s'était maintenant engagé dans un combat contre l'agresseur de son petit ami. Autre formulation... : De son ami de petite taille...Oui, mieux ! ...Mais, il était idiot ce jeune ou bien...? S'attaquer à un valseur lorsqu'on est un humain lambda c'est soit faire preuve d'un grand courage ou soit d'ignorance...
Bref ! L'essentiel c'était que Kuja avait maintenant, tout le loisir d'embarquer le mage sans que personne ne le remarque et les nombreux badauds regroupés autour d'eux, les deux enfants et le tomberry ne comptaient pas, non.

D'un pas léger, le jeune homme se redirigea donc de nouveau vers le pleurnicheur et fit attention de ne pas toucher son bras meurtri. C'était déjà assez insupportable de l'entendre pleurer, il n'allait pas en rajouter au contraire, il fallait essayer de se montrer sous son meilleur jour !

"Oh...petit être fragile...Tu ne semble vraiment pas en sécurité ici. Profitons de la couardise des soldats pour filer. Avec moi, tu retrouvera ta liberté et personne n'osera t'approcher."

Sans lui laisser le temps de répondre - de toute façon, il n'était pas sûr qu'il était en mesure de lui répondre - il attrapa le mage et l'embarqua avec lui. Il ne le précipitait pas, il n'était pas violent non plus. Il essayait juste de le guider gentiment jusqu'à son domicile. Bien sûr, il habitait dans l'un des coins les plus nobles de la ville et d'un des plus isolés aussi. Mais, il se disait de plus en plus, qu'il n'y resterait plus très longtemps avec la prime qui pesait sur sa tête.
Il pressa le mage d'entrer dans sa grande demeure. A l'image de son propriétaire, la décoration, était assez...ostentatoire. Mais, c'était beaucoup moins grand et plus "classique" que son palais dans le désert.

"Quel est ton nom ?"
demanda-t-il au mage.

Non pas que cela l’intéressait vraiment, surtout qu'il devait avoir en guise de nom, un numéro de série. Néanmoins, ce serait toujours mieux que de le désigner en disant "l'autre là !" De plus, ce mage noir, ne lui disait absolument rien et il avait l'air, "différent" des autres. Cela l'intriguait.
De toute évidence, ils ne pourraient pas quitter la ville dés ce soir, surtout avec le bras du petit dans cet état, il faudrait attendre qu'il aille mieux et qui sait, d'ici là Kuja aurait peut-être glané des informations sur la résurrection du valseur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valseur 3
L'autre emplumé, là
avatar

Messages : 20

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Mar 30 Aoû - 22:37


Ah oui, quand c’était pas les gardes, c’était un gamin qui venait l’embêter… Peut-être qu’il travaillait avec eux. Ouais, nan, ça l’étonnerait beaucoup que ce soit le cas ; déjà que les gardes n’étaient pas doués, lui là en avait l’air encore moins. Déjà il attaquait sans réfléchir… Pas malin du tout ! Enfin bon, la saleté de gamin venait quand même de foncer dans le Valseur, et il avait failli le faire tomber ! Heureusement que Numéro 3 avait assez d’équilibre, hein. Bon d’habitude plus, mais voilà… Un seul verre, qu’il avait dit…

Le gamin avait l’air de vouloir en découdre, c’était bien ça, après, ce n’était pas que le Valseur n’en avait pas envie, là n’était pas le problème, mais il aurait bien aimé tabasser du garde. Et pas… ça… Un coup dans le ventre du gosse avait l’aide de son bâton devrait largement le calmer, pour l’attraper ensuite à la gorge. Si ça, ça ne le dissuadait pas de faire quelque chose, c’était un cas désespéré.

« Je m’amuserais bien avec toi, mais pour l’instant j’ai plus important à voir ! Je sais pas ce qui se passe dans ta tête là, mais t’as intérêt à détaler vite d’ici, de un, t’es qu’un gamin, de deux, tu n’en vaux pas la peine, de trois, si tu tentes quelque chose dans mon dos, je te tue ! Je pense avoir été clair ! »

Numéro 3 le repoussa ensuite assez violemment, pour se focaliser sur ce fichu garde qui avait l’air d’avoir oublié son courage chez lui, mais qui ne fuyait pas pour autant… Eh bien, tant mieux ! Il s’avança vers le soldat, il avait intérêt à rester là, maintenant… Le type, désespéré, agitait sa lance devant lui comme pour dissuader le Valseur de s’approcher… Comme si ça allait l’impressionner ! Du point de vue de Numéro 3, le garde paraissait plus terrorisé qu’autre chose… Mais ils étaient incompétents, c’était normal, du coup, une telle attitude de leur part ! En tout cas, le Valseur remarqua bientôt une dague au sol, pas trop loin du soldat… Elle sortait d’où, elle ? C’était une arme de rechange en cas de besoin ? Bof, personne ne risquerait de compter dessus, l’emplumé la fit partir en arrière avec son pied… Là, une bonne chose de faite !

Maintenant, cet incapable ! Non mais, regardez-le ! Un mouvement pour contrer facilement le coup du soldat, et puis pourquoi pas lui lancer un petit sort après, et… Oh, bah, il était déjà KO ? Mais c’était qui lui, Billy le stagiaire ? Le Valseur était terriblement déçu, les autres gardes étaient certainement comme ça, aussi… Du coup, pas besoin de les attendre ! Il tourna les talons pour repartir tranquillement, de toute façon personne n’osera l’interpeler !


PrésentationFiche Technique
Couleur paroles : navy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 461

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Mer 31 Aoû - 18:43

S'énerver contre ce grand type plumeux lui faisait du bien, jusqu'à ce qu'il lui fasse du mal...
Il venait de lui donner un coup de bâton en plein dans l'estomac, ce qui lui coupa le souffle, puis sa main vint s'agripper à son cou. Cette main...Le jeune homme n'osait même pas y toucher tellement son aspect le rebutait.
Se contenter d'écouter ce que lui débitait le mage en hochant la tête le mettait en rogne, mais il n'avait pas tellement le choix. Il s'écrasa ensuite au sol quand il le repoussa...la fatigue et la faim commençaient à se faire cruellement ressentir.

Le côté positif de tout ça, parce qu'il en y avait un ! C'était qu'au moins les gardes les avaient lâchés et qu'avec Vingt-deux, ils pouvaient s'en aller. Même si l'idée que personne ne paye pour le meurtre de See see, le mettait mal à l'aise. De toute façon, lorsqu'ils iraient au village des mages noir, ils trouveraient peut-être la personne qui faisait faire toutes ces choses au mage, et c'est elle qui devra alors répondre de ses actes !
Sauf que...en cherchant du regard Vingt-deux, Joan ne le trouva nulle part et lorsqu'il cria son nom, il n'eut aucune réponse.
Nathalie s'étaient rapidement approché de lui, tout inquiète. Il était temps de lui dire de partir mais, avant...

-"Où est Vingt-deux ?! Tu l'as vu partir ?"
-"Un garçon...euh habillé bizarrement celui qui lui a parlé ! Il l'a emmené avec lui !"

Le sang du jeune homme ne fit qu'un tour. Il se trouvait stupide d'avoir détourné les yeux de son compagnon. A cause de ça, il s'était fait enlever par un type louche alors, qu'il avait été juste à côté de lui !

"Mario emmène la, rentrez chez vous !" déclara-t-il au petit garçon.

Il n'avait, de plus, aucune idée d'où se trouvait Eros non plus, il souhaitait qu'il eut suivi Vingt-deux, étrangement ça le rassurerait de savoir qu'il n'était pas seul avec l'autre gars.
Une fois que les enfants étaient partis, Joan reporta son attention sur le mage. Il s'en était pris au soldat de nouveau. Il semblait avoir une sérieuse dent contre eux...Mais, Joan s'en fichait, il voulait seulement retrouver Vingt-deux et il ne croyait pas que ce grand mage était arrivé pile au même moment que celui qui avait enlevé son ami, soit une coïncidence.

En tentant de se relever, Joan remarqua sa dague au sol. Il avait manqué de poser sa main dessus...Il ne savait pas comment elle avait atterri si près de lui, mais peu importe. Il la saisit rapidement. Dague en main, il courut alors vers le grand mage et lui arracha quelques plumes ! Maintenant, il devait avoir toute son attention...

"Bon...tout d'abord j'aimerai souligner que je n'ai rien "tenté dans votre dos" ! J'ai effectivement arraché des plumes des ailes euh...de votre dos, mais c'était juste pour vous interpeler...Ensuite ! Vous avez aidé un homme à enlever mon compagnon et vous allez me dire où il est ! Je ne vous laisserais pas tranquille jusqu'à ce que je l'ai retrouvé !"

Il brandissait sa dague vers cet emplumé avec grande conviction. Du moins, il essayait d'avoir l'air le plus convaincant possible. Ceci dit, il doutait que l'autre accepte comme ça de l'aider surtout pas après tout ce qu'il avait fait...

"Euh...Qu'est-ce vous voulez ?" Marchander ? pourquoi pas... "J'ai de l'argent ! Je peux tout vous donner !" C'était celui de Vingt-deux théoriquement et rien ne l'empêchait de le tuer et de prendre l'argent sur son cadavre...Chut cette petite voix négative dans sa tête ! "J'ai de la magie aussi, vous aimez-bien ça vous les mages noir, hein ? Bon je...ne sais pas comment vous donner ça, mais on peut peut-être trouver...? Tout ce que vous voulez mais, aidez-moi à récupérer mon compagnon et vous n'entendrez plus jamais parler de nous." Il marqua une pause et tendit son autre main vers lui, il tenait encore les plumes..."Et euh...tenez c'est à vous ça..."

Si la situation n'avait pas été aussi tendue, cela aurait pu être comique...
Quoi qu'il en soit ! De toute façon, il ne bougerait pas d'ici ! Il faudrait qu'il le tue pour ça ! Eviter de lui donner des idées ce serait bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 335

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Mer 31 Aoû - 20:42


Le petit mage avait tellement mal, il ne remarquait presque plus ce qu’il se passait autour de lui… Enfin, si, il avait bien entendu qu’on lui avait parlé, mais il n’avait pas fait plus attention que ça à cette voix ! Par contre, il le remarqua, quand on l’attrapa pour l’emmener je ne sais où ! Et ça ne lui plaisait pas vraiment, ce genre de chose ! Vingt-deux avait bien essayé de résister au début, mais il remarqua rapidement qu’il n’en avait pas trop la force… Il était toujours fatigué, et les évènements qui précédaient n’étaient pas pour l’arranger… Il avait donc suivi "sagement" la personne qui l’embarquait – oui, sagement entre guillemets, parce que c’était vite dit. Il pleurait toujours, et pas qu’un peu !

Quand enfin on l’arrêta de le faire marcher quelque part, Vingt-deux put remarquer qu’on l’avait emmené dans une maison, et… quoi, c’était lui qui l’avait ramené ici ? Mais qu’est-ce qu’il lui voulait, à la fin ?!

« M-Mais… V-Vous ê-êtes qui… ?! » demanda le petit mage, après avoir réussi à légèrement calmer ses sanglots. Remarquons que ça ne répondait pas du tout à la question du monsieur. « P-Pourquoi v-vous m’avez en-emmené ?! »

Le Mage Noir n’était sûrement pas d’humeur à admirer la décoration de la maison où il se trouvait, surtout qu’il recommençait à pleurer… Certes, il avait toujours aussi mal, mais cette fois-ci, quelque chose d’autre le dérangeait, et c’était bien plus important que son bras…

« E-Et Joan, il est où ?! E-E-Est-ce qu’il v-va venir, aussi ? Je… Je veux qu’il soit là, moi ! »

Que faisait le jeune homme avant que Vingt-deux ne soit embarqué ? Il ne s’en souvenait plus… Si ça se trouvait, les gardes allaient lui faire du mal, et penseraient que c’était à cause de lui si le petit mage avait disparu… S’il arrivait malheur à Joan, le Mage Noir ne se le pardonnerait jamais… Mais, non, il était fort, il ne pouvait rien lui arriver, hein… ?! Du coup, qu’est-ce que Vingt-deux pouvait faire… ? Voler au secours de Joan ? Comme s’il en était capable, vu son état-là, de toute façon il supposait – avec beaucoup d’hésitation, quand même – que le jeune homme s’en tirerait bien… Peut-être que le Mage Noir devrait commencer par se sauver lui-même. Ce serait bien, quand même… Est-ce que le monsieur bizarre allait lui faire du mal ? Il ne s’était pas vraiment montré agressif jusqu’à présent, mais le petit mage n’était pas réellement en confiance… Il lui avait demandé son nom… Il ne pouvait rien faire d’horrible s’il le lui donnait, si ?

« Euh… J-Je… Je suis Vingt-deux… » Il préférait regarder en direction du sol… Il était plus rassurant, lui, au moins. « V-Vous me faites peur… »

Le petit mage se tenait son bras en même temps… Il ne savait pas s’il devait le tenir comme ça, peut-être que ça lui faisait plus mal encore, mais il ne pouvait pas s’empêcher de le toucher… Désespéré, Vingt-deux ne pouvait pas s’empêcher de couiner et lança un regard suppliant au monsieur bizarre… S’il n’était pas méchant, il pouvait faire quelque chose pour son bras. Non ?


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuja
Ange de la mort
avatar

Messages : 63

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Jeu 1 Sep - 22:08

Le petit être craintif lui posait plein de questions. Kuja n'allait pas s’énerver pour si peu, surtout qu'il avait le droit de se les poser ces questions. Avant de lui répondre, il partit un moment le laissant seul dans le grand séjour. Lorsqu'il revint il avait dans ses mains un bandage.

"Je me nomme Kuja. Il est étonnant que tu ne saches pas qui je suis..."


Il préféra ne pas répondre à ses autres questions, cela ne l’intéressait pas de toute façon. Il jeta nonchalamment la bande de tissu à Vingt-deux, ce nom était vraiment caractéristique des gens de ce peuple, si on pouvait appeler ça un "peuple" bien sûr...

"Si je possédais les capacités que j'avais encore il y a peu, tu n'aurais pas à avoir recours à des moyens si...archaïques pour te soigner. M'aiderais-tu à retrouver ces pouvoirs ?"


Éventuellement, s'ils pouvaient quitter ce monde, cela l'arrangerait bien. Si on voulait sa tête sur Héra, il serait un inconnu pour tous ailleurs, car oui, forcément lui aussi savait pour cette histoire de gens qui venaient d'autres mondes grâce à ces portails. Cependant, Il doutait que Vingt-deux puisse venir d'ailleurs, c'était un mage noir après tout.

Autre chose chiffonnait l'homme volubile. Il pensait beaucoup à Djidane ces derniers temps, mais n'en entendait plus parler depuis un moment. La façon dont ils s'étaient séparés lui laissait un goût amer. Si son "petit frère" pensait lui avoir accordé le salut en l'absolvant de ses péchés et lui sauvant la vie, il se trompait. Kuja n'aimait pas du tout devoir rendre des comptes à quelqu'un, c'est pourtant ce qu'il ressentait. S'être montré aussi faible devant lui le démoralisait quand il y repensait.

"Seules deux options s’offrent à toi, mon adorable petit serviteur ; Quitter ce monde avec moi ou bien, tu m'aides à retrouver quelqu'un de très cher à mon cœur...Tu pourrais alors rester ici, ce qui ne m'enchanterait pas beaucoup cela va de soi..."

Ses attentions envers Djidane, n'étaient pas spécialement belliqueuses, il voulait juste un peu troubler ses roucoulades avec sa reine.
Grenat reine...il avait encore du mal à se faire à cette appellation. Quoi qu'il en soit, une fois le petit remis de ses émotions et son bras partiellement ressoudé, ils prendraient la route, c'était ce qu'il avait décidé et ce mage n'aurait rien à y redire.

"Allez, tu devrais dormir maintenant, la journée semble avoir été longue pour toi."

Il s'installa sur un siège non loin de lui et indiqua à son hôte une porte fermée.

"C'est là-bas que tu passeras la nuit. Je resterais ici, j'attendrais que tu me fasses confiance avant de pouvoir te quitter des yeux, mais soit rassuré tu n'as pas besoin d'avoir peur de moi."

Il n'avait pas besoin de beaucoup dormir en ce qui le concerne et quant à ce qu'il venait de dire...Non, vraiment, il n'avait pas besoin d'avoir peur de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valseur 3
L'autre emplumé, là
avatar

Messages : 20

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Lun 5 Sep - 0:56


Et dire qu’il avait cru un instant qu’on allait le laisser partir ! Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’on l’embêta encore… et pas de la meilleure façon, en plus ! Qui était l’imbécile qui avait été assez inconscient pour lui arracher des plumes ?! En se retournant, Numéro 3 put voir que c’était le gamin d’avant… Visiblement, ça ne lui avait pas suffi, ce qu’il lui avait dit, hein ? Et il se voulait menaçant, avec sa petite dague ! … Euh, c’était pas la dague d’avant, ça ? Bof, on s’en fichait… Dans tous les cas, ça n’impressionnait guère le Valseur, d’ailleurs il se demandait bien ce qui l’empêchait d’attraper l’arme de son "agresseur" pour l’égorger avec… Surtout en sachant qu’il a touché à ses ailes !

Voir le gamin marchander comme ça, c’était tellement ridicule… D’abord il le menaçait, après il gémissait… Parce que, soit disant, le Valseur était complice d’un enlèvement ! Mais oui, bien sûr… Numéro 3 regardait le gosse avec l’air le plus désintéressé possible… Non, il ne pouvait pas changer d’avis, il le trouvait pathétique. Surtout quand il lui tendait les plumes qu’il lui avait arraché. Il croyait quoi, qu’elles allaient se replacer toutes seules ?!

« J’ai pas la moindre idée de quoi tu parles, mais à ce que je sache, j’ai pas une tête à vouloir recevoir de l’argent, là. » lança le Valseur, toujours nullement impressionné par la dague qu’on pointait vers lui… « Et ta magie, je vois pas comment tu vas faire pour me la donner, mais de toute façon tu peux la garder. Et je suis sûr qu’elle est complètement nulle ! »

Numéro 3 récupéra ses plumes d’un geste brusque avant de tout jeter par terre – non, il ne pouvait pas les recoller, n’insistez pas ! – pour se préparer à en remettre une à ce gosse, pour qu’il comprenne une fois pour toute qu’il n’avait rien à attendre de l’emplumé et qu’il ne valait mieux plus lui adresser la parole… Avant de se raviser. D’accord, il n’avait pas trop l’intention d’aider cet incapable, et ce qu’il lui voulait lui offrir c’était nul, mais il venait de penser à quelque chose, là. Dire qu’il l’avait presque oublié ; il devait chercher la princesse, quoi ! Et ce gamin, là, il était bien trop peu dangereux pour représenter une quelconque menace pour n’importe qui… Et donc, il était clair qu’on ne s’en méfierait pas ! C’était assez dur à l’admettre, mais les deux fois où le Valseur avait voulu de lui-même chercher la princesse, on l’avait défoncé. Surtout qu’on dit "jamais deux sans trois". Du coup, autant envoyer quelqu’un d’autre à la place, en tant qu’appât… Si déjà il pouvait savoir où était la princesse. Mais, une chose à la fois !

« Quoique… J’aurais un truc meilleur à proposer, en fait. » dit-il alors. « Je te dirais bien ce que c’est, mais vu ta tête, ça fait trois plombes que t’as pas dormir, et tu vas rien piger à ce que je vais te dire. Donc tu vas aller ronfler quelque part, de toute manière là t’es même pas frais pour aller chercher ton… "ami"… »

Numéro 3 se doutait un peu que ce gamin n’allait pas repartir tout seul pour aller dormir, il ne devait pas vouloir quitter des yeux le "complice de l’enlèvement" ! Eh bien, puisque c’était ainsi, il y avait un moyen simple de l’emmener à un endroit où se reposer ! Le Valseur attrapa le gosse sans même dire un mot, pour l’embarquer tel un sac à patates à travers la ville. Il allait entrer dans une maison au pif et la réquisitionner, et personne n’avait intérêt à protester !

Finalement, arrivé devant la dite-maison, il préféra toquer plutôt que de défoncer la porte – parce qu’après, on ne peut plus la fermer, c’était nul – pour se précipiter de force à l’intérieur immédiatement après que la porte soit déverrouillée, puis il balança le gamin par terre sans aucune délicatesse pour être parfaitement disponible pour s’attaquer au maître des lieux. L’assommer suffira amplement, c’était surtout que s’il en faisait plus, le gosse pouvait risquer de se barrer en courant, il en avait un peu "besoin" là, encore. Juste après, le Valseur verrouilla l’entrée, pour enfermer l’habitant dans le sous-sol, au cas où il se réveillerait plus tôt que prévu. Ah, oui, et après avoir vérifié qu’il n’y avait personne d’autre à l’intérieur. Mais ça avait l’air bien désert, à présent.

« Bon, maintenant, t’as tout le loisir de trouver un coin où dormir. » annonça Numéro 3 quand il revint vers le gamin. « Sauf si tu as la trouille et que tu veux partir, mais c’est sûrement pas comme ça que tu vas retrouver l’autre, là, puisque tu as besoin de moi. »

Oui, bon, il ne savait pas où il était, "l’autre là", mais bon, ça dissuaderait sûrement l’enfant de partir, s’il en avait eu l’idée pendant un instant.


PrésentationFiche Technique
Couleur paroles : navy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 461

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Lun 5 Sep - 22:02

Les évènements qui l'avaient conduit à être ballotté sur l'épaule de ce grand type le laissèrent perplexe. Il avait d'abord protesté bien sûr, il s'était beaucoup tortillé aussi, en vain. Alors, résigné il avait posé son menton dans le creux de sa main et attendait qu'il se décide à le déposer quelque part. Le fait que les gens les regardaient bizarrement ne devait pas préoccuper son "véhicule" mais lui, ça l’embarrassait un peu quand même...Jusqu'à ce qu'enfin ils trouvent une maison où s'arrêter.

Devant la porte, Joan fut surpris que le mage y toque "gentiment" Puis, il sentit qu'il entrait dans le domicile en force, cela lui ressemblait plus...Sauf que vu comment il était placé, le jeune homme ne voyait pas ce qui se passait.

"Ne soyez pas trop méch... !"
Il atterrit durement sur le sol, ce qui confirmait que le valseur avait bien l'attention de s'arrêter là. "...chant..." finit-il de dire en se frottant le bras qui avait heurté le parquet.

Le pauvre homme chez qui, ils venaient d'entrer en toute illégalité se retrouva bien vite enfermé dans la cave de sa propre maison, après avoir été assommé...Le mot "méchant" était inscrit sur le front du grand mage, lui demander de ne pas l'être aurait été contre sa nature. Quand il en avait fini avec l'homme et retourna vers lui, par réflexe, Joan se protégea de son bras. Quand il réalisa qu'il voulait simplement lui parler, le jeune homme fit mine de passer une mèche de ses cheveux dernière son oreille pour donner le change et ne pas montrer qu'il avait eu peur de s'en prendre une...

"Je ne veux pas dormir ! Je veux tout de suite qu'on aille chercher Vingt-deux ! Vingt-deux, c'est le nom de mon ami...et moi c'est Joan à titre indicatif...et vous...?" Parce que l'appeler "le grand mage" tout le temps c'était moyen.

Enfin, il se leva et examina la maison. Son regard resta un moment fixé sur la porte d'entrée, tout de même !'avoir verrouillé comme ça ce n'était pas nécessaire, en tout cas, ça le mettait très mal à l'aise.
Quoi qu'il en soit, il n'avait pas tellement le choix alors, autant essayer de voir le verre à moitié plein. S'il prétendait ne pas vouloir dormir, il mangerait, tout de même, bien un morceau et profiterait qu'ils étaient là pour le faire...parce qu'il ne se sentait pas très bien depuis un moment, ce qui était compréhensible avec tous les évènements qu'il venait de vivre et la faim et la fatigue n'arrangeaient rien.

La cuisine était ouverte sur la salle à manger. Joan y fureta et fouilla dans les placards et les bocaux. Les Hératiens étaient un peu moins évolués que les Doliens (sans vouloir les offenser, question technologique) alors ici, pas de réfrigérateur, donc pas de viande ? Pas de yaourt au frais, encore bien moins de poissons...Il trouva quelques pots de confiture, qu'il glissa dans son sac à dos...du pain enroulé dans un torchon, et un gros saucisson suspendu au mur.

"Vous croyez que des gens "cochon" en mangent ? Ce serait bizarre...ce serait comme se manger soi-même..."

Cette pensée le perturba...Puis, il examina un grand pot en terre cuite. Il y avait de la viande là-dedans...Elle était salée, pour la conserver sans doute. C'était quoi...? Du porc, peut-être.
Joan était décidé ! Il allait cuisiner quelque chose. Un peu pour l'homme à la cave aussi, quand il sortira...et Vingt-deux, quand il le retrouvera ! Même dans une cuisine si peu moderne et avec un vieux fourneau. Il se débrouillait plutôt bien et environs deux heures plus tard, il posa sur la table ce qu'il avait fait. Ce n'était pas très sophistiqué, mais il avait fait avec ce qu'il avait trouvé.
Le propriétaire de cette maison devait être célibataire, vu le peu de ce qu'il avait chez lui et heureusement d'un sens, sa famille ne débarquerait pas d'un coup pour voir deux inconnus chez eux...D'ailleurs, il voulait avoir une petite attention pour lui. Il laissa un peu d'argent sur la table et une petite note où il écrivait qu'il s'excusait, dans sa langue à lui...pour être plus sûr, il dessina un petit smiley souriant, pour faire comprendre que ses attentions, n'étaient pas hostile.

Ensuite, il découpa dans le morceau de porc deux grandes tranches qu'il avait glissées dans du pain. Il y ajouta, un peu de légume qu'il avait cuit et qu'il ne connaissait pas du tout, et il referma le tout avec une autre tranche de pain. Il croqua dans son gros sandwich et constata que ce n'était pas si mauvais...Il regarda le valseur et lui demanda s'il en voulait. Oui ! Il était comme ça, il partageait sa nourriture avec tout le monde ! Même la nourriture des autres avec tout le monde...S'il en voulait, il pourrait se servir de toute façon. Il avait posé la grosse marmite sur la table.
Après son repas, il se dirigea vers les autres pièces de la maison et entra dans la salle d'eau, sans fermer la porte, il voulait toujours garder le mage à l’œil ! Il se débarbouilla rapidement et vint s'assoir en face du mage noir.

"Je ne veux pas dormir, mais...euh, si je le fais, vous n'allez pas me tuer dans mon sommeil, hein ?" S'il avait voulu le tuer il aurait pu le faire bien plus tôt, se rassura-t-il dans sa tête rapidement... "Après, on va chercher mon compagnon ! Et j'honorerais ma parole, je ferais ce que vous me demanderez, mais seulement après avoir récupéré Vingt-deux !"

Il n'avait absolument pas confiance en ce gars et il se demandait si finalement, il n'aurait pas été plus judicieux d'essayer de retrouver Vingt-deux sans son aide...
Il avait récupéré un oreiller dans une chambre et s'installa par terre devant la porte d'entrée, au cas où...Il ne dormirait pas beaucoup, il essayerait de faire semblant, tant que le temps passait jusqu'au lendemain rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 335

MessageSujet: Re: Voleur un jour...   Jeu 8 Sep - 23:11


Vingt-deux voulait vraiment que Joan soit là, maintenant ! Ça l’aiderait très certainement à être moins inquiet… Mais l’autre monsieur qui lui faisait peur, là, il n’avait pas l’air de vouloir beaucoup prendre en compte ce que disait le petit mage… Il avait surtout l’air d’entendre que ce qui l’arrangeait, oui ! Ce n’était pas très poli… Perdu dans ses pensées et ses inquiétudes, Vingt-deux ne pensa même pas à attraper le tissu qu’on lui lançait et il dû se baisser pour le ramasser… Ça continuait bien, tout ça. Comment il allait faire avec ce truc… Il n’allait jamais réussir à se débrouiller tout seul… Et, en même temps, le dénommé Kuja lui demandait des trucs… Mais pourquoi il lui demandait ça à lui, hein ? Il ne voyait pas que le Mage Noir n’était pas en état d’aider qui que ce soit ! D’ailleurs, le petit mage ne se gêna pas pour le faire remarquer… !

« M-Mais… Je… Je peux pas vous aider ! Je… J’ai rien de spécial… ! E-Et je peux pas… faire grand-chose… Et, euh… Je suis méchant… Je crois… »

Quelqu’un de méchant, ça n’aidait pas les gens normalement, si ? Mais Vingt-deux ne se sentait pas particulièrement mauvais… Et ce, malgré ce qu’il avait fait plus tôt… Ce n’était pas qu’il ne se sentait pas coupable, bien sûr que non, mais il n’avait jamais été comme ça, avant ! … Mais il se jurait que ça ne se passera plus jamais, ce genre de choses !

Alors que le petit mage se demandait comment il allait faire avec ce tissu, il entendit le monsieur lui proposer des choses… Et ça ne lui plaisait pas du tout, ça ! Et Joan, dans tout ça ?! Vingt-deux n’allait sûrement pas partir avec un inconnu qui venait de l’enlever, et qui en plus n’écoutait pas la moitié des choses qu’il lui disait ! Il avait d’ailleurs l’impression que ça ne servirait à rien de protester, justement parce qu’on ne l’écoutera pas… C’est pour ça que le petit mage se contenta de regarder le sol sans répondre, puisque c’était comme ça, il n’allait rien dire, nah ! Puis Kuja lui montra un endroit où le Mage Noir pouvait aller dormir – malheureusement, il était bien trop fatigué pour protester – et lança un dernier regard désespéré au monsieur bizarre avant d’entrer dans la pièce et de fermer la porte derrière lui.

Vingt-deux dormirait bien tout de suite, mais ce serait bien qu’il tente de faire quelque chose pour son bras… Après s’être déshabillé – avec difficulté – il s’était battu avec le tissu, pour au final finir par faire le pire bandage qui puisse exister… C’était pas possible qu’il puisse guérir avec ça, si ?! Enfin, il n’avait pas le temps de s’amuser à réfléchir à ça, il alla s’allonger et s’endormit immédiatement dans un sommeil sans rêve.

Il se réveilla le lendemain, et son bras lui faisait encore plus mal que la veille ! Il n’avait pas vraiment envie de se lever, mais s’y força tout de même, avant de sortir de la chambre. Il avait espéré un moment que le monsieur bizarre était allé dormir et que le Mage Noir pouvait donc trouver un moyen de s’échapper, mais, non ! Il était déjà debout ! Ou toujours debout ? Enfin, ça n’avait pas d’importance, puisque du coup, Vingt-deux devait rester là… Pfff… Tant pis, il allait devoir essayer autre chose !

« M-Monsieur… ? J-Je veux pas partir s-sans Joan, moi… On… On pourrait pas aller le… le chercher et… a-après je fais ce que vous voulez ! S-S’il vous plait ! J-Je me sens pas bien… sans Joan… »

En accompagnant ça avec des yeux doux… Ça n’allait sûrement pas fonctionner, cette manœuvre, mais rien ne coûtait d’essayer…


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voleur un jour...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voleur un jour...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cent ans pour le Voleur.. Un jour pour le Maître ? [Jin Tachibana]
» (solo) Voleur un jour, volera toujours. (Terminé)
» Stats pour un voleur level 10
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Héra :: Tréno-
Sauter vers: