Accueil

Partagez | 
 

 La journée avait pourtant bien commencé...

Aller en bas 
AuteurMessage
Joan

avatar

Messages : 949

MessageSujet: La journée avait pourtant bien commencé...   Lun 21 Déc - 23:24

Joan et Vingt-deux viennent de Deling City

Jour 3

Le réveille était doux mais, tardif...Quand il ouvrit les yeux, il remarqua que leur wagon était presque vide...Les passagers étaient descendus sans que personne ne les prévienne, pas même Gilbert...Où était-il ?!
Joan posa son index sur la joue de Vingt-deux pour le réveiller.

"Vingt-deux...On est arrivé" dit-il, la voix encore ensommeillé."

Il faisait nuit noire dehors. Il n'avait aucune idée de l'heure qu'il était et si Gilbert les avaient laissé dans cette ville que Joan lui-même ne connaissait pas vraiment, ils n'étaient pas sortis de l'auberge...
En sortant du train, ils purent constater, que les lumières de la ville les éclairaient assez , mais, l’atmosphère était plutôt inquiétante, Joan se sentit mal à l'aise ici, sans raison particulière....Après un certain temps sans oser bouger, il plissa les yeux et cru voir quelqu'un qu'il connaissait ? Le majordome, bien sûr...

"Salut ! Ne vous perdez pas, ne me lâchez pas d'une semelle ! Je vous emmène à l’hôtel, vous pourrez finir votre nuit..."


Joan voulait lui demander pourquoi il ne les avait pas réveillé et laissé attendre bien cinq longues minutes avant de se manifester mais, il repensa à la façon dont ils étaient eux-même monté dans le train sans le prévenir...C’eut été une petite vengeance de sa part en les ayant laissé s'angoisser, que cela n'étonnerait pas Joan plus que ça...

Ils suivirent Gilbert comme son ombre. Descendaient des marches et en montaient d'autre, ils avaient même passé un pont du haut duquel ils pouvaient distinguer les sorties des trains sous-terrain. Joan tenait la main de Vingt-deux, à chaque fois qu'un train passait, le sol tremblait sous leur pied et le son était violent. Le mage devait être effrayé...
Enfin, dans une nouvelle rue, ils purent distinguer sur un établissement les mots "The Timber Hotel"
Il était temps, Joan dormait debout.
Le hall était petit mais, le grand panneau "Information" leur indiqua facilement où était l’accueil...
Joan les paupières lourdes s'étala à moitié sur le comptoir et s'adressa à la réceptionniste.

"Trois chambres pour nous trois, s'il vous plait"


Il regarda Vingt-deux et dans ses yeux il put voir qu'il n'était pas emballé à cette idée. Passer la nuit seul dans un endroit inconnu...
Joan se reprit donc :

"Une seule pour trois"
Et là c'était Gilbert qui, manifestement n'était pas d'accord, donc..."Deux chambres. Une d'un seul lit et l'autre de deux."

La réceptionniste haussa un sourcil en regardant le mage noir et ensuite Joan. Le jeune homme qui n'en pouvait plus de tout ces jugements sur son compagnon, lâcha :

-"C'est mon frère." Sa réaction de stupeur était encore plus prononcé bien sûr..."Çà va...vous n'avez jamais vu d'enfant adopté ?"
-"Et je suis leur père" Gilbert s'était joyeusement mêlé à la conversation..."Celui-là c'est mon biologique" dit-il en désignant Joan. "oui, je l'ai eu très jeune...Malheureusement il n'a pas hérité de mon charme, il ressemble plus à sa mère..."
-"C'est gentil pour "maman" ça..." répondit Joan.

Ils reçurent malgré tout leurs clefs... et pouvaient gagner leur chambre. L’hôtel de Timber était plutôt chic et à l'image de la réception la chambre aussi.
Joan prit le lit au fond de la chambre au plus prés de la fenêtre, non sans avoir demandé à Vingt-deux au préalable. Il enleva ses chaussures, examina rapidement sa cheville et une chose été sûre, elle avait l'air d'avoir apprécié la pause qu'ils avaient fait grâce au train. Sa cheville avait bien dégonflée. Il enleva sa veste et ses gants et posa tout ça par-terre près de son lit, il ne prit pas la peine de défaire les couvertures, et s’endormit comme ça très rapidement. après avoir souhaité la bonne nuit, à nouveau, à Vingt-deux.

Joan bougeait peu la nuit, son sommeil était lourd, mais, ça n'avait pas été le cas de Vingt-deux. Car, même si Joan ne l'avait pas entendu, le petit avait eu beaucoup de mal à s'endormir et n'avait cessé de bouger. Il avait même dû le réveiller plusieurs fois en l'entendant "couiner" pensant qu'il cauchemardait. C'était le seul bruit qu'on entendit dans la chambre hormis leur ventre qui gargouillait...

Mais le lendemain, ce fut à nouveau le jeune homme qui se réveilla en premier, plus en forme que la veille pour sûr...et posa son index sur la joue du mage pour le réveiller.

"Debout ! Allons réveiller "papa" et trouver nos résistants."


C'était le début d'une très longue journée. Qui aurait pensé qu'elle se serait si mal terminé...

Action de Joan :


Paye sa chambre 100 gils
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 457

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Mar 22 Déc - 21:27


Il avait semblé à Vingt-deux qu’un très court instant s’était déroulé ente le moment où il s’était endormi et celui où on l’avait réveillé… Bien sûr qu’il voulait encore dormir, mais il ne protesta pas quand il eut fallu sortir du train. Il fallait dire qu’il ne voulait pas rester tout seul ! Il suivit donc Joan sans dire un mot, et contrairement à lui, il ne remarqua même pas que Gilbert n’avait pas été là au début… Le Mage Noir était tellement fatigué qu’il faisait peu attention à ce qui l’entourait ; il trébucha même à plusieurs reprises contre ses proches pieds, heureusement il ne tomba jamais… Enfin, si ça avait été le cas, pour sûr qu’il aurait été plus réveillé par la suite !

Ils finirent par arriver dans un hôtel et Vingt-deux regarda le jeune homme avec des yeux tous fatigués… Sincèrement, oui, il ne voulait pas dormir tout seul ici… En fait, il avait surtout peur de se lever comme la dernière fois et d’aller bruler quelque chose à nouveau. Du coup, si quelqu’un dormait dans les parages, peut-être qu’il pourrait l’empêcher d’aller faire une nouvelle bêtise… Le Mage Noir paya sa part pour la chambre, avant de suivre Joan dans celle-ci, sans avoir fait attention à sa discussion avec le majordome – l’envie de dormir était bien plus importante que ça… Vingt-deux s’affala rapidement sur un lit, pour pouvoir s’endormir le plus tôt possible, afin de profiter au maximum du reste de la nuit… Il marmonna quand même deux mots incompréhensibles en voulant souhaiter aussi bonne nuit à Joan, pour enfin essayer de dormir. Malheureusement pour lui, le sommeil ne vint pas immédiatement ! Un petit bruit l’empêchait de dormir… En ouvrant finalement les yeux et en regardant autour de lui, il finit par apercevoir un petit train qui avançait tranquillement, puis ensuite disparaître hors de la chambre… Puis quelques instants plus tard, il revint, repartit, pour revenir encore… À ce moment-là, le Mage Noir descendit de son lit pour tenter de l’attraper et le rata. Autant dire que, même en étant très fatigué, ça l’énervait vraiment. Il fut tenté d’y mettre le feu dès que le train repasserait ! Mais en fait, ce ne serait pas vraiment très malin de faire ça, il allait mettre le feu à tout le bâtiment, sinon…

Puis le petit train repassa… Vingt-deux l’attrapa cette fois-ci, pour le poser par terre. Voilà, là au moins, il n’avancera plus ! … Enfin tout de même, il avançait vraiment tout seul ce truc ? Mais le Mage Noir n’était pas d’humeur à se poser des questions sur les fonctionnements des choses du coin, il retourna dans son lit, en n’oubliant pas cette fois-ci d’enlever ses chaussures avant de s’affaler à nouveau pour finalement s’endormir…

Le matin arriva trop vite selon Vingt-deux… Il avait terriblement mal dormi, cette nuit. Non, cette fois-ci, il ne s’était pas levé, mais il n’avait cessé de se réveiller et de se retourner dans tous les sens dans son lit, manquant de tomber plusieurs fois… Et quand il dormait, il se mettait à rêver de villes détruites et de personnes apeurés. Pas de quoi avoir envie de dormir, quoi… Il avait tout de même réussi à dormir, mais il avait fait tellement de cauchemars en une seule nuit… Lorsque Joan réveilla le Mage Noir pour qu’il se lève, celui-ci protesta…

« Mais j’suis encore fatigué… »

Et il s’enroula dans les couvertures pour ne pas qu’on le bouge… Sauf qu’il finit par tomber du lit, à force de trop bouger.

« D’accord, je me lève… » grommela-t-il ensuite, en se tortillant pour sortir des couvertures.

Il les remit vite fait bien fait sur le lit, pour ensuite remettre rapidement ses chaussures. Ah, et aussi, avant qu’il n’oublie… Il attrapa le petit train qui était encore par terre, pour le remettre sur les rails. Il fila sans demander son reste… Et Vingt-deux lança un regard innocent au jeune homme.

« Il… Il est tombé tout seul… » dit-il alors.

Pas vraiment sûr qu’il le croit, là… Mais le Mage Noir n’ajouta rien d’autre et préféra le suivre pour aller chercher Gilbert… Mais ce dernier était déjà réveillé et les attendait, sûrement depuis un moment déjà…

« Ah, vous êtes enfin réveillés ! » leur lança-t-il. « Tenez, je vous ai achetés ça. »

Et le majordome donna un sachet à Joan et un autre à Vingt-deux ; en regardant dedans, le petit mage put constater qu’il contenait des viennoiseries… Sans doute était-ce la même chose pour le jeune homme. À manger, enfin ! Enfin ça avait l’air d’être pour gagner du temps, comme ça, ils pouvaient manger pendant le trajet pour se rendre… Où, déjà ? Le Mage Noir ne savait plus… Il ne savait même plus du tout pourquoi ils étaient venus dans cette ville ! Il se mit à réfléchir un peu… Non, vraiment, impossible de se remémorer quoi que ce soit. Ils finirent par enfin sortir de l’hôtel, tandis que quelques personnes à la réception se posaient des questions quant à la disparition du petit train, cette nuit…

Gilbert les guida à nouveau, et Vingt-deux en profita pour manger ce qu’on lui avait acheté – en vérifiant au préalable s’il n’y avait pas de chocolat dedans ! Et là, le Mage Noir remarqua que le majordome les guidait hors de la ville. Mais où les emmenait-il donc ? Le petit mage préféra ranger le sac avec le petit déjeuner pour rester sur le qui-vive… Surtout qu’au loin, il y avait un de ces oiseaux bleus, là… Allait-il venir les attaquer ?! Finalement, ils arrivèrent dans un campement. Vingt-deux regardait curieusement les lieux, tout en ne s’éloignant pas de Joan… Il y avait quand même un certain nombre de personnes dans le coin, et le Mage Noir n’aimait pas ça ! Il aperçut même un grand chien, pas très loin… Et s’il venait le mordre ?!

~~~~~~~~~~

Action de Vingt-deux :

A payé 100 gils, sa part pour la chambre d’hôtel.



PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate




Art © Flavia-Elric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5499
Age : 27

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Mer 23 Déc - 21:28

Joan & Vingt-Deux +50 exp, 100% HP/MP, -100 Gils chacun


Suite



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Vingt-deux

avatar

Messages : 457

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Mer 13 Jan - 14:31

<< Joan et Vingt-deux reviennent de leur rencontre !


Voilà que Joan et Vingt-deux avaient quitté le camp pour retourner en ville… Ils n’y étaient pas restés longtemps, finalement, juste le temps de remettre une lettre, de combattre deux oiseaux bleus, de brûler une forêt – oui, bon ! – et les voilà en route pour l’hôtel. Encore ! À vrai dire, le Mage Noir n’était pas vraiment contre, il se sentait déjà fatigué… Était-ce le fait de n’avoir pas très bien dormi cette nuit, ou celui de s’être fait emporté par l’un des volatiles pour atterrir en pleine forêt en traversant un arbre au passage ? Un peu des deux, sûrement… Bon, on dirait que personne n’avait décidé de venir les embêter, là, maintenant ! Sauf quelques personnes louches – mais tout le monde paraissait louche à Vingt-deux, de toute façon !  - qui avaient des boîtes bizarres dans les mains, dont certaines faisaient des flashs bizarres, et qui semblaient vouloir qu’on réponde à leurs questions. Mais le Mage Noir ne voulait pas répondre à des questions ! Fort heureusement, Joan et lui purent s’éclipser et perdre ces gens de vue avant qu’ils ne se fassent assaillir.

Oui, nous disions, ces deux-là se rendaient à présent à l’hôtel ! Bon, certes, Gilbert les suivait aussi. Oui, il était toujours là, décidément… Vingt-deux espérait qu’il allait bientôt s’en aller, et soudain, ô miracle ! Le majordome leur annonça qu’il allait les laisser un instant pour faire quelque chose d’important, semblait-il… Quoi ? Ça, le petit mage n’en avait rien à faire, tant qu’il s’éloignait d’eux, tout serait parfait ! Visiblement, Gilbert reviendra les rejoindre plus tard, quand ils seront à l’hôtel… Bon, soit, il allait quand même revenir. Dommage ! Bien, le majordome partit, ils n’étaient plus que tous les deux… Mais, avant de retourner se reposer, Vingt-deux avait encore quelque chose à faire !

« Euh, Joan… Je- j’ai faim, je… je peux m’acheter quelque chose… ? »

Ah oui, il avait encore faim. Bon, il avait encore gardé les radis que lui avait filés Joan, mais il voulait quand même acheter autre chose ! Surtout qu’il en avait assez, de l’argent… Attendez une minute ! Il n’en avait pas autant en arrivant sur ce monde, non ? Et il n’en avait ramassé pas tant que ça, non plus… Par quelle magie tout cet argent était arrivé dans son sac ? Peut-être de la même façon que l’objet triangulaire était apparu… Espérons qu’il n’y ait pas de truc dangereux qui apparaîtra, ensuite ! Il avait déjà cette fichue grenade dont il devait se débarrasser…

Quoi qu’il en soit, Vingt-deux chercha une boutique, ou quelque chose, n’importe quoi, qui vende de la nourriture ! Et voilà qu’il en trouva une, en tout cas, ça ne pouvait qu’être un endroit où l’on vendait des choses à manger ! Rien qu’à voir ces gâteaux, ces croissants dans la vitrine, et aussi des biscuits qui avaient l’air bon, et des petits pains au choc-ARGH !
Enfin, le Mage Noir ignora cette vision d’horreur pour entrer dans le bâtiment… Joan allait-il le suivre aussi ? Il préférait, en tout cas… Il n’y avait personne dans la boutique, hormis la vendeuse qui regardait Vingt-deux avec des yeux ronds… Voilà que ça recommençait ! Puis le petit mage décida de s’imposer, il était venu acheter quelque chose, tout de même !

« Euh… B-Bonjour, je… je prendrais, euh… un truc sans chocolat… »

Enfin, s’imposer à sa façon, quoi… Bon, ça n’aidait pas réellement la dame pour son choix, mais de toute façon, Vingt-deux ne pouvait pas lire les étiquettes pour savoir quoi prendre… La vendeuse décida de lui proposer un paquet de biscuits – en forme de triangles, d’ailleurs. Mais ils étaient partout, ces temps-ci ! – sans aucune trace de chocolat, et ça convint au Mage Noir, qui du coup acheta ce paquet sans l’embêter plus que ça… Tandis qu’il se demandait si Joan voudrait aussi de ces gâteaux ou non, la voix de la dame retentit timidement.

« Euh, si ce n’est pas trop indiscret… Qu’est-il arrivé à vos vêtements ? »

Ah, oui, l’état déplorable des habits de Vingt-deux… Il avait sur le coup oublié ce détail ! C’était sûr que ça ne passait pas particulièrement inaperçu…

« Euh… Un… un arbre… » dit alors le petit mage comme seule réponse.

La vendeuse affichait à présent une mine perplexe.

« Un arbre ?
- O-Oui… un arbre… »

D’accord, ça, c’était de l’explication ! Clair, net, précis. Tout ce qu’on aime, quoi ! La dame n’insista pas, sans doute les vraies raisons de l’état de ses vêtements était bien trop gênante pour être avouées à quelqu’un qu’on ne connaissait pas… Il n’empêchait qu’elle voulait tout de même annoncer autre chose !

« Vous venez d’Héra, non ? » demanda la dame, parlant à la fois à Joan et Vingt-deux – même si elle n’avait d’yeux que pour le petit mage, elle n’avait jamais vu ce genre de bestiole, pour sûr ! – elle attendit une quelconque réponse avant d’ajouter : « Je m’en doutais un peu, on dirait qu’il y a toute sorte de créatures bizarres sur ce monde…
- M-Mais je suis pas bizarre…
- En tout cas, j’ai entendu dire qu’une créature étrange qui venait d’Héra était à Balamb, en ce moment. Je n’en sais pas plus, pour tout vous dire… »

Quelqu’un d’Héra était dans le coin ? Et quelqu’un qui n’était pas humain non plus, apparemment… Vingt-deux s’imagina qu’on devait le regarder bizarrement aussi… Et, était-il tout seul, lui ? Ou il avait rencontré des personnes peu recommandables ? Le Mage Noir regarda le jeune homme dans les yeux.

« J-Joan ! Je… je veux aller là-bas… pour voir qui c’est ! » lui lança-t-il.

Certes, il voulait rentrer sur son monde, aussi… Mais il se posait trop de questions maintenant ! Il préférait d’abord tout savoir… Et puis de toute façon, il ne voulait pas leur arriver quelque chose de mal s’ils restaient en ville le temps de retrouver cette mystérieuse personne, non ? Vingt-deux en profita également pour demander à Joan où ça se trouvait, Balamb… C’était peut-être à l’autre bout du monde ! Et, enfin, ils purent retourner à l’hôtel pour se reposer…

Après avoir payé la chambre, ils s’étaient installés et, n’y tenant plus, le Mage Noir s’était endormi comme une souche, sans même prêter attention au bruit que faisait le petit train quand il passait dans la chambre ! Il n’avait pas fait attention, si Joan était allé se coucher ou pas. Ce ne fut qu’au réveil qu’il constata que, oui, le jeune homme était aussi allé dormir, et visiblement dormait encore. Il fallait s’occuper le temps qu’il se réveille… Ah, oui ! Réparons un peu ces habits !

Vingt-deux commença par son chapeau, autant qu’il le fasse pendant que personne ne regarde… En le retirant de sa tête, il put constater la brindille qui pointait encore à l’intérieur et la retira. Et, soudain, une chose sortit du chapeau et chuta sur le sol dans un petit bruit. Perplexe, le Mage Noir le regarda… L’écureuil. Il était dans son chapeau depuis le début, et il n’avait rien remarqué… Visiblement, la boule de poils rousse appréciait plus que tout la tête du petit mage. Ça n’allait pas l’arranger, cette histoire !

Il se dépêcha de rapiécer son chapeau avant que Joan ne se réveille – maintenant, c’était un chapeau super rapiécé – puis le remit sur sa tête, pour ensuite retirer sa veste et s’y attaquer plus tranquillement. Une fois que toutes ces coupures seront recousues, on arrêterait de le regarder bizarrement ! … Enfin, euh… Seulement par rapport à ses vêtements, en fait. Le reste, ça, ça ne changeait pas…

~~~~~~~~~~

Action de Vingt-deux :

Paye 100 gils pour la chambre d'hôtel


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate




Art © Flavia-Elric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 949

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Jeu 14 Jan - 21:51

Devant les journalistes, Joan craignait que Gilbert ne veuille prendre la pose...Heureusement, ce ne fut pas le cas.
Ils arrivèrent à semer les journalistes et un autre les sema à leur arrivée en ville ; le majordome lui-même.
Joan ne s'en formalisa pas, bien au contraire... Ils pouvaient donc aller s'acheter à manger comme le mage lui avait demandé et il fallait le dire le jeune homme avait vraiment faim aussi. Il n'avait pas mangé depuis la veille et encore il n'avait avalé que quelques bonbons...

Ils avaient trouvé une petite boulangerie et si le mage ne voulait pas entendre parler de chocolat et préféra donc acheter des sortes de biscuits en...triangle ! Il y avait un peu trop de triangle dans leur vie en ce moment songea le jeune homme...lui, fit un petit signe discret à la vendeuse pour réclamer deux pains au chocolat, c'était beaucoup mieux...non pour le mage, les deux seraient pour lui car, après l'épisode du train, le jeune homme avait compris la leçon et c'était pour ça qu'il était si discret pour ses achats. En revanche, il l'était beaucoup moins pour s'acheter une petite bouteille de jus d'orange.
Pendant qu'ils finalisaient leur paiement la vendeuse discutait avec Vingt-deux. Joan s'amusait toujours de la façon si particulière que son compagnon avait de répondre à ses interlocuteurs.
Quelque chose d’intéressant venait d'être dit par la demoiselle. Quelqu'un appartenant au monde du mage serait à Balamb ?
Rien n'était sûr mais, il semblait que Vingt-deux voulait absolument y aller. Bien sûr, Joan n'y voyait aucune objection, surtout que les lignes de Timber leur permettaient d'y aller directement.
Voilà c'était décidé, après avoir mangé et roupillé à l'hotêl ils iraient faire un tour sur l'île de Balamb.

Il avait mangé ses deux pains en provoquant la chute de quelques miettes sur le dessus de son lit, pendant que le petit dormait. Après s'être un peu callé l'estomac il s'endorma à son tour.
Joan se réveilla avec grande peine, combien de temps avait-il dormi ? Il ne le savait pas mais, il semblait que son organisme avait dû rattraper la mauvaise nuit passée. Dormir en plein après-midi et si longtemps c'était rare pour lui. D'ailleurs Vingt-deux n'avait pas suivi son exemple, il était déjà debout...enfin assis, sur son lit à coudre.
Le jeune homme s'assit à son tour, sans faire de bruit et regarda Vingt-deux recoudre ses vêtements, il était assez admiratif, lui n'avait jamais été très manuel. Le mage était très minutieux, d'où lui venait ce talent ?
Ses pauvres vêtements déjà bien abîmés seraient à nouveau sauvés par ses petites mains. Joan n'avait pas l'attention de se manifester, préférant laisser le mage à son occupation.
Mais quelqu'un frappa à la porte, il se leva donc montrant ainsi à son compagnon qu'il était bel et bien réveillé.

"Le service d'étage peut-être ?"


C'était un peu étrange personne n'était venu à leur première nuit ici. Mais, c'était la nuit...donc, finalement ce n'était pas si surprenant...
Joan avait pourtant raison de se méfier car, lorsqu'il ouvrit la porte sans prendre la précaution de regarder dans le judas, celle-ci s'ouvrit avec d'avantage de violence, le faisant reculer. Surpris, il n'eut pas le temps de réagir face à cet homme qu'il leur était malheureusement familier. Il était si fort...d'une main, il l'avait plaqué au mur et de l'autre il referma la porte.
Les évènements s'enchaînèrent ensuite très rapidement sans que le jeune homme n'eut et ne put réagir. Son agresseur avait sorti son arme et pressa le canon sous son menton, l'obligeant à lever la tête.

"On se tait, si tu cris, tu meurs...c'est valable pour le petit sorcier derrière moi aussi..." Mais, enfin que leur voulaient-il ? Les avaient-ils suivi ?! Qui était cet homme ? Joan avait plein de questions en tête mais, aucune ne pouvait être posées. Son cœur battait à tout rompre, il voyait déjà son heure arriver...Il évita de croiser son regard et le dirigea plutôt vers Vingt-deux. S'il pouvait lui dire de lancer un sort feu sur lui..."Alors, comme ça on ne retient pas ses leçons ? Tu as volé de nouveau..."

Ceci n'était absolument pas une question mais, une affirmation... Il les avait vraiment suivit ?! Joan essaya de saisir sa dague... sans succès. L'homme ayant compris son geste, l’interrompu.

"C'est une très belle dague que tu as là, si je l'avais vu l'autre fois je l'aurais surement prise à la place de ton pendentif...Maintenant si tu permets..." A ses mots, il prit la dague du garçon qui n'avait pas eu le temps de refermer ses doigts dessus et bientôt, le métal froid de la lame vint se poser sur sa joue. Les yeux bleus anthracites de l'homme étaient froids et ne dégageaient aucune émotion. Cette personne dont ils ignoraient tout allait-elle mettre un terme à leur vie ? La vue de Joan se brouilla, des larmes embuèrent ses yeux. Cependant, un petit espoir naquit dans l'esprit du jeune homme lorsqu'il ajouta. "J'ai besoin de vous parler un peu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5499
Age : 27

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Lun 18 Jan - 21:00

Joan & 22 - 100 Gils, 100% HP/MP, +50 exp



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Vingt-deux

avatar

Messages : 457

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Lun 18 Jan - 21:40


Quelqu’un toqua à la porte, Vingt-deux s’effraya sur le coup, mais continua quand même à finir de recoudre sa veste. Bon, certes, il avait encore le reste de ses vêtements à faire, mais les coupures étaient bien moins présentes sur ceux-là, bien heureusement. Du coup, ce n’était pas vraiment pressé, pour le coup… Joan était parti en direction de la porte de la chambre pour ouvrir à la personne qui avait toqué. Curieux, le Mage Noir s’était détourné de son travail pour voir qui ça pouvait bien être… Il se leva du lit d’un bond ; c’était bien l’homme qu’ils avaient rencontré à l’hôtel de Deling City ça, non ?! Il les aurait suivis depuis là-bas ?! Il menaçait maintenant Joan, et Vingt-deux par la même occasion, même s’il lui tournait presque le dos et ne le regardait pas vraiment… C’était toujours un méchant, il n’avait pas changé !

Le petit mage avait attrapé son bâton pour se rapprocher le plus discrètement qu’il espérait de l’homme. Tant qu’il ne se tournerait pas vers lui, tout irait bien… Vingt-deux avait la ferme intention de lancer un sort sur ce type, histoire de le faire s’éloigner de Joan… Ou de le faire fuir… N’importe quoi ! Tant qu’il les laissait tranquille ! Malheureusement, ça ne se passa pas comme prévu, l’homme avait jeté un regard en direction du Mage Noir avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit, et visiblement il avait deviné ce qu’il avait l’intention de faire… L’homme pointa son arme en direction de Vingt-deux et tira ; la balle toucha le petit mage à l’épaule gauche, il lâcha immédiatement son bâton en hurlant et posa sa main droite sur la blessure. Le type lui lança un regard froid, et le Mage Noir se contenta de gémir par la suite sans dire un mot.

« Tu n’as pas intérêt à tenter quoi que ce soit. » lui lança l’homme ; son regard menaçant donnait à Vingt-deux l’envie de s’enfuir au plus vite… Sauf que ce n’était pas possible, maintenant. « Sinon, je n’hésiterais pas à te faire sauter la cervelle. Enfin, à supposer que tu en ais une… »

C’était suffisant pour dissuader le Mage Noir de lancer un sort… Il n’essaya même pas de rattraper son bâton tombé à terre ; il n’était même pas sûr de pouvoir le tenir encore, il avait tellement mal à l’épaule… Ça l’embêtait un peu de ne pouvoir rien faire… Si seulement il avait été un peu plus courageux ! Il aurait foncé sur cet homme, pour lui faire lâcher son arme de force, pour le faire s’éloigner de Joan… Mais, non, à la place, il restait planté là, complètement pétrifié…

« Bon, j’espère que vous êtes calmés, maintenant, ce serait bien si je pouvais vous garder en entier… » continua l’homme par la suite. « Puisque vous aimez tant voler, j’aurais bien besoin de votre aide… Ce que je vous offre en récompense ? Le droit de rester en vie, aha… Du coup, vous ne trouverez rien à redire si je vous demande de voler quelque chose pour moi…
- M-Mais c’est mal de voler ! Et… et moi, je veux pas le faire ! »
lança soudain Vingt-deux…

Le type regarda à nouveau le Mage Noir, le regard toujours aussi froid… Du coup, le petit mage regretta d’avoir pris la parole… Mais que lui avait-il pris, sérieusement ?!

« Dans ce cas, je te suggère de changer d’avis très rapidement, j’aurais presque peur de savoir ce que je pourrais te faire… » répliqua l’homme, menaçant…


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate




Art © Flavia-Elric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 949

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Mar 19 Jan - 14:16

Le mage avait effectivement tenté de lancer un sort sur l'homme, toutefois...
La scène semblait se jouer au ralenti sous les yeux de Joan qui demeura impuissant lorsqu'une balle vola en direction de Vingt-deux.
Le jeune homme avait fermé les yeux et n'osa les rouvrir que lorsqu'il entendit à nouveau l'homme parler. Il n'avait pas tué son compagnon il l'avait semble-il "seulement" blessé. C'était horrible de l'entendre le menacer ainsi sans pouvoir intervenir.
S'ils voulaient rester en vie il fallait voler pour lui, avait-il dit ?! Quelles étaient ses véritables intentions au juste ?
Contrairement à Joan, Vingt-deux avait eu le courage d'oser lui répondre ce qui lui faisait très peur d'ailleurs...

"Vingt-deux non, ne dit rien ! ...D'accord ! On volera n'importe quoi, ce que vous voulez..."

Il aurait fait n'importe quoi pour qu'il les laisse tranquille mais, l'homme s'était tourné vers le mage sans tenir compte de ce que venait de dire Joan et pour menacer de nouveau le petit. Ce qu'il venait de dire, plus jamais Joan ne voulait l'entendre. Une opportunité s'offrait à lui et il allait la saisir. L'homme ne le regardait plus et avait baissé sa garde. Le jeune homme, réussi a lui faire lâcher la dague et il voulu profiter de l'effet de surprise pour le frapper au visage cependant, leur agresseur avait vite fait de se ressaisir. Il avait changé la prise de son arme la tenant par le canon et lui infligea un violent coup avec la crosse. Le garçon en perdit l'équilibre, le genou à terre, un peu sonné.

"Tu es bien le fils de l'autre là...D'ailleurs j'ai appris la triste nouvelle...J'aurai tellement voulu te tuer sous ses yeux, cela me peine réellement de ne pouvoir le faire..."

Joan ne comprenait pas ce qu'il disait, tout était si confus et le fait qu'il venait de lui donner un coup de pied dans le ventre n'arrangeait pas vraiment les choses non plus...Il savait que celui qui l'avait élevé n'était pas un enfant de cœur mais, jamais il n'aurait imaginé qu'il ait pu provoqué autant de haine chez une seule personne...

"Tu sais que Cross a ruiné ma vie ? Il m'a volé tout ce que j'avais...et je vois qu'il a engendré quelqu'un d'aussi inutile que lui..." Il ne cessa de le frapper pendant qu'il parlait et Joan essaya comme il pu de se protéger des coups."Tu n'es rien... et tu entraines avec toi cette... "chose" derrière nous ?"

Il se dirigea ensuite vers Vingt-deux. Il le pouvait, Joan aurait quelques difficultés à se relevé dans l'immédiat...
Puis, il s'agenouilla près du mage et dit :

"Tu lances tes sorts si facilement toi..." Il se souvenait évidemment que Vingt-deux avait brulé sa veste à l’hôtel de Deling city...décidément, ces lieux ne leur portaient pas chance..."Je vais m'occuper de ton cas après...soit un peu patient..."

Il était à présent inutile d’essayer de retenir ses larmes, ils aillaient mourir. Joan le savait et c'était en partie de sa faute...

"Excuse-moi, Vingt-deux..." Lâcha-il dans un sanglot.
"Oh...c'est si touchant..." Il était revenu près de lui et avec un rictus cruel, dirigea son arme vers sa tête et ajouta :"dis-lui "au revoir" maintenant."

Le jeune homme attendit sans rien dire qu'il presse la détente...
Seulement rien ne se produit car, soudain, la porte de la chambre s'ouvrit et Gilbert qui arriva en trombe ne put que constater la scène...
Il avait de sacrés réflexes le majordome, il dégaina plus vite que l'homme ne changea de cible. Gilbert, prit un ton grave, jamais Joan et Vingt-deux ne l'avaient entendu parler aussi froidement.

"Lâchez votre arme. ...Vous en prendre à des enfants ? Ce n'est pas très louable ça..."
"Vous êtes quoi ? leur ange gardien ?" Répondit l'homme en lâchant son arme dépité.
"Tout à fait ! et majordome de mon état !"

A peine finit-il sa phrase qu'il assena plusieurs coups à l'homme qui tomba sans un cri.
Ensuite, Gilbert ramassa la dague de Joan au sol et se précipita ensuite vers lui pour lui remettre

"Hé...regarde-moi..." Il posa sa main sur la joue du garçon qui avait bien du mal à calmer ses tremblements. "Ecoute-moi ! Je vais m'occuper de ce gars. Toi, tu vas embarquer Vingt-deux et vous allez prendre le premier train qui quittera la ville. Quand vous sortirez d'ici, marche d'un pas rapide et ne laisse personne vous stopper. Pas même la réceptionniste...et tiens..." Il lui tendit un mouchoir en tissus. "Essuie-toi un peu le visage..." Joan posa sa main sur sa tempe quand il l’ôta il vit qu'elle était tâché de sang.
"Ce n'est pas le moment d'être sous le choc, gamin ! Tu peux marcher ?" Il aida le jeune homme a se relever.

"Ça va aller, oui..."


Mais, était-il possible qu'il est l'air plus désemparé que cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 457

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Ven 22 Jan - 21:56


Alors que tout semblait sans espoir, Gilbert entra à son tour dans la chambre, et assomma l’homme menaçant avant qu’il n’ait pu faire quoi que ce soit. Cette fois-ci, Vingt-deux était bien content de voir le majordome arriver… Ce dernier commença à parler à Joan, tandis que le Mage Noir, encore sous le choc, resta un instant figé sur place sans vraiment comprendre ce qu’il se passait, se tenant toujours son épaule qui le faisait toujours souffrir. Puis, en baissant les yeux vers le sol, il constata qu’un petit sac y était étendu, sûrement celui de l’homme qui les avait attaqués… En tout cas, il ne l’avait jamais vu dans le coin. Tandis que le majordome continuait encore à parler avec le jeune homme, le petit mage s’accroupit pour arriver à la hauteur du sac, et l’ouvrir pour regarder à l’intérieur… Dedans, plein de papiers en vrac, froissés ou bien plus ou moins bien rangés – que Vingt-deux ne pouvait pas lire de toute façon. Il les jeta à travers la pièce sans s’en soucier plus que ça et continua à chercher quelque chose qui pourrait s’avérer intéressant… Et sa persévérance à fouiller s’avéra payante ; presque tout au fond se trouvait un objet que le Mage Noir était persuadé d’avoir déjà vu… Un pendentif, celui que l’homme avait volé à Joan ! Vingt-deux s’empressa de l’attraper, puis de rejoindre son sac pour le mettre à l’intérieur. Il le rendrait bien tout de suite au jeune homme, mais Gilbert continuait de lui parler… Ah, non, il avait fini ! Le mage avait vaguement écouté ce que le majordome avait dit, mais ils devaient s’en aller au plus vite, vraisemblablement… Vingt-deux finit d’enfourner machinalement le reste de ses affaires qui traînaient sur le lit dans son sac, l’écureuil en passant – qui protesta et sortit de la sacoche avant que celle-ci ne soit refermée. Puis le Mage Noir remit sa veste pour se diriger timidement en direction de Joan et Gilbert… Puis il regarda l’homme qui était toujours assommé, à terre…

« E-Espèce de sale rat ! » lança soudain Vingt-deux en donnant des coups de pied dans les côtes du type. « T’es vraiment méchant et tu sers à rien ! Si… Si tu reviens nous embêter, je te cramerais encore, et si ça s’éteint, je te cramerais encore jusqu’à que tu peux plus rien nous faire ! »

Bon, le Mage Noir ne restait pas très menaçant, surtout que de toute manière, l’homme ne pouvait sûrement pas l’entendre, dans son état… Le petit mage donna un dernier coup de pied, entendit un craquement au niveau des côtes du type… Ce n’était pas réellement un bruit agréable, il recula de deux pas juste après… Enfin, c’était tant pis pour lui ! Il l’avait bien cherché, d’abord !

Il était ensuite temps de quitter l’hôtel et de se rendre aux quais ; Vingt-deux resta près de Joan ; il avait vraiment peur que quelqu’un d’autre les interpelle, puis trouve que leur tête est bizarre, puis décide de les tabasser… Mais on dirait que les rues étaient désertes, pour le coup, et il n’y avait même eu personne à l’accueil de l’hôtel pour les voir passer. Sans doute celle qui y était avait dû aller discuter avec d’autres membres du personnel après avoir entendu des bruits étranges venant de l’une des chambres… Ils finirent par arriver aux quais, quasi déserts eux aussi ; un train venait d’arriver, mais ils ne pouvaient pas entrer dedans sans avoir acheté préalablement de billets…Mais visiblement, ce fut au tour de Vingt-deux d’être de corvée pour acheter les billets… Mais tout d’abord, il demanda – avec beaucoup de mal – où allait ce train…

« Ce train-là se rend à Balamb. » indiqua le monsieur qui vendait les tickets. « Si vous voulez y aller, ce sera trente gils par personne. » Puis il se stoppa, et ouvrit des grands yeux en regardant Joan et Vingt-deux. « Mais… Vous saignez ! Qu’est-ce qu’il vous est arrivés ?! »

Le Mage Noir avait commencé à chercher l’argent qu’il fallait dans son sac, et avait relevé les yeux suite à la dernière phrase de l’homme. Il jeta un coup d’œil en direction de son épaule, certes recouverte par sa veste, mais le tissu se colorait déjà de rouge… Ça n’allait pas les aider, cette histoire. Il balbutia quelques mots incompréhensibles, puis le guichetier reprit la parole avant que le petit mage n’ait pu faire une seule phrase compréhensible :

« Vous avez traîné dans le pub, et vous avez eu des ennuis là-bas ? C’est pourtant interdit aux mineurs… » Vingt-deux se contenta de faire oui de la tête sans rien dire de plus, autant ne pas chercher à raconter de bêtises… « Écoutez, je vais donner une place dans l’un des compartiments privés du train pour que vous puissiez vous soigner sans le regard des autres personnes… Normalement, vous devriez payer un supplément pour ça, mais vu votre état actuel, je préfère vous l’offrir… Vous êtes sûrs que ça va aller ? »

Vingt-deux refit un mouvement positif de la tête avant de payer l’argent nécessaire pour les places du train, de récupérer les deux billets pour Joan et lui et de se rendre dans les wagons, dans un endroit où il n’y avait qu’eux deux… Et personne d’autre pour les regarder bizarrement tout le long du voyage ! Ils auraient dû prendre ce genre de place depuis le début… À moins qu’elles étaient toutes prises, le jour d’avant ?

Quoi qu’il en soit, le Mage Noir s’asseyait maintenant sur le siège et enlevait de nouveau sa veste pour observait l’étendue des dégâts sur son épaule… Et ça n’était pas beau à voir, surtout que ça faisait toujours horriblement mal… En définitive, maintenant qu’il était au calme, qu’il semblerait que plus rien n’allait leur tomber dessus, Vingt-deux éclata en sanglots…

« I-I-Il va p-pas nous… nous suivre, l-le m-m-méchant monsieur ? » lança-t-il difficilement à Joan. « S-Si il n-nous suit… de-depuis le d-début, i-il nous a peut… peut-être entend-du et i-il sait o-où on veut aller ? »

Le Mage Noir ne voulait pas être suivit par quelqu’un qui voulait les attaquer… il y avait déjà les soldats qui apparemment leur en voulait bien assez comme ça, il ne voulait pas que plusieurs personnes se mettent à les poursuivre…

« J-Joan… Je… j’ai mal… » ajouta Vingt-deux en se tenant l’épaule à nouveau…

~~~~~~~~~

Action de Vingt-deux :

Paye 60 gils deux places pour prendre le train en direction de Balamb.


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate




Art © Flavia-Elric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 949

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Sam 23 Jan - 1:36

Même en appliquant le bout de tissu sur sa plaie, ça n'allait pas arrêter de couler comme ça...
L'essentiel c'était qu'il ait l'air plus présentable, du moins, il imaginait que c'était le cas mais, par précaution il préféra baisser la tête.
Par chance - ils faillaient bien qu'ils en aient un peu - personne ne se souciait d'eux. Euh...tout le monde s'en fichait...
D'un sens ça les arrangeait ils n'avaient pas eu à justifier leur état à qui que ce soit.

Joan n'avait pas entendu son compagnon "insulter" l'homme, ni ne l'avait vu le frapper. Aurait-il était surpris ?
Quoi qu'il en soit, il suivit sagement les directives de Gilbert et ne prononça aucun mot, à moins qu'il en fut incapable ?
Pour la première fois depuis leur rencontre ce fut Vingt-deux qui prit les commandes de leur voyage.
Il acheta des tickets de train et même s'ils avaient eu une petite frayeur lorsque le guichetier avait souligné leurs blessures, il était au final étonnamment compréhensif et leur octroya même une place dans un compartiment privé, une aubaine.

Une fois à l’intérieur, ils auraient dû pouvoir se détendre un peu, mais même si Vingt-deux avait prit place sur le siège, Joan savait qu'il était toujours angoissé. Et soudain, le petit fut pris d'une crise de larme bien compréhensive... Joan s'agenouilla devant lui. Il fallait essayer de le rassurer, sans montrer que lui-même ne l'était absolument pas...

"Gilbert a pris les mesures nécessaire contre lui, on ne risque plus rien, d'accord ? Ça va aller maintenant..." Le mage saisit soudain son épaule qui lui faisait mal. Il fallait examiner ça. "Je vais regarder, laisse moi voir..."

Sans sa veste et avec son vêtement sans manche, le jeune homme pouvait voir l'ampleur de la blessure, même si avec tout ce sang, il était difficile d'y voir très clairement. Il sortit une potion de son sac et en versa un peu sur l'épaule du mage, ça la nettoyait un peu mais ne refermait pas la plaie...Le jeune homme avait alors un mauvais pressentiment, ça ne pouvait signifier qu'une chose...
Il attira le mage noir à lui, il pouvait sentir son petit cœur battre très vite, ça devait vraiment lui faire mal. Joan aussi était mal, il se sentait tellement coupable de ce qu'il lui était arrivé...surtout qu'en examinant l'arrière de son épaule il pouvait constater que sa crainte était fondée, il n'y avait pas d'orifice de sortie. La balle était toujours dans son épaule...
Il repoussa délicatement Vingt-deux il essaya d'expliquer la situation.

"La balle qui t'as touchée... elle est toujours dans ton bras, c'est pour ça que tu as si mal..." En voyant le regard du mage, il était évident qu'il lui demandait de faire quelque chose et Joan le pouvait sans doute avec sa dague. Mais, il était exclu qu'il fasse ça. "Non !...ne me demande pas ça..."

Nerveusement il ne le supporterait pas. Surtout pas après ce qu'ils venaient de vivre. Il se releva passa sa main dans ses cheveux et évita soigneusement le regard du mage. Il prit sa dague et l'observa. Comment pouvait-il songer une seule seconde à faire ça...Si encore il pouvait l'endormir mais, il n'avait aucune magie morphée. Il voyait son ami souffrir et voulait faire quelque chose pour lui.
Il prit son courage à deux mains et se replaça devant Vingt-deux.
Son corps à lui était aussi contusionné et il avait mal aux côtes, après les monstres et les soldats qu'ils avaient rencontrés comment auraient-ils pu deviner que c'était un être humain "ordinaire" qui les abîmerait autant ? Il donna à boire au mage et fini lui-même le fond de la fiole. Cela ne suffirait pas à tout "réparer" mais, il fallait qu'il essaye de moins trembler pour ce qu'il allait faire...

"Pardonne-moi..."

Il essuya ses larmes rapidement, prit une profonde inspiration, et commença à entailler sa chaire. Le petit manifestait sa douleur. Mais Joan essaya de rester le plus stoïque possible, il le fallait...même si sa vue se brouilla de nouveau par les larmes...Il passa son bras sur ses yeux pour les y chasser et reprit l'opération.
S'il pouvait voir maintenant le projectile...

"vingt-deux s'il te plait, soit-fort..."

Il se disait inconsciemment la même chose pour lui-même, en se demandant bien comment il pourrait se remettre de tout ça...
Quand enfin après ce qui lui semblait être une éternité, il vu le bout de métal.

"Je l'ai !"


Il arriva à la saisir, la sortie de son épaule et il la jeta à travers la pièce.
Il fallait maintenant couvrir l'épaule du mage, avec quoi...? Joan n'avait rien d'utile dans son sac. Il examina l'endroit où ils se trouvaient et avisa les rideaux...Il en déchira le bas et banda l'épaule du mage en serrant bien fort.
Il avait le sang de Vingt-deux partout sur les mains et la pression une fois redescendu, il se laissa aller à ses émotions...


Dernière édition par Joan le Lun 25 Jan - 3:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5499
Age : 27

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Sam 23 Jan - 22:24

Joan/22 =100 exp
22 - 60 Gils



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Vingt-deux

avatar

Messages : 457

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Lun 25 Jan - 22:41


Quoi, alors, le projectile qui était sorti de l’arme de l’homme, là, il n’était pas ressorti ? Mais, ce n’était pas bien du tout, ça… Ça n’allait pas ressortir tout seul, non ? Vingt-deux lança un regard désespéré à Joan, tout en continuant de pleurer… Il n’était pas réellement sûr de comment on pourrait s’y prendre pour enlever ce projectile… Après tout, ce n’était pas à Héra qu’il allait se faire tirer dessus comme ici, avec des armes à feu…Mais, enfin, ça ne devrait pas être si difficile de l’enlever, non ? Le Mage Noir ne fut pas entièrement rassuré en voyant que le jeune homme attrapait son couteau. Le petit mage aurait bien voulu lui demander ce qu’il avait l’intention de faire avec, mais il fut en définitive complètement effrayé et aucun son ne sortit de sa bouche… À vrai dire, là, maintenant, Vingt-deux hésitait à s’enfuir en courant ou à rester sagement assis, pour voir ce qui allait se passer… Enfin, il décida de faire confiance à Joan, il n’allait pas lui faire de mal, non ?

Bon, disons que les minutes suivantes ne furent pas particulièrement agréables pour le Mage Noir, qui se serait volontiers bien demandé pourquoi il avait fait confiance au jeune homme l’instant d’avant s’il n’avait pas souffert autant. Le pauvre cria, couina, pleurant encore plus, tentant mollement de repousser Joan sans y parvenir, il n’avait plus de force dans les bras pour ça… Finalement, au bout d’un moment qui lui sembla durer une éternité, le jeune homme réussi à retirer le projectile de l’épaule du mage… Ce dernier était à bout de force, et resta un instant à regarder dans le vide, sans savoir quoi penser ou dire… Au bout de plusieurs longues secondes, Vingt-deux osa enfin regarder le jeune homme… Il n’avait pas l’air d’aller bien, là, non ?

« J-Joan… ? »

Le Mage Noir ne savait pas vraiment quoi dire, maintenant… Il essaya d’arrêter de pleurer, ce qui ne fut pas une chose très facile…

« Ça-Ça va maintenant… Ça fait moins mal… »

Bon, en fait, ce n’était pas vrai, il avait toujours aussi mal, voire plus. Non, il n’allait pas l’admettre, il ne voulait pas que Joan se sente coupable, il l’avait aidé quand même… En attendant, le petit mage évitait au plus de bouger son bras gauche…

« M-Merci… » bégaya-t-il ensuite.

Il avait du mal à croiser le regard du jeune homme… Il fallait dire qu’il avait cru un instant qu’il voulait l’achever, avec son couteau… Mais pourquoi il avait pensé ça, hein ? C’était impossible ! Joan, il était gentil… Pas comme l’autre type qui les avait agressés… Finalement, Vingt-deux se jeta sur le jeune homme pour le prendre dans ses bras – mince, le bras gauche… oh bon tant pis !

« J-Je suis désolé Joan ! » lança le Mage Noir en ignorant le plus possible la douleur. « S-Si… si j’avais pas traversé le portail, tu… tu aurais pas eu de problèmes ! »

Quoique, rien n’était sûr, en réalité…

« E-Et l’autre méchant monsieur, ce qu’il dit c’est pas vrai ! T’es pas rien… » continua Vingt-deux sans lâcher son compagnon. « Et… et je dis pas ça juste pour te rassurer… C’est vrai ! »

Il desserra un peu son étreinte pour regarder Joan dans les yeux… Enfin essayer, puisqu’il détourna son regard une seconde après. Non, ça il n’aimait pas trop, qu’on le regarde dans les yeux ! Il avait l’impression qu’on pouvait lire toutes ses pensées et tous ses secrets… Enfin si seulement il en avait !

« T-Tu es la seule personne que je connais… Même sur Héra, j’ai jamais osé parler à quelqu’un… Et, euh… »

Vingt-deux resta un moment silencieux, avant d’attraper à nouveau le jeune homme dans ses bras.

« Merci… pour tout ! Merci d’être là pour moi ! »

C’était bien sincère, ce n’était pas juste pour tenter de le rassurer… Avant de lâcher Joan, le Mage Noir lui fit un bisou sur la joue, puis il s’empressa de retourner vers son sac sans dire un mot… Il l’ouvrit et chercha dans ses affaires pour sortir le pendentif du jeune homme.

« E-Euh… T-Tiens, c’est pour t-toi… » bégaya-t-il en lui tendant.


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate




Art © Flavia-Elric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 949

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Mar 26 Jan - 16:20

Quelle image donnait-il a Vingt-deux en ce moment ? Lui en train de sangloter alors que c'était pourtant le mage qui devait le plus souffrir. Il voulait le protéger cependant, il se sentait tellement inutile, ce que l'homme lui avait dit, c'était vrai. Il méritait sans doute ce qui lui arrivait mais, pas Vingt-deux. C'était décidé, Joan ne le suivrait pas au portail, le petit risquerait sans doute moins sa vie s'il n'était pas avec lui. Ses pensées se bousculèrent, il se disait que Cross se moquerait bien de lui s'il le voyait comme ça...
La voix de Vingt-deux vint interrompre ses idées noires et le jeune homme leva la tête vers lui.
Pourquoi le remercier alors que tout était de sa faute ?

Soudain, le mage le prit dans ses bras. Joan resta un moment interdit ne sachant pas quoi faire des siens...
C'était tellement...inattendu.
Pourquoi était-il si gentil avec lui ? quelqu'un d'autre serait en colère, non ? De plus il s'excusait, lui !
Le jeune homme s'apprêta à contester lorsque le mage prononça des paroles que le garçon avait bien besoin d'entendre.
C'était comme si le mage avait lu dans ses pensées. Il n'arriva à prononcer aucun mot il se contenta seulement d'écouter Vingt-deux.

Lui était-il vraiment utile ? Ce que le mage lui disait le réconfortait vraiment, jamais il n'avait eu le sentiment de compter pour quelqu'un hormis son père et après lui... il avait été seul. Jusqu'à Vingt-deux...Joan, n'avait pas bougé et s'était laissé étreindre par le mage sans rien dire. Il l'avait un peu calmé, ses larmes avaient cessé de couler. Il l'avait ensuite lâché et lui avait déposé un baiser sur la joue.
C'était...inédit. Tant de sincérité dans ce petit être, il ne calculait rien, il avait l'innocence d'un enfant. Si tout le monde pouvait être ne serait-ce qu'un peu comme lui...
A présent, il cherchait quelque chose dans son sac, Joan écarquilla les yeux quand il vit l'objet brillant qu'il en sorti.

"Comment tu...? Où l'a tu trouvé ?!" Il saisit son pendentif, celui que son père lui avait offert avec cette date au dos de la médaille...lui qui avait calmé ses pleurs, voilà que ça lui reprenait..."Vingt-deux, tu ne peux pas savoir combien c'est important pour moi...c'est..."

Il n'avait pas besoin de terminer cette phrase aujourd'hui. La journée avait été très lourde pour tout deux.
Peut-être aurait-il dû lui dire qu'il avait pensé le quitter, qu'il serait mieux sans lui mais, après ce qui avait été dit, même si des gens en voudraient de nouveau à sa vie ou même à celle de Vingt-deux, Joan ne voulait plus se séparer de lui, même si c'était très égoïste de sa part, il ne supporterait pas que quelqu'un d'autre le laisse...

Il se leva et essaya de briser ce silence gênant, en constatant l'état dans laquelle ils avaient mis le compartiment...
Le sang sur les sièges, le rideau déchiré...Eux-mêmes n'étaient pas très fringuant. Ils avaient grand besoin de changer de vêtements et de se doucher aussi éventuellement...Le train se dirigeait vers Balamb, ils pourraient sans doute le faire la-bas. Mais, en attendant ils ne pouvaient pas sortir comme ça...
Joan ôta sa veste, il sortie une bouteille d'eau de son sac, tiens... quand l'avait-il eu...? et commença à laver un peu ses bras, et son visage...Demain, il serait d'ailleurs surement tuméfié et ça toutes les potions du monde n'y changeraient rien.

Le sol se tâcha d'avantage de sang mêlé à l'eau...Ils n'étaient plus à ça prés...
Il n'éprouva pas de gêne particulière à se dévêtir devant le mage, c'était un garçon comme lui après tout. Non...? Qui plus est, il avait vécu dans la rue, alors la pudeur il s'était assis dessus depuis un moment...
Donc, il enleva aussi son t-shirt, dévoilant son buste couvert d’ecchymoses, l'autre n'y avait pas été de main morte...Il profita pour essayer de le laver aussi - ou comment faire sa lessive dans un train... - peine perdue, le sang l'avait trop imbibé heureusement que son vêtement était noir. Sa veste, par contre il pouvait faire une croix dessus, elle avait eu au moins l’intérêt d'épargner un peu ce qu'il avait dessous.

"Tu crois que si l'ont part en laissant tout ça comme ça, on nous en voudra...?"
dit-il. Il tendit sa bouteille à Vingt-deux, "tiens tu devrais faire comme moi..." Ce serait préférable effectivement, déjà qu'ils attiraient les regards en temps normal, avoir l'air de deux zombies n'arrangerait pas les choses. On aurait dit qu'il avait assassiné quelqu'un...

Et puis, en baissant les yeux il remarqua...un magazine ? Il avait glissé et était à moitié caché sous le siège. Joan le saisit c'était une de ces fameuse brochure décrivant des armes de poing ou à feu néanmoins, Joan n'y avait jamais vu de dague...Il la feuilletterai quand même, sait-on jamais. Il la glissa dans son sac et remit son t-shirt, il n'y avait pas de miroir mais, il supposa qu'il avait l'air plus présentable.


Vingt-deux et Joan partent pour Balamb
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5499
Age : 27

MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   Dim 31 Jan - 20:26

Joan & Vingt-Deux gagnent 50 exp

Joan & Vingt-Deux vont vers Balamb



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La journée avait pourtant bien commencé...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La journée avait pourtant bien commencé...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin d'une journée qui s'annonçait pourtant bien... [Bree] - TERMINE
» BIBBO & CASSIE ✰ Je n'espérais rien de cette journée.. Et pourtant.
» P.J.B } il lui avait pourtant dit de ne pas ouvrir la boite
» Une journée bien remplie
» Une très mauvaise journée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Dol :: Timber-
Sauter vers: