Accueil

Partagez | 
 

 Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Ven 7 Aoû - 0:57





I am Ultimecia.

I will compress all time and refute all existence.




Tard dans la nuit, alors qu'un grand astre opale badigeonnait les reliefs de sa lumière blanchâtre - comme il en a déjà pris l'habitude depuis des temps immémoriaux, ne se contentant que d'un bref repos mensuel -, le colosse métallique peinait à trouver le sommeil, la plupart des pores vitrés de sa peau irradiants toujours de leurs lumières artificielles - troublées parfois seulement par le passage furtive de silhouettes plus sombres et prétentieuses que le ciel nocturne lui-même. Du haut de sa colline, elle les observait abuser de joies que l'austérité diurne ne saurait leur permettre, le reste de la journée ; heureux de vivre ensembles, unis, ils attendent le soir venu pour se reclure et laisser libre cours aux secrets pervers que camouflent leurs personnalités plates et ennuyeuses. Tout ça sous le seul regard des soleils synthétiques qu'ils ont conçus, bien plus discrets et beaucoup moins révélateurs que leur modèle d'origine. Quant à elle, durant ce temps, perdue dans les flux impitoyables d'un froid mordant, elle continuait à subir l'injustice et la persécution qui ne devraient pourtant prendre place au balcon de leur représentation que dans bien des années : et pourtant, il semble que Le Destin soit heureux de pouvoir re-présenter les Malheurs d'Ultimecia, sa plus grande comédie, son plus grand chef-d'œuvre. Approuvé par les SeeDs et leurs racines mortes-nées. Venez nombreux.

« Je vais vous mettre à genoux ! proféra l'actrice principale en désignant la lointaine Balamb Garden University d'une main vengeresse, Je vous ferais payer votre crime, regretter votre victoire fallacieuse ! Vous n'êtes rien ! »

Comment un si faible et abject espoir avait-il pu la défaire ? Jusqu'où la voix de l'union avait-elle pu porter, pour pouvoir supplanter les pouvoirs qui sont siens ? De la vermine, rien d'autre que de la vermine répugnante, et elle s'est dressée contre moi. De la vulgaire populace, des parasites dont l'arrogance sans précédent les aura menée une fois à la victoire ; elle n'avait oublié aucun visages, aucun noms, tant ceux-ci gravitaient autour du périphérique ressuscité de son esprit. Mais désormais, la Sorcière ne laissera plus ces figures mortellement célèbres anéantir le trafic de ses pensées. Départs en vert sur l'autoroute du bonheur A-Néant-Éternel, retours inexistants.

Direction à jamais.

À l'heure où un couple éphémère s'embrassait fougueusement aux abords d'une zone d'entraînement naturelle, où un étudiant révisait pour la énième fois la même page du cours qu'il ne parviendra jamais à comprendre totalement, et où une jeune fille en mal d'amour cauchemardait une réalité terriblement proche, Ultimecia, la Sorcière d'un futur incertain – et paradoxalement inévitable – s'en retournait vers un nouvel avenir dont elle prendra bientôt les rênes. Ses pas légers se frayaient sans mal un chemin clair au travers des herbes folles, ne laissant derrière eux qu'un petit groupuscule de plumes noires d'ébène ; la plus légère de toutes, prise dans un courant d'air facétieux, s'envola droit vers une BGU désormais presque entièrement fondue dans l'obscurité de la nuit.

La chose lui était revenue en mémoire. Peut-être ne l'avait-elle jamais oubliée, et n'avait fait que l'ignorer, mais elle n'y parvenait plus.

Sert nous. Sert la. Agenouilles toi.


Les mots rongeaient sa patience autant qu'ils avaient blessé son amour propre. Plus encore que vaincue par les SeeD, Ultimecia avait été rabaissée et humiliée. Blessée lorsqu'elle n'était plus capable de se défendre. Par ? Des simulacres de déités. A l'orée de l'un de ces petits sous-bois dont raffolait le monde de Dol, la Sorcière stoppa sa marche, les yeux rivés au plus profond des ténèbres de la forêt. Par delà ces dernières, sa vengeance commencerait.

Il y avait un portail, elle le savait. Les rates avait disséminé les instruments de leur déchéance future, et elles les avaient laissés à la portée d'Ultimecia.



The Past, Present and Future ends here.


©Griever


Revenir en haut Aller en bas
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5021
Age : 26

MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Sam 8 Aoû - 22:25



PNJ: Zolder


Que cherchait-il ? Que faisait-il ? Qui était-il ? Des questions, toujours des questions et très peu de réponse. Il était arrivé ici il y a... plusieurs heures, il ne saurait dire combien de temps en réalité mais une chose était sûre, il avait bien vite fait le tour de cette île. En arrivant par le portail, il avait découvert un monde bien différent du sien, pour ce qui était de la nature, de la plage, cela restait partout pareil mais en avançant déjà un peu, il avait trouvé une drôle de route ? Pas un chemin de terre, ni même avec des pavés mais... étrangement lisse et solide ? Et il avait vu au loin un drôle d'endroit gigantesque que lumineux ? Ça n'avait rien d'un château, ça n'avait rien de semblable à ce qu'il pouvait connaître. Même s'il avait croisé quelques monstres au loin, il les avait laissé tranquille pour le moment car il ne savait encore rien de ce monde, de ses adversaires. Poursuivant sa route, il avait trouvé ce qui semblait être une ville au bord de l'eau, l'aspect des maisons, des bâtiments, c'était si différent de chez lui.

Il aurait pu aller dans cette ville, voir comment les gens étaient ici, s'ils parlaient sa langue, s'ils étaient accueillants ou non ? Même en étant accueillant, l'aspect de Zolder était quand même inquiétant. Ce grand gaillard mesurait un bon mètre quatre-vingt-dix, presque deux mètres de haut. Il était aussi bien large, tout en muscles et le visage couvert de cicatrices, comme son corps mais son armure noire empêche les gens de voir ça de leur propres yeux. On pouvait voir une garde d'épée dépasser par-dessus son épaule, une épée bien large et presque aussi grande que lui. Son visage était neutre, il ne souriait pas, il n'était pas menaçant mais pourtant, il dégageait une aura qui en mettrait plus d'un mal à l'aise.  Une de ses mains est protégé différemment, c'était une prothèse mais il n'était pas amputé pour autant, juste très amoché. Un de ses yeux, le droit restait constamment fermé, il ne lui restait qu'un œil sur deux, c'est donc normal. Et malgré ses cheveux noir et court, on voyait une petite mèche blanche qui prouvait que le grand guerrier n'était pas tout jeune.

S'il aurait mis les pieds dans cette ville, même en ami, les gens auraient eu du mal à être à l'aise en sa présence. Continuant sa visite, il avait traversé une petite forêt, sans intérêt, il avait vu une grotte à la chaleur étouffante, de la lave s'y trouvait, un chemin de terre qui semblait mener quelque part mais il avait jugé inutile d'aller au bout de cette mine. Non seulement il aurait super chaud mais rien n'indiquait que son objectif se trouvait dedans. Peu probable même. Mais comme la nuit tombait, il avait trouvé refuge dans cette forêt qu'il avait visité, il avait vu de grosses larves dedans, des insectes volants mais rien de bien dangereux selon lui. Comme tout le monde, il souffrait de cette remise à zéro mais il s'en fichait, il retrouvera tôt ou tard ses capacités et il remplirait sa mission. Cependant, durant son passage en forêt, il trouva des plumes aussi noires que la nuit. Il en ramassait une pour l'examiner de plus près... ça ne semblait pas provenir d'un corbeau, c'était plus doux et encore plus sombre. Il continua donc sa route en cherchant où les plumes allaient le mener... Son objectif était-il au bout de ce chemin ?

Bonne question. Mais une chose était sûre, il n'était pas seul dans cette forêt et les plumes l'avaient mené à une drôle de créature. Grande, svelte, un accoutrement... étrange, une certaine allure. Était-ce pour autant que Zolder allait sourire et l’accueillir à bras ouverts ? Non, il restait immobile à fixer cette femme étrange, il levait doucement sa main pour tenir le manche de son arme, prêt à le dégainer si besoin, on unique œil était fixé sur elle et quelques mots sortaient de sa bouche, la suite dépendait de la réponse de cette étrange femme.

« Qui es-tu ? »

La politesse ? Il était poli, il demandait qui elle était. Et le vouvoiement alors ? Pff, il s'en fout bien de ça. Reste à savoir ce que lui voudrait cette femme mais était-il possible qu'ils fassent route ensemble ? Zolder était plutôt solitaire mais on ne sait jamais...



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Mar 11 Aoû - 19:44





I am Ultimecia.

I will compress all time and refute all existence.




Si elle avait vu ou ressenti la plupart des choses qui l'entouraient, Ultimecia n'en montra rien. Elle n'avait que le silence à offrir à l'individu, et lui en fit don sans vergogne. Une partie d'elle s'en moquait éperdument, et l'autre affrontait une réalité qu'elle avait jusque là niée : les rouages du monde n'étaient plus ceux auxquels elle étaient accoutumées, et la Sorcière n'était pas certaine de comprendre totalement la manière dont les engrenages tournaient désormais. Même si ça doit me prendre une éternité, j'apprendrais à jouer gambit. Lorsque à cette pensée, la Sorcière se décida enfin à tourner son profil élégant pour toiser celui qui avait eu l'audace de l'approcher, ses yeux d'ambres n'eurent rien à lui offrir qu'elle ne savait pas déjà ; Même sans le voir, elle avait déjà deviné la rusticité du personnage. Un fait qui n'avait, exceptionnellement, rien de dérangeant ; si elle se débrouillait bien, il ne serait jamais que le pion dont le sacrifice lui permettrait de dévoiler le reste de son jeu. L'on attendait peu souvent d'un substitut temporaire qu'il brille au soleil, et en dépit de son exigence habituelle, Ultimecia ne faisait pas exception cette règle là.

« Tu ne le sais donc pas ? »

Elle sentait en cet homme, ce berserk, une certaine lucidité, et elle s'en surprit elle-même. Elle lui trouvait une présence d'esprit suffisante pour que sa bêtise tout à fait humaine génère tout à un tas de failles elles aussi humaines, comblées seulement par un sempiternel orgueil dont ces bêtes-là sont bien incapables de se servir convenablement. Leurs blessures et leurs cicatrices ne faisait pas d'eux des Hommes comme ils l'entendaient, elles les rendaient simplement plus résistants aux prochaines qu'ils recevront. La force de ces guerriers-type est leur principale faiblesse ; et leur faiblesse, la force d'Ultimecia.

La Sorcière s'était rapprochée de lui, avec une douceur qui dût lui paraître bien insolite. Elle savait l'effet que pouvait produire l'union de sa taille, de son apparence, de sa robe qui frottait lentement le sol, ou encore du "flop" doucereux que produisaient ses ailes à chacun de leurs mouvements, et elle ne se privait pas d'en abuser. Quant à sa noble silhouette, elle se stoppa à une dizaine de centimètre de celle, bien plus abrupte, du guerrier. Lentement, la Sorcière approcha sa main et posa son index sur les lèvres de l'intervenant du destin, afin qu'il se taise. Bien qu'elle eu conscience de l'effet mystique que pouvait produire ce geste, la Sorcière l'exécuta en réalité dans le seul but que l'autre se taise ; sa voix lui était terriblement désagréable à l'écoute.

« J'ai une idée... Disons que je suis ton avenir. Nous savons tout les deux que tu n'en as plus aucun. » Elle s'avança encore un peu, non sans veiller à ce que la lourde arme ne jaillisse pas soudainement pour tenter de trancher son corps fraîchement revenu d'entre les morts. « Que ferais-tu seul ici, sinon ? La chance t'a mené jusqu'à moi, ton seul futur. Je suis Ultimecia, la Maîtresse du Temps, et la seule à posséder le pouvoir de t'offrir ce que tu cherches encore. » La Sorcière renforça la pression de son index, avant de planta son puissant regard ambré de celui à demi-mort du guerrier. « Tu ne peux pas me mentir, le prévint-elle alors, tous les hommes esseulés comme toi cherches quelque chose. »

Elle se recula, accompagnée d'un petit gloussement. Quelque sera la réaction du bipède, que le Destin ait décidé de laisser jouer son rôle un peu plus longtemps ou non, Ultimecia n'était pas perdante. Elle n'avait rien perdu de son parler ou de ses manières exquises, et elle en était fière. C'est pourquoi elle tourna le dos au guerrier, et avança au travers des fourrées sans daigner lui concéder le moindre regard supplémentaire.

« Tu n'as rien à faire ici, lui souffla t-elle, les clefs de notre destinée sont devant nous. »



The Past, Present and Future ends here.


©Griever


Revenir en haut Aller en bas
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5021
Age : 26

MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Ven 14 Aoû - 21:01



PNJ: Zolder

Zolder observait cette femme de son unique œil, il était prêt à la fendre en deux avec son épée si jamais ses réponses ne lui plaisait pas mais pour le moment, il ne jugeait pas cette simplement à son apparence. Il sait que le démon peut avoir une gueule d'ange et l'ange ressemblé au plus repoussant des monstres. La main autour de son arme, il était prêt à l'utiliser, si la moindre chose chez cette femme lui déplaisait. Consciente ou non de son geste, rien que le fait de se rapprocher de lui augmentait le risque de se faire tuer. En général, les gens ont peur de lui, jugeant facilement son apparence pour celui de la pire des crapules et pourtant... Sa main se serrait plus encore autour de son arme quand elle posait son index sur ses lèvres pour lui faire comprendre de se taire. Plus il observait cette étrange femme, plus il se demandait si elle avait toute sa tête ? Pourquoi devrait-il savoir qui elle était ? Elle était une grande actrice de théâtre dans le coin, d'où son accoutrement ? Malheureusement pour cette femme, les astres ont décidé de placer côte à côte des êtres bien différents avec peu de points communs. Mais leurs points communs se trouveront être étranges...

Sans un mot, gardant son unique œil posé sur elle, il guettait le moindre mouvement chez elle, que ce soit de ses yeux, de ses lèvres ou même de ses plumes. Il se méfiait d'elle comme de la peste, et il avait raison dans un sens. Mais il ne l'attaquait pas encore, il continua de l'observer pour guetter le moment propice ou bien car elle avait un tant soit peu attiré son attention ? Bonne question... Cette femme s'exprimait par des mystères, des phrases au sens plus que double, parfois triple. Que sous-entendait elle sur certaines tournures de phrases ? Que cherchait-elle à parler de la sorte ? Le manipuler ? Zolder a beau être un gros tas de muscle, il sait faire fonctionner son cerveau un minimum. Car cette Ultimécia était vraiment un être étrange, à part entière. Cette femme était un numéro vivant à elle seule et même si leur rencontre était naissante, il avait déjà bien du mal à la cerner. Elle était son futur, elle savait ce qu'il cherchait, ect, ect... De belles paroles mais sont-elles véritables, ça, il en doutait. Gardant toujours une main sur son arme, il n'avait pas diminué sa méfiance alors qu'elle lançait de belles paroles sans prouver ses dires.

« Tu aimes le son de ta voix ou tu t'attends à ce que je fasse un long monologue comme toi ? »

Il lui avait simplement demandé son nom, pas de lui raconter sa vie. Elle qui parlait de leur destiner, il ignorait pourquoi elle venait le compter dans le lot de sa destinée à elle ? Il bougeait à peine, changeant à peine de position pour offrir à Ultimécia une expression à la fois sadique et méfiante. Oh non, il ne comptait pas se battre contre elle, simplement savoir si madame avait assez de cran pour vouloir affronter sa destinée ou bien si elle avait pété plus haut que son cul et qu'elle regrettait de se donner de grands airs.

« Qu'est-ce qui te fait pas dire que je ne sais pas tout de toi ? » Simple question rhétorique, la seule chose qu'il savait c'était qu'elle était une femme et qu'elle s’appelait Ultimécia, enfin, si elle lui a dit la vérité. « Je suis sûre que tu es du genre à compter que sur la magie ? »

Et rien que pour ça, il ne l'aimait pas. C'était un peu le stéréotype pour le coup mais il avait vraiment du mal avec les gens usant de la magie, surtout offensive. Passe encore pour les types comme les mages blancs mais les mages noirs, les gens comme ça, ça lui sortait par les yeux !

« Que sais-tu donc de moi ? Pourquoi devrais-je te suivre ? »

Elle aimait parler et répondre en étant dans le flou mais lui, il demandait du concret ! Il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui dicte sa vie privée dans les moindres détails mais au moins qu'elle trouve les bons mots pour le faire changer d'avis. Un homme qui voyage seul en étant prêt à affronter n'importe quoi, qui semblait n'avoir peur de rien, ce n'était pas bien compliqué à deviner, il cherchait une chose précise, la vengeance...



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Jeu 3 Sep - 22:41

Spoiler:
 





I am Ultimecia.

I will compress all time and refute all existence.





Qu'il s'annonçait pénible... De tous les jouets-qui-couinent qu'elle aurait pu croiser dans le vaste univers qui était le sien, il avait fallu que celui-là soit doté de la force de l'âge en plus de celle de son épée ! Ç'avait été bien plus simple avec le précédent. Prétentieux, naïf et surtout jeune, la Sorcière n'avait eu aucun mal à en disposer comme elle l'entendait ; mais plus ils vieillissaient, et moins les Hommes rêvaient. Ce qui, à terme, compliquait indiscutablement les choses.

« Tu ignorais jusqu'à ce que je te l'apprenne, siffla t-elle avec un calme qui cachait plutôt bien son agacement précédent, et tu ne t'arrêtes pas là. Tu ne sais même pas où tu trouves ! »

L'ignorance est une alfange bien plus tranchante que n'importes quelles autres épées, quoiqu'en dise sa fierté de mâle éhonté, et au regard de la remarque de l'individu concernant "sa magie", la Sorcière comprit que sur Dol, il ne savait pas la manier. C'est là que le bât blesse, songea Ultimecia, et ça finira par lui coûter cher.

« Je ne sais rien de plus de ta personne que ce que j'ai déjà dit, lui répondit-elle, et le reste ne m'intéresse pas. »

Ce qui était complètement sincère - rien chez lui ne lui inspirait autre chose que du mépris -, mais ses vraisemblables capacités pourraient néanmoins lui être d'une aide appréciable. Recouvrer l'entièreté de sa toute-puissance demandait un temps qu'elle n'avait désormais plus, aussi la Sorcière avait-elle décidé de se servir de la force d'un autre monde, depuis son entrevue houleuse avec Edea ; il s'était avéré que l'ingrate n'avait plus de "Sorcière" que son passé, faisant donc de Linoa Heartilly le dernier réceptacle des reliquats de ses anciens pouvoirs. Mais l'ingénue n'était elle-même que trop bien entourée, narguant Ultimecia en usant des pouvoirs dont elle avait hérité pour jouer à son entourage de puérils tours de magies crapuleux, baveux, miséreux, envieux et dérisoires. Jamais cette gamine impétueuse ne saurait l'égaler ; un gâchis qui mettait la Sorcière hors d'elle chaque fois qu'elle y pensait.

« Ils m'ont tout pris, cracha une Ultimecia dont l'esprit s'embrumait progressivement d'une vapeur colérique au détriment de la présence de son interlocuteur, mais je ne pourrais jamais me contenter de la petite part de néant cafardeux qu'ils m'ont laissé. Ma vengeance, mon holocauste de leurs entités vitales...»  La Sorcière s'arrêta, cherchant quel mot, quelle image, quel cri montrerait le mieux l'étendue de sa haine contre la race humaine. Son aura destructrice s'échappait des pores de sa peau délicate, manifestée en une pression venteuse qui s'intensifiait à mesure que rien ne lui paraissait suffisament adapté ; quelque part vers sa droite, un arbre craqua, la ramenant vivement à la raison. « Je les ferais plier pour ça ! Ce que je sais de ta personne insipide ? Je suis sûre que tu court après une utopie proche de la mienne. Et je sais qu'en refusant ma proposition, tu passeras le reste de temps à mendier aux tables de maîtres indifférents, dans l'espoir d'un reste d'attention que tu n'auras jamais...»

Brusquement, la Sorcière se retourna vers le guerrier solitaire, son regard d'ambre alors planté au plus profond de l'unique pupille morne de l'individu, tandis que ses ailes s'ouvrirent bruyamment, rendant leur porteuse plus impressionnante encore.

« Tu ne vaudrais donc rien de mieux ? Je me serais trompée à ton sujet ? T'aurais sur-estimé ? »




The Past, Present and Future ends here.


©Griever


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Dim 6 Sep - 22:13


Miranda quittait la Balamb Garden University d'un pas sûr, bien qu'elle se posait plusieurs questions quant à ce départ. Aurait-elle dû prendre le temps de se renseigner sur ces nouveaux mondes avant de partir pour l'inconnu ? Aurait-ce été mieux de demander à Marie comment se défendre seule ? Quoi que pour cela, il y avait les G-Forces, dont elle avait retenu le principe à grand peine. Aussi, il fallait voir comment elle pouvait se rendre sur les mondes dont tout le monde parlait en ce moment. Elle n'y avait pas réfléchit, mais si elle ne savait pas où aller, les choses seraient un peu plus compliquées. En tout cas, la nuit commençait à tomber alors que le crépuscule flamboyant captivait la jeune femme. Une fois que l'astre solaire disparu à l'horizon et que les étoiles commençaient à scintiller, Miranda resta un moment fascinée par le spectacle avant de se rendre compte d'une chose.

Où était-elle ? Elle voyait une montagne à sa gauche et une forêt devant elle et qui se poursuivait vers sa droite. Elle se retourna, s'attendant à voir l'énorme édifice lumineux qu'était la BGU. Mais rien d'autre qu'une pente montante ne vint se présenter à ses yeux, et même une fois qu'elle l'ait grimpée, la faculté restait introuvable. Elle cligna une fois des yeux, puis deux. Et elle réalisa que, plongée dans ses pensées, elle avait réussit à se perdre sur la petite île qu'était Balamb. Miranda inspira un bon coup, avant de crier face à la situation dans laquelle elle s'était retrouvée. Puis, elle se calma et tenta de réfléchir à ce qu'elle allait faire. Dormir à la belle étoile ? Très peu pour elle, du moins tant qu'elle sera seule. Revenir en arrière ? Trop risqué, elle pouvait se perdre à nouveau. Du coup, trouver la côte semblait être la meilleure des idées, et longer la lisière de la forêt jusqu'à trouver le bord de mer apparaissait comme un bon plan. Reprenant sa petite valise et son bâton, elle commença à avancer vers le bois.

Une espèce de gargouillis se fit entendre. Miranda se raidit d'un coup, le son ne pouvant venir d'elle. Elle se retourna donc pour chercher qui - ou quoi - avait pu produire ce bruit. À environ quatre-cinq mètres d'elle, une grosse larve ou chenille se tenait là, et avançait vers elle. Depuis quant c'était là ça ?! Puis, la jeune femme se souvint de son cri qu'elle avait poussé il y a quelques instants. Evidemment, il fallait que ce... Cette chose l'ai entendu et soit venue vers elle. Miranda poussa un nouveau cri, puis se mit à courir droit devant elle pour s'éloigner le plus possible de l'insecte qui semblait avoir eu le coup de foudre pour la femme aux cheveux noirs. Au final, Miranda pénétra dans la forêt, et s'y enfonça sans trop réfléchir à autre chose que courir tout droit, et tournant de temps en temps pour éviter arbres et buissons trop épais. Au final, après quelques minutes de course, la jeune femme jeta un coup d'oeil en arrière et constata avec soulagement que son admirateur non désiré ne la suivait plus.

Poussant un soupir de soulagement, elle prit un instant pour reprendre son souffle avant de regarder où elle se trouvait. Elle eu beau regarder partout, elle ne se souvint pas d'où elle était venue. Elle s'était perdue, pour la seconde fois en moins d'un quart d'heure. Elle allait fondre en larmes si cela continuait comme ça... Puis elle remarqua des plumes noires au sol. Dans la pénombre, elle ne pouvait pas dire que quel oiseau ou monstre elles pouvaient provenir, et donc le propriétaire de ces plumes pouvait se révéler potentiellement dangereux. D'un autre côté, les plumes formaient une sorte de chemin, chose que peu de monstres feraient selon elle. Après tout, si les montres voulaient rester discrets, pourquoi laisser de telles traces ? Poussée par sa curiosité et espérant tomber sur quelque chose qui ne soit pas hostile, Miranda décida de suivre cette piste de plumes. Un craquement sec d'arbre résonna non loi, ce qui fit sursauter la jeune femme qui fit un pas en arrière et posa son pied sur une racine. Cette dernière, trop jeune ou trop mal ancrée dans le sol, céda sous son poids et fit chuter Miranda le long d'une pente.

Au final, elle s'était arrêtée dans une clairière le popotin en l'air et ses affaires non loin de là. La jeune femme revint à elle quelques secondes plus tard, et sentit la douceur d'un tissu contre sa joue. Se positionnant pour mieux voir de quoi il s'agissait, Miranda vit que le tissu était en fait une longue robe rouge qui ne pouvait appartenir qu'à une femme. Puis, elle remarqua les petites feuilles et grains de terre là où se situait sa tête auparavant. Bien qu'elle ne voyait pas la tête de l'inconnue, Miranda sentit son regard sur elle. Affolée, elle chercha son mouchoir pour nettoyer la robe de cette dame au plus vite.

"Je-... Excusez-moi... J'étais poursuivie... Et je suis tombée... Je suis désolée madame, je vais nettoyer ça ! Désolée !", dit-elle en tentant de nettoyer la robe de la dame sans abîmer le tissu malgré son affolement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Lun 7 Sep - 22:20





I am Ultimecia.

I will compress all time and refute all existence.





Île de Balamb, temps clair, l'astre sélénique remplit toujours les fonctions auxquelles une sombre explosion multi-millénaires l'aurait assigné. Vers la troisième heure d'une ère nouvelle, passée de sa quarante-septième minute, la rémige funèbre fête l'avènement de son premier quart d'heure de vie au sommet de son Toit du Monde personnel, studio sans vis-à-vis à ciel ouvert, idéalement situé au-dessus d'une bibliothèque universitaire - jardin privatif. Elle n'a rien senti, rien vu, rien entendu, mais pourtant, tout a changé depuis son départ ; elle se contente d'annoncer sa Pendaison de crémaillère prochaine.

Plus loin s'il en est, la Sorcière quittait le sous-bois pétrifié par son passage. Elle y retrouvait un vent frais, presque agréable ; elle n'y prêtât néanmoins qu'une attention moindre, le caractère plaisant des choses les plus simples ne parvenant plus à traverser la cascade épaisse, la chute mortelle, le torrent infernal de son ressentiment. L'édifice divin qu'elle convoitait ne se trouvait guère plus loin qu'à quelques dizaines de minutes de là, aussi se mit-elle en marche, sourde aux tentatives de ses Dvergrs intimes et privés qui, du plus profond de son inconscient, la priait de ne pas céder à nouveau aux caprices irraisonnés de son âme mortifiée. Autre chose, un mot unique, recouvrait leurs voix ; Il psalmodiait sans cesse sa seule sonorité, balayant touts relents de conscience humaine.

L'Ifa.

Zolder, s'il avait dévoilé son vrai nom, lui en avait touché un mot rapide après qu'il eu accepté la proposition de son interlocutrice - ou du moins, une fois qu'il s'en était accommodé. L'Ifa, un arbre gargantuesque planté sur un sol devenu stérile ( par sa faute, certainement ) du monde d'Héra. Bien qu'il estimât ne pas connaître suffisamment le sujet pour pouvoir se permettre de donner trop d'informations, il en céda au moins juste ce qu'il en fallait pour que la Sorcière décide d'en faire son nouveau cheval de guerre.  
 
Un bruit inattendu coupa court à ses rêves utopiques, afin de lui offrir une scène pour le moins saugrenu ; Un peu plus haut, au sommet d'une pente, une jeune femme chuta de tout son poids. Le terrain raide ne lui permettant vraisemblablement pas de se relever, la Sorcière vit le corps de l'inconnue chuter droit vers elle, prenant tout à tour des positions improbables pour lesquels la nature ne l'avait sans doute pas conçu à l'origine. Elle en aurait presque ri, si la luminosité avait été un peu plus sombre encore ; ainsi Ultimecia n'aurait-elle pas pu voir l'état dans lequel le pan de sa robe avait été mise par son visiteur déplacé. Refoulant sa colère au prix d'un effort colossal, elle s'agenouilla à hauteur de sa future interlocutrice, occupée à nettoyer sa monumentale erreur.

« Bien... souffla t-elle en relevant la tête de la jeune femme du bout de son index posé un front juvénile, et qui peux-tu être, petite chose incongrue ? » Ultimecia se releva, sans détourner le regard de l'être si fragile dont le premier réflexe avait été de se mettre à genoux. Sa main désormais placée face au crâne de l'inconnue s'enflamma d'une étrange lueur violacée, prête qu'elle était à dispenser la mort. « Il y a des manières à respecter... Même à cette heure-ci, au beau milieu de nulle part. »  

Encore un bruit. Accompagnée du bruit de froissement de ses ailes, Ultimecia observa ses alentours ; elle avait entendu quelque chose. Elle en était certaine.

Quoi que ce fut, peu de chance que ça vienne aussi pour lustrer sa robe.





The Past, Present and Future ends here.


©Griever


Revenir en haut Aller en bas
Phénix
Admin Enflammée
avatar

Messages : 2176
Age : 22

MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Mar 8 Sep - 15:20

Deux Larvas engagent le combat!



Miranda : 125/125 HP, 70/70 MP, Limit Break : Inactive • 1 action
Ultimécia : 250/250 HP, 65/65 MP, Limit Break : Inactive • 1 action


Larva A : 100%HP
Larva B : 100%HP

Magies à Voler : Foudre • Soin




« De ses ailes, tu brûleras. De ses larmes, tu guériras. »

L'évolution et la grâce du Phénix selon Beate:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Jeu 10 Sep - 22:55


Mais quelle gourde elle faisait ! Elle avait réussit à se perdre dans une plaine, attiré une chenille, s'était perdue à nouveau, et voilà qu'elle avait salit la robe d'une parfaite inconnue à cause d'une racine. L'affolement de Miranda était à son paroxysme, et malgré le fait qu'elle était certaine qu'elle avait quelques bleus suite à sa chute, la seule chose qui l'inquiétait vraiment était le vêtement rouge devant elle. Elle espérait juste qu'elle pouvait nettoyer son erreur au plus vite pour ensuite présenter ses plus plates excuses à la femme aux cheveux argentés. Elle était si absorbée par son labeur, et pourtant sentait que l'inconnue était à deux doigts de laisser exploser sa colère. Néanmoins et malgré la situation, Miranda ne put que constater que le tissu composant la robe était de très belle qualité, le genre d'étoffe qu'elle n'avait jamais regardé que dans des magazines. À tous les coups, il s'agissait d'une dame fortunée, ce qui rendait encore pire la situation de la femme aux cheveux noirs.

La seule chose qui arriva à tirer Miranda de son travail fut le doigt de la dame posé délicatement - du moins, selon Miranda - sur son front qui l'obligea à lever la tête et le regard vers la propriétaire de la robe rouge. Bien que la pénombre de la forêt ne s'y prêtait pas, la femme à genoux en profita pour regarder à qui elle avait salit la robe. Et la première chose qu'elle pouvait dire, c'est qu'elle ne semblait pas porter grand-chose d'autre que cette robe, peut-être par soucis de légèreté ? Aussi, Miranda ne put que remarque la coiffure unique de la dame, les cheveux ramenés sur les côtés donnant une forme de cornes, qui semblaient faites d'ivoire au clair de lune. Cependant, Miranda n'eut pas le temps d'admirer plus longtemps son interlocutrice que cette dernière s'était relevée et avait posé sa main sur sa tête. Le fait qu'elle s'était faite appeler "petite chose" rassura un peu Miranda dans le fait que cette inconnue devait vraiment lui être supérieure au moins socialement... Jusqu'à qu'elle sente la main de cette dame produire une drôle d'énergie au dessus de sa tête.

Intérieurement, Miranda était terrifiée, mais cette même peur avait réussit à la figer sur place. Peut-être que la robe de cette inconnue était presque nettoyée maintenant, mais le regard ambre luisant dans l'obscurité lui faisait bien dire que son erreur n'allait pas être pardonnée si facilement. À la place, la femme aux cheveux en forme de cornes indiqua qu'il y avait des "manières à respecter" même si tard et au beau milieu de la forêt. Miranda se donna une petite claque mentale, elle avait oubliée de se présenter dans son affolement. Baissant le regard un peu misérablement devant sa seconde erreur, elle prit un bref instant avant de finalement prendre la parole.

"Je... Je... Mi-Miranda... Lotto... Désolé madame, je... Pardonnez-moi..."

Au bord des larmes, elle n'osait pas regarder les yeux presque inquisiteurs de l'inconnue. Après tout, elle s'était ridiculisée devant cette dame et avait commis deux erreurs en plus de cela. Miranda s'en serait presque maudite sur le coup, et elle espérait que l'inconnue la pardonnerait un peu, ne serait-ce que pour ne pas s'être présentée. Mais un bruit se fit entendre dans la forêt, suivit peu après par un bruissement venant de la dame en robe rouge. Miranda manqua de peu de se prendre une masse noire sur la joue alors que la dame s'était retournée. Dans la pénombre, la femme aux cheveux noirs aurait dit qu'ils s'agissait d'ailes,mais elle n'en n'était pas du tout sûre. Après tout, cela serait bizarre de ce balader avec un tel accessoire, à moins qu'il s'agisse de vraies ailes ? Miranda resta donc pensive deux secondes avant que deux formes surgissent des fourrés non loin.

Elle se releva donc rapidement, ne voulant intriguer les nouveaux venus, avant que ces derniers n'entrent dans les rayons de la lune pour révéler... Deux chenilles, semblables à celle qui avait pourchassé Miranda il y a quelques minutes. Non... La jeune femme reconnut son agresseur précédent, elle en était certaine. Après tout, une chenille avec d'aussi petites antennes et d'une couleur foncées, ça ne s'oubliait pas. Ainsi, il l'avait retrouvée, et il avait même amené un copain avec lui. Bien qu'elle s'était sûrement bien ridiculisée devant l'inconnue, elle ne voulait fuir ni pour détériorer encore plus l'impression qu'elle avait donnée, ni pour la laisser seule. Après tout, pouvait-elle se défendre sans aide, et pouvait-elle triompher de ces deux monstres ? Au final, la jeune femme avait décidé d'aller chercher son bâton traînant non-loin de là avant de se placer près de l'inconnue. Elle se souvenait des leçons rapides que Marie lui avait prodiguées, et elle allait pouvoir mettre cela en pratique

Action de Miranda :

- Carapace sur Ultimécia
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Mer 23 Sep - 15:44





I am Ultimecia.

I will compress all time and refute all existence.





Bien qu'elle ne possédât pourtant pas une ouïe particulièrement développée, la Sorcière ressentait tellement l'angoisse de la jeune étourdie croître à mesure que les deux ombres obèses et dandinantes se rapprochaient qu'elle en entendait presque les battements affolés de son cœur. Une sonorité qui l'avait toujours particulièrement dérangée et dégoûtée, fut-elle purement psychologique ou non ; agacée que Miranda ai pu oser lui rappeler le seul son qui la liait encore à sa son humanité – et plus encore, à sa mortalité -, elle tira sèchement le pan de sa robe des mains de son odieux agresseur, avant de reporter à nouveau son regard sur l'avancée grotesque des nouveaux venus. Dans une succession de bruits répugnants autant qu'improbables, les deux lépidoptères se dévoilèrent enfin, accompagnés alors par une réaction craintive et immédiate de la jeune demoiselle. Ses yeux hypnotisés par les couleurs chatoyantes de l'abdomen des créatures, Ultimecia comprit ce qui, en plus d'un manque de débrouillardise certainement inné, avait dû distraire la pauvre Miranda.  

« Eh bien, Miranda, siffla Ultimécia après noté l'intérêt douteux que portait l'une des chenilles à la jeune fille, il semble que cette nuit sera véritablement spéciale, pour toi. »

Par simple envie de se distraire – pulsion qu'elle comptait déjà justifier d'une vengeance envers l'acte de vandalisme qu'avait subi sa robe écarlate -, la Sorcière décida que Miranda n'avait déjà que trop profité de sa jeunesse, et que, par conséquent, elle sera livrée à ses écœurants ravisseurs. Lorsque l'ingénue se plaça aux côtés de son bourreau, son destin se joua alors à une poignée de secondes ; juste le temps qu'il aurait fallu à la main d'Ultimecia pour se saisir fermement du bras de la jeune fille, dans l'unique but de ne le relâcher qu'au tout dernier moment, lorsqu'il aurait été trop tard pour pouvoir changer quoi que ce soit. Un temps que Miranda, dans son infinie naïveté, mis plutôt à profit pour démontrer ses talents – ainsi que pour sauver sa vie, quand bien même n'en aura t-elle jamais eu conscience.  

Jaugeant comme une telle magie lui serait profitable, la Sorcière déposa délicatement sa main, celle la même qui s'était apprêtée à la faire disparaître quelques instants plus tôt, sur l'épaule de la demoiselle.

« Je vais t'aider à survivre cette fois-ci, lui confia t-elle d'un ton qui se voulu maternel, mais à ton tour, il faudra me rendre un service par la suite. Nous sommes d'accord... ? »

Un sourire sincère sur le visage, elle écarta doucement son nouveau jouet, le prévenant des risques qu'il encourait en restant trop près. Ceci fait, la Sorcière déploya complètement ses ailes, majestueuses dans le rayon fantomatique de la lune ; bientôt, elle savait que tout Dol tremblerait à nouveau devant elles. Il n'y a qu'à cette seule pensée que le cœur d'Ultimecia daignait s'ouvrir à la joie, et la motivation de la Sorcière à écarter les chenilles de son chemin n'en fut que renforcée.

Action d'Ultimecia : Terra-Graviton sur Larva A&B





The Past, Present and Future ends here.


©Griever


Revenir en haut Aller en bas
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5021
Age : 26

MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Ven 25 Sep - 14:59

Tour 1



Larva A: Attaque [Ultimécia] -24 HP
Larva B: Coup de queue [Ultimécia] -51 HP
Miranda: Carapace [Ultimécia] DegPhy/2 pendant 5 tours
Ultimécia: Terra-Graviton [Larva A-B] -160 HP, -20 MP [Ultimécia]

Miranda : 125/125 HP, 70/70 MP, Limit Break : Inactive • 1 action
Ultimécia : 175/250 HP, 45/65 MP, Limit Break : Inactive • 1 action, Carapace (5)


Larva A : -160 HP
Larva B : -160 HP

Magies à Voler : Foudre • Soin



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Dim 27 Sep - 19:47


*Elle m'en voudra pour toujours. Je le sens.* était la pensée qui se répétait en boucle dans l'esprit de Miranda. Elle ne pouvait être plus ridicule qu'à ce moment-là, à quatre pattes en train de nettoyer la robe d'une inconnue suite à sa chute en ayant oublié la plus basique des civilités, à savoir se présenter. Miranda sentait que son coeur battait si fort qu'il était prêt à sortir de sa cage thoracique pour aller se cacher. Mais alors qu'elle tentait de nettoyer la robe pour qu'elle retrouve son état d'origine, le vêtement fut tiré vers son propriétaire. Miranda resta un instant confuse, avant de se retourner vers les chenilles. Elle alla donc chercher prestement son bâton, seule chose qui pourrait éventuellement maintenir ses agresseurs à distance... Du moins elle l'espérait. Puis, la dame au manteau annonça que la nuit allait être spéciale pour la jeune femme. Cette dernière s'interrogea sur le sens de ces propos, le fait de rencontrer quelqu'un de cette manière n'était pas déjà spécial dans un sens ?

En tout cas, Miranda clos ses yeux et commença à chercher en son fort intérieur les magies que son corps contenait. Du moins, c'est comme ça qu'elle l'avait appris, aussi étrange que cela pouvait sembler. Elle entendit les larves s'approcher, une main agripper fermement son bras, tout autant qu'elle sentit deux fois des coups être donnés. Cependant, elle se devait de finir ce qu'elle avait commencé. Et tout juste quelques dixièmes de secondes après, elle ouvrit les yeux et lança un sort de protection sur l'inconnue... Qui semblait avoir subit les assauts des larves pendant que Miranda se concentrait. Mais, alors qu'elle commençait à paniquer à nouveau, la femme lâcha son bras et posa sa main sur l'épaule de la malchanceuse, en indiquant qu'elle aiderait Miranda en échange d'un service. Un véritable sourire de soulagement se dessina sur le visage de Miranda, alors qu'elle hochait de la tête.

"Tout-... Tout ce que vous voudrez !"

Elle était sincère. Après tout, on lui offrait un moyen de la pardonner, et pour ça elle était prête à tout pour cette dame dont le sourire semblait si beau pour Miranda. Puis, elle suivit les indications de son interlocutrice en s'écartant un peu. Elle eu tout juste le temps de s'être suffisamment écartée qu'une masse noire passa juste devant son visage et la fit trébucher sur une plante. Alors qu'elle atterrit sur son dos et qu'elle tentait de se relever, elle put observer que ce qu'elle avait assimilé à des ailes il y a quelques minutes étaient véritablement des ailes donnant un air de majesté à cette inconnue. Puis, une attaque étrange mais puissante vint frapper les deux larves. Restant quelques instants assise sur son séant et ébahie devant l'attaque de l'inconnue, Miranda se souvint qu'elle avait dû encaisser les deux attaques des larves à sa place et elle commença à s'affoler. Et bien qu'il ne s'agisse pas du bon moment, une question franchit les lèvres de Miranda à l'intention de cette dame aux ailes noires comme l'ébène.

"Ma-... Madame... Je dois vous appeler comment ?"

Action de Miranda :

- Renouveau sur l'équipe
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Dim 4 Oct - 19:13





I am Ultimecia.

I will compress all time and refute all existence.





Avec précaution, la Sorcière passa sa main sur ses côtes endolories. Si misérables les deux créatures fussent-elles, leurs attaques coordonnées étaient venues à bout des défenses physiquement maigres de leur cible, alors que celle-ci rêvassait d'avenirs brièvement utopiques. Son propre sort fit finalement office de contre-attaque, et quand bien même cette dernière avait déjà bien entamé l'intégrité de ses ennemis, Ultimecia se promit intérieurement de rayer les deux abominations de l'écosystème Balambien.  
Et pour ça, il n'y avait pas de limites. Rien n'était de trop.

Elle savait que sa Bête était revenue en même temps qu'elle. Que toutes deux étaient désormais plus liées que jamais, et que sa servitude était resté intacte. Néanmoins, qu'en était t-il de sa force ? Et si, songeait rageusement la Sorcière, les deux hyènes inter-dimensionnelles avait profité d'un moment de faiblesse pour lui ôter tout ses pouvoirs, à elle aussi ? Ultimecia s'en mordit la langue de rage et de désespoir ; il ne lui restait plus qu'une seule chose à faire.

« Je suis Ultimecia.» lâcha t-elle à l'intention de Miranda. Elle tourna la tête, plongeant un regard froid dans celui la jeune fille - dont elle n'aurait même pas été surprise qu'elle ne la connaisse pas. « C'est à mon tour, de te montrer ce que je peux faire. »

Bien qu'elle ne daigna guère le montrer, la Sorcière étais impressionnée du potentiel de la jeune demoiselle. Bien qu'elle l'estimât très largement inférieur au sien - tout lui étant par nature très largement inférieur, selon elle -, la magie curative n'en restait pas moins suffisamment hors de son champs de compétence pour permettre à Miranda de revêtir un rôle qui, dans l'avenir qui se profilait, tiendrait une importance telle qu'elle même ne pourrait l'imaginer - et son nouveau sort, dont Ultimecia ignorais jusqu'au nom, semblait le confirmer. C'est pourquoi elle consentit à aider Miranda se relever, avant d'approcher son visage du sien.

« Reste concentrée, si tu veux pouvoir continuer à te relever. »

Elle tourna à nouveau son attention vers les Larvas, qui paraissaient s'être remis de la magie qu'ils venaient de subir. La Sorcière s'avança d'un pas dans leur direction, la main levée vers le ciel ; le vent et la pression s'amplifièrent en concert, ployant les branches des arbres et remuant l'eau au bord des plages alentours, annonçant la fin proche des deux monstres.


Action d'Ultimecia : Cronos sur Larva A&B





The Past, Present and Future ends here.


©Griever


Revenir en haut Aller en bas
Bahamut
Dragon Admin
avatar

Messages : 5021
Age : 26

MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Dim 4 Oct - 19:32

Tour 2



Larva A: Coup de tête [Miranda] -77HP
Larva B: Attaque [Ultimécia] -12HP
Miranda: Renouveau: Recup [Miranda/Ultimécia] -10 mp
Ultimécia: Cronos (3 tours encore)

Recup: Miranda: +2HP
Ultimécia: +5HP

Miranda : 50/125 HP, 60/70 MP, Limit Break : Inactive • 1 action, Recup (5)
Ultimécia : 168/250 HP, 45/65 MP, Limit Break : Inactive • 1 action, Carapace (4), Recup (5), Cronos 500/500


Larva A : -160 HP
Larva B : -160 HP

Magies à Voler : Foudre • Soin


Spoiler:
 



Merci à Alizée °3°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ff-war-rpg.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   Dim 11 Oct - 11:46


La dame en rouge semblait avoir souffert des deux attaques des chenilles. Mais Miranda se demandait pourquoi les deux assauts n'avaient été dirigés que contre la femme à la chevelure d'argent. Après tout, elle semblait être plus forte que la frêle brune, alors pourquoi ne pas attaquer l'ennemi le plus faible ? Mais Miranda n'avait pas le temps de réfléchir à la question, le plus important était pour l'instant d'assurer la sécurité de la femme ailée face aux deux insectes à l'énorme gabarit. Et pour cela, il fallait qu'elle puisse rester debout tant que la victoire ne serait pas celle de cette inconnue. Cette dernière se tourna ensuite vers la brune qui était toujours au sol en révélant son identité avec un regard froid. Ainsi, son nom était Ultimécia ? Miranda répéta le prénom dans sa tête une ou deux fois pour le retenir, puis regarda Ultimécia alors qu'elle annonçait qu'elle allait montrer à la jeune brune ce dont elle était capable de déployer. Mais tout d'abord, la femme à la longue robe rouge aida la brune à se relever, alors qu'elle venait à peine de dégager son pied d'une racine un peu trop envahissante à son goût.

Ultimécia en profita pour conseiller à Miranda de rester concentré pour pouvoir rester debout, ce à quoi l'intéressée acquiesça du chef vigoureusement. Déjà, et bien que la femme aux cheveux en corne n'en n'ait pas conscience, Miranda commençait à admirer Ultimécia. Après tout, elle était restée impassible alors qu'elle avait subit des attaques des deux chenilles. De plus, elle était véritablement puissante, la technique qu'elle avait utilisé avait suffit à conforter la jeune femme dans cette idée. Et surtout... Elle s'intéressait un minimum à elle, la pauvre Miranda qui n'était bonne à rien, Miranda la malchanceuse ! Et les étoiles brillaient dans les yeux de Miranda, et Ultimécia aurait pu le voir si elle n'avait pas reporté son attention sur les larves à ce moment-là. Mais dans sa contemplation, Miranda n'avait pas vu la chenille qui fonçait vers elle et qui lui délivra un puissant coup de tête. L'attaque fit expulser tout l'air de la brune hors de ses poumons et la fit reculer de quelques pas, mais elle tint bon et resta debout.

Et elle en profita pour se maudire : à peine Ultimécia venait de lui dire de rester concentrée qu'elle avait déjà échouée. Cela dit, Miranda préféra prier pour qu'elle-même et Ultimécia puissent tenir tout le long du combat. Et elle sentit que sa prière fut entendue, une sensation douce circulant dans ses veines alors qu'elle sentait que son organisme allait tenter de compenser le puissant coup qu'elle venait de recevoir. Et ensuite, elle vit qu'Ultimécia avait levé la main en s'approchant un peu des larves alors que le vent s'était renforcé, créant une multitude de craquements dans les branches des arbres alentours. Quoi que c'était, ça avait l'air d'être puissant, mais cela ne semblait pas être quelque chose qui allait déferler à l'instant même. Et Miranda avait trouvé son objectif : maintenir sa nouvelle idole (à l'insu de son plein gré) en vie le temps que cela arrive.

Action de Miranda :

- Voler et utiliser Soin de la Larva A sur Miranda
- Somni sur Ultimécia (par pure inadvertance)
- Voler et utiliser Soin de la Larva A sur Ultimécia (si possible, après l'action d'Ultimécia)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenir d'un mort, mort d'un souvenir.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Article - La Mort du Joker
» Les souvenirs de la mort... [ Pv : Flash-Black. Seul. ]
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Dol :: Carte du monde-
Sauter vers: