Accueil

Partagez | 
 

 Une petite curieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Aerith Gainsborough
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Dim 17 Juil - 9:50

Une petite curieuse
Megane & Ran Von Einzbern

Apparemment Mégane semblait plutôt soulagée que, finalement, son lourd secret soit révélé, même si c'était par la force des choses. Ce devait être vraiment difficile d'être une sorcière dans ce monde, ce qui pour Aerith empêchait clairement tout ressentiment envers la petite : qui pourrait lui en vouloir de se dissimuler vu comment elle risquait d'être traitée ? Certes, elle aurait pu considérer que des personnes venant d'autres mondes devraient être moins sujettes aux préjugés de celui-ci, mais ça n'en faisait pas pour autant des gens de confiance.

Dans le cas de la marchande de fleurs, il n'y avait aucun risque à avoir, déjà parce que c'était dans sa nature d'aider tout le monde en se fichant royalement de ce qu'ils étaient, et ensuite parce que, même s'il y avait des différences notables, elle trouvait que Mégane lui ressemblait beaucoup sur certains points. En tant que dernière Cetra, elle avait eu son lot de courses-poursuites, et de cachotteries. Le seul avantage à côté de l'enfant, c'est que sur Gaïa peu de personnes connaissaient les Cetra, donc elle était plus facile à dissimuler. Et ses propres pouvoirs n'étaient pas aussi visibles.

Cela dit pour le moment il n'était pas question d'elle, et parler de tout ça n'apporterait rien d'utile au groupe, alors Aerith profita de la délicieuse salade d'Amélia tout en écoutant la suite. Apparemment Mégane avait du mal à contrôler ses pouvoirs contrairement à ce qu'elle croyait... plutôt dérangeant vu leurs effets. Amélia voulait en savoir toujours plus mais ses questions commençaient à devenir trop précises et elle le comprit en laissant tomber. Il ne fallait sûrement pas pousser le bouchon trop loin.

La question d'Aerith n'eut pas une réponse aussi précise qu'elle le voulait, mais peut-être que Mégane et Amélia n'avaient pas les détails ? Certes les sorcières se retrouvaient enfermées, mais après ? Servaient-elles d'expériences ? Ou étaient-elles juste forcées à utiliser leurs pouvoirs pour tel ou tel gouvernement ? Peut-être que la question était trop délicate. Tant pis, ce n'était pas si important que ça après tout. En revanche elle souleva un détail des plus intéressants : les hommes qui les avaient poursuivies n'étaient pas de la police.

- Un coup d'état...

Cela lui rappelait la Shinra et ses nombreuses prises de pouvoir de l'époque. A croire que les histoires pouvaient se répéter sur d'autres mondes ? Non bien sûr, Deling City n'avait rien à voir. Peut-être n'était-ce qu'une femme avide de pouvoir et pas toute une organisation derrière. En tout cas, la situation n'était pas très belle pour cette ville à en croire son état et le résumé d'Amélia. Et il était bien sûr hors de question d'essayer de s'expliquer avec ces hommes.

Aerith ne put s'empêcher de rigoler tout doucement en mettant une main devant sa bouche alors que Ran exprimait vivement son refus d'abandonner et de se laisser faire. Au moins elle était claire, malgré son vocabulaire rocambolesque digne des pièces de théâtre du Gold Saucer.

- Je partage l'avis de Ran Von Einzbern. M'opposer à un chaos politique comme vous dites ne me dérange pas, j'en ai plutôt l'habitude à vrai dire. Lorsque je décide d'aider quelqu'un, je le fais jusqu'au bout, peu importe les difficultés.

C'était dit d'une voix très douce mais aussi très claire : Aerith savait être une véritable tête de mule, et elle ne comptait pas changer d'avis. Encore moins quand la situation devenait difficile. C'était justement là qu'on avait le plus besoin d'aide,  non ?

Ran posa une question tout à fait pertinente. La Cetra en avait une autre à exposer juste après.

- Vous dites que vous êtes certaine de trouver ce que vous cherchez ici. Avez-vous une idée précise du lieu où nous devrions aller ?

Elle aurait bien rajouté un "Et de quoi s'agit-il au juste ?" mais cette seconde question était plus ou moins dans son ton curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Megane
Flammèche Temporelle
avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Mar 26 Juil - 21:32

Je n’en attendais pas moins de ces femmes qui s’étaient efforcées à me faire cracher le morceau sur ma situation un peu plus tôt. Je pouvais m’estimer heureuse d’avoir fait la connaissance en si peu de temps de compagnons fiables pour m’aider dans ma quête.

« Formidable ! Maintenant que nous sommes toutes d’accord pour botter le train à ceux qui viendraient nous chercher des ennuis, il faut trouver le moyen d’échapper à la vigilance de ces miliciens corrompus. »

Amelia choisit ce moment pour revenir à nos côtés, tandis que Ran s’interroge sur la politique mondiale depuis le coup d’état.

« Les autres nations n’ont pas vraiment leur mot à dire. L’ancien dirigeant ayant disparu, et son opposante ayant réussi à s’imposer comme sauveuse en faisant capturer la plupart des terroristes impliqués dans l’attaque de la ville, ils ne disposent d’aucune base pour dénoncer ses agissements. Le duché de Dollet semble vouloir rester aussi neutre que possible, vu que l’on n’en entend pas parler malgré leur proximité.
-C’est compréhensible, vu qu’il ne disposent pas d’hommes à déployer au-delà de leurs frontières. Leur parlement ne peut pas se permettre de laisser leur territoire sans défense après ce qui s’est passé il y a deux ans. Esthar n’a rien tenté, je suppose ? Vu leur passif au cours du dernier conflit, je ne m’attends pas à ce qu’ils interviennent. » faisais-je remarquer en exploitant fièrement mes souvenirs des cours d’histoire de la formation du Grey WooDs.

Vu qu’il s’agissait de la période qui avait vu naître la plus grande Calamité existant sur Dol, ma mémoire avait réussi à conserver les détails les plus important concernant la situation politique des principaux acteurs du conflit. Par contre, bien que situer les différents gouvernements de cette époque ne me posait aucun problème, les noms des personnalités concernées ne me revenaient pas aussi facilement. Il faut dire que les célébrités de cette génération n’étaient pas restées sur le devant de la scène très longtemps.


-Bien deviné, Meg. Il ne reste que Balamb qui pourrait lancer une opération mais avec le principal de la BGU qui s’est volatilisé, on ne peut pas compter sur eux non plus. »

Cette personne en était d’ailleurs un exemple parfait, vu qu’il m’était impossible de mettre un nom dessus. Sur le moment, je m’étais dit que je n’allais pas m’embarrasser d’apprendre chaque patronyme de ceux qui étaient décédés avant ma naissance.

Je ne m’attendais pas à ce qu' Amelia fasse preuve d’autant de familiarité avec moi après si peu de temps passé en ma compagnie, mais je suppose que je devais bien m’y attendre dès l’instant où elle m’avait demandé de l’appeler par son surnom.

En tout cas, vu ce qui venait de se dire, Deling ne pouvait clairement pas compter sur une quelconque aide extérieure pour rétablir une situation normale. Il valait mieux déguerpir d’ici le plus vite possible une fois que j’aurais obtenu ce que je voulais.

Aerith vient nous rappeler que je n’ai pas encore abordé le sujet concernant le lieu qui contient ce que je recherche. Il est vrai que jusqu’à maintenant, j’étais restée plutôt discrète là-dessus. C’était peut-être le moment d’en parler.


« Le grand bâtiment hideux devant lequel je nous ai fait passer avant que mes pouvoirs ne deviennent hors de contrôle doit sûrement accueillir les informations dont j’ai besoin. Malheureusement, les gardes qui l’entourent ne nous faciliteront pas la tâche si on veut y pénétrer. Et ce n’est certainement pas le genre d’endroit auquel le public à accès sans raison valable.
-Tu comptes infiltrer le palais présidentiel ? Ouah ! On peut dire que tu cherches vraiment les sensations fortes. Après ce qui t’es arrivé, j’aurais cru que tu voudrais faire profil bas pendant quelques temps. »

Je ne sais pas si c’est grâce à ses pouvoirs de sorcière ou si c’est un talent naturel mais elle est vraiment douée pour deviner les intentions des gens en face d’elle. Je n’aimerais pas l’avoir en tant qu’ennemi.

« Je connais une personne douée pour créer la panique. Si j’arrive à la contacter, elle devrait être capable de créer une diversion pour que vous puissiez entrer sans vous faire voir.
-Amel… Amy ! Tu n’as pas à faire ça ! Tu nous as déjà bien assez aidé comme ça !
-Entre sorcière, il faut savoir s’entraider ! Tu as des raisons difficiles à partager, ça je l’ai bien compris et j’ai aussi bien saisi que pour vouloir prendre des risques pareils, c’est que ça te tiens vraiment à cœur. Mais tu ne pourras jamais pénétrer un bâtiment gouvernemental sans quelqu’un pour vous aider depuis l’extérieur ! Alors laisse-moi te faire cette dernière fleur, d’accord ? Tu me rendras la pareille la prochaine fois que tu seras à Deling. »

Je ne savais pas trop ce qu’elle entendait par « lui rendre la pareille » vu les implications d’une telle action mais je dû me résoudre à accepter son aide. Il est vrai qu’au point où nous en étions, nous ne pourrions jamais approcher les portes du palais sans nous faire arrêter par les gardes en faction. Si quelque chose - ou quelqu’un - pouvait attirer leur attention pour nous laisser le temps d’entrer et de prendre ce qui m’intéressait, je ne pouvais décemment pas laisser passer une telle occasion.

Je vis Amelia prendre le téléphone portable qui était posé sur la table du salon et partir avec dans une des pièces du fond, probablement sa chambre. Je me demande bien qui pourrait être assez fou pour aider quelqu’un à s’introduire dans un bâtiment officiel. S’agissait-il d’une autre sorcière ? Ou bien était-ce simplement une autre personne insatisfaite par le régime récemment mit en place ? Dans un cas comme dans l’autre, elle non plus ne craignait pas d’être poursuivie par les hommes qui contrôlaient la ville en ce moment.


« Elle ne nous laissera pas nous débrouiller toute seule, quitte à impliquer une personne supplémentaire. Je dois avouer que ça ne me plaît pas vraiment mais vu ce qui passe, ça ne m’étonne pas vraiment que d’autres soient prêts à déstabiliser les gens à la tête d’un régime pareil, ne serait-ce que momentanément. »

Je marque un moment de réflexion et levant les yeux au plafond. Les hommes qui nous avaient poursuivis et ceux que j’avais pu apercevoir en train de monter la garde lors de notre passage devant les grilles du palais laissaient penser à un groupe formé au combat comme des mercenaires privés. Mon agilité me permettrait surement d’éviter de me prendre des balles mais maintenant que j’étais accompagné, je devais penser un peu à comment me comporter avec du monde autour.

« Je n’aime pas trop y penser tant que nous ne sommes pas au cœur de l’action mais si la situation vient à dégénérer, il nous faudra nous défendre d’une manière ou d’une autre. A vrai dire, j’ai plus l’habitude de combattre seule aussi je pense qu’il serait utile que nous fassions le point sur les forces à notre disposition. Vous n’êtes pas d’accord ? » demandais-je en battant des jambes sur ma chaise.


Présentation - Fiche Technique - Journal

♫ ~ My flame will get stronger ~ ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ran Von Einzbern
Dragonne Rembourrée
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Dim 7 Aoû - 8:07

Les grands esprits se rencontrent, décidément. A l'unanimité, les Drôles de Dames de Dol semblaient bien parties pour faire le dawa comme c'était pas permis contre cette dictatrice à la noix et ses sous-fifres. Ca allait chier des marmottes, comme on dit dans le métier.

Mais par où commencer ? Ran s'était focalisée sur ceux et celles qui voudraient casser de la dictatrice au petit déjeuner, mais Aerith faisait remarquer que les pistes étaient rares pour le moment.
Amelia répondit à Ran en expliquant que pour le moment, personne au niveau diplomatique ne pouvait faire grand chose faute de preuves, la nouvelle grande chef ayant réussi à s'attribuer le beau rôle en prétendant avoir capturé les terroristes responsables de l'attaque, avec en prime un duché de Dollet qui ne pouvait pas faire grand-chose à cause de son armée réduite et une... Bé-jé-eue (ça se mange ?) qui était inactive aussi. Effectivement, cela se tenait. Difficile de trouver un casus belli légitime dans ce cas de figure.

Avant d'avoir eu le temps de pouvoir en caser une, Mégane était déjà passée à la suite de son plan : infiltrer le palais présidentiel. Jusqu’ici rien d'anormal, Ran se demanda même pourquoi elle n'avait pas insisté là-dessus plus tôt... Par contre Amelia qui proposait son aide avec une de ses connaissances pour distraire les gardes, ça arrivait de façon totalement inattendue tel un Antoine Griezmann version magical girl. Sitôt dit, sitôt fait. Tandis qu'Amelia partit appeler son ami(e) spécialiste en cassage de pieds de méchants, Mégane s'imposa tacticienne pour un moment. Reconnaissant qu'elle était du genre solo, Rouquine devait savoir de quoi était capable le reste du groupe.



- Que rajouter à ce que vous pouvez voir me concernant, si ce n'est de basiques connaissances en magie ? Non, réellement, Damoiselle Mégane, il vous suffit de me regarder pour "faire un point".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerith Gainsborough
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Sam 10 Sep - 10:25

Une petite curieuse
Megane & Ran Von Einzbern

Tandis que Mégane et sa nouvelle amie discutaient, Aerith réfléchissait. La situation de ce monde, et plus précisément de cette région, semblait bien compliqué et peu agréable à supporter pour la population. Aider apparaissait bien entendu comme une nécessité pour elle, c'était dans sa nature. Maintenant quelle était la meilleure façon d'agir ? A en croire la conversation qu'elle écoutait, il était impossible de faire appel à d'autres contrées pour libérer celle-ci, chacune ayant déjà ses propres soucis et des forces restreintes. Ne restait donc qu'elles, ce qui était bien maigre. Trois femmes, dont deux issues d'autres univers, qui ne connaissaient donc pas celui-ci... c'était délicat.

Mégane expliqua son plan : s'infiltrer dans un immense bâtiment ultrasécurisé pour récupérer ce qu'elle cherchait, chose toujours aussi mystérieuse qu'avant. Amélie comptait les aider, et n'avait pas l'air décidée à lâcher le morceau. Serait-ce suffisant ? La Cetra n'en était pas certaine. Elle connaissait bien ce type d'opération et savait qu'il valait mieux une bonne préparation avant de foncer, ainsi qu'une bonne connaissance des lieux. Or là, elle n'avait pas l'impression que le groupe possédait l'une et l'autre. Est-ce qu'elle pouvait trouver des renforts... ?

Relevant la tête, elle entendit Mégane et Ran échanger sur leurs capacités. L'une semblait axée sur la magie, avec des pouvoirs apparemment délicats à contrôler. L'autre faisait davantage guerrière avec sa tenue, bien qu'ouverte à des endroits qui mériteraient pourtant d'être protégés, et sa lance. C'était plutôt équilibré comme groupe. Mais était-ce assez... ?

- Pour ma part, je suis une magicienne plutôt spécialisée dans le soin. Cependant je ne suis pas certaine que ce sera suffisant.

Cette phrase devrait amplement suffire à attirer l'attention pour qu'elle puisse ensuite s'expliquer.

- Vous voulez que nous nous infiltrions dans un bâtiment je suppose très sécurisé dont nous ne savons rien, avec des forces assez minces. Je connais des personnes qui ont fait ça disons pas toute leur vie mais presque, et qui plus est qui savent se battre. Cette opération me paraîtrait plus sûre avec eux, et je me propose d'aller les chercher.

Bien sûr Aerith ignorait comment fonctionnait les portails et ne savait donc pas qu'elle pourrait ne pas être capable de faire un aller-retour contrôlé une fois qu'elle aurait retrouvé ses anciens compagnons.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Megane
Flammèche Temporelle
avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Ven 16 Sep - 23:35

Je ne pouvais pas vraiment donner tort à Ran, qui affichait une allure des plus éloquentes si je me fiais aux connaissances dont je disposais sur le maniement de la lance. Quant à savoir si son armure la protège des coups aussi bien qu’elle le prétend, ça reste à débattre.

Quant à Aerith… J’attends encore de la voir à l’œuvre, elle aussi. Je ne doute pas de ses capacités en matière de magie curative mais je doute qu’elle arrive à placer un sort de soin entre deux salves de tirs de fusils semi-automatiques.

Je dois bien avouer être dubitative quant au potentiel de notre équipe dans le cadre d’une action telle que celle que l’on s’apprête à entreprendre.
Il fallait espérer qu’Amelia parvienne à rallier à notre cause la personne dont elle parlait avant de passer son coup de fil.

Comme pour répondre à ce que je pensais à l’instant, Aerith nous informe qu’elle connaît des gens habitués aux opérations d’infiltration. Elle se propose même de partir à leur recherche pour nous aider.


« Vous voulez vraiment partir maintenant ? La ville grouille de miliciens prêt à appréhender tout individu… suspect… »

Je m’interromps en en plein milieu de ma phrase, considérant ce que je m’apprêtais à dire.

De nous trois, Aerith était probablement plus à même de passer inaperçu. Elle n’avait pas les tendances exhibitionnistes de Ran et du peu que j’en savais, ne risquait sûrement pas de se déchaîner accidentellement pour je ne sais quelle raison.

La providence semblait nous offrir un moyen d’assurer nos arrières. Difficile de refuser une aide aussi précieuse.


« Il est vrai qu’on n’est jamais trop prudent. Surtout dans le cas qui nous concerne. Si vous estimez que ces gens sont capables de nous offrir leur soutien, il serait vraiment stupide de passer à côté d’une occasion comme celle que vous comptez nos offrir. »

Amelia ressort de la pièce où elle était partie quelques minutes plus tôt, visiblement fatiguée par la conversation qu’elle venait d’avoir au téléphone. Je n’avais rien entendu de là où j’étais, donc j’ignorais ce qui avait pu se dire au travers de l’appareil mais il était certain que ça n’avait pas été de tout repos pour la lycéenne.

« Ça n’aura pas été simple mais j’ai réussi à la convaincre de créer suffisamment d’agitation pour obliger le plus gros des gardes du palais à quitter leur poste. Vous devriez pouvoir entrer sans trop de problèmes mais une fois à l’intérieur, il faudra que vous évitiez ceux qui patrouillent à l’intérieur.
-C’est plus que ce que je n’aurais jamais espéré en arrivant en ville ce matin. Il faudra la remercier comme il se doit une fois que ce sera fini.
-Ne te réjouis pas trop vite. Pour accepter de faire tout ça, elle veut que vous récupériez des données conservées dans les serveurs du gouvernement. Je n’ai pas la moindre idée de ce qu’elle compte en faire par la suite mais c’est la seule condition qu’elle a mentionné en échange de son aide. »

Voilà autre chose. Je me retrouve à devoir jouer les pirates informatiques pour ne serait-ce que franchir les murs d’enceinte du bâtiment. J’aurais dû me douter que de dépendre d’une aide extérieure m’apporterait son lot de désagréments. Du coup, je commence à reconsidérer la question de faire appel au groupe mentionné par Aerith. Je ne les connais pas, pas plus qu’Aerith à vrai dire. Elle nous assure qu’ils sont compétents mais je n’ai pour l’instant aucune garantie de leur fiabilité.

« Je veux bien l’aider à récupérer ces données mais ça m’étonnerait que quelqu’un ici soit capable de forcer la sécurité d’un système comme celui auquel on a affaire.
-C’est ce que je lui ai dit mais elle m’a répondu qu’elle fournirait de quoi vous assister dans cette tâche. Elle compte me faire parvenir le nécessaire avant qu’on ne commence.
Ça veut dire quoi, ça ? Je n’ai pas encore parlé du moment où nous passerons à l’action ! »

A peine ai-je le temps d’exprimer mon avis que l’apparition soudaine d’une boîte depuis un vortex ténébreux au beau milieu de la pièce ne nous fasse nous lever en catastrophe de nos chaises, sauf pour Amelia qui était déjà debout. Elle se dirige ensuite vers l’objet tombé au sol pour le ramasser et l’amène de notre côté. Je peux voir qu’il s’agit en fait d’une sorte de coffret en métal, fermé par un loquet, qu’Amelia décide de faire coulisser pour révéler le contenu.

Je ne peux pas m’empêcher de demander avec appréhension :

« Qu’est-ce que c’est ?
-Je crois que c’est ce qu’elle veut que tu utilises. Elle me tend l’objet, qui m’a tout l’air d’être une clé pour stocker les données d’un ordinateur. Il y a aussi un mot… "Je vous attends pour dans une heure. L’offre expire passée ce délai. Si vous n’êtes pas prêtes à ce moment-là, vous n’obtiendrez plus rien de moi". Tu viens d’obtenir la réponse que tu voulais, on dirait. »

Génial. Apparemment, j’ai à faire avec une originale. Qui plus est, une Sorcière si j’en crois l’espèce de trou noir en train de se refermer au beau milieu de la salle à manger. Je ne suis pas totalement contre l’idée de récupérer ce dont j’ai besoin au plus vite pour m’éclipser juste après et éviter de me faire attraper en restant trop longtemps au même endroit. C’était même mon intention depuis que j’étais arrivé à Deling, à vrai dire.

Mais bon sang, j’espérais quand même pouvoir souffler un peu avant de m’introduire dans le bâtiment le mieux gardé après la prison du Désert. Il va falloir que je revoie le plan en prenant en compte tous ces nouveaux paramètres.


« Aerith… Le temps nous manque pour que vous reveniez nous assister avec vos compagnons… Mais je suis sûre que vous pouvez nous venir en aide d’une autre manière. Le mieux que vous puissiez faire à l’heure actuelle, c’est de quitter Deling et de les alerter de la situation. Plus il y aura de monde de l’extérieur au courant de ce qu’il se passe ici, plus les habitants de Deling auront de chances de s’en sortir. Vous nous avez dit avoir vos propres problèmes à régler dans votre monde, aussi vaux-t-il mieux transmettre l’information pour éviter de mauvaises surprises par la suite. »

Je me tourne de nouveau vers Amelia, qui nous fixe en silence.

« Laisse-moi faire ! Je m’occupe de lui faire quitter la ville sans encombres. me répond-t-elle en levant le pouce.
-Merci, Amy. Tu sais où nous devons être à l’heure du rendez-vous ?
-Je pense qu’elle vous veut positionné quelque part non loin du palais présidentiel. La connaissant, elle n’aura pas trop de difficultés à déterminer si vous êtes présentes ou non le moment venu. En attendant, vous devriez vous reposer un peu. Pendant ce temps, je m’occupe des démarches pour après votre sortie. »

Amelia s’empresse de partir dans la chambre qu’elle venait à peine de quitter quelques instants plus tôt, visiblement excitée par la perspective de se rendre utile.

Je me tourne alors vers les femmes assises autour de la table à côté de moi.


« J’imagine que ce n’est pas ce à quoi vous vous attendiez en vous rendant dans cette ville. »

J’avais essayé de dire ça sur le ton de la plaisanterie mais le cœur n’y était pas et je finis par lâcher un long soupir.

« On a déjà bien assez souffert dans le passé… Moi qui pensais que le monde se dirigeait vers une paix durable, je me rends compte que j’étais bien naïve de croire ça. »

Je ne peux pas m’empêcher à ce moment de penser à ma famille, à ce que font mes parents et ma tante en ce moment. L’heure n’est cependant pas à la mélancolie. Il faut que je sois forte si je veux un jour revoir leurs visages.

« Désolé, je ne voulais pas paraître négative. Arriver ici et apprendre tout ça d’un coup, ça fait un choc. »


Présentation - Fiche Technique - Journal

♫ ~ My flame will get stronger ~ ♫


Dernière édition par Megane le Dim 25 Sep - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ran Von Einzbern
Dragonne Rembourrée
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Dim 18 Sep - 14:36

L'explication laconique mais parfaitement informative de Ran sembla avoir contenté l'assemblée. En même temps, que dire de plus ? "J'ai une lance, un peu de magie et des gros nichons." était un récapitulatif parfait. S'il y avait d'autres capacités ou un Éon dans le lot, peut-être...
Aertih avait annoncé être du genre mage blanc, ce qui était plus ou moins évident : juste la regarder hurlait au mage offensif et/ou soigneur. Mégane avait certes une épée, mais c'étaient plus ses capacités à faire office d'allume-barbecue format XXL qu'elle avait démontré. Pas génial donc, si on faisait l'addition. Et sans possibilité de repartir sur Ivalice pour mieux s'équiper et acheter des sorts, Ran devrait sortir le grand jeu en cas d'ennuis. Perspective peu attirante quand le plan de Mégane était d'aller droit dans le nid de frelons pour trouver ses réponses...

Et les choses prenaient bel et bien cette route. La brunette se proposa de repartir dans son monde pour aller chercher des copains à elle, doués pour ce genre de travail. Elle cachait bien son jeu ; qui aurait cru que la douce Aerith avait des anarchistes chevronnés dans son carnet d'adresses ?
Mégane s'y opposa par peur qu'elle se fasse attraper avant de se raviser. Au même moment, Amelia revenait de son coup de fil, déclarant que son contact mystère allait distraire la majorité de la troupe pour faciliter le travail des Solid Snake en culotte (enfin, en culotte et en tenue de cuir), mais qu'en contrepartie, elle voulait des informations contenues dans des serveurs (les gens de ce monde utilisent des restaurants comme archives ???). Donnant donnant donc.

Par contre, le temps de préparation n'était pas au menu de cette personne, car sitôt la conversation finie, une boîte se téléporta sur la table du salon, flanquant une belle frousse à tout le monde. Dedans se trouvaient un petit appareil (le fameux outil pour récupérer les données dans les serveurs ?) et un mot demandant simplement et sans possibilité de réponse au groupe que dans une heure, c'était infiltration que ça leur plaise ou non.



- Votre "contact" me semble fort pressée de nous voir jouer les voleurs. C'en est presque impoli de nous forcer la main de la sorte.


Vouloir aller si vite risquait de faire confondre vitesse et précipitation aux dames et faire de grosses erreurs. Le service laissait à désirer sur ce coup. Mégane elle-même semblait peu enjouée à l'idée de jouer contre le temps...
Les décisions furent vite prises : Aerith, avec l'aide d'Amelia, quitterait la ville pour aller retrouver ses amis. Mégane et Ran seraient de corvée d'espionnage. Tout était prêt.
Mégane tenta de relever l'ambiance en plaisantant avant d'admettre que cela en faisait beaucoup pour les deux étrangères, en plus de les mettre dans une sacrée galère potentielle.



- Si cela peut aider cette nation à retrouver une vie normale, cela ne me dérange point de jouer les filous. Bien qu'en effet, je n'attendais point tant d'action sitôt arrivée céans, mais comme le dit l'expression, "C'est la vie".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aerith Gainsborough
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Ven 23 Sep - 13:32

Une petite curieuse
Megane & Ran Von Einzbern

Aerith était bien consciente que s'éclipser pouvait être délicat avec tous ces gardes en alerte dans la ville, mais ils ne devaient pas avoir de signalement vraiment précis sur elle. De plus, elle savait être discrète - elle avait bien échappé à la Shinra pendant des années - et n'attirait pas spécialement l'attention. Cela dit, le temps semblait leur manquer : Amélia avait obtenu l'aide d'une personne mais celle-ci demandait en échange de voler des données informatiques... rapidement. Il n'y avait donc aucune chance pour que la Cetra retrouve ses compagnons et les ramènent ici avant le début de la mission. Cela ne lui plaisait pas.

La marchande de fleurs sursauta lorsqu'une boîte surgit de nulle part, démontant par ailleurs que sa propriétaire devait posséder des capacités intéressantes. Elle serait sûrement en oeuvre d'aider correctement le groupe. Suffisamment pour un succès assuré ? Difficile à dire. Mégane proposa toutefois qu'elle aille quand même informer ses compagnons de la situation. Il est vrai que, si les deux dames échouaient et disparaissaient, peu de personnes le saurait. Plus il y aurait de monde au courant de l'état de ce monde, ou du moins de ce pays, mieux ce serait pour lui. Amélia se proposa par ailleurs comme "guide" pour sortir facilement de la ville, ce ne devrait donc pas être bien compliqué.

- Merci pour votre aide.

Alors que leur hôte filait à nouveau dans la chambre, la Cetra put revenir à l'enfant aux cheveux enflammés qui se montrait bien défaitiste. Ran était plus réaliste.

- Disons que cela ne m'étonne qu'à moitié : finalement les mondes fonctionnent un peu de la même façon, avec le même type de problèmes.

Toujours liés au pouvoir. Les hommes n'apprendront jamais à contrôler leurs pulsions et leur volonté de contrôler les autres.

- Ne vous inquiétez pas, nous parviendrons bien à atteindre cette paix durable que vous souhaitez. Mes amis sont très efficaces dans ce genre de situation. Je vous promets de les informer et de revenir aussi vite que possible vous aider.

Aerith lissa un peu sa robe, puis fit son doux sourire aux dames.

- Soyez prudentes, et ne prenez pas de risques inutiles. Bonne chance.

La Cetra attendit ensuite qu'Amélia revienne et qu'elles puissent se mettre en route. Lorsqu'elle sera revenue sur Gaïa, elle prendra le temps de prier la planète pour Ran et Mégane : après tout, peut-être que ses mots traverseront eux aussi le portail et les soutiendra ?

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Megane
Flammèche Temporelle
avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Mer 12 Oct - 0:19

Les réponses de mes deux compagnons ont eu le mérite d’apaiser en partie mes appréhensions. C’était dommage qu’Aerith doive nous quitter de cette manière mais comme l’avait si bien dit Ran, on ne pouvait pas toujours tout anticiper. Avec un peu de chance, on la reverrait rapidement et dans des circonstances moins… tendues.

Amelia revient dans le salon quelques instants plus tard pour annoncer que les préparatifs pour faire quitter la ville à Aerith sont terminés. Il est temps de se dire au revoir. Ran et Aerith se saluent à leur manière, tandis que me retrouve à renvoyer l’étreinte de la femme au bâton. Sa présence est si apaisante et chaleureuse, j’aurais presque envie de la garder contre moi indéfiniment si je ne savais pas que la situation était toujours aussi grave. Elle nous adresse un dernier signe de la main avant de franchir le seuil de la porte de l’appartement, suivie de près par notre hôte.

Je n’ai plus vraiment envie de discuter pour le moment et comme je ne sais pas quoi faire d’autres, je décide de m’allonger sur le sofa duquel je m’étais extirpé pour venir manger. Je devais probablement être épuisée, car Ran vient me sortir du sommeil dans lequel j’avais fini par sombrer. Lorsque je lui demande combien de temps il s’est écoulé depuis que je me suis assoupi, elle m’informe que c’est presque l’heure du rendez-vous, ainsi que du fait qu’Amelia est entre-temps revenue à l’appartement.

Je m’équipe rapidement de mon manteau et de la lame de mon père, prenant soin de légèrement desserrer la corde fermant le fourreau pour y avoir accès rapidement en cas de problèmes.

Avant de partir, Amy vient nous voir pour nous prodiguer ses derniers conseils :

« Je suis passé devant le palais en revenant, les gardes se sont rassemblés en grand nombre devant le portail principal. Une fois la diversion lancée, le plus gros devrait être occuper à gérer l’incident mais si vous voulez éviter d’être débordées dès le départ, passez par un côté. Il vous faudra escalader les murs d’enceinte dans ce cas mais ça ne devrait pas vous poser trop de problèmes, je pense. explique-t-elle en fixant Ran, avant de se tourner vers moi. Une fois que vous avez fini, retrouvez-moi à l’Est de la ville. Il faudra faire vite, avant que quelqu’un ne donne l’ordre de boucler les accès. »

Je me contente d’acquiescer en silence, et remercie Amelia pour ses encouragements avant de franchir le seuil de l’appartement. Ran et moi descendons les étages prudemment, attentives à tout mouvement suspect signifiant la présence de miliciens dans l’immeuble.
A priori, aucun d’entre eux n’est resté en poste au cas où nous serions toujours dans les parages. Le doute s’installe momentanément dans mon esprit mais je préfère balayer ces idées pour me concentrer sur l’instant présent.

On finit par sortir dans la rue sans encombre et nous nous dirigeons tout de suite vers le palais présidentiel. Je nous fais passer par les rues moins encombrées par les passants et chaque patrouille de miliciens que je remarque nous oblige à nous camoufler dans l’ombre des bâtiments où à faire des détours. Au terme de nos déambulations, nous finissons par arriver au coin d’une rue parallèle à l’artère principale faisant face à la résidence.

De notre position, je pouvais voir que les infos qu’Amelia nous avait donné s’avéraient justes : un contingent d’hommes armés accompagnés de véhicules blindés était rassemblé devant les grilles du palais, comme en préparation d’une opération quelconque. En voyant un dispositif pareil mit en place, je commence à me demander si c’est vraiment le résultat de ma perte de contrôle qui a poussé à ce qu’ils s’organisent de cette manière.


« J’espère vraiment que la diversion que celle qui nous a contacté tout à l’heure nous a promis va fonctionner. Je me vois mal avoir à faire avec un régiment de miliciens prêt pour partir sur le champ de bataille. déclarais-je en me tournant vers Ran. Au fait, tu avais compris pourquoi Amy… Je veux dire, Amelia, te fixais lorsqu’elle parlait d’escalader les murs ? Je dois avouer que le sens m’échappe depuis tout à l’heure… »

A peine ai-je eu le temps de finir ma phrase qu’un des véhicules observés précédemment passe brusquement à quelques mètres de distance dans les airs à côté de nous, avant de s’écraser plusieurs dizaines de mètres derrière en explosant dans une gerbe de flammes.

Je me retourne vers la direction dont venait l’objet et découvre que les hommes armés ont été surpris par l’apparition soudaine d’une silhouette inconnue au beau milieu de leurs rangs, qui a déjà commencé à semer la pagaille en s’en prenant à tout ce qui lui passait à portée, hommes ou machine. De là où j’étais, impossible de distinguer l’apparence de la personne en question, ni de ce qui lui permettait de décimer les troupes de miliciens avec autant d’aisance. Quoi qu’il en soit, toute l’attention était dirigée vers le champ de bataille et vu les mouvements qui semblaient provenir de l’intérieur du palais, c’était la chance que nous attendions pour pénétrer le bâtiment.


Présentation - Fiche Technique - Journal

♫ ~ My flame will get stronger ~ ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ran Von Einzbern
Dragonne Rembourrée
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Dim 23 Oct - 3:26

- Faites attention à vous.


Ce serait donc à deux que les filles iraient jouer les Snake dans le plus gros nid de guêpes de Deling City. Pas très rassurant, surtout si les choses prenaient une sale tournure, mais on ferait avec les moyens du bord. Sauf si Mégane se remettait à exploser aléatoirement... Même si pour le moment, Ran était plus préoccupée par ce qui pouvait arriver à Aerith. Toute douée qu'elle était, il était évident qu'en combat pur et dur, Mégane et Ran dominaient de loin. Si elle tombait sur un os...
Mieux valait ne pas y penser. Il y avait d'autres chats à fouetter du coté de Blondinette et Rouquemoute. Qu'il fallait d'ailleurs réveiller après quelques heures d'attente vu qu'elle avait décidé de piquer un somma, Ran optant pour attraper un livre qui trainait pour passer le temps. Une histoire de vampires qui brillent au soleil ou un truc du genre.

Amelia avertit les filles que les gardes s'étaient réunis en masse devant le palais, ce qui n'était pas extra pour une diversion... Sauf si elle visait à les éloigner, ce qui semblait être le but de la manœuvre. Restait à espérer que cela fonctionnerait, mais il n'y avait qu'un moyen de le savoir : y aller. L'ombre et la discrétion furent des alliées précieuses, même si la majorité des bidasses dans les rues semblaient avoir disparu. Si c'était comme Amelia l'avait dit, ils devaient sûrement s'être tous massés devant les grilles du palais présidentiel. Il faudrait encore qu'on explique à Ran en quoi empiler toute la soldatesque de la ville près de l'endroit où elle et Mégane étaient supposées entrer sans se faire voir était une bonne idée...

Et en effet, tout le monde était réuni devant les grilles, artillerie incluse. Il devait y avoir erreur sur la stratégie, car là... Soit leur commanditaire s'attendait à ce que les filles se frayent un chemin parmi tout ce monde (ce qui aurait pu être possible avec quelques dizaines de niveaux en plus), soit il faudrait lui apprendre ce que "diversion" voulait dire. Mégane était du même avis, mais Amelia lui avait en plus dit que Ran n'aurait pas de mal à escalader les murs, sans trop expliquer pourquoi. Miss Bonnet F allait répondre quand l'un des véhicules décida finalement de s'envoler dans une puissante explosion, sans doute pour aller rejoindre son peuple dans les cieux... Ah, en fait non, il avait juste pété et venait de s'écraser quelques mètres plus loin. Tel un seul homme, toute la clique de soldats se mit à rusher en avant afin de trouver qui était le saloupiaud qui avait fait l'abruti avec le Blackcell. Bon. Diversion efficace, mais un peu de prévention préalable n'aurait pas fait de mal. Ce commanditaire manquait de la plus élémentaire des politesses...



- Eh bien, "escalader" n'est point le terme des plus adéquats avec mes aptitudes, mais cette cacophonie va me permettre de vous faire la démonstration de ce dont Damoiselle Amelia vous a informée.


Car oui, sans personne pour la voir, Ran pouvait ainsi mettre à profit son talent naturel de dragon : sauter à des hauteurs qui rendraient Renaud Lavillenie dégouté de la vie. Une fois proche du mur, tout était question de préparation... Rotations de cheville au pied gauche, puis au droit... Une petite flexion, deux... Et trois ! En un bond, la blondinette peu vêtue était sur le haut du mur. Et joie, du peu qu'elle voyait dans le complexe, il n'y avait pas un chat, aussi personne ne la vit descendre de l'autre côté.
Visiblement, des travaux étaient de mise, car il y avait une sacrée quantité d'outils et de matériaux qui traînaient un peu partout. Soit tout le monde était à pied d’œuvre pour réparer le complexe, soit autre chose... Et ça tombait bien, car dans le lot, quelqu'un avait laissé traîné une belle rallonge électrique, parfait pour faire passer Mégane par-dessus la muraille avec cette corde improvisée. Une fois lancée au dessus du mur, l'entrée de Damoiselle Mégane était avancée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megane
Flammèche Temporelle
avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Mer 9 Nov - 1:37


Ah oui ! D’accord, Amy avait encore vu juste en mentionnant le potentiel atout de Ran. Lorsque la situation se sera calmé, je lui demanderais comment elle arrive à deviner toutes ces choses sur nous. C’était certainement plus que de simplement de l’intuition et une bonne vue, à ce point-là.

J’observais donc Ran prendre son élan et passer le mur d’environ six mètres comme s’il ne s’agissait que du rebord du trottoir d’en face, avant de me hisser à mon tour à l’aide du câble qu’elle avait envoyé de mon côté. Une fois en haut, je prends quelques secondes pour vérifier que personne d’autre ne nous attends sur un balcon du palais. A priori, pas de mouvements suspects en face, donc la voie est libre jusqu’à ce que l’on rentre.

Je me laisse tomber en contrebas, négociant une réception en pliant les genoux et en posant les mains dans les graviers disséminés dans la cour. Je me secoue un peu les mains pour retirer ceux qui se sont enfoncé dans mes paumes avant de tourner la tête vers Ran :


« Joli coup ! Faisons vite mais restons prudentes. »

Je prends quelques secondes pour inspirer un grand coup pour m’aider à me focaliser pendant les minutes à venir, puis m’élance en direction d’une des façades décorées la plus proche, m’aidant des gravures et autres sculptures murales comme supports d’escalade afin de me hisser sur la terrasse de l’un des balcons déserts que j’avais vu précédemment.

Je me colle au mur dans lequel est monté les portes-fenêtres donnant sur l’intérieur du bâtiment afin de m’assurer que personne ne nous y attend. Difficile à dire, vu la luminosité ambiante et le fait que l’éclairage ne soit pas en marche dans ce secteur. En partant du principe que les hommes chargés de la surveillance n’ont pas eu l’idée de se positionner en embuscade avec les lumières éteintes, je fais très rapidement signe à Ran de me rejoindre, ce qu’elle ne tarde pas à faire dans une cabriole identique à celle réalisée précédemment.


« On n’a pas le temps de crocheter la serrure. Espérons juste qu’ils seront trop occupés avec ce qu’il se passe dehors pour s’occuper d’un carreau brisé ! Je peux compter sur vous ? »

Je m’écarte pour laisser Ran joindre le geste à ma parole, le gantelet à en métal à l’apparence d’écailles traversant la vitre pour en déverrouiller l’accès.

Je passe une main derrière mon épaule pour attraper la poignée du sabre de mon père, prête à toute éventualité en m’engouffrant dans la pièce sombre. Heureusement, aucun homme armé ne nous tombe dessus après avoir été alerté par le bruit du verre fracassé. Je me méfie de la présence d’un quelconque système de sécurité silencieux mais pas le temps pour plus de considérations de ce genre.


« De ce côté. Attendez mon signal. »

Un rapide coup d’œil m’informe que le couloir continue d’être désert mais pas question de rester au même endroit trop longtemps.

« On va s’enfoncer plus profondément dans le bâtiment. Il faut qu’on trouve la salle des serveurs. Pour faire simple, représentez-vous une pièce gigantesque et froide remplie de machines compliquées, qui font du bruit et qui clignotent un peu partout. J’ignore où on va bien pouvoir la trouver mais probablement pas à cet étage. Il nous faudra sûrement descendre un ou deux niveaux. En attendant, avertissez-moi si vous entendez quelqu’un qui approche. »

Ce faisant, je décide de sortir mon arme de son fourreau et commence à m’avancer, le dos courbé. Le silence est notre seul compagnon pour le moment. Espérons que la chance ne va pas tourner soudainement.


Présentation - Fiche Technique - Journal

♫ ~ My flame will get stronger ~ ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ran Von Einzbern
Dragonne Rembourrée
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Dim 13 Nov - 21:58

Une fois le mur franchi par Mégane avec le skill d'un mexicain pendant le mandat de Trump, il était temps de se faufiler dans le bâtiment. Mégane opta pour escalader les ferrures décoratives du bâtiment, Ran passa encore l'obstacle en sautillant. De quoi facilement atteindre une porte-fenêtre qui ne demandait qu'à être fracturée, à la demande de Mégane.


- Mais que feriez-vous donc sans moi ?


Une patate plus tard, l'accès était ouvert au prix d'un peu de verre brisé, mais au diable, ce n'est pas comme si les filles allaient laisser leurs coordonnées pour se faire envoyer la facture du vitrier. Enfin...
La décoration de l'intérieur laissait clairement à désirer aux yeux de Ran, cela dit. Cet endroit osait se faire appeler un palais présidentiel ? Il y avait des bouibouis mieux décorés que ça à Archadès ! Vraiment, si le gouvernement ne pouvait pas se permettre d'embaucher des artisans décents pour rendre cet endroit vivable... Cela en disait long sur l'incompétence des dirigeants.

Mégane expliqua ce qu'était la fameuse salle des serveurs (loin d'être un restaurant comme Ran avait compris au départ) était juste une grosse pièce pleine de machines bizarres. Bon. Plus qu'à trouver cette salle... Ce qui s'annoncerait compliqué, car si Mégane réussissait à être plus ou moins discrète, Ran avait toutes les peines du monde à faire un pas sans que le claquement de ses talons sur le sol marbré du bâtiment ne résonne. Quelle idée aussi de demander à quelqu'un équipé pour tout sauf la discrétion d'aller jouer les Sam Fisher touristiques ! Et ce qui devait arriver arriva : alertés par le boucan ou juste en faction, des pas se firent entendre.



- Palsambleu ! Cachons-nous !


Se cacher, mais où ? Ce n'étaient pas les planques potentielles dans un long couloir... Enfin, il y en avait une possible. Mégane n'apprécierait peut-être pas, mais tant pis. Saisissant brutalement sa comparse par la taille, Ran opta pour bondir et s'accrocher à un des lustres du couloir. Restait a espérer que personne ne lèverait la tête... Ou serait trop occupé à admirer la bizarrerie de la scène pour réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megane
Flammèche Temporelle
avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Jeu 24 Nov - 18:45


Il faut croire que cette journée était placée sous le signe de l’imprévisible car après avoir fait la rencontre d’une (potentiellement deux) sorcière(s) en l’espace de trois heures, je me retrouve à jouer les espionnes dans un bâtiment surveillé par un groupe de mercenaires suréquipés aux côtés d’un femme en armure quasi-complète capable de faire des bonds de géant sans le moindre effort.

Je ne vais certainement pas en être quittes tout de suite, puisque notre évolution dans le palais présidentiel est sur le point d’être interrompue par l’arrivée d’éléments perturbateurs, dont l’attention a probablement été attirée par le bruit de la vitre brisée ou une alarme quelconque déclenchée par notre intrusion. Reporter la faute sur Ran aurait été plus facile mais elle avait fait de son mieux pour suivre mes directives malgré le poids et l’agencement de son équipement. On ne pouvait pas y faire grand-chose, à partir du moment où nos adversaires disposaient de tout un système de surveillance encore en état de marche.

La décision qui m’était venu à l’esprit en entendant mon équipière avait été de trouver une pièce adjacente et de s’y engouffrer en espérant que les hommes passent sans vérifier si nous nous y trouvions encore.

C’était évidemment sans compter sur Ran, qui choisit de jouer de nouveau les acrobates en m’imposant de jouer les partenaires sans avertissement préalable.

Ma première réaction fut évidemment de lui demander ce qui lui prenait lorsque je sentis que l’on me soulevait, avant de subitement resserrer les mâchoires lorsque l’air me fouetta le visage au moment où elle avait décollé du sol.

Je n’avais certainement pas envisagé de me retrouver suspendue à un lustre, retenue par un seul bras alors que le bruit de pas s’intensifiait dans notre direction.


« Vous pensez que ça va marcher ? Je veux dire, ils ont juste à lever les yeux pour nous trouver. » murmurais-je à l’adresse de ma compagne.

Notre position fut bientôt le cadet de mes soucis lorsque j’entendis un bruit au-dessus de ma tête, qui me fais lever les yeux en direction des points d’attache du lustre. Je peux voir qu’un d’entre eux a déjà céder sous le poids combiné de nos deux corps, et qu’il n’en reste plus que cinq. Si on reste accrochées trop longtemps, on ne va pas tarder à remettre les pieds sur terre de manière plutôt brutale.

Je tourne la tête vers Ran pour la prévenir mais à peine ai-je ouvert la bouche que le couloir est plongé dans le noir. Au même moment, le groupe de mercenaires arrive juste en-dessous de nous, leurs armes et équipements créant un brouhaha occultant le reste des bruits ambiants.


« Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi la lumière s’est éteinte ? Salle de contrôle, répondez ! L’aile Est vient de perdre l’éclairage. s’écrit un des hommes en attrapant ce qui ressemble à une radio.
-Le combat devant le palais s’est étendu dans la cour principale. On n’est pas encore sûr mais apparemment, quelque chose a touché un des générateurs électriques. On fait repartir le courant dans quelques secondes, patientez un peu ! lui répond une voix au travers du communicateur.
-Bordel ! Comme si c’était le moment pour ça. Je sais pas ce qui s’en prend à nos hommes devant mais on ne peut pas laisser des intrus en profiter pour se balader tranquillement à l’intérieur. »

Une fois de plus, nous bénéficions d’une occasion en or pour échapper à la vigilance de nos ennemis. Je vais finir par croire qu’à défaut de planifier nos actions, nous allons pouvoir compter sur une chance inouïe pour nous tirer de chaque mauvais pas. Je ne peux m’empêcher de penser que la personne à l’origine de cette opération est capable de prévoir à l’avance ce qui va arriver mais tant que je n’en ai pas la preuve formelle, inutile de s’en formaliser.

« Préparez-vous à me lâcher. On va s’occuper de les neutraliser tant qu’on dispose de l’avantage. A mon signal… chuchotais-je en empoignant mon sabre à deux mains.

Il va être nécessaire d’être rapide et précis, afin d’éviter toute effusion de sang inutile.

Ma lame s’imprègne d’une infime quantité de magie tandis que je me concentre attentivement sur les ampoules et lorsque j’y décèle l’étincelle fatidique, je tranche le reste des attaches encore présente retenant l’éclairage tout en annonçant à Ran le signal pour me lâcher.

Le lustre vient chuter en contrebas, écrasant deux hommes sur les cinq. Inconscients et piégés sous la structure en métal et en verre, ils ne sont plus un problème pour l’instant. Le couloir est scindé en deux par la masse occupant les trois quarts de sa largeur, avec Ran d'un côté et moi de l'autre.

Plus que trois miliciens encore debout. Deux qui me font face et celui avec la radio en train de braquer ma compagne du canon de son arme. Dernières consignes avant de nous lancer à l’assaut.


« Faites attention aux fusils. Désarmez-le, d’abord. Vous pourrez vous en occuper plus facilement à partir de là. »


Présentation - Fiche Technique - Journal

♫ ~ My flame will get stronger ~ ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ran Von Einzbern
Dragonne Rembourrée
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Mer 30 Nov - 1:33

Ran se contenta de resserrer son étreinte sur Mégane au lieu de la laisser se plaindre ; la situation était déjà assez cocasse, ce n'était pas en plus le moment de blablater.

Mais comme un malheur n'arrivait jamais seul, les vis de fixation du lustre décidèrent en plus de commencer à lâcher prise... Décidément, non seulement la décoration était moche comme un pou, mais en plus c'était de la camelote ! Un lustre qui ne tient même pas le poids de deux frêles femmes ? Insensé ! Vraiment... Ran fit une note pour plus tard d'écrire une lettre de colère envers l'artisan en charge de l'installation des luminaires, non mais.

Mégane eut l'idée de retourner le problème à leur avantage tandis que les gardes se demandaient ce qui se passait. Outre tout le bazar dehors (qui avait eu pour effet de faire sauter l'électricité), les gardes étaient plutôt désorganisés. Mégane eut pour idée de faire tomber le lustre au milieu de toute cette clique, histoire d'en neutraliser le plus possible aussi vite que faire se pouvait. Sitôt dit sitôt fait : l'attache du lustre fut tranchée net et le tout s'écroula dans un fracas de tous les diables, mettant hors de combat une partie du groupe. Comment les filles s'en sortirent en n'étant pas blessées alors qu'elles étaient sous le lustre, par contre... Cela eut pour avantage de "couper" le couloir en deux, chacune ayant son lot de gars à gérer. Mégane crut également bon de prévenir Ran des capacités de leurs ennemis, mais pour qui la prenait-elle donc ?



- Voyons, Damoiselle Mégane, nous avons aussi des fusils sur Ivalice, je sais comment-


Une rafale de balles, heureusement toutes loin de leurs cibles prévues à cause de la panique provoquée par le stress. Ce manque élémentaire de politesse fut vite résolu, le soldat se faisant assommer d'un bon coup de poing dans la figure. Certes, Ran ne portait que du cuir bouilli renforcé par des attaches de fer, mais c'était suffisant pour donner la migraine du siècle. Bon, allons voir comment allait Mégane...


- Ah, pas des comme ceci, j'en conviens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megane
Flammèche Temporelle
avatar

Messages : 42

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Dim 18 Déc - 22:04


La réplique que Ran me lance des suites de mon avertissement me fait croire qu’elle n’a rien compris des risques encourus face à l’équipement de nos adversaires mais la chance semble lui sourire à son tour, puisqu’elle parvient à se débarrasser rapidement de son opposant sans se faire toucher.

Lorsque les premières rafales de balles commencent à fuser de mon côté, j’abaisse mon centre de gravité au point le plus bas qu’il m’est possible d’atteindre sans nécessiter de support et commence à courir en direction des tireurs. Malgré quelques moments où je manque de trébucher à cause de ma position, je parviens à maintenir mon équilibre et atteins le premier homme en quelques fractions de secondes, que je frappe d’un puissant coup de pied à l’estomac qui l’envoie à terre pour quelques instants. Je n’attends pas qu’il se relève et fonce vers le deuxième mercenaire, qui a à peine le temps de recharger que le canon de son arme se fait trancher d’un seul coup de mon sabre, continuellement chauffé par magie depuis le début du combat.

Je ne lui laisse pas l’occasion de récupérer une autre arme, un coup de genou au menton l’envoyant au tapis pour le reste de la soirée.
Je me retourne pour savoir où en est Ran et parviens à éviter de justesse une nouvelle rafale de l’homme que j’avais précédemment repoussé. La surprise passée, il décide lâcher son fusil et attrape un couteau tactique dans l’étui sur sa cuisse. En voilà un qui a plus de jugeote que la moyenne mais il risque d’être déçu s’il pense pouvoir m’égaler au combat à l’arme blanche.

Inutile de gaspiller plus de magie aux risques de dévoiler ma nature, aussi je décide de relâcher ma concentration sur la lame de mon sabre et l’empoigne à deux mains, la pointe orientée vers l’homme qui me fait face.

Je me prépare. Un pas, deux pas. Le troisième me sert à prendre mon élan pour me retrouver juste assez près pour frapper mais juste assez loin pour qu’il ne dispose pas de l’allonge suffisante pour riposter. Il prend pourtant la décision de frapper malgré sa position, probablement sous l’impulsion de ses réflexes de survie que par le produit de sa réflexion.

Je n’attaque cependant pas immédiatement, préférant abaisser une nouvelle fois mon corps pour passer juste sous le coup qu’il a amorcé, lui tailladant une première fois l’intérieur du genou, ce qui l’oblige à le poser par terre en se mettant en position de faiblesse, avant de lui décocher un coup du pommeau de mon sabre à l’arrière de l’a nuque, l’envoyant rejoindre ses collègues dans le monde des rêves.

Une fois qu’il est bien écroulé par terre, je fais tournoyer mon sabre pour en retirer le peu de sang qui l’imprègne avant prendre une posture plus détendue. Je me retourne vers ma compagne, toujours indemne elle aussi, et déclare :

« Voilà qui devrais nous faire gagner un peu de temps ! Quittons cet endroit avant que d’autres n’arrivent en renfort. »

Nous manquons toujours d’informations quant à la manière pour nous rendre où nous désirons mais en passant devant l’homme que Ran a assommé, je me rends compte que nous pouvons prévoir les mouvements des autres mercenaires en empruntant la radio qui leur sert de communicateur. Logiquement, toutes leurs unités sont positionnées sur la même fréquence. Il nous suffit de prêter attention aux messages qu’ils diffusent afin de nous tenir informées des ordres qu’ils reçoivent.

Ces réflexions terminées, j’attrape l’appareil traînant sur le sol et reprends la marche, suivie de près par Ran.

Nous parcourons plusieurs secteurs du manoir, tout en faisant attention à ne plus nous faire surprendre les hommes chargés de surveiller les lieux. Les messages que reçoit la radio que je transporte indiquent pour la plupart que le combat devant la résidence continue de faire rage. Je m’inquiète légèrement pour la personne qui nous sert de diversion mais ça ne m’empêche pas de rester attentive à ce qu’il se passe autour.

Après plusieurs minutes à déambuler sans but précis, je remarque des câbles dépassant de sous une porte. Après y avoir collé l’oreille quelques secondes pour m’assurer que personne ne se trouve de l’autre côté, je tente de l’ouvrir mais constate qu’elle est verrouillée.

Je me tourne vers Ran et lui demande si elle peut régler ce problème mais rien n’y fait, il semble que cette porte ne se laissera pas enfoncer aussi facilement.

Pas le temps de chercher de quoi faire sauter le verrou, je décide d’utiliser une flammèche concentrée au bout de mon index en guise de chalumeau pour faire fondre la poignée et le mécanisme autour. Ça me prend un peu de temps, d’autant que je n’ai rien pour me protéger le visage mais je fini par y arriver. La main que j’ai utilisé pour l’opération est bouillante et mes yeux ont besoin de récupérer un peu mais je ne m’en sors pas si mal pour un premier essai.

La porte donne sur un escalier en colimaçon s’enfonçant sous le manoir. Difficile de dire s’il s’agit bien de l’endroit que nous recherchons mais un courant d’air frais en provenance du bas de l’escalier me conforte dans l’idée que nous touchons au but.


« Laissez-moi quelques instants pour souffler, je vous rejoins tout de suite après. Commencez à descendre et une fois arrivée en bas, faites-moi savoir s’il s’agit bien de ce que nous recherchions. »


Présentation - Fiche Technique - Journal

♫ ~ My flame will get stronger ~ ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ran Von Einzbern
Dragonne Rembourrée
avatar

Messages : 37

MessageSujet: Re: Une petite curieuse   Sam 24 Déc - 0:59

Quelle sale surprise que de constater que ce monde était un tantinet plus avancé technologiquement que ne l'était Ivalice. "Aucun monde n'est plus avancé qu'Ivalice, grâce aux recherches du docteur Bunansa", qu'on disait au palais impérial. Ouais, il faudra faire passer le message à Larsa Solidor qu'il y avait quand même un point ou deux où il faudrait ré-évaluer le "Ivalice f*ck yeah" comme avis aux touristes. Surtout ceux hors d'Archadia, tout le monde sait qu'ils sont tous un peu cons hors de l'empire.

Les différences de style de combat étaient flagrantes, cela dit. Ran s'était contentée d'un "bête" taquet dans la face pour se débarrasser du malandrin devant elle (faute de l'empaler), Mégane optait pour relâcher son Eddy Gordo intérieur et s'était lancée dans une sorte de danse expressive, certes très efficace, mais sûrement fatigante à long terme. Enfin, avec son corps, elle ne pouvait pas vraiment se permettre de jouer les barbares utilisant une arme de la taille d'une armoire et fracasser tout sur son passage...

Par contre, corne de bouc, ces armes... Étaient-elles faites de papier mâché ou quoi pour être coupées aussi facilement ? Encore une ficelle scénaristique de shonen pour montrer que les héros étaient des gros durs que rien ni personne ne pouvaient stopper. Vraiment... Et qu'était cette attitude non-mortelle que montrait Mégane ? Ce serait plus simple de juste trucider tout ce beau monde, non ? Enfin, elle s'était improvisée leader du groupe, Ran n'allait pas lui prendre la place vu comment elle était déracinée dans ce nouveau monde. Mieux valait ignorer tout ce qui semblait inhabituel pour le moment et suivre sans rien dire.

Une fois les gardes envoyés au pays des songes, le groupe pouvait progresser., après avoir récupéré une pauvre radio comme loot. Ah, ces ennemis low level... L'attitude des deux dames ne changeait pas : Mégane tentait d'être un minimum discrète et aussi silencieuse que possible, Ran tentait tant bien que mal de ne pas claquer des talons sur le sol en marmonnant des commentaires peu glorieux sur l'état des lieux. Le tout jusqu'à arriver devant un escalier tournant (non sans avoir au passage découpé une porte) ; Mégane invita Ran à le descendre en premier, chose qu'elle fit.

Le sous-sol était bien plus sobre que ne l'étaient les étages : les couloirs n'étaient fait que de béton nu, comme les murs, et des néons plus ou moins blafards illuminaient le tout ; de temps en temps, un écriteau détaillant des consignes de sécurité ou un extincteur égayaient le tout, mais sans plus. Après quelques tours sans rien trouver, Ran arriva au fond d'un couloir, fermé par une massive double porte de métal. Une fenêtre de vitrage armé sur la porte laissait voir une rangée d'étranges meubles rectangulaires semblables à des armoires émettant par intermittences de petites lumières de diverses couleurs. Hm... Serait-ce la fameuse salle des serveurs ? Impossible d'ouvrir cette porte, cela dit. Mais une autre porte, normale celle-ci, se trouvait sur le coté du couloir. Peut-être y aurait-il derrière de quoi ouvrir cet imposant huis ?

Ou pas.



- Oh.


Ran réalisa l'énorme erreur qu'elle venait de commettre quand la dite porte déboucha sur ce qui semblait être une salle de garde. Deux individus en uniforme, assis autour d'une table sur laquelle se trouvaient une bouteille de mauvais alcool et une petite radio, jouaient aux cartes avant de se trouver. Derrière eux, une console pourvue de divers écrans de TV diffusait ce que voyaient les caméras de surveillance de tout le sous-sol ; mais avec les deux types en factions plus occupés à faire un Texas Hold'em que bosser, Ran était passée inaperçue. Jusqu'à maintenant. Le temps de réaliser ce qui se passait, les deux gusses avaient saisi leurs armes.


- Mais... Mais qui-êtes vous ?!?
- Et comment êtes-vous arrivée ici ?
- Eh bien, hum, comment expliquer...
- Oh, cherche pas, le sergent s'est encore commandé une call girl...
- Oh, euh... Oui, tout à fait ! La "colle-gueurle", c'est en effet moi, oui.
- Oui, bah ça change rien au fait que c'est une zone interdite au public ici, Alex. Si elle se fait voir...
- En même temps, comment tu peux pas voir un engin pareil ? Bon, plus sérieusement, Mamzelle, vous êtes dans une zone interdite ici. Normalement, on devrait vous arrêter sur le champ. Mais bon, mon pote et moi on à toute une nuit de garde devant nous, du coup... Vous nous "tenez compagnie" une petite heure et on dit rien ?
- Alex ! On est au boulot !
- Ouais bah on est au boulot et moi, je vois du bonnet F en cuir m'arriver dans les bras, je dis pas non, OK ?
- Vous êtes bien urbains, Messieurs, une telle offre ne se refuse point. Cependant... Oserais-je vous demander un rafraîchissement au préalable ?
- T'as entendu la dame, Bob, sers-lui un verre.


Le dénommé Bob laissa en grommelant l'espèce d'énorme couteau de boucher qui lui servait d'épée pour remplir un des verres, que ce cher Alex attrapa avant de le tendre à Ran. L’œil vissé sur l'absence de couverture de sa poitrine, bien sûr ; chose qui suffit à la blondinette pour abattre son talon sur le pied du vicelard du jour, suivi d'un bon coup de poing au visage pour l'expédier au pays des songes. L'autre garde, surpris par un tel retournement de situation, ne réalisa même pas ce qui lui arrivait quand Ran lui mit le fer de sa lance sous le menton.


- Désolée de vous décevoir.
- Bof, ça me pendait au nez avec un tel métier. Et puis c'est pas si grave de mourir aux mains d'une si charmante femme que vous.
- Oh, flatteur !


Un coup de hampe de lance plus tard et Bob le garde était KO à son tour. Non pas qu'elle l'appréciait plus que l'autre, mais un compliment ET pas de commentaires salaces à son égard, ce type était un cran au-dessus de son collègue ! Il faudra demander à Mégane ce que c'était qu'une colle-gueurle cela dit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une petite curieuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une petite curieuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» -Une chatonne hors de son territoire et une petite curieuse.>>Pv Pattes d'Hirondelle
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» [Ruelles] Petite Mendiante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Dol :: Deling City-
Sauter vers: