Accueil

Partagez | 
 

 A la capitale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Joan

avatar

Messages : 361

MessageSujet: A la capitale   Jeu 13 Aoû - 23:19

Carte du monde

Ils étaient enfin à Deling city, après une longue marche et quelques maladresses du mage. Joan le connaissait depuis peu mais commençait à y être habitué...
Il avait répondu à sa question comme ceci :

- "Nous allons a Deling City, c'est ma ville natale on dit que c'est la plus belle ville du monde, je ne peux pas vraiment le confirmer, à vrai dire, je n'ai pas beaucoup quitté Deling..."

Mais une fois sur place, en voyant le petit spectre encore plus effrayé qu'il ne l'avait été jusqu’à présent. Joan comprit que pour lui, la beauté supposée des lieux, n'était pas sa principale préoccupation, mais les gens peut-être. Deling city était une ville assez peuplé, et les regards étonnés des passants sur Vingt-deux devait le rendre mal à l'aise. En effet, son apparence et ses vêtements étranges ne passaient pas inaperçu.

Le jeune homme lui dit alors :"Ne fait pas attention à eux, ça doit être moi qu'ils regardent, je dois avoir une tête bizarre"

Il ne pensait pas que ça le rassurerait ni même que ça l'amuserait, mais sait-on jamais, Joan voulait vraiment réussir à le décoincer un peu.

Parfois Vingt-deux s'arrêtait et observait les alentours. Joan essaya du mieux qu'il pouvait jouer les guides touristique, mais ce n'était pas vraiment son truc.

-"Cette arche sous laquelle nous sommes c'est..." Joan n'avait plus de domicile, récemment chassé de là où il vivait, il allait donc parfois sous cette l'arche, au vestibule à leur gauche qui menait au égout de la ville. Il avait servi à la tentative de piège des SeeD contre la prêtresse maléfique il y a un an, depuis il avait été condamné. Mais ça n'empêcher pas Joan de s'y rendre régulièrement...le cadenas ne lui résistait pas. Bien sûr il n'allait pas lui dire ça. "C'est...elle a jouée un rôle très important dans l'histoire de cette ville. Mais je ne vais pas entrer dans les détails, ce n'est pas très intéressant..."

Oui, décidément ce n'était pas un bon guide.

Ils marchaient dans les rues en faisant des slaloms entre les voitures et passants. Vingt-deux devait avoir plein de questions, il y avait peut-être plein de chose qu'il n'avait vu dans son monde. Ils étaient maintenant dans la rue le très chic manoir du major Carraway les lorgnait. Ils s'y arrêtèrent. Ce manoir, Joan le connaissait bien également...
Il n'eut pas le loisir d’expliquer au mage quel était ce bâtiment, car une femme qui passait près d'eux les interpella :

"C'est quoi ? ça vient d'un autre monde ? C'est...un sorcier ?! Comme la sorcière Ultimecia ? Vous amenez des ennemies chez nous ?"
Elle fixait le mage noir, d'un regard effrayé mêlé de colère.

Joan se plaça entre la femme et le petit mage. Cette femme ne lui était pas inconnue et il ne l'aimait pas beaucoup. Elle faisait partie de ces gens qui, lorsqu'il était enfant, préférés changer de trottoir plutôt que de lui adresser un regard.  Elle avait parlée si fort que bientôt les badauds se regroupèrent autour d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 303

MessageSujet: Re: A la capitale   Dim 16 Aoû - 22:37


Oh, donc c’était bien dans une ville qu’ils se rendaient… D’un côté, ça rassurait Vingt-deux ; à moins d’avoir vraiment la poisse, aucun monstre n’entrerait dans ce genre de lieu pour attaquer… De l’autre, eh bien… Il devrait sans doute y avoir du monde là-bas, non ? Enfin, avec un peu de chance, les personnes ne feraient pas attention au Mage Noir car il ne les intéresse pas, ou seront trop occupés pour le remarquer. Allez, inutile de paniquer à nouveau, pour l’instant ; Joan avait dit que l’endroit était "la plus belle ville du monde". Du coup, une fois arrivé là-bas, tout devrait bien se passer… Non ?

Il revisita son avis une fois qu’ils entrèrent dans la ville… Il faisait certes nuit, mais la foule était pourtant bien dense. Malgré les paroles du jeune homme, Vingt-deux voyait bien que les passants le regardaient lui, tantôt juste curieux, tantôt méfiants. Le Mage Noir préféra suivre Joan sans leur accorder un seul regard. Si seulement il pouvait disparaître sous terre… Finalement, il osa regarder un peu plus autour de lui, pour voir une sorte de grand bâtiment… Oh, non, ce n’était qu’une arche…Le jeune homme lui expliqua que c’était un élément important de la ville. D’accord, mais…

« Euh… Pourquoi ça ressemble à un portail… mais, euh… en plus grand ? »

Les portails étaient aussi des sortes d’arches, non ? Du coup, les deux avaient peut-être un lien entre eux ? Vingt-deux imagina alors que cette grande arche s’activait, et aspirait toute la ville pour les envoyer vers une destination inconnue… Oui, il ne songeait pas à quelque chose de bien rassurant, pour le coup. Mais son principal souci, là, maintenant, c’était les gens tout autour de lui, qui continuaient de le regarder… Le Mage Noir préféra se réfugier aux côtés du jeune homme, pas que ça le rassurait plus que ça, mais il ne voulait pas trop être entouré de personnes inconnues, qui en plus le regardaient bizarrement…

En regardant la rue – et en prenant soin d’éviter le regard des passants, ce qui était assez difficile… – Vingt-deux constata que les personnes avaient tendance à marcher sur les côtés, et à laisser le centre de l’allée libre. Il se demandait bien pourquoi, mais n’eut pas le loisir de se questionner bien longtemps ; une sorte de grosse boîte surmontée sur des roues semblant dotée de vie passa sur le centre de la rue en faisant assez de bruits. Alors qu’aucun des passants ne nota la présence de cette chose, Vingt-deux bondit en arrière, agrippa un bras de Joan en montrant du doigt la boîte qui s’en allait déjà, tout en hurlant quelque chose comme :

« IIIIH C’EST QUOI ÇA ?! »

Là, avec son cri digne d’une fillette, pour sûr que tout le monde s’était tourné vers le Mage Noir. Ce dernier, ayant remarqué sa gaffe, préféra ne pas dire un mot de plus, ouvrant de grands yeux pour regarder les passants tout en se demandant en boucle pourquoi il avait réagi comme ça. Il lâcha par la même occasion le bras du jeune homme – nan mais pourquoi il avait ça, d’ailleurs ?! – et finit par continuer à suivre Joan, sans pour autant crier en voyant une autre voiture, cette fois-ci. Les deux arrivèrent finalement non loin d’une grande demeure, qui pour sûr impressionnait le Mage Noir. Il se demanda quelle sorte de personne pouvait habiter ici – sûrement quelqu’un d’important, non ? – mais il n’eut pas le temps de poser une quelconque question à Joan, que quelqu’un les interpela, mais malheureusement pas pour leur dire bonsoir ou leur souhaiter une bonne soirée – ce qui aurait quand même été louche, en y repensant… – mais plutôt pour faire quelques commentaires sur la présence de Vingt-deux… Qui, à nouveau, voulut disparaître sous terre pour qu’on ne le voie plus.

Il préféra regarder le sol plutôt que de croiser le regard de la femme qui accompagnait ses paroles. Il ne savait pas qui était Ultimecia, mais il pensa que ce n’était pas forcément quelqu’un de très recommandable, et que ce n’était pas vraiment un compliment si on comparait Vingt-deux à cette personne… Il recula de quelques pas, tandis que Joan se plaçait entre lui et l’inconnue, puis il tenta de bafouiller quelques mots :

« Je… je… je suis p-pas un… monstre… Je suis un Mage Noir… »

Bref, sa tentative de prendre la parole s’était soldée par un decrescendo, comme il savait si bien les faire… Et puis, ça m’étonnerait beaucoup que ce genre de réponse puisse rassurer qui que soit… Vingt-deux retint un soupir, prit son courage à deux mains, puis continua :

« Je… je suis arrivé ici par un… portail. Il recula de deux pas, plus mal à l’aise que jamais. Je… je ne vais… attaquer personne… »

Il se retourna, constata que d’autres personnes s’étaient approchées pour tout savoir de ce qu’il se passait. Le Mage Noir aurait bien voulu s’enfuit sans demander son reste, mais avec tout ce monde dont l’attention était fixée sur lui, ça allait être difficile. Aller dans cette ville n’avait pas été une si bonne idée que cela, finalement… Dommage que ces gens n’étaient pas des monstres, non plus, sinon il aurait trouvé un moyen plus simple de s’en échapper : leur balancer un sort à la figure et prier pour pouvoir s’enfuir sain et sauf. Mais il n’allait pas faire ça, ces gens n’avaient rien fait…


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 361

MessageSujet: Re: A la capitale   Mar 18 Aoû - 1:06

Le petit spectre avait essayé de se défendre tant bien que mal contre les accusations de la femme, mais elle était butée et rien de ce Vingt-deux n'aurait pu dire n'aurait changé sa façon de penser.

-"un mage noir ?!" lui dit-elle "C'est un sorcier ! je le savais !"

Les brouhahas se faisait plus nombreux dans la foule. Il fallait se sauver...

Le mage noir avait saisi le bras de Joan en ayant prit peur devant une voiture qu'il n'avait jamais vue, tout à l'heure.
C'était peut-être que son ami d'infortune ne rechignait pas au contact avec un être humain quand la situation devenait ou semblait dangereuse et le jeune homme pensa que de saisir la main de Vingt-deux pour le conduire loin d'eux sans qu'il ne se perdre dans la foule, était justifié.

Joan avait songé un instant à lancer un sort glacier sur la bonne femme, mais à la réflexion il était peut être plus judicieux de glisser son autre main dans la poche du manteau de la femme quand il passait près d'elle, pour la délester de son porte-feuille. Il était en colère, c'était en quelque sorte son moyen de lui faire payer sa mauvaise éducation .
Elle ne remarqua rien, c'était un très bon pickpocket. Par contre, à cette hauteur le mage avait peut-être vu sa main-d’œuvre, avec la candeur de son compagnon, il craignait que celui-ci ne lui pose une question sur ce qu'il venait de faire. Ce qui aurait été un problème dans la situation actuelle. Alors Joan regarda Vingt-deux et secoua la tête pour lui faire comprendre de ne rien dire.

Ils commençaient à s'éloigner du groupe quand un homme leur bloqua la route, Joan lui dit :

-"Poussez-vous de là" il réalisa que son ton était assez agressif et que l'homme était costaud...

-"Sinon quoi, gamin ? la peluche va nous faire cramer ?" répondit le type en essayant de le contourner pour s'en prendre à la "peluche".

Mais Joan poussa l'homme. Qui ne cilla pas du tout, au contraire il saisit le poignet de Joan, l'attira à lui et l'attrapa par le col.
Joan entendit le petit mage dire quelque chose, mais en temps normal, il était déjà assez difficile d'entendre ce qu'il disait sans se pencher vers lui, alors là, il ne comprit absolument rien.
En tout cas il était évident que si le jeune homme ne faisait rien, l'autre allait lui coller un pain. Alors, Joan infligea à l'homme un coup genoux...là où il fallait. L'individu relâcha sa prise, Joan reprit la main de Vingt-deux en lui disant :"viens !" et ils filèrent vers l'arche. Il était temps de se planquer comme des rats, c'était le cas de le dire...

Arrivé en courant à l'arche, Joan ouvrit la porte sous celle-ci et la referma derrière eux. Il n'était pas question d'aller dans ces égouts en empruntant l’échelle, bien sûr, mais juste de rester dans la salle en attendant que ça se calme, même s'il doutait que quelqu'un les ait suivis. Joan dit alors à Vingt-deux :

-"ça ne te dérange pas qu'on reste un peu là, hein ? en plus si on a faim, j'ai encore du chocolat !"

Enfin...rien n'était sûr, cela avait peut-être fondu depuis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 303

MessageSujet: Re: A la capitale   Jeu 20 Aoû - 19:16


Effectivement, la femme ne fut pas plus rassurée que cela par les paroles du Mage Noir, au contraire… Il serait peut-être temps de filer et, visiblement, Joan avait pensé pareil ; Ce dernier avait attrapé la main de Vingt-deux pour l’emmener loin d’ici – il avait d’ailleurs sursauté par ce contact, mais n’avait rien dit, finalement. En passant à côté de la femme, le jeune homme en avait profité pour lui subtiliser quelque chose, quoi, ça, le Mage Noir ne l’avait pas vu, néanmoins, ça ne l’empêchait de pas regarder Joan avec des grands yeux ronds. Ce n’était pas mal, par hasard, de voler quelqu’un ? Même si cette personne ne semblait pas vraiment la plus sympathique du monde ? En tout cas, il préféra ne rien dire. Et puis, de toute façon, Joan n’avait pas l’air de vraiment vouloir qu’il fasse un commentaire…

En s’éloignant, ils croisèrent malheureusement un homme que Vingt-deux aurait volontiers fui le plus vite possible, mais cet individu s’en prit alors à Joan, et il était évidemment hors de question d’aller s’égarer dans la ville pour éviter tout ce monde. Surtout que le Mage Noir n’allait pas forcément être plus tranquille dans une autre rue… Tandis que Vingt-deux paniquait devant la situation, se contentant de répéter en boucle "qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je fais ?!", et avant même qu’il ne prenne une décision, le jeune homme avait réussi à faire lâcher prise l’individu – comment avait-il fait, d’ailleurs ? – pour reprendre la main du Mage Noir et se diriger cette fois-ci vers la grande arche. Allaient-ils grimper dessus pour se cacher ? Non, ce serait étrange, difficile, et puis tout le monde pourrait les voir d’ici. En fait, Joan ouvrit une porte située sous l’arche, et la referma derrière eux une fois entrés. Effectivement, c’était plus facile d’entrer ici que d’escalader la structure…

L’endroit où ils se trouvaient était une simple pièce plutôt modeste qui effrayait un peu Vingt-deux, quand même – de toute façon, il avait peur d’un peu de tout, donc bon… En même temps, ce n’était pas un endroit des plus rassurants, avec ces murs et ce sol gris. Et puis, cette échelle qui descendait je ne sais où… Lorsque Joan lui demanda si ça ne le dérangeait pas de rester ici, il faillit lancer que si, ça le dérangeait beaucoup, mais n’y fit rien… Puisque, de toute évidence, cet endroit était bien plus calme que dehors. Au moins, personne ne viendrait les embêter ici, si ? Par contre, quand le jeune homme parla du chocolat, Vingt-deux lança directement :

« Euuuh, je… Non, j’ai pas faim… »

Non, il ne touchera pas ce chocolat, même si sa vie en dépendait… Enfin, quoique, si on menaçait de le déchiqueter s’il ne mangeait pas cette chose, peut-être qu’il s’exécutera quand même… Enfin, de toute façon, qui ferait une chose pareille ?! Bref, le Mage Noir se contentait de regarder partout dans la pièce, l’air nerveux, en prenant soin de ne rien toucher. Il finit par sortir un gil et joua avec.

« Les gens me regardent comme si j’étais un monstre… » finit-il par dire. Il détourna son regard de la pièce pour regarder Joan. « Je… Je suis pas un monstre… si ? »

C’était difficile pour Vingt-deux de penser que des personnes qu’il ne connaissait pas le voyaient comme une menace à chasser. Sur Héra, les habitants ne semblaient pas vraiment effrayés, ni surpris de le voir avant qu’il ne se rende au portail – il était peu informé sur les évènements, même sur son propre monde – et du coup, il n’était pas vraiment très habitué qu’on le regarde comme ça. Surtout qu’il n’avait rien fait… Il songea alors que, s’il n’était pas tombé sur Joan à la sortie du portail, il aurait très certainement passé un très mauvais moment sur ce monde…

Finalement, à force de jouer avec, le gil glissa des mains du Mage Noir, roula sur le sol, faillit s’arrêter, mais finalement préféra dégringoler vers la trappe où l’on pouvait descendre dans le je ne sais où. Vingt-deux lança un petit gémissement plaintif avant de regarder en bas. Non pas qu’il était très avare, au point de ne vouloir perdre ne serait-ce qu’un centime, mais il n’était pas vraiment décidé à laisser traîner l’un de ses objets dans la ville. Et si quelqu’un le retrouvait et arrivait à remonter au Mage Noir avec ? Chose improbable, d’accord, mais bon… Vingt-deux, déterminé à rechercher sa petite pièce, descendit dans ce je ne sais où par l’échelle qui permettait d’y accéder – non sans manquer de tomber et se ramasser tout en bas plusieurs fois, bien heureusement, ça n’arriva pas – et récupéra enfin son gil pour le ranger. Il était hors de question qu’il roule à nouveau et se coince cette fois-ci dans un endroit improbable…

Puis, le Mage Noir regardait les lieux où il se trouvait, restant tout de même un peu méfiant. Il s’éloigna de quelques pas de l’échelle pour un peu mieux observer les environs, en oubliant sur le moment que Joan était encore en haut… Il y avait de l’eau ici, qu’était-ce donc comme endroit ? En tout cas, ça n’avait pas l’air de ressembler à une rue que les habitants aimaient arpenter, ça, c’était sûr et certain…


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 361

MessageSujet: Re: A la capitale   Ven 21 Aoû - 3:32

Le mage ne voulant pas du chocolat, inutile d'insister, Joan allait le manger.
Il le déballa et constata avec surprise qu'elle était encore consistant, il le porta à sa bouche et mordit dedans. Le jeune homme s'alimentait très mal, il avait conscience que de se nourrir exclusivement de bonbon et gâteau, ce n'était pas très sain, mais qu'est-ce que c'était bon.
Il entendit vingt-deux qui se défendait d'être un monstre Joan lui répondit :

"C'est parce qu'ils ne te connaissent pas, à cause de ton aspect, ils devinent que tu es un adepte de la sorcellerie et notre monde à un lourd passif avec...tout ça. Après moi je sais que tu n'es pas mauvais, j'aime bien ton allure en plus, tu es drôle !"

Il disait ça sans aucune méchanceté. En effet, le mage lui faisait penser à une petite peluche inoffensive qui bougeait et parlait.
Il retourna à sa dégustation, il ne remarqua pas que le mage avait sortie un Gil, qu'il jouait avec et que la trappe menant aux égouts était ouverte...
Joan bloqua le chocolat entre ses dents et glissa sa main dans sa poche, il voulait voir ce qu'il avait volé plus tôt.
Des papiers d'identité, passeport...mais pas un seul gil. Tant pis, de toute façon, il avait fait ça plus pour ennuyer sa victime que par espoir d'avoir quelque gils en plus. Quittant des yeux le porte-feuille, le jeune homme remarqua avec stupeur que Vingt-deux n'était plus là ! Il hôta son chocolat de sa bouche. Avait-il été si concentré sur l'objet de sa gourmandise qu'il n'avait pas vu ni entendu le mage s’éclipser ?
Joan paniquait, il ne pouvait avoir emprunté qu'un seul chemin. Le jeune homme bloquant la seule sortie possible en étant assis contre la porte qu'ils avaient franchi. Et il savait qu'il y avait des monstres, en bas...

-"Non..." Il s'en voulait terriblement, il devrait pourtant avoir compris qu'il ne fallait pas quitter des yeux le petit mage.

Il rangea sa barre de chocolat se demandant si un jour il allait pouvoir la finir.
Il prit l'échelle et se laissa glisser en bas.
En se retournant, il vit Vingt-deux.

-"Il ne faut pas que tu partes quelque part, tout seul." dit Joan avec un soupir de soulagement.
"vient, on remonte"

Il attendit que Vingt-deux soit près de lui et commença à remonter mais...
La trappe au-dessus d'eux s'était refermée, et malgré les coups d'épaule de Joan, ne voulait pas s'ouvrir.
Le jeune homme regarda le mage et lui dit avec un sourire gêné :

-"Tu vas rire..."

Il essaya à nouveau de forcer la trappe, sans succés. C'était donc ça, le bruit qu'il avait entendu en descendant.
La maladresse de son compagnon était-elle contagieuse ? Ce n'était pas le genre de chose qu'on pouvait crocheter facilement qui plus ait. Il redescendit et dit au mage :

-"Ce n'est rien on va trouver une autre sortie. Ne panique pas"


A ces mots un hurlement qui n'était pas humain se fit entendre et son echo dans ce lieu vide le rendit encore plus terrifiant.

"On l'évitera, ne t'inquiètes pas"

Joan n'était pas du tout confiant en prononçant ces mots, un frisson lui parcourait l'échine. Pouvaient-ils vraiment éviter quelque chose dans ses longs tunnels étroits où l'eau rendrait leur progression compliquée ? Rien n'était moins sûr. Mais Joan n'allait pas lui dire, bien sûr.

Quoi qu'il en soit, il ne servait à rien de rester là, alors ils avancèrent.
Quelques mètres plus loin, la chose qui avait poussé ce cri se tenait devant eux. Elle était apparue si soudainement, ils ne l'avait pas vu approcher. Joan dit à Vingt-deux :

-"Bon, tu peux commencer à paniquer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 4914
Age : 26

MessageSujet: Re: A la capitale   Ven 21 Aoû - 13:16

Deux Formicide apparaissent!



Joan: 150/150 HP, 60/60 MP, Limit Break inactif (1 Action)
Vingt-Deux: 125/125 HP, 75/75, Transe: 0%, DefMorphée, DefGel, DefChaleur (1 Action)
Formiclide A: 100% HP, Foudre/ ??? (1 Action)
Formiclide B: 100% HP, Foudre/ ??? (1 Action)



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Vingt-deux

avatar

Messages : 303

MessageSujet: Re: A la capitale   Ven 21 Aoû - 23:09


Soudain, un bruit survint, et Vingt-deux, en sursautant, se retourna… Mais ce n’était que Joan, qui était descendu à son tour. Après les paroles du jeune homme, le Mage Noir le regardait d’un air plutôt honteux… On aurait dit un enfant qui s’en voulait d’avoir fait une bêtise, à ce moment-là…

« M-Mais… J’ai fait tomber une pièce… » marmonna-t-il sans prendre le temps d’ajouter quoi que ce soit après. Ce n’était pas si important que ça, en fait, pas besoin de tout raconter...

Il s’approcha donc de Joan sans dire un mot puis regarda vers le haut, pour constater qu’au bout de l’échelle, c’était le plafond, et qu’on ne pouvait pas monter plus haut. Hein, quoi ? Pas possible, comment ils étaient descendus, sinon ? Non, ce n’était que la trappe qui était fermée… Peut-être que c’était le jeune homme qui l’avait fait ? En le voyant taper dessus sans que ça ne fasse quoi que soit, Vingt-deux en conclue que non. Du coup, ça voudrait dire que quelqu’un l’avait refermée derrière eux ? Ça lui paraissait inconcevable qu’elle se ferme tout seule, comme une grande. Quelqu’un les avait surveillés depuis le début, et voulait les enfermer là-en bas pour l’éternité ?! Les paroles de Joan disant au Mage Noir de ne pas paniquer eurent l’effet inverse, et ce dernier se demanda si il avait bien une autre sortie, quelque part ? En plus, un cri venait de retentir, et ça ne ressemblait pas à celui d’une personne qui avait décidé de s’amuser à fond dans l’eau de ces égouts.

Vingt-deux suivait Joan, en jetant des coups d’œil un peu partout, mais en ne voyant pour l’instant pas quelque chose de suspect s’approcher. Il avait l’impression que les bruits de pas qu’ils produisaient faisaient cent fois plus de bruit à cause de l’écho et du calme des lieux, et, en même temps, le Mage Noir se demanda comment cela se faisait-il que ce genre d’endroit existe sous une ville sans que de supposés monstres habitant ici – car pour l’instant, Vingt-deux n’avait rien vu, il avait juste entendit un cri digne d’une bête – n’attaquent les gens vivant au-dessus d’eux. Puis, ce fut en se demandant à quoi ressemblaient les bestioles résidant ici que l’une d’entre elles apparut devant eux…

« J-Je paniquais déjà ! » lança alors Vingt-deux à Joan…

Puis il se retourna pour constater qu’il n’y avait non pas une créature… Mais deux ! Le Mage Noir poussa un petit cri paniqué avant de se demander quoi faire. En temps normal, il aurait trouvé le moyen de s’enfuir… Mais dans ce genre de lieu, c’était un peu impossible. Il risquait encore de se noyer dans l’eau juste à côté, et vu le physique de ces monstres qui étaient… quoi ? Des fantômes serpents zombis ? … Enfin, ces choses avaient l’air d’être agiles et rapides… Ce n’était sûrement pas en courant au hasard que Vingt-deux allait pouvoir les semer. Il pouvait attirer d’autres monstres au passage, en plus, s’il ne trouvait pas de sortie rapidement…

Et puis Joan était là, et ce serait malin de le laisser combattre tout seul, surtout que s’il ne résistait pas aux assauts des monstres et qu’il finissait en morceaux, ça n’allait ni être pratique pour lui-même, ni pour Vingt-deux ! Du coup, ce dernier tenta de se calmer – ça ne marcha pas – et repensa aux personnes dans la ville qui le regardaient bizarrement – ça l’inquiéta encore plus – et se rappela qu’il leur aurait volontiers envoyé un sort à la figure. Les gens n’avaient rien fait, mais là, c’était des monstres, et c’était complètement différent ! Peut-être qu’en essayant quelque chose… ? Le Mage Noir lança un regard interrogatif à Joan, comme pour savoir ce qu’il voulait faire et s’il savait quelque chose sur ces bestioles, puis se prépara à lancer un sort…

~~~~~~~~~~

Action de Vingt-deux :

Lance Brasier sur Formicide B.


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 361

MessageSujet: Re: A la capitale   Sam 22 Aoû - 12:13

-"Non, ne me regarde pas comme ça, je n'ai jamais rencontré de telle chose auparavant, d'habitude j'évite de me promener dans les égouts..."

Précisément parce qu'il savait qu'il y avait des monstres, il y avait des rumeurs disant que des ombres maléfiques rodaient dans les égouts de Deling City et que celles-ci pouvaient invoquer la mort et nous tuer sur-le-champ. On ne va pas lui dire cela au petit, pensa Joan. Et parce que ce n'était pas assez amusant comme ça, une autre créature surgit derrière eux. Plus on est de fou, plus on rit.
Elles ressemblaient grandement à des ombres. Si c'était elles l'objet des rumeurs, ils étaient fait comme des rats, lorsqu'on se trouve dans des égouts c'est approprié cela-dit...

-"Dis-toi que c'est l'occasion de se connaitre un peu mieux d'un point de vue strategie de combat
"
dit Joan.

Il faut toujours voir le bon côté des choses et comme ça il remarquera que tu as la résistance physique d'une jeune fille de douze ans... pensa-il, amer. Le jeune homme ne s'était pas beaucoup battu dans sa vie, il n'avait pas le profil d'un athlète.Par contre il avait pas mal d'agilité, ses mouvements se devaient d'être rapide et précis. Pour la rapidité il pouvait toujours améliorer un peu ça. Mais Vingt-deux était bel et bien paniqué, malgré tout, il s'apprétait à lancer un sort, semblait-il, avec son air tout concentré.
Pendant que le mage et lui lançeraient leur sort il était quasiment sûr que les deux loustics d'en face les attaqueraient.

-"Tant qu'on ne meurt pas, ça ira..." lâcha-il involontairement à voix haute, pourvu que Vingt-deux ne l'ai pas entendu prononcer ces mots.

Action de Joan

Booster < Joan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 4914
Age : 26

MessageSujet: Re: A la capitale   Sam 22 Aoû - 19:23

Tour 1



Joan: Booster [Joan] -1 Booster
Formiclide A: Foudre [Joan] -30 HP
Formiclide B: Infarctus [Vingt-Deux] -47 HP
Vingt-Deux: Brasier [Formiclide B] -80 HP, -6MP

Joan: 120/150 HP, 60/60 MP, Limit Break inactif (3 Action)
Vingt-Deux: 78/125 HP, 69/75, Transe: 2%, DefMorphée, DefGel, DefChaleur (1 Action)
Formiclide A: 100% HP, Foudre/ ??? (1 Action)
Formiclide B: -80 HP, Foudre/ ??? (1 Action)

Prochain tour:
 



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Vingt-deux

avatar

Messages : 303

MessageSujet: Re: A la capitale   Lun 24 Aoû - 0:33


En fait, Joan n’était pas plus avancé que ça sur ces bestioles… Pourtant, il vivait dans cette ville, il devait tout savoir d’elle, non ? Bon, visiblement, il n’avait jamais mis les pieds dans ces égouts. Mais, du coup, ça voulait dire qu’il ne connaissait pas cet endroit-là par cœur ? Comment allaient-ils sortir d’ici sans prendre très longtemps, alors ?! Bon, pour sortir d’ici, il fallait encore survivre à ces monstres, ce qui, selon Vingt-deux, allait relever de l’exploit… Alors que le jeune homme parlait de mieux se connaître sur le point de la stratégie de combat, le Mage Noir marmonna un « Mais moi je les fuis d’habitude, les combats… » pour ensuite se focaliser plus sur le sol qu’il voulait envoyer et ignora du coup parfaitement Joan, n’entendant pas au passage la dernière chose qu’il avait dite – et heureusement, si ça se trouvait, il aurait paniqué et balancé son sort sur le jeune homme au lieu de l’envoyer sur l’ennemi… et ça aurait été très malin ! – et il ne remarqua pas non plus l’action de Joan, mais c’est en finalement jetant un coup d’œil vers lui pour savoir ce qu’il se passait de son côté qu’il vit l’ombre-serpent-je-ne-sais-quoi attaquer le jeune homme avec de la foudre… Quoi, eh, mais ce n’était pas du jeu ! Ça ressemblait à des fantômes et ça utilisait de l’électricité ?! Pourquoi pas de la lumière, tant qu’ils y étaient !

Malheureusement, ce petit regard jeté vers Joan avait fait partiellement oublier à Vingt-deux qu’il avait également une de ces bestioles de l’autre côté, et ce fut en se retournant que le Mage Noir se retrouva presque nez-à-nez avec le monstre – le mesquin ! il en avait profité pour se rapprocher – et sa tronche terrifia tellement Vingt-deux qu’il resta un moment paralysé sans vraiment savoir quoi faire, à regarder l’ombre avec des grands yeux. Finalement, ce fut cette dernière qui mit fin à ce moment d’arrêt du Mage Noir en lui balançant à la figure un… cœur rose ?! En voyant l’aspect de cette attaque si peu menaçante, Vingt-deux ne s’était pas attendu à avoir si mal… Si bien qu’il s’effondra au sol en gémissant et se tordant de douleur. Si cette bestiole voulait déclarer sa flamme pour la Mage Noir, elle aurait sérieusement pu s’y prendre autrement, tout de même ! Remarquez, qui dit qu’un bisou baveux de sa part n’aurait pas eu le même effet… ?

Finalement, Vingt-deux se releva avec un peu de difficultés, puis lança un sort de Brasier sur la même créature qui l’avait attaqué. Alors, comme ça, on se déclare sa flamme tous les deux, maintenant ?

« Je… je vais bien… » lança-t-il alors à Joan, très peu sûr de lui. « Euh… En fait, pas trop… »

Bon, il fallait savoir ce que tu voulais ! Reculant vers le jeune homme, le Mage Noir songea au sort de foudre que l’autre bestiole avait envoyé un instant plus tôt ; il se dit alors que, peut-être, ces monstres n’étaient juste totalement pas logiques, et qu’il fallait les attaquer avec un élément qu’on ne penserait pas à leur envoyer ?

~~~~~~~~~~

Action de Vingt-deux :

Brouillard sombre > Un nuage sombre entoure les ennemis pour leur infliger des dégâts. Peut aussi les aveugler. (MagX1, 50% cécité, type ténèbres, 10 mp) sur les tapis les Formicides A et B.


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 361

MessageSujet: Re: A la capitale   Lun 24 Aoû - 14:30

Joan venait de se faire électrocuter par un sort de foudre, heureusement qu'il n'avait pas touché l'eau...
Il passa sa main dans ses cheveux pour aplatir les quelques mèches qui s'étaient redressées sur sa tête par l’électricité. Mais le plus pénible n'était pas ce souci capillaire, c'était les tremblements qui parcouraient son corps. Ses muscles avaient mal réagi à la foudre, il avait du mal à les calmer. Mais, en comparaison avec Vingt-deux, lui s'en sortait plutôt bien. Le mage, par contre, avait subis un infarctus, il y était déjà sujet en temps normal...Il semblait assez mal au point, il était au sol et se tortillait. Recevoir l'affection de la créature ne devait pas être très agréable, mais le mage disait qu'il allait bien. Joan avait de gros doutes, il allait le surveiller de près. Si les ombres le touchaient encore, il faudrait aviser.

Pour pouvoir "aviser" il ne fallait pas qu'il trépasse avant, alors, le jeune homme changea de posture, il se courba, mis ses bras devant lui en posture défensive et prit appuis sur sa jambe droite. Il observa calmement leurs ennemies, près à esquiver la prochaine attaque et murmura :

-"Attrapez-moi..." Quoi-que...Ce n'était peut-être pas le moment de pavoiser, si vraiment ils t'attrapent, tu passeras un mauvais quart d'heure, pensa-il.

Il s'adressa ensuite ensuite à Vingt-deux et lui dit :

-"Je te propose de nous concentrer sur celui que tu as déjà attaqué, une fois qu'on l'aura tué...si on y arrive, j'essayerai de voler l'autre, mais pas trop longtemps, il ne faudrait pas jouer avec le feu..."

Ce dernier ne l'écouta que plus ou moins, il était concentré et se préparait à lancer un autre sort ? Son "brasier" précédent avait été efficace. Il était bien un petit sorcier, pas de doute.
Avant que lui-même essaye de lui infliger des dégâts, il allait essayer de la voler, s'il pouvait avoir des sorts de restauration en stock cela l'arrangerait bien. Les arrangeraient bien, d'ailleurs.
Et comment attaquer ça ? C'était tout plat et faisait des vagues au sol. Le piétiner violemment ? Cette idée était absurde bien sûr.
Joan sortie sa dague, il avait peur que son attaque lui fasse autant de mal que s'il l'attaquait avec un petit cure-dent. Mais il fallait bien se défendre, alors il s'approcha de la créature et lorsqu'elle fut au "sommet de sa vague" l'attaqua.
Il reprit ensuite sa posture précédente.

Actions de Joan :

Technique Personnelle < Attrape-moi !
Voler < Formicide B
Attaque < Formicide B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 4914
Age : 26

MessageSujet: Re: A la capitale   Lun 24 Aoû - 19:25

Tour 2
[Note: Vu que j'ai pas eu la main légère sur les stats des monstres, je vous ai un peu abaissé ses HP Totaux sinon ça aurait été vraiment dur... Désolé, je serais moins sévère la prochaine fois ^^''
Joan: Sous booster, l'ordre restera le même qu'au tour précédent Wink]



Joan: Attrape-moi ! [Joan] +25% (5 tours) -10 mp
Formiclide A: Infractus [Joan] -60HP
Joan: Vol ??? [Formiclide B] +3 Vie
Formiclide B: Foudre [Vingt-Deux] -0HP
Vingt-Deux: Brouillard sombre [Formiclide A/B] -15 HP (Cécité: Sans effet) -10MP
Joan: Attaque (Coup critique) -85HP [Formiclide B]

Joan: 60/150 HP, 50/60 MP, Limit Break inactif, Booster (4) Esquive+25% (5) (3 Actions)
Vingt-Deux: 78/125 HP, 59/75, Transe: 2%, DefMorphée, DefGel, DefChaleur (1 Action)
Formiclide A: -15HP% HP, Foudre / Vie (1 Action)
Formiclide B: -190 HP, Foudre / Vie (1 Action)



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Vingt-deux

avatar

Messages : 303

MessageSujet: Re: A la capitale   Mar 25 Aoû - 20:47


Vingt-deux ne se sentait toujours pas vraiment très bien après la formidable attaque de l’ombre, il tenta de ne pas paniquer plus que maintenant, puis il entendit Joan demander aux bestioles de l’attraper… Hein, quoi ? Le Mage Noir se tourna vers lui avec des grands yeux, et vit au même moment que l’autre monstre se décidait à attaquer le jeune homme avec la même attaque rose qui a bien l’air peu dangereuse, au premier abord… Vingt-deux s’imagina que Joan avait dû assez en souffrir lui aussi, et il angoissa de plus belle…

« J-Je suis désolé ! C’est ma faute, j’au-aurais pas dû descendre là… » lança-t-il.

Un peu plus, et il éclatait en sanglots… Finalement, si Joan finissait par se faire battre par ces deux bestioles, Vingt-deux allait se retrouver tout seul, et ça ne lui plaisait pas vraiment… De une, ça l’étonnerait franchement de pouvoir en finir avec les monstres, et de deux, comment allait-il sortir d’ici ? À supposer qu’il y arriverait… Comment ferait-il, dans la ville ? Oui, en fait, c’était à se demander pour qui le Mage Noir s’inquiétait le plus : lui-même ou Joan ? Enfin, bref, pour l’instant, tous les deux allaient plus ou moins bien, s’ils étaient assez rapides et efficaces, ils pourraient finir ce combat rapidement, et sans trop de dégâts, non ? Enfin, tandis que Vingt-deux s’évertuait à songer à ça pour se rassurer, il vit le jeune homme faire… quelque chose ? Il parlait de voler l’un des monstres, avant, mais qu’avait-il volé, exactement ? Il lui lança un regard interrogatif – impossible de savoir si Joan l’avait vu, il était sûrement plus concentré sur les ennemis – puis vit l’ombre de son côté qui ondulait davantage, pour finalement lancer un sort de Foudre sur le Mage Noir. Ce dernier attrapa le bord de son chapeau le tirant vers le bas en fermant les yeux en attendant le choc, et… Rien. La créature l’avait-elle complètement raté, et avait visé à côté ? Peut-être que Vingt-deux n’était pas sensible aux coups de foudre, sinon. Il lança un regard perplexe à l’ombre, il lui sembla qu’elle le lui rendit, puis finalement il se décida à attaquer.

Le Mage Noir se concentra, pour générer ensuite une espèce de brouillard autour des deux ennemis afin de leur infliger des dégâts. Malheureusement, une fois le nuage dissipé, il constata qu’ils n’avaient pas été affectés plus que ça par son attaque, et qu’ils continuaient à onduler comme si rien ne s’était passé. Il aurait même juré qu’ils se moquaient de lui en bougeant comme ça ; ce fut Joan qui, en définitive, attaqua la bestiole déjà amochée avec son arme, et celle-ci ne semblait pas du tout apprécier… Vingt-deux s’en tint au conseil du jeune homme énoncé un peu plus tôt, celui s’attaquer la créature affaiblie en premier. Et, au lieu de tester de nouvelles choses, il préféra relancer le sort qu’il avait choisi initialement ; au moins, il était sûr que ça marchait bien…

~~~~~~~~~~

Action de Vingt-deux :

Lance Brasier sur Formicide B.


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 361

MessageSujet: Re: A la capitale   Jeu 27 Aoû - 0:37

Lui aussi venait de faire un infarctus, il y était préparé pourtant, mais n'avait pu l'éviter. Le cœur qu'ils leur montraient était-il une représentation du leur ? Sans doute, car lorsque celui ci se désintégra, il ressentit comme un violent déchirement dans la poitrine. C'était donc ça que Vingt-deux avait subi plus tôt. Que ça faisait mal, un autre coup comme ça et il était fini.
Le mage semblait s'inquiéter pour lui et il s'excusait.

-"Non, ce n'est pas de ta faute, je nous ai bien bloqué avec la trappe...c'est plus de la mienne." lui répondit Joan, à bout de souffle et en se tenant la poitrine.

Avec le sort "vie" qu'il venait de dérober il était surement plus sage qu'il se lance un soin sur lui-même, plutôt que sur Vingt-deux, car si ce dernier venait à perdre la vie, ce qu'il ne souhait vraiment pas, Joan pourrait toujours le ramener, par contre si c'était lui qui mourrait...

-"Je vais me soigner, excuse-moi de penser en priorité à ma propre santé, mais avec ce que je viens de dérober, je pourrais te ramener parmi nous si tu..." choisi bien tes mots, pensa-il. "Si tu nous...abandonnais. Ne m'en veux pas !"

Joan culpabilisait vraiment de faire cette action, surtout lorsqu'il avait vu les yeux du petit, qu'il considérait de plus en plus comme son petit frère, pas de sang, forcément, la ressemblance n'étant pas frappante... embués de larmes. Il avait plus envie de le prendre dans ses bras que de le laisser mourir. Heureusement le sort foudre lancé contre le mage avait été sans effet, il ne savait pas pourquoi et ne voulait pas le savoir, l'essentiel était qu'il n'avait subi aucun dommage.

Le sort que le petit avait ensuite employé avait été impressionnant et avait permis à Joan de s'approcher d'une des créatures et de lui infliger, ma foi, pas mal de dégât, plus que ce qu'il espérait en tout cas. Toute cette brume avaient envahie les longs tunnels des égouts, mais malheureusement...cela n'avait pas l'air d'avoir contrarié les ombres plus que ça.
Vingt-deux s'apprêtait, à présent, à renvoyer un autre sort, il adoptait la même posture que précédemment.
Quant à Joan, il allait encore une fois essayer de voler ce sort miraculeux, ça pouvait être très utile ! Ensuite, il attaquerait l'ombre qu'ils ciblaient depuis le début, espérant mettre un terme à son existence cette fois là et qu'il n'aurait pas à regretter d'avoir préféré voler plutôt que d'attaquer deux fois...

Actions de Joan :

Soin < Joan
Voler < Formicide A (Vie)
Attaque < Formicide B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 4914
Age : 26

MessageSujet: Re: A la capitale   Jeu 27 Aoû - 14:12

Tour 3
[Note: Joan: Sous booster, l'ordre restera le même qu'au tour précédent Wink]



Joan: Soin [Joan] +30 HP, -1 Soin
Formiclide A: Foudre [Joan] -30 HP
Joan: Vol Vie [Formiclide A] +3 Vie
Formiclide B: Attaque [Joan] Raté
Vingt-Deux: Brasier -80 [Formiclide B], -6MP
Joan: Attaque -50 HP [Formiclide B]

Joan: 60/150 HP, 50/60 MP, Limit Break inactif, Booster (3) Esquive+25% (4) (3 Actions)
Vingt-Deux: 78/125 HP, 53/75, Transe: 2%, DefMorphée, DefGel, DefChaleur (1 Action)
Formiclide A: -15HP% HP, Foudre / Vie (1 Action)
Formiclide B: -320 HP, Foudre / Vie (1 Action)[/quote]



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la capitale   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la capitale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Entrée et tableau de la capitale
» Nou mande la peine capitale pou mouche
» [Athénaïs de Montespan] Méfiez vous des ombres noires d'une capitale endormie...
» Reflexion sur la bidonvilisation de nos mornes
» Marche de Dol Amroth vers la capitale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Dol :: Deling City-
Sauter vers: