Accueil

Partagez | 
 

 Eon va où comme ça ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Eon va où comme ça ?    Jeu 14 Jan - 13:27

Alizée et Shay viennent du Sanctuaire de l'Echo Oubliée dans le Palais Enfoui de Sohen

-Si tu es aussi faible, non, il acceptera sans doute pas... 

J'avais aucune culpabilité à lui répondre ça, je ne faisais que lui dire la vérité et je n'avais pas encore appris le second degré ou le tact. J'étais un peu comme une sorte d'humain dans lesquelles les mises à jour apporterait des sentiments ou autre. Je n'avais jamais parlé à un humain ou à une humaine, surtout pour négocier quelque chose... 

Et l'humaine, enfin, Alizée, se plaignait que je l'invectives un peu... Serait-ce l'orgueil ? Ces créatures étaient horriblement compliqués ou avais-je affaire à un cas spécial ? Je le saurais bien assez tôt si nous arrivions en ville... Se prosterneront-ils devant moi ? Je serais gêné, un peu... 

"Je suis un éon, tu me dois servitude... je crois ?" 

Comment avait-elle de ce regard plein de... méchanceté ?, me faire douter de ce que je clamais. Les éons devaient pouvoir faire affaire à la coopération des races d'Ivalice, pourquoi seraient-elles là, sinon ? Pour amuser les Dieux ? En fait, je ne m'étais jamais posée la question... Je m'étais jamais posée beaucoup de questions... Je réfléchissais beaucoup depuis qu'elle m'avait délivrée, c'était... humain ? Mais l'hum... Alizée me parlait d'un truc plus intéressant.

"Oui, cet orage, je l'avais ressenti et après plus rien... Que s'est-il passé ? Ce n'était pas qu'un vulgaire phénomène météorologique, ce n'était pas l'oeuvre d'un de mes semblables.

Oui, c'était un éon qui était responsable des grosses caractéristiques du climat, il était même le maître des élémentaires dont la présence influait pour beaucoup sur le temps qu'il faisait. Et non, l'inverse comme le prétende les humains... 

Elle me racontait aussi ce qu'elle faisait, la piraterie, ses allers et venue, l'exploration... 

"Oh, c'est donc ça que vous appelez la liberté ? Pouvoir faire ce que bon vous semble sans vous soucier de votre impact sur le monde ? Et donc, je ne suis pas le genre de trésor que tu recherches alors ?

Il s'agissait alors de ces babioles anciennes ou de cette monnaie qui faisait office de trésor. La rareté d'un objet accroissait sa valeur plus que son utilité en fait, mais, où était la logique là dedans ? Je me gardais bien de lui parler de cela, ce n'était pas le plus important, mais si c'était son véritable intérêt, je savais où trouver ce genre d'artefact sans pouvoir... 

Le palais semblait donner sur la basse ville de la capitale de l'Empire Archadien. En fait, je ne savais pas à quoi était destiné ce palais et il semblait labyrinthique car à plusieurs reprises, nous nous trompèrent de chemin, et c'était perturbant car même les cascades changeaient le cours de leurs pérégrinations fluviales... 

La basse ville était plus lisible, mais assez triste. Si la lumière du jour m’éblouissait quelques instants, le corps humain devant s'adapter au changement de radiation solaire, je ne pus voir de suite, les gens, pour la plupart désœuvrés et sans le sou. Je n'étais pas le seul à ne pas avoir de vêtements sur la partie supérieure de mon corps mais la pirate voulait tout de même que je me change... Etrange...

"Le corps humain est vraiment mal foutu..."

Au regard d'Alizée à cette phrase prononcé à voix haute, je sentais bien que c'était le genre de trucs louches que je devrais éviter de dire en public. Je tâchai donc ne me taire jusqu'à ce qu'elle m'amène dans une échoppe. Je compris alors que si ma tenue collait avec l'ambiance du quartier pauvre, si on voulait passer au délà des portes, il me faudrait quelque chose de plus citadin. Alizée fit le choix à ma place, et je l'en remerciai, je ne savais pas tellement ce qui était à la mode ici, et je ne comprenais pas pourquoi l'esthétisme était aussi révélateur pour les humains. 

"Ca a bien changé, la dernière fois, c'était les pantalons en Emeraukhélone qui se faisaient...

Bon, je ne sais pas si j'était le mieux placé pour discuter guenilles, alors quand la vendeuse me proposa d'essayer les vêtements, je m'exécutai devant elle. J'enlevais donc la totalité de mes vêtements (car l'humaine pensait que je devais refaire toute ma garde robe), et me retrouvait nu face à elle. 

Je sentais une certaine tension qui s'apaisait au fur et à mesure que je m'habillai avec les nouveaux habits... Par chance, j'étais relativement propre puisque je m'étais pris une cascade d'eau en pleine face par hasard dans le palais enfoui. 

Ces rites humains étaient fatigants et il semblait qu'il fallait payer la marchandise que l'on avait trouvé, et c'était juste, car la jeune femme fut bien serviable. Beaucoup plus après m'avoir vu nu, d'ailleurs, je ne saurais dire pourquoi. 

Je regardais la pirate en lui montrant un pendentif qui se trouvait dans la salle où j'étais enfermé, en or massif. 

"Cela convient-il pour le troc ? " 

Je pense que je l'avais exaspéré. Peut être fallait-il que je me déshabille devant elle pour qu'elle soit plus serviable comme avec la vendeuse ? D'ailleurs, l'appeler humaine semblait bizarre, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Jeu 14 Jan - 20:56

Je n’avais pas trop relevé ce que Shay avait dit à propos de la liberté. A mes yeux, je ne voyais pas où était le mal de se balader librement là où on le souhaitait, et posséder des biens plus ou moins rares. Ceux qui foutaient la merde dans le monde, c’était généralement ceux qui étaient au pouvoir. Quoiqu’il en soit nous avions enfin atteint la sortie et nous nous retrouvions dans ce qui était la Vieille Archadès. Après un rapide topo, la seule remarque que Shay put faire était au sujet du corps humain et je lui lançais un regard à moitié blasé qui parlait de lui-même : pas de réflexions du genre. Je suivais les chemins tracés en ville pour trouver une petite boutique, et en cours de route, je remarquais bien les regards des gens sur Shay. Oui, il y avait d’autres personnes qui se baladaient le torse à l’air comme lui, mais ce n’était pas ca le plus surprenant pour eux.

- Hum, comme je me doutais, ce n’est pas ta « tenue » actuelle qui se fait remarquer. Sans la moindre gêne, je lui donnais un petit coup dans l’abdomen – rien de méchant, ca ne faisait pas mal. - Ce sont tes tatouages.

Il ne fallait pas oublier que la moitié des personnes se trouvant ici étaient autrefois des personnes instruites, influentes – voire les deux – et riches qui vivaient dans la belle Archadès, avant de se retrouver ruinées et envoyées ici. Je ne serai pas étonnée qu’il y ait des érudits, des scientifiques, ou que sais-je d’autres, capables de reconnaître ce genre de tatouages. Et c’était surtout pour ca que je souhaitais qu’il s’habille un peu plus pour pouvoir les dissimuler. Je ne voulais prendre aucun risque qu’il se fasse remarquer et … Non mais qu’est-ce que je raconte ? Je ne veux pas me faire remarquer parce que je me balade avec un type pareil !

J’avais trouvé une petite échoppe dans une ruelle, c’était discret, parfait. Mais je ne comptais pas l’habiller comme tous ces pauvres dans ces quartiers, il fallait quelque chose de plus adapté à la ville puisque c’était la prochaine destination. Je lui prenais un pantalon plus solide que celui qu’il portait actuellement, ainsi qu’une chemise blanche et une veste à mettre par-dessus. Pas besoin de s’habiller trop chic non plus sachant que les touristes venant de partout d’Ivalice pouvaient venir à Archadès maintenant, mais au moins quelque chose qui ne le fasse pas passer pour un homme de la rue. Il semblait intrigué par les tissus qu’on trouvait maintenant et je me mettais à rire de bon cœur, même si je doute qu’il avait fait une blague volontairement.

- Effectivement, tu dois avoir un âge très avancé. Tu me donneras ton secret pour ne pas avoir de rides ?

Je le laissais s’habiller, m’installant dans un coin pour l’attendre même si je faisais en sorte de le garder dans mon angle de vue. Et … Non mais il se fout encore à poil devant tout le monde !??? Bon là en l’occurrence il n’y avait que la vendeuse et moi mais quand même ! Je me tapais le front, il allait falloir que je lui apprenne la pudeur, il ne pouvait décemment pas se déshabiller ainsi à la vue de tout le monde !
Lorsqu’il revenait il me montra un pendentif pour servir de « troc » qu’il disait et je haussais un sourcil. Les bras croisés, je regardais le collier, il était simple mais joli. La vendeuse s’approcha alors de moi l’air toute confuse, et presque apeurée, comme si elle s’attendait à ce que je la cogne.

- Je … Je suis vraiment désolée mademoiselle !! Je ne savais pas !! C’est lui qui s’est … bref !! Pardon, je n’aurai pas dû regarder … J’arquais un sourcil devant cette réaction, qu’est-ce qui lui prend ?
- Euh, quel est le problème ?
- Hein ? Et bien, je ne voulais pas reluquer ainsi votre ami et …
- Aaaaaaaaah ! Non mais ne vous faites pas de cheveux blancs. Ce n’est pas mon ami.


Elle semblait surprise – et encore plus confuse - alors que j’embarquais Shay et son pendentif avec moi plus loin dans la rue. J’allais jusqu’à un petit carrefour entre plusieurs rues pour m’arrêter et regarder à nouveau le pendentif qu’il avait à la main … Puis je relevais les yeux pour les plonger dans son regard.

- Si tu souhaites tant faire un troc, c’est que tu as besoin de moi non ? Après tout maintenant que tu es dehors, tu n’as plus vraiment de raison de me suivre, n’est-ce pas ?

J’ai l’impression que les rôles sont inversés, il y a quelque chose de si ironique dans cette situation. Au début, c’était lui qui voulait se barrer sans se soucier de moi, et je lui courrais derrière dans l’espoir d’obtenir ses services … Et maintenant c’est l’inverse ! Je levais les yeux vers le ciel, le doigt sur le menton pour réfléchir un instant.

- Hum voyons … Tu estimes que je ne suis pas digne d’avoir les services de Chaos à cause de ma faiblesse, c’est cela ? Je vais te dire une chose, j’étais loin d’être aussi faible auparavant, c’est cet orage qui a mystérieusement aspiré mes forces. Comme tout le monde de ce que j’ai saisi. Alors … Si tu m’aides à récupérer suffisamment de force pour soumettre ton frère, je t’aiderai à retrouver ta forme originelle. Et le pendentif … si tu acceptes … je le prends comme gage ! Je te le rendrai si tu tiens parole mais je le garderai si tu me trahis.

Un truc qui se fait souvent dans la piraterie quand on fait un échange. Même si je n’étais pas certaine qu’un objet ayant une valeur marchande ait de l’intérêt pour lui, on va dire que c’était le serment et le symbole de cette promesse … si tant est qu’il l’accepte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Jeu 14 Jan - 21:57

Elle me frappait encore, je ne ressentais pas de douleur mais elle persistait à me frapper, je ne disais rien sur le coup mais si elle réitère, j'aimerais comprendre pourquoi le faisait-elle... Si elle voulait vraiment montrer mes tatouages, elle pouvait les pointer du doigt. Et puis qu'importe, je suis un éon, je vois pas en quoi ça pose de problèmes, après tout...

Mais nous rentrions dans une échope de vêtements, un vêtementier, pour trouver quelque chose qui me dissimulerait même si je n'en voyais pas l'intérêt soudain. La tenue était simple et semblait vouloir dire que j'appartenais à une tribu autorisée à déambuler dans la ville supérieure, je ne comprenais pas trop ce signe de reconnaissance aussi compliqué mais soit...

Je m'étais donc désappée devant la boutiquière afin de vêtir mes nouveaux appârats, et la gêne se lisait dans son regard tout en zieutant vers Alizée. Allez savoir pourquoi, mais maintenant, moi, j'étais sappé comme jamais. Si le paiement avait été vu avec la caissière, j'avais opté pour une tenue que j'avais choisi moi même comme un humain lambda qu'elle me mit dans un sac, mais n'ayant de quoi payer car ne connaissant pas le système monétaire sur le bout de mes nouveaux doigts d'humain, alors je pensais à ce talisman qui venait du palais. Mais ne voulant pas faire de bêtises, je voulais montrer à Alizée qui comprit bien autre chose.

Mais avant de pouvoir l'importuner de nouveau, la caissière allait s'excuser auprès de l'humaine aux cheveux rouges. Je n'avais pas saisi vraiment pourquoi, une histoire d'amitié et de moi tout nu. Eclaircissant l'affaire, Alizée pu répondre à ma requête.

Elle m'emmenait à l'extérieur de la boutique pour me demander pourquoi je voulais troquer maintenant sachant que j'étais sorti. Elle pensait que le talisman était pour elle et que je venais requérir son aide. Alors que je voulais juste régler mes achats... Mais, elle était parti dans son explication et j'attendais la fin pour lui reprendre le talisman...

"Non, je veux payer mes articles avec, je peux ? Si tu en voulais, t'aurais pu te servir dans le palais, y'avait un petit coffre rempli de ces babioles ! "

Je repartais paisiblement régler mes articles avec le collier en question, en la laissant en plan, fulminant sans doute de ce que je venais de lui apprendre. Je repartais donc avec mes achats enveloppé dans du papier de lin, avant de reprendre où on en était.

"Si ces choses là ont de la valeur pour toi, je saurais où trouver des choses intéressantes, je pense. En tout cas, merci de m'avoir amené ici, je ne souhaite pas te déranger davantage, et je regrette de ne pas avoir été le trésor que tu escomptais."

Je m'apprêtais donc à prendre congé d'elle mais au détour de la première rue, j'avais bien remarqué que je n'avais pas de sens de l'orientation et, au bout de deux rues, je revenais au point de départ où elle n'avait pas bougé d'un pouce...

"Mmh, c'est embêtant, je suis revenu ici... Au fait, les humains ont tous des couleurs de cheveux similaires ici mais aucune n'a la même que la tienne. Les gens sont vraiment étranges..."

Oui, c'est bête mais j'avais pris Alizée pour ma référence en matière d'humain, alors que c'était plutôt l'inverse.

"Ah et si tu peux répondre à une dernière question, que signifie "reluquer", dans ta conversation avec la caissière ?"

A ce que j'avais compris, ce serait le moyen de rendre ses cheveux plus blancs ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Ven 15 Jan - 12:02

Quel quiproquo. Moi qui pensais que Shay revenait sur cette histoire traitée dans le Palais de Sohen, je devais vraiment avoir envie d’obtenir un Eon pour y penser encore autant. Mais non, il ne parlait que de monnaie de paiement pour l’achat de ses vêtements. Je me tapais à nouveau le front, il était désespérant. Et en plus il s’en fout complètement de ma proposition. Je croisais les bras en tapant du pied alors que Shay s’était éclipsé le temps d’aller donner le collier à la vendeuse – plus que ravie, vous vous imaginez bien. Puis lorsque le « jeune homme » - il allait devoir s’y faire qu’il était humain maintenant – revint, c’était presque pour repartir aussitôt.

- Hein ? Comment peux-tu me dire que tu peux trouver ces babioles sous prétexte que ca m’intéresse, puis me laisser de côté juste après !? C’est contradictoire !

Rien à faire, il disparaissait à la première rue qu’il voyait. Je soupirais d’exaspération avant de fouiller dans ma petite sacoche un papier où étaient notés les horaires des départs des vaisseaux de voyage à Archadès. Hum. Je voulais piquer un vaisseau mais à bien y réfléchir, ce serait du suicide que de le faire dans l’une des villes les mieux sécurisées d’Ivalice. Il vaudrait mieux que je retourne normalement à Balfonheim et que j’improvise sur place. Les pirates étaient solidaires entre eux … parfois … tout comme ils pouvaient se faire des crasses. Je n’aurai aucun scrupule à piquer le vaisseau mais problème : Mikhaïl et moi faisions la course pour s’enrichir par-delà les frontières, sur les autres mondes. J’ai vu ces portails en voyageant. L’Orion avait la particularité de pouvoir rétrécir, il pouvait passer un portail sans difficulté. Or, ce n’était pas le cas des autres vaisseaux, je ne pourrais jamais en franchir un avec un engin trop imposant. Hum …

Alors que l’heure était à la réflexion, et que j’avais toujours les yeux rivés sur mon bout de papier, je me fis surprendre par Shay qui était revenu à son point de départ. Exaspérant, disais-je. Mais pourquoi me comparait-il au reste des êtres humains qui pouvaient se trouver ici, au beau milieu des autres races ?

- Hein ? Pourtant je doute être la seule au monde à avoir les cheveux rouges. Enfin bon, pour un être censé m’être supérieur, on ne peut pas dire que t’aies le sens de l’orientation si tu es revenu ici.

Ca me faisait sourire, mais un sourire un peu moqueur. Shay devait me trouver irrespectueuse, mais qu’il ne se voile pas non plus la face. Ces histoires d’Occurias et compagnie, je passais outre. Les pirates du ciel ne croyaient pas en la religion et tout ce qu’elle avait entraîné. Je ne lui ferai aucun traitement de faveur et je le traiterai comme n’importe qui. Mais bon. Il ne fit pas attention à mon commentaire, se faisant plus curieux au sujet des termes employés plus tôt avec la vendeuse. Quoi ? Il ne s’interroge que maintenant ? Je soupirais, rangeant mon papier pour mettre une main sur ma hanche en le fixant pour lui expliquer.

- T’as tout à apprendre hein ? Reluquer, ca veut dire hum … comment dire ? Regarder avec convoitise ? Avec intérêt ? Un intérêt … particulier. Je suppose que je n’ai pas besoin de t’expliquer comment les humains se reproduisent. Généralement quand on reluque quelqu’un, l’envie passe dans l’esprit de la personne qui regarde … même si c’est inconscient. Je doute que cette femme se soit rendue compte qu’elle avait cette … envie particulière. De son point de vue, elle dira juste la vue était belle !

Notez comme je n’ai aucun tabou à parler d’un sujet pourtant d’ordinaire si sensible. Faut dire que niveau sous-entendu et phrases salaces en tout genre, j’avais été pas mal servie avec Mikhaïl, c’était bien son genre. Au début j’étais gênée. A force, on peut dire que j’y avais été immunisée.

- D’ailleurs ca m’amène à la suite puisqu’on en parle : évite de te déshabiller à la vue du grand public, s’il te plaît. Autant je m’en fiche pas mal pour ma part, autant pour la majorité des gens c’est … gênant. Voire choquant. Ca s’appelle la « pudeur » au cas où tu n’aurais jamais entendu ce mot-là aussi.

J’assume le ton moqueur que j’ai pris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Ven 15 Jan - 17:59

Mon dieu que cette femme pouvait être bruyante et avec un fort tempérament, je l'entendais encore alors que je disparaissais de sa vue, les maisons et les rues ne se ressemblaient pas tant que cela, mais la vétusté des lieux avaient une homogénéité que l'on pouvait aisément remarquer... C'était étrange, j'étais persuadé que des panneaux pouvaient aider les gens à se repérer, à moins, qu'il fallait que je demande mon chemin à l'un de ces personnages très peu engageants ?

Non, je ne sais plus lequel de mes semblables avaient dit de ne rien demander aux humains sans les connaître, qu'on ne savait ce qu'ils allaient pouvoir faire, ils les appelaient des PNJ ou des trucs comme ça... Je préfère m'en remettre au destin...

Et le destin me ramenait sur la même place que là où j'avais quitté ma seule connaissance, qui était toujours là par ailleurs, apparemment dans ses pensées... Elle semblait surprise de me revoir lui adresser la parole comme si de rien n'était... Il y'avait un protocole à respecter ?

Je me permettais de poser une question qui s'était échoué dans mes pensées sur le terme et l'imbroglio de tout à l'heure...

"Mmh, je vois, être nu incite à la reproduction et à être reluqué... Le désir ne se fait-il pourtant pas de quelque chose d'inaccessible ? Quoi qu'il en soit, je vais m'excuser auprès de cette dame et me reproduire avec elle pour me repentir. "

Mais la jeune femme allait certainement me dire si elle approuvait cette décision ou non, elle m'apprit la notion de pudeur, on ne doit pas se montrer nu car ça se fait pas... J'étais pas certain de comprendre davantage ce qui me paraissait vraiment compliqué mais je préférais laisser couler, faire de l'anthropologie était loin d'être ma priorité.

"Je ne peux pas demander mon chemin à n'importe qui... Alors, je veux négocier... Mais avant ça, je voulais poser une question... Comment faire pour te retrouver quand on est séparé ?"

C'était compliqué d'être tributaire de l'espace temps, quand on a un pouvoir d'ubiguité, on peut se trouver à plusieurs endroits à la fois, mais là, il semblait que si je voulais qu'elle soit disponible pour m'aider, il fallait que je reste avec elle...

"On doit toujours rester ensemble si je veux ton aide ? Donc, je dois participer à ton quotidien et partager ta vie alors ?"

Peut être que l'usage de ces mots n'étaient pas les plus appropriés mais je comprenais progressivement que je devais moins me faire remarquer. Je regardai ma partenaire.

"Je... Comprends que c'est assez nouveau pour moi, si je peux juste au moins te suivre pour le moment, je te donnerai ce que tu voudras... Mais je m'aperçois qu'être humain est assez compliqué... "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Ven 15 Jan - 21:50

Si je m’écoutais, j’irai me cogner la tête sur le mur de cette maison, là, juste en face. Shay avait voulu que je lui explique le sens du mot « reluquer », et maintenant il était décidé à aller présenter ses excuses à la vendeuse de tout à l’heure et s’envoyer en l’air avec elle. Cette simple phrase me fit presque hurler.

- AAAAAAAAH MAIS T’ES FOU !!!! C’est pas du tout ca !! Ce n’est pas parce qu’on regarde quelqu’un qui se met à nu que ca veut forcément dire qu’on va coucher avec !!!

Bon remarque à part le genre de situation comme celle où Shay s’était retrouvé – qu’il était le seul à savoir faire de tout ce que j’avais pu voir dans ma vie -  je ne vois pas trop pour quelle autre raison un homme se déshabillerait devant une femme – ou vice versa – si ce n’était pas pour s’envoyer en l’air … Quoiqu’il en soit, pousser la gueulante avait attiré tous les regards des gens aux alentours vers nous, mais bon, pardon, là, c’était nécessaire de l’empêcher de faire une connerie !
Bref, je soupirais, et ce petit malaise passé, Shay changea complètement de sujet. J’ai vraiment du mal à le suivre – oh si je savais, c’était réciproque après tout. Comment me retrouver ?

- Euh … L’idéal serait de ne pas se séparer du tout, en fait. Et oui ca nécessite de … Non mais il me fait quoi là ? Partager mon quotidien ainsi que ma vie … - C’est une déclaration d’amour que tu me fais là ?

J’avais envie de rire, je me doutais bien que ce n’était que des propos maladroits, mais bon, la dite maladresse de Shay m’amusait. Toutefois, je reprenais mon sérieux lorsqu’il expliqua la suite, son ton était nettement différent. Bien sûr que je voyais bien que c’était nouveau pour lui, il ne connaissait rien à l’humanité ni même au monde qui l’entourait finalement. Ce fut à ma grande surprise qu’il exprima le souhait de rester avec moi, pour le moment. En échange de ce que je voulais ? Aaaaah … Ca c’est intéressant.

- Vraiment ? Tout ce que je voudrais ? Hum … Et bien, la proposition que je t’ai faite tout à l’heure au sujet de Chaos tient toujours, même si tu l’as ignoré. Mais … Si je peux choisir ce que je veux … Hum, va falloir que j’y réfléchisse ! Je me penchais vers lui de sorte à plonger un regard rempli de malices dans le sien. - Je croyais que tu étais prêt à me laisser de côté comme tu l’as fait il y a quelques instants. Tu ne peux pas te passer de moi finalement c’est ca ?

Je doute qu’il connaisse le mot « taquiner » aussi, qu’il réponde à l’affirmative ou à la négative de toute façon, je m’attendais à ce qu’il réponde franchement et sans se laisser perturber. J’ai bien remarqué que ce n’était pas son genre, et de toute façon, ca n’avait rien d’étonnant, il le disait lui-même : il ne comprenait pas l’humanité.
Bon … Que pourrais-je bien lui demander ? Et qu’est-ce qu’il serait en mesure de pouvoir me donner aussi ? Car finalement, ca ne sert à rien de voir trop gros si à la fin, je ne pourrais rien y gagner. Et quand je n’étais pas sûre de gagner quelque chose, je n’avais pas envie de prendre des risques. Toutefois à voir ses yeux et sa demande, bizarrement, ca me rappelait moi-même plus jeune lorsque j’avais besoin de l’aide de Mikhaïl pour apprendre à vivre dans son univers. Shay voulait apprendre à vivre dans le nôtre pour s’adapter à sa nouvelle condition. A ces souvenirs, mes yeux s’étaient perdus dans le vide, et ce n’est que lorsque je m’en rendis compte que je me reculais.

- Tu as vécu trop longtemps dans ton corps d’immortel, je n’ai pas vraiment encore compris pourquoi on t’a donné ce corps, et l’âme qui va avec, mais on ne t’a pas fait de cadeaux. Même les autres races le disent, les humains sont les plus difficiles à cerner et quelqu’un comme toi qui n’y connais rien, finira dans de mauvaises situations si tu n’apprends pas à vivre comme eux.

Mais même si je le laisse là et que je disparais, je suis censée me moquer complètement de ce qui pourrait bien lui arriver. Je dois être dans un de mes rares moments de bonté … Ou alors c’était la récompense à la clé qui, inconsciemment, me poussait à ne pas m’éclipser. Je passais une main dans mes cheveux en lâchant un nouveau soupir.

- Très bien. Je ne sais pas encore ce que je souhaiterai comme récompense exactement mais d’ici à ce qu’on en ait fini, j’aurai bien trouvé. J’accepte. Je tendais la main devant moi. Ah oui, ca doit être encore un truc qu’il ne connaît pas. - Les humains se serrent la main lorsqu’ils font un marché, afin de le conclure. C'est la tradition, c'est symbolique.

Bon ce n’est pas tout mais je commence à avoir faim moi. Et quitte à faire, je préfère aller manger dans un bon restaurant dans la belle Archadès plutôt qu’un truc dégueulasse sorti d’une poubelle, ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Sam 16 Jan - 11:13

J'avais encore beaucoup de choses à comprendre sur le genre humain à en écouter la fille aux cheveux rouges, et je semblais l'exaspérer sur mon intention de régulariser ma situation avec la tenancière de la nouvelle maison du style. Alizée criait et les regards se braquèrent sur nous... Mmh... Ca, c'était ce qu'on appelait la curiosité donc, quand il se passait quelque chose d'anormal, on était tenté de regarder. C'était bizarre comme toutes ses spécificités semblaient remettre les pièces d'un puzzle que je ne comprenais pas encore. 

Par chance, une autre curiosité allait faire son apparition, un homme bedonnant qui hurlait et titubait en disant des inepties aux gens, qu'il s'appelait Jean le matin et Yves le soir... Mais je n'osais poser la question à ma camarade sur l'étrangeté des agissements de l'homme, cela ferait trop de question et j'aurait tôt fait de comprendre les méfaits de l'alcool plus tard... 

"Une déclaration d'amour... Cela voudrait dire que l'on partagerait un sentiment fort l'un envers l'autre, de protection et de coopération mutuelle afin de traverser les épreuves de la vie, c'est cela ?.. Alors oui, ça doit en être une ? "

Mon sourcil se soulevait et mon ton hésitant laisser planer le doute sur ma conviction de la réponse à ma question. Je n'étais pas très au courant de ces sentiments que l'amitié, l'amour, la haine, la colère et l'ambiguité. Car, la question était ambigu, c'est cela ? Se passer d'elle... C'était plus compliqué que ça. 

"Tu es la seule à mon service pour le moment, et sous cet aspect, je doute que d'autres croiront volontiers à ma véritable nature. Et, rester avec toi est le seul moyen puisque nous ne pouvons pas nous déplacer et nous dédoubler à notre guise... Je pense que j'ai besoin de toi, oui... Mais je doute qu'il faille en discuter ici...

Car la curiosité des gens autour pouvait revenir se braquer sur nous et nous nuire ? 

C'était dur à accepter que je sois à ce point dépendant d'un humain, je n'étais pas l'éon le plus antipathique envers les espèces vivantes, même si je croyais plus en l'avenir des Garifs pour régir le monde avec le Criste Solaire que dans les humains, ma mission de les surveiller a réussi à m'attacher à une espèce qui avait la volonté d'évoluer. 

Mais, soudain, la jeune femme me tendait la main. Elle me disait que je devais faire de même et cela prouvait que l'on concluait un marché. Je m'exécutai sans trop comprendre...

"En quoi construire une place dotée de commerçants et d'étalages nous concerne ? " 

Mais le marché voulait signifier un pacte ou un accord alors je soupirai quand je compris ma mésentente.

"Oh... pardon, mais vous avez tellements de mots pour dire la même chose alors que vous n'en avez pas pour d'autres... Compliqué...

Mais, je sentais que la curiosité sur mon sort la piquait, peut être pour mieux comprendre comment établir le maléfice et l'exécuter à l'envers, devais-je en parler à cette femme ? En tout cas, j'entendais un drôle de bruit, une sorte de... je ne saurais décrire venant du ventre de la femme alors que nous nous mettions en route pour un quartier plus chic de la ville. 

Les gardes nous laissèrent passer sans trop de soucis car la jeune femme savait y faire et que j'avais bien sagement rien dit comme elle me l'avait conseillé. Enfin, cela semblait être que l'un des nombreux barrages qui accentuent le clivage entre les différentes classes sociales. Où nous emmenait-elle cette fois ci ? Je ne pouvais que la suivre, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Sam 16 Jan - 21:26

Ah, qu’il était désespérant … mais drôle. J’avais envie d’éclater de rire à sa définition de la « déclaration d’amour » mais ca ne faisait que me conforter dans l’idée qu’il ne savait pas de quoi il parlait. J’étais devenue plus sérieuse par la suite toutefois. Shay avait besoin de moi, ca ne servait à rien de tourner autour du pot, ca se voyait. Par contre je haussais un sourcil à l’un de ses propos même si je ne disais rien. J’ose bien espérer que par « être à son service », il sous-entende qu’il n’y avait personne d’autre disponible dans les environs pour l’aider, et surtout pour le croire. Quoiqu’il en soit, nous faisions un « marché » même s’il me fit la description d’un marché, dans le sens où je parlais de magasins et d’étalages en tout genre … Une fois de plus, lorsque je lui lâchais la main, je ne pouvais pas m’empêcher de rire.

- Non. Je ne parle pas de ce genre de marchés ! Conclure un marché ca veut dire aussi euh … conclure un accord ?

Le pauvre, il était perdu, je le plaindrais presque ! Mon estomac se mit à gargouiller, signe que je n’avais pas mangé depuis un bon bout de temps et que la faim se faisait ressentir. Est-ce que Shay allait connaître la faim, la soif, et la fatigue désormais ? Il allait devoir s’y faire, et puis même s’il n’a pas besoin de manger, rien ne l’empêchait de le faire quand même pour découvrir les saveurs qu’Ivalice pouvait offrir à nos palais ! Le plaisir de la gastronomie, c’était même toute une passion pour certaines personnes …

- Bon j’ai faim ! Viens, on va monter dans les plus hauts quartiers pour trouver un endroit où manger. D’ailleurs ca aussi je dois t’apprendre à le faire ?

Ca ne m’étonnerait pas après tout. J’affichais un sourire en coin et j’entraînais Shay avec moi pour prendre la direction des quartiers chics. Le passage était moins strict et contrôlé depuis que Larsa était à la tête d’Archadia alors un simple entretien avec eux était suffisant pour passer. Je n’avais même pas gardé mes papiers de ma vie d’avant où je m’appelais encore Philona, car si je devais les montrer, ils allaient tout vérifier et se rendraient compte que j’avais été portée disparue. Finalement, ca m’arrangeait bien que ce petit Larsa ait pris l’initiative de baisser un peu les contrôles beaucoup trop sévères d’Archadès.

J’appréhendais tout de même mon retour en ville, même si je savais me faire discrète, je n’avais pas envie de croiser des gens que j’avais connu par le passé. On voyait nettement bien les différences de classes sociales une fois ici, les gens étaient habillés différemment, ils étaient plus raffinés. Et fini les personnes à moitié vêtue comme on avait pu en voir dans la Vieille Archadès. Ici, ce serait un signe de manque de respect et ces bourges se retrouveraient outrés. Ah qu’ils étaient ridicules … Pourquoi avais-je dû naître dans ce genre de milieu ? Enfin bon. Je ciblais un couple de bourge du regard qui se tenait par le bras, mais mes yeux furent attirés par un homme de la quarantaine un peu plus loin, fringué comme s’il s’apprêtait à aller à une réunion qui venait de ranger quelque chose dans l’une de ses poches de sa veste et j’affichais un sourire en coin. J’attirais Shay dans ma direction, faisant exprès de m’immiscer dans la foule pour pouvoir le percuter à l’épaule.

- Oh excusez-moi ! Je suis vraiment très maladroite au beau milieu de cette foule ! Il me regardait d’un air hautain : j’en avais l’habitude ici. Dès qu’on est fringués différemment, on se fait juger et se fait prendre de haut.
- Mpff, faites plus attention la prochaine fois.

J’affichais une fausse moue gênée et reprenais la route avec un rictus satisfait. Dès qu’on fut un peu plus éloigné, je lançais le portefeuille que j’avais volé pendant la diversion, puis le rattrapais. Je me fichais bien des éventuels regards ou commentaires de Shay, l’ouvrant pour regarder le nombre de gils qu’il y avait à l’intérieur. Hum … De quoi payer un excellent repas, mon estomac allait être ravi. J’emmenais Shay jusqu’à un restaurant très gastronomique où bon nombre de personnes vêtues de façon plus élégantes les uns que les autres, étaient installées. Un serveur s’approcha pour nous placer mais nous regarda de la tête au pied avec cet air agaçant. Vous savez, celui qui dit qu’on n’est pas dans les critères.

- Monsieur, Madame, je suis désolé, je ne suis pas sûr que des personnes de votre trempe puissent accéder à nos servi-
- C’est suffisant pour vous convaincre ?
Je venais de sortir un bel éventail de billets du portefeuille volé et à voir les yeux du serveur, ca avait de quoi le laisser bouche bée.
- M-M-Mes excuses, pardonnez mon jugement hâtif. Par ici je vous prie.

Il alla nous installer à une table pour deux personnes. Je voyais bien que beaucoup de regards étaient tournés vers nous, mais qu’importe, ils ne m’intimidaient pas et ne me gênaient pas. Le serveur revint bien vite pour nous donner les menus, mais aussi quelques amuses bouches pour patienter.

- Ne fais pas trop attention aux autres, cette ville est composée principalement d’imbéciles qui se croient au-dessus de tout le monde là où ils ne valent pourtant rien.

Je louchais sur les cuillères apéritives qu’on nous avait donnés en guise de … bah d’apéritif comme je disais. Cette mode de dresser des petits mets sur des cuillères se faisait de plus en plus … Ouh j’ai une vilaine idée qui me passe dans la tête. J’en prenais une pour regarder … Oh je ne peux pas y résister, faut que je le fasse.

- J’imagine que tu vas devoir t’habituer aux repas aussi, je ne sais même pas si tu ressens la faim maintenant. Mais bon, la nourriture est un élément basique de notre quotidien qui pourtant est une vraie passion pour notre palais. Tiens goûte-moi ca ! Allez ! On ouvre la bouche ! Alleeeeeeeez !!

Tout en parlant, je m’étais penchée pour lui tendre la cuillère, attendant qu’il veuille bien daigner ouvrir la bouche – bon bah ca y est, définitivement, tout le monde nous regardait – pour enfourner la cuillère dans sa bouche.

- Voilàààààà ! Maintenant t’avales le contenu ET JUSTE LE CONTENU de la cuillère !

Non je préfère préciser parce qu’on ne sait jamais avec lui ! Je ne savais pas du tout ce qui était dessus encore mais vu la texture déjà, c’était une mousse légère avec quelques éclats de … noix, amandes ? Je ne sais pas trop au premier regard. Bref, c’était dessus. Verdict ? Il n’a pas intérêt à me recracher ca dessus !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Mar 19 Jan - 13:44

La faim... Un des besoins physiologiques des êtres vivants, ça, l'hygiène, boire et respirer, c'était ce qu'il fallait faire pour survivre. D'ailleurs, les gens étaient parfois prêts à tout pour manger et comme on disait la faim justifiait les moyens. 

Mais au delà de ce besoin d'alimenter son corps en énergie, les aliments ingérés sont devenus importants par leur forme, leur fraîcheur, leur goût. Le besoin en lui même est aussi devenue une chose à part entière pour le plaisir des papilles entre autres. 

On accédait à la partie haute de la ville sans que je sache vraiment ce qu'on y faisait, Alizée épiait les gens à droite et à gauche avant de foncer délibérément dans quelqu'un... Mais alors pourquoi s'excusait-elle si elle l'avait fait volontairement ? La personne n'en fit fi, même si je crois qu'il ressentait plus de gêne d'avoir été en contact avec mon humaine que le fait d'avoir été bousculée. En soi, aucun des deux n'étaient si gênants, non ? Après certaines personnes avaient besoin d'un large espace vital, peut être était-ce cela ? 

On se dirigeait donc vers un restaurant huppé, les gens semblaient vouloir montrer qu'ils avaient de l'argent en s'habillant avec des matériaux rares et compliqués à assembler. La décoration était du même tenant et l'homme à l'entrée semblait deviner que nous ne pourrions pas nous permettre de venir ici... J'avoue que je ne comprenais pas trop et suivait tant bien que mal la jeune femme devant moi qui m'expliquait devoir ne pas faire attention à ce qui m'entourait. C'était assez difficile mais je n'en montrai rien. 

Je n'avais jamais mangé, elle l'avait deviné, et concrétement, je ne voyais pas pourquoi elle me faisait manger, n'éprouvant aucun signe de faim ou de satiété. Mais elle insista et prit une de ces cuillères toute prête pour me la faire parvenir jusqu'à la bouche. Surpris et de peur que cette cuillère non comestible vienne m'étrangler ou s'ingérer par ailleurs, je devins tout rouge, je n'osai plus bouger ni même respirer. Je sentais pourtant différente chose au sein de ma bouche, ma langue venait se coller à plusieurs goûts, le premier, assez relevé et mou semblait être la nourriture puisque l'autre, froid et long, était raccordé à la main de celle qui me donnait la becquée. Je réussis à déglutir avant que la cuillère ne sorte de ma bouche et même si il restait un peu de la portion sur la cuillère, je pus avaler une grande partie quand même. 

"Mmh c'est bon..." disais-je en ayant du mal à avaler correctement. J'essayais de faire marcher ma dentition pour sectionner le tout en de plus petite goulée et avaler sans risquer de m'étouffer. 

Je pris la prochaine cuillère et l'amenait à ma bouche. C'était pas si facile que ça, car je n'avais pas encore pris mes marques et j'étais obligé de loucher pour être sûr d'arriver à mon palais. 

Je ne savais pas ce que nous réservait le reste du repas, si le repas n'était pas terminé, car évidemment, cela me suffisait mais... peut être devinais-je la gourmandise ? 

Pourtant ce repas avait un goût d'inconnu mais pas que, et je devais poser une question même si je me fis discret, ayant peur de la réponse.

"Je ne comprends pas... tu as piqué cet argent à ce monsieur, c'est bien cela ? Mais, pourquoi le dépenser aussitôt alors ? Tu parcours le monde pour de l'argent mais tu le dilapides, ce n'est pas... logique ? Surtout que tu payes ma part en plus et que je n'en ai pas besoin... je veux dire de manger, je crois.

Oui, être sans le sou, voler et le dépenser aussitôt dans un truc hors de prix, je n'en voyais vraiment pas l'intérêt...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Mer 20 Jan - 23:04

Il était amusant de voir Shay découvrir comment on mangeait. Et dire qu’il n’avait pas tout vu encore. Je me mis à rire doucement avant de me servir moi-même pour goûter à ces petites choses qu’ils nous avaient proposé. J’avais plutôt pris un petit feuilleté, fourré d’un poisson fin, délicat et parfumé, dont le goût était mis en valeur par quelques épices. Je lisais le menu tout en mâchant, jusqu’à ce que la curiosité de Shay au sujet de mon comportement le pousse à m’interroger.

- Malheureusement pour se nourrir dans une ville où tu n’habites pas, il faut souvent passer dans un restaurant. Qu’il soit chic ou non. Et la restauration est un service, donc c’est payant. Si je dois m’enrichir en voyageant dans le monde entier, tu ne crois tout de même pas que je vais dépenser mon argent pour ca ? Ce serait complètement égoïste voire stupide à ses yeux, mais c’est comme ca ! Je levais les yeux de mon menu pour regarder l’Eon avant de soupirer. - Non en fait, pour être franche, je n’aime pas cette ville. Les gens sont hautains et désagréables si tu n’entres pas dans leurs normes. Regarde. Le type à l’entrée, si je ne l’avais pas appâté avec l’argent, il ne nous aurait pas laissé entrer sous prétexte que physiquement parlant, nous ne sommes pas vêtus comme tous ces bourges qui traînent dans les rues. Piquer de l’argent à certains d’entre eux pour me payer un luxe qu’eux obtiennent sans lever le petit doigt, on va dire que c’est une petite vengeance personnelle.

« Mais pourquoi tu es venue ici dans ce cas ? » qu’il va me demander je suis sûre. C’est un point que j’allais rajouter après lecture de la dernière ligne du menu.

- Je vais rentrer à Balfonheim. Le moyen le plus sûr et le plus rapide est d’utiliser une de leurs navettes de voyage. Je n’ai pas trop envie de me retaper le trajet à pied. Le serveur revenait.
- Avez-vous fait votre choix ?
- Je veux bien goûter votre Cockatrice sauce Alraune et herbes de Mandragore. Ah oui et sortez-moi votre meilleure bouteille de vin blanc aussi.
Tant qu’à faire hein ?
- Et monsieur ?

Euh zut, lui qui ne voyait pas l’intérêt de manger, j’espère qu’il ne va pas sortir un truc du genre « je ne prends rien » car bonjour comment on va être encore plus mal vus. D’ailleurs ca me faisait penser à quelque chose … J’attendais que l’employé s’éloigne pour tourner la tête vers Shay.

- Donc dis-moi, si tu n’as jamais mangé de ta vie, tu ne sais pas te servir de couverts ? Je vais devoir t’apprendre ca aussi ?

Je sens que le massacre et la torture ne font que commencer …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Jeu 21 Jan - 13:50

HRP :
 

"Oh..." J'acquiesai sans vraiment comprendre ce qu'elle me racontait. Alizée était ma référence en matière d'humain alors j'imagine que je devais faire l'effort de comprendre sa logique pour mieux comprendre les humains en général. C'est vrai, de base, j'aurais vraiment cru que payer avec son argent ou celui d'un autre reviendrait au même et à la même valeur, hormis la culpabilité peut être... Mais, pour elle, là était la différence, et je ne pouvais que dire oui...

"Tu m'as l'air de bien connaître le mode de vie ici, pourquoi sont-ils ainsi ? Ils se complaisent à se fermer sur l'extérieur mais ils y gagneraient à faire rentrer des choses extérieures à leur environnement et leur... confort, non ?"

Je ne savais pas mais j'avais un peu mis le doigt sur quelque chose qui concernait la jeune femme aux cheveux rouges. N'était-ce pas ça qui l'avait poussé à l'aventure ? Peut être allait-elle me le dire ? Je tentait le feuilleté qu'elle venait de manger, je ne saurai dire si c'était l'intérieur de froid et l'extérieur de chaud ou l'inverse, je n'étais pas encore au point sur les sensations mais c'était bon ! Je pris le deuxième dans la foulée, à peine, avais-je fini ma dernière bouchée. Il en restait un mais je le laissais à Alizée si elle le souhaitait, au pire, ils le resserviront sur une autre table, je pense...

En attendant, je préfère la reprendre sur ce qu'elle me disait pour être sûr qu'il n'y ait pas de confusion...

"Tu veux dire "on" va là bas, non ? "

Avait-elle, finalement, l'attention de me laisser ici ? Je croyais que je devais la suivre... Mais le serveur interrompit la discussion pour venir prendre nos commandes pour la suite. Alizée avait fait son choix et pointait un plat sur son menu en l'énumérant au serveur. Cela n'avait aucun sens ! A quoi cela servirait-il de le montrer du doigt à l'homme qui prenait la commande sachant qu'il ne voyait pas ce que l'on montrait. Mais, je me ravisai de cette observation pour ouvrir le menu que je n'avais même pas regardé et pointait un plat du doigt au hasard.

"Une gelée de Slime à la sauce Morbol, je crois...
Oh... Monsieur est un connaisseur, et en plat ?
Euh, bah celui-ci, s'il vous plaît...
Oui, mais ce dessert je vous l'amène sans plat ?
Ah, bah mettez le dans une assiette, j'imagine..."

Le serveur reprit les cartes et repartait en soupirant, sans doute que ce plat était difficile à servir dans une assiette quoi... Mais je n'allais pas être au bout de la surprise car je sentais le regard insistant de ma partenaire humaine.

"Des couverts ? Euh, non, mais ça ne devrait pas être si dur... ?"

Je crois qu'elle avait toutefois décide de m'inculquer cet art là... J'avais vite compris que les couverts désignait génériquement les ustensiles liés à la vaisselle pour s'alimenter, et non le fait d'être à l'abri, mais il fallait faire gaffe à ces mots qui avaient tous un double sens...

Cela faisait peut être dix minutes que nous attendions et je regardais autour de moi... Presque personne ne mangeait, je me demandais pourquoi...

"Pourquoi est-ce si long ? Personne n'est servi... Plus c'est luxueux, plus l'attente est longue ? "

En espérant qu'aucun employé ne m'ait entendu pour venir faire leurs excuses, ou pas, je continuai sur un tout autre sujet.

"Les garifs sont tout de même bien moins compliqué que vous..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Dim 24 Jan - 22:51

Evidemment que je connaissais plus que bien le mode de vie ici, j’étais née dans une famille fortunée de la capitale archadienne. Mais bon, ce n’était pas pour autant que je comptais en parler à Shay. Je m’étais contentée de hausser les épaules à ses propos, avant de parler de mes projets de retourner à Balfonheim en utilisant un vaisseau d’ici. Ce à quoi il remplaça mon « je » par un « on ». Mais je n’avais pas eu le temps d’y réagir puisque le serveur était revenu afin de prendre nos commandes. Ah … Sans doute aurai-je dû dire à Shay qu’on ne commençait pas par les desserts, aussi je me retins de rire sur le moment mais lorsque le serveur s’éloigna, il m’échappa un peu.

- J’aurai dû préciser qu’on ne commençait pas par les desserts. Et par « plat », il ne parlait d’une assiette, mais plutôt du « plat principal » du repas. Une viande, ou un poisson, avec des accompagnements …

Pour ce qui était des couverts, effectivement, je crois que je vais devoir lui montrer. Ca promet d’être assez festif !

- T’es un sacré phénomène quand même. J’ai l’impression d’être en train d’élever un enfant.

Moi qui pensais ne pas être mère avant des années … Ah ! Que dis-je. Moi qui n’y avais PAS pensé DU TOUT !
En attendant que les plats arrivent, je grignotais les derniers amuses bouches que nous avions à disposition, et puisqu’on nous avait retiré les menus, je n’avais rien d’autre pour m’occuper si ce n’est observer les gens, ou discuter avec Shay. Au bout d’une dizaine de minutes, il perdait déjà patience.

- Faut peut-être leur laisser le temps de tout préparer, tu ne crois pas ?

Mais il préférait juste noter que les garifs étaient « moins compliqués » que nous.

- Les garifs sont un peuple différents, nos coutumes diffèrent forcément. Mais j’avoue que je n’ai jamais été leur rendre visite. Il paraît de toute manière qu’ils n’aiment pas les étrangers et ne laissent pas rentrer n’importe qui au sein de leur village. Pour toi ils sont moins difficiles, pour moi, ils ont l’air juste pas très accueillants ni sociables.

Je marquais un léger temps de pause avant de plonger mon regard dans celui de Shay et hausser des épaules.

- Mais, comme je viens de le dire, je n’ai jamais rencontré ce peuple, alors je fais sûrement un jugement hâtif. Tu as l’air de les connaître, que peux-tu me dire sur eux ?

Toute information pouvait servir à l’avenir, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Dim 31 Jan - 15:13

HRP :
 

Les yeux des humains avaient un quelque chose de différent des autres espèces. Certainement en grande partie dû à leur iris qui étaient colorés et unique à chaque personne. Et je pus bien observer celle de ma camarade quand elle me regarda fixement dans les yeux en réagissant à ce que je disais sur les Garifs. C'était bien humain ça de juger et de se raviser dans la seconde d'après...

"Les Garifs sont un peuple très attaché à la nature car ils reconnaissent l'offrande des Dieux. C'est pour ça qu'ils paraissent très distants car ils sont attachés à leurs traditions, alors certes, ils n'utilisent pas toute votre technologie, mais ils perpétuent sans cesse leurs us et coutumes..."

Et c'est bien pour cela que les Occurias avaient cru bons de leur léguer le pouvoir du Criste Solaire mais en vain. J'avais eu loisir de les observer longtemps, c'était un peu mon rôle après tout mais les Garifs n'ont jamais su avoir ce leadership que le pouvoir des nihilithes leur demandait. C'était un peu dommage, cela aurait causé beaucoup moins de dommages...

J'étais pensif en repensant à cet évènement qui était bien plus vieux que mon interlocutrice. Et, cela m'avait fait repensé à une musique dans ma tête. Une coïncidence ?

Le serveur apportait enfin les plats et je comprenais le décalage entre cette question de dessert et de plat. Mais qu'importe, après tout, je mangeais pour le plaisir et le paraître et non, pour ma satiété.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Sam 6 Fév - 22:51

Spoiler:
 

En attendant qu’on nous apporte les plats, je cherchais à en savoir plus sur ces garifs que je ne connaissais que de nom et de ce qu’on a pu m’en raconter. Mais au final, je n’avais pas la sensation d’apprendre quelque chose de plus de la bouche de Shay. Soupirant, je haussais les épaules alors qu’on venait nous apporter nos assiettes. L’odeur alléchante qui se dégageait de la mienne m’ouvrait davantage l’appétit. Le serveur vint ouvrir la bouteille de vin blanc que j’avais demandé pour me servir un fond de verre et attendit que je le goûte pour que je lui dise si ca me convenait ou non. Mais pour moi, pas besoin de ces formalités. Je le regardais dans les yeux avec un air presque blasé.

- Pas besoin d’attendre, je sais que ca me conviendra très bien.

Je lui faisais un signe de la main de sorte à lui faire comprendre qu’il pouvait disposer, et il quitta la table. Bon, revenons à nos moutons. Ah oui, les garifs. Je buvais le fond de mon verre d’une traite avant de dire ma façon de penser.

- Je comprends mieux pourquoi tu sembles préférer ce peuple au nôtre. Des gens qui suivent les coutumes et qui honorent les dieux comme il se doit, ca ne peut que vous faire plaisir hein ? Toi et tes petits camarades, liés à la divinité.

J’étais peut-être à côté de la plaque mais je m’en moquais. Je haussais une nouvelle fois des épaules, me resservais un verre et je commençais à manger. Cette volaille était délicieuse et fondante à souhait, pas sèche, rien. Mes compliments au chef. Je mâchais, avalais et je reprenais.

- Bah. Je suppose que ca doit être le genre d’endroit où le temps semble être figé, s’ils se contentent de suivre les traditions à la lettre depuis la nuit des temps. Je ne pense pas que ce mode de vie m’intéresserait, ne pas voir les choses changer, c’est rentrer dans une monotonie de vie assez lassante. Mais tu ne connais pas ca, j’imagine.

Destination à oublier : Jahara.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    Mar 9 Fév - 13:15

J'allais assister à bon nombre de coutumes humaines en restant avec Alizée mais je sentais bien que dans ce genre de lieux, cela allait être amplifiée. La jeune femme avait commandé en plus des plats qui nous étaient apportés, une bouteille de vin. Cette boisson initialement prévue de la fermentation d'un fruit, phénomène d'alcoolisation qui, une fois digéré dans le corps en grande quantité, avait des effets secondaires. Désinhibition, perte d'équilibre ou de réflexe, nausées. Bref, d'un corps et d'une constitution à l'autre, cela pouvait avoir des effets différents pour des doses et alcools différents.

Mais ce n'était pas ça qui était étrange, même si cela paraissait comme une sorte d'empoisonnement volontaire, car cela pouvait avoir des conséquences néfastes sur l'humain. Ce qui était étrange, c'est que le maître d'hôtel en servait qu'une petite portion alors que la bouteille entière avait été commandée. Il le faisait pour qu'Alizée y goûte et dise si c'était bon. Bonne initiative alors je me demandais si je devais faire de mon même avec le plat. Je goûtais donc du bout du doigt et répondais.

"C'est bon pour moi aussi ! "

Et heureusement, qu'Alizée le congédia d'un revers de la main car le pauvre homme semblait offusqué de nos manières. Et c'était aussi sèchement que la femme réagissait à ce que je disais sur les Garifs.

"C'est étrange, ça a l'air tellement normal pour toi... Sans les Dieux, ni toi ni moi n'existerions, le sais-tu ? Et puis, je peux comprendre que toi tu aies besoin de dynamisme mais le traditionalisme a du bon, notamment pour perpétrer l'histoire. Les Garifs sont gardiens d'un long savoir sur les anecdotes du passé et ses trésors..."

C'était volontaire si je laissais ce mot là peser sur la fin de la phrase, je voulais l'accrocher un peu...

"Ils ont même un chant dont je me souviens pour retrouver l'un de ces joyaux. Le "Coeur Elephant", ça ne te dit rien, je présume ? "



Pourtant, je pense que c'est exactement le genre de choses que cherche la jeune femme aux cheveux rouges. Mais je n'en rajoutai plus, mangeant le contenu de mon assiette. C'est décidé ! Manger c'était extra ! Au niveau du goût, je ne ressentais aucun changement pour le corps, par contre...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eon va où comme ça ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Eon va où comme ça ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» les bugnes comme chez le patissier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Ivalice :: Archadès-
Sauter vers: