Accueil

Partagez | 
 

 Les profondeurs de la terre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Mer 1 Avr - 18:55

Eh ben, on pouvait dire qu'elle commençait bien cette journée! Mine de rien, le pauvre Edward ne savait pas trop où se mettre. Pas spécialement parce qu'il avait vu la sphère, finalement lorsqu'elle portait son short l'avant-veille à Bevelle, il les avait vues aussi, mais peut être un peu parce que voilà, il n'avait pas été là pour la sortir de ce pétrin.

Enfin, il se montrait un peu penaud, comme si c'était sa faute finalement, ou comme si ce type allait donner une mauvaise image de Spira alors que l'alchimiste tenait tellement à lui faire voir de jolies choses. Mais Lucina fit de son mieux pour le déculpabiliser, même si elle aurait aimé mettre son poing dans la figure et le jeune homme haussa des sourcils sur le coup

«Euh.. j'avoue que le type avait l'air tellement terrifié quand je l'ai croisé que j'étais persuadé que tu lui en avais collé un...» certes, cela n'aurait pas été un acte de grande dame, mais Lucina avait bien montré qu'elle n'était pas vraiment de ce genre là malgré son éducation.

Elle lui parla alors de Héra, ou plutôt des hommes en général et de cette manie que certains ont de vouloir faire des choses pas très morales. Edward rougit à nouveau, comme s'il avait l'impression qu'elle le mettait dans le même panier que les autres. Il était assis de profil par rapport à elle, les jambes écartées et ses mains entre elles, appuyées sur le matelas. Il avait donc le dos voûté et paraissait un peu honteux ainsi

«Je ne sais pas... on dit toujours que l'Homme veut ce qu'il ne peut pas avoir. Au final, je suppose que c'est vrai, que ça concerne des biens comme de l'argent ou les femmes...» mais ce type ne savait pas s'il ne pouvait pas avoir Lucina. Pourquoi n'avait-il pas tenté de la séduire plutôt? Peut être qu'elle aurait cédé à ses avances?

Bon ok, Edward en doutait, elle ne semblait pas vraiment être le genre à chercher compter fleurette, elle lui en avait déjà parlé, mais l'autre ne pouvait pas le savoir! Pourquoi être directement passé à un acte si abject? Enfin bon, Lucina voyait bien que ça l'affectait lui aussi, même si elle ne devait pas trop savoir pourquoi, et malgré lui, il marmonna doucement un «je ne suis pas comme ça moi...» puis il se leva pour aller chercher le repas. Une simple soupe, mais il y avait quand même des morceaux de viande dedans! Il faut dire que les guados n'étaient pas trop réputés pour manger grand chose...

Enfin, il aida Lucina à marcher jusqu'à la table quand même, bien qu'elle pouvait marcher sans problème. Mais il soupira tout de même en voyant son état

«Tu crois que tu arriveras à rester une journée à te reposer pour de bon? Non parce que tu sembles un peu attirer la poisse avec tes blessures!» oui, c'était une tentative désespérée pour faire de l'humour, même si Edward n'était pas très doué pour ça. Il s'installa à côté d'elle et ils commencèrent à manger. Au moins après, ils pourraient se rendre dans l'Au-Delà, enfin si elle le voulait toujours?

«Toujours partante pour aller voir l'Au-Delà? Au pire, je te porte sur mon dos ou je fabrique une brouette avec des branches pour te transporter?» encore une petite moquerie, mais elle serait capable de vouloir qu'il la porte juste pour l'embêter et le traiter de mule tiens!
Il commença à manger tranquillement, c'était simple et bon à la fois, et s'il n'avait pas trop faim au début, petit à petit ça venait! On dit bien que l'appétit vient en mangeant hein?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Mer 1 Avr - 21:33

L’Homme convoite ce qu’il ne peut avoir … Ce n’était pas faux, mais dit comme ca, une femme était donc un objet quelconque, un bien précieux qu’on souhaite obtenir et peu importe de quelle façon. Lucina n’aimait pas trop cette façon de penser … M’enfin. Pour l’heure, elle voyait bien que ca affectait Edward, sans savoir que ses propos auraient pu le blesser. Elle s’était rapprochée de lui pour le prendre par l’épaule dans l’unique but de le calmer un peu mais il avait balbutié quelque chose d’incompréhensible à ses oreilles avant qu’ils ne passent à table. La jeune femme tenta de marcher par elle-même mais garda le soutien de son camarade au cas où elle perde l’équilibre à cause de la douleur. Dans l’ensemble, ca allait. Quoiqu’Edward lui lança une remarque qui se voulait être humoristique, mais sans le ton avec, on pourrait le prendre pour un reproche ! Lucina fit une moue presque boudeuse avant de plisser des yeux.

« Dans ce cas, je te conseille fortement de te reconvertir en médecin. Ce n’est pas de ma faute ! Soit je casse quelque chose, soit je me casse quelque chose ! »

C’était le risque quand on était une combattante cela dit hein ? Elle savait qu’elle s’exposait ouvertement au danger en choisissant de se battre avec une arme blanche. Mais c’est vrai que ne serait-ce que pour ses côtes – c’était la deuxième fois depuis qu’elle était ici – elle devait songer à faire plus attention. Enfin bon, elle finit par sourire enfin un peu avant de se mettre à manger. Elle n’avait pas très faim mais il fallait bien reprendre des forces aussi. La jeune femme avalait d’abord les morceaux de viande avant de boire la soupe, mais fit une pause lorsqu’Edward la provoqua à nouveau en la traitant comme une invalide ! Elle posa alors ses couverts et ferma les yeux avec un petit sourire en coin. S’il voulait jouer à ca.

« Sous-entends encore une fois que je suis une handicapée et c’est moi qui te rend handicapé. » Non mais oh ! Elle était forte ! Elle saurait se débrouiller ! Même si c’est vrai que parfois elle avait un peu mal. Mais bon. L’oiselle tourna la tête vers son camarade en lui renvoyant son air moqueur et lui tapota « amicalement » - cyniquement surtout – son épaule. « Mais puisque tu te proposes si gentiment très cher, je te laisse tout le loisir de me porter jusqu’en haut. La pente est raide que tu as dit, je te souhaite bien du courage. »

Et toc ! Elle se remettait à manger l’air de rien, complètement satisfaite de l’avoir eu à son propre jeu ! Enfin l’air de rien … Disons surtout que Lucina évitait de croiser le regard de son camarade à cet instant sinon elle sentait qu’elle allait partir en fou rire devant leurs chamailleries sans queue ni tête. Cela dit … Ca lui ferait peut-être du bien de rire un peu après ce qu’il s’était passé. Pour l’heure, ils finissaient de manger et récupérer quelques affaires afin de sortir pour se rendre, comme prévu, dans l’Au-Delà. Lucina marchait toute seule dans un premier temps, les gens la regardaient un peu bizarrement après la scène qu’elle avait fait mais peu lui importait, du moment qu’elle ne croisait pas à nouveau l’autre imbécile. Mais une fois devant la montée qui menait au passage des morts, la demoiselle s’arrêta pour fixer son camarade et se mit finalement à pouffer de rire en se rappelant ce qu’elle avait dit dans la chambre.

« Je plaisantais, je ne vais pas te casser le dos pour monter. Je me débrouille. J’avoue avoir un peu mal de temps en temps mais ce n’est pas une pente qui va m’achever. »

Elle survivait à des monstres féroces mais se laisseraient s’écrouler devant une montée ? Où va le monde. Elle se mit en marche en faisant bien attention à ses pas et à sa respiration aussi, mais faisait tout de même en sorte de rester proche d’Edward au cas où elle aurait un moment de faiblesse. C’est vrai qu’elle devait admettre que la côte était un peu raide, elle était un peu essoufflée lorsqu’ils arrivèrent au niveau du « portail » qui menait sur la plateforme de l’Au-Delà. Lucina s’était montrée hésitante sur le moment, mais le traversa pour se retrouver en hauteur, au-dessus de … elle ne savait pas trop. Elle se dirigea d’un pas pressé vers le bord de la plateforme pour avoir une vue sur un immense champ de fleurs et des cascades à perte de vue. Quelle beauté … Quel émerveillement !

« On dirait … le paradis … »

Ce chant qu’elle entendait … Ce son tout en bas, c’était celui de milliers, voire millions de furolucioles qui s’épanouissaient.

« Tes parents sont donc ici … ? Je me demande si les miens sont un endroit similaire … »

Sauf qu’il suffisait d’y penser pour qu’ils apparaissent. Et Lucina perdit tout son sourire et se retrouva presque en état de choc en les voyant. Ils étaient là, juste là ! Son père, droit et fier, on reconnaissait sans mal l’air de famille, il avait les cheveux de la même couleur que Lucina et la marque de la lignée était en plein sur son épaule. Sa mère arborait un air plus doux – malgré qu’elle ait donné une éducation stricte – les cheveux châtains, très longs et bouclés, dans une robe des plus somptueuses. La tenue qu’elle portait le jour de sa mort …

« Pourquoi sont-ils … Qu’est-ce que ... Père, Mère … »

La jeune femme se laissa tomber à genoux sur le sol sans les quitter des yeux, son regard s’humidifiait de plus en plus et elle se sentait sur le point de pleurer. Ils étaient devenus son point faible et elle ne s’attendait vraiment pas à les revoir ici … Pourquoi pouvait-elle les voir ? Les furolucioles arrivaient à lire dans les souvenirs même d’une étrangère ? Avait-ce un lien avec les portails ? Plein de questions pouvaient se poser à cet instant mais sur le moment, là maintenant tout de suite, elle s’en moquait. Elle les voyait, c’est tout ce qui comptait.

« Si j’avais su que la faucheuse vous frapperait, j’aurai au moins eu la décence de vous dire au revoir … »

Mais l’on ne pouvait jamais savoir quand elle frappe Lucina … Baissant la tête, une larme traça son chemin sur sa joue. Elle pourrait rester des heures ici désormais, et tant pis s’ils ne pouvaient pas parler ou communiquer d’une quelconque façon, le principal, c’est qu’elle les voyait …
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Jeu 2 Avr - 10:01

Finalement, l'ambiance du déjeuner semblait s'améliorer, les deux jeunes gens se plaisaient à se lancer quelques petites piques, bien qu'Edward était presque sur qu'elle était sérieuse en parlant de le rendre handicapé!
«Tu crois pas que je le suis déjà assez comme ça?» dit-il avec un faux air sérieux en montrant sa main droite! Ben oui hein? Fallait pas oublier qu'il avait quand même un bras et une jambe en moins! Il ne savait pas ce qu'il lui fallait de plus!

En tout cas, ça faisait du bien de plaisanter après ce petit passage embarrassant, et l'alchimiste était plutôt content de sentir cette tension s'évaporer. Et oui, ils auraient presque pu rire comme des gamins s'ils se connaissaient un peu mieux, mais il y avait encore cette légère réserve des inconnus qui planait entre eux. Ça se dissiperait surement avec le temps, mais là, il ne fallait pas oublier qu'ils ne se connaissaient que depuis trois jours...

Le déjeuner terminé, Edward n'avait pas trop envie d'un dessert, aussi ils décidèrent de sortir prendre l'air, et donc se rendre dans l'Au-Delà. Il attendit cependant que Lucina remette des chaussures, car même s'il pouvait être agréable de se balader pieds nus à Guadosalam - le jeune homme appréciait le contact des racines sous son pied valide, ça lui rappelait Kilika - il valait mieux quand même qu'elle puisse marcher correctement, puis ils sortirent. D'un regard, l'alchimiste cherchait quand même leur ancien colocataire, mais il avait surement filé vers la Plaine Foudroyée, n'ayant nulle part ailleurs où aller pour la nuit. Puis ils arrivèrent devant la montée vers le portail menant vers l'Au-Delà, et il se tourna vers Lucina comme pour savoir si elle plaisantait ou non un peu plus tôt, et visiblement oui, même si Edward attrapa quand même son bras pour le passer par-dessus ses épaules afin qu'il la soutienne au mieux pendant la montée


«Tu ne me casseras pas le dos avec ton poids, mais bon, je préfère éviter au maximum que tu t'épuises et que tu ne forces trop. Allez on y va!» ils montèrent doucement, mais malgré ça, ils étaient tous deux essoufflés lorsqu'ils franchirent enfin le portail menant de l'autre côté. C'était un spectacle magnifique, il n'y avait pas à dire, et lorsque Lucina le compara au Paradis, le jeune homme ne pouvait qu'approuver

«Oui... c'est pour ça que je te disais que j'étais content de savoir ma mère ici...» car c'était un endroit doux et paisible pour passer l'éternité, non? Les mains dans les poches, Edward se tourna vers Lucina qui semblait songeuse et parlait à voix haute de ses pensées et ses espoirs, jusqu'à ce qu'elle mentionne ses parents et qu'un couple n'apparaisse! L'alchimiste sursauta et fit un pas en arrière, écarquillant les yeux en voyant cet homme qui ressemblait trop à Lucina pour qu'il ne soit pas son père, surtout avec une telle marque sur l'épaule! Quant à la demoiselle, elle s'effondra devant ce spectacle et Edward se précipita pour se mettre à genoux derrière elle, la supportant par les épaules d'un air compatissant

«Je... je suis désolé... je ne savais pas qu'ils apparaîtraient ici! Les furolucioles doivent surement réagir avec tes souvenirs... ce n'est qu'une illusion, ils ne sont pas vraiment là... enfin je crois?» il leva les yeux vers ce couple qui les regardait pourtant, même là alors que Lucina avait les yeux baissés vers le sol, Edward les voyait toujours... l'Au-Delà était un mystère, il ne savait pas si les personnes présentes étaient vraiment là ou bien si ce n'était qu'une illusion. Il se disait qu'il faudrait peut être que Lucina pense à quelqu'un de vivant de chez elle pour voir? Mais à l'heure actuelle, il n'osait pas lui imposer cette épreuve.

«Lucina... je suis vraiment désolé... tu veux qu'on s'en aille?» l'alchimiste était un peu désemparé sur le coup, la pauvre, il ne s'était pas attendu à ça. Il se demandait alors ce que sa mère ferait dans une telle situation, et évidemment, de penser à elle, l'image de Trisha apparut aux côtés des parents de Lucina. Il leva les yeux et lui sourit doucement

«Salut M'man... Je te présente Lucina, c'est leur fille.» dit-il en montrant le couple aux côtés de sa mère. Celle-ci ne pouvait pas parler, et son expression ne changeait pas beaucoup, mais Edward était persuadé qu'elle souriait quand même. Les mains jointes devant elle, ses cheveux bruns ramenés devant son épaule, elle paraissait si douce, si sereine... Mais Edward n'avait pas trop le temps de l'admirer, il devait réconforter la jeune femme, et ne savait pas trop comment. Peut être que de savoir que sa mère était là aussi, ça changerait un peu ses idées?

En tout cas maintenant, elle pourrait peut être leur dire au revoir au moins...

«Est-ce que... tu voudrais les filmer? Comme ça, tu auras un souvenir d'eux? Je peux te filmer auprès d'eux si tu veux?» c'était peut être maladroit, mais l'alchimiste ne savait pas quoi proposer d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Jeu 2 Avr - 12:05

Comment ne pas s’effondrer devant une telle vision ? C’était la première fois depuis que ses parents étaient morts que Lucina les revoyait de ses propres yeux, ailleurs que dans ses souvenirs. Et pour cause ! Pour elle, la mort était définitive, jamais de sa vie elle n’aurait pensé les revoir un jour, même si là, ils ressemblaient plus à des pantins sans vie qu’autre chose puisqu’ils ne bougeaient pas et ne pouvaient parler. Lucina s’était effondrée en larmes, et Edward était rapidement venu la rejoindre pour la soutenir mais lorsqu’il proposa de quitter les lieux, elle hocha la tête violemment de gauche à droite. Elle ne voulait pas partir, pas maintenant.

« J’ai été trop longtemps seule, illusion ou non, je … je veux sentir leur présence … »

De toute évidence, Edward venait de penser à sa mère puisqu’elle était apparue. Lucina ne l’avait pas vue tout de suite, jusqu’à ce qu’il la salue. La jeune femme renifla un coup avant de relever la tête afin de regarder cette femme aux traits si doux. D’apparence, Lucina ne trouvait pas trop de ressemblance avec l’alchimiste ? Mais bon, elle pouvait bien parler, elle-même ne ressemblait pas énormément à sa propre mère, elle était bien plus proche de son père. Bref. Edward proposa de filmer les parents de Lucina pour qu’elle en garde toujours un souvenir sur elle … sur le coup, elle avait failli approuver, mais se retint.

« Non. » Lâcha-t-elle presque froidement. Elle se redressa et sécha ses larmes – vainement, elles tombaient toutes seules – avant de reprendre. « Si je les enregistre, je me connais, je passerai des heures à les admirer et à regretter le bon vieux temps … Cela fait bientôt deux ans … »

Expliqua-t-elle non sans avoir la voix un peu étouffée par la tristesse et les larmes, sa gorge était nouée. De nouvelles perles se formèrent au coin de ses yeux, grandissant encore et encore jusqu’à être trop lourdes et chuter à nouveau sur ses joues, traçant leur chemin jusqu’à son menton pour finir par tomber sur le sol. Lucina tentait tant bien que de mal de les sécher mais rien à faire, le processus ne cessait de se répéter. Jusqu’à ce qu’elle se décide à prendre une profonde inspiration et reprendre son courage à deux mains pour relever les yeux vers le couple Elyssia. Ce nom qu’elle avait voulu oublier à la suite de la tragédie de Lindblum … Mais qui était pourtant le sien aussi.

« Je … Je me pensais forte jusqu’à aujourd’hui … Je ne le suis pas … Mais je dois le devenir ! Il … Il est temps de tourner la page … »

Et garder un souvenir dans une sphère ne l’aiderait pas à avancer dans cette direction. Finalement ce jour-là à Lindblum n’était pas le dernier où elle les avait vus. Le hasard ou le destin avait voulu que ce jour arrive. C’était sûrement aujourd’hui, finalement, qu’elle les verrait une dernière fois. La jeune femme savait qu’elle était capable de rester là, sur le sol, pendant des heures, mais peu lui importait, elle resterait le temps nécessaire car ensuite, oui … il fallait tourner la page. Tous ces mois derrière elle où elle avait pensé avoir oublié le décès de sa famille, ce n’était qu’une illusion pour lui faire croire qu’elle avançait. Sa haine envers les Chimères et les Invokeurs, le fait qu’elle parle avec toujours autant de nostalgie de ses parents, qu’elle se soit effondrée sur le sol il y a plusieurs longues minutes … Tout ceci, trahissait le fait que non, elle n’avait pas oublié, malgré elle.
La jeune noble finissait par poser sa main sur l’une de celles d’Edward, sur son épaule, et leva la tête vers lui. Elle le remerciait du regard pour son soutien, mais il ne fallait pas oublier non plus qu’il était venu là pour sa mère aussi à l’origine.

« Occupe-toi de ta mère … Tu es venu ici pour ca aussi. J’en ai sûrement pour un moment alors … reste avec elle. »

De son côté … C’est comme si elle devait faire un second deuil. C’était comme si les voir lui permettait de se remettre en question.
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Jeu 2 Avr - 13:48

Honnêtement, Edward ne se serait jamais attendu à ce que Lucina puisse voir ses parents ici. Le pauvre se sentait totalement désemparé et essayait de trouver quelque chose à dire ou à faire. Inconsciemment, il avait pensé à sa mère, afin qu'elle lui donne des conseils peut être - il n'aurait surement pas pensé à son père pour ça - et c'est là qu'elle apparut, aussi il lui présenta Lucina bien qu'il se doutait qu'elle n'avait pas encore la tête à ça.

Elle continuait de pleurer et il ne savait toujours pas quoi faire, sa mère le regardait comme ça, un peu tristement mais avec cet éternel sourire doux sur le visage, puis il se décida à tenter quelque chose, proposer à Lucina de filmer ses parents pour qu'elle garde un souvenir sur une sphère... mais rapidement, la jeune femme désapprouva d'un signe de tête et il se mordit légèrement la lèvre en supposant qu'il avait dit une bêtise...
Mais non, juste qu'elle semblait penser qu'elle ne pourrait jamais faire son deuil si elle gardait cette sphère sur elle, et surtout qu'elle ne se lasserait pas de la regarder encore et encore à s'en user les yeux. Il aurait aimé essuyer ses larmes, s'il y avait un truc qu'il n'aimait pas, c'était voir une fille pleurer. Le regard de l'alchimiste s'assombrit un peu, il ne trouvait rien à dire pour la réconforter, tout ce qu'il pouvait faire, c'était la garder dans ses bras...

Puis elle se redressa un peu et il lui lançait toujours ce regard profondément désolé, mais elle voulait rester un peu seule apparemment, aussi il hocha de la tête pour lui signifier qu'il comprenait

«Je suis là, d'accord? Et surtout... n'oublie pas, ce n'est qu'une image. La matérialisation de ce qu'il y a dans ton cœur. Et... c'est normal de ne pas oublier, il faut qu'ils restent là tu sais?» sans la toucher, il avait désigné le cœur de la jeune femme de l'index, puis il se leva, posant une main réconfortante sur son épaule avant de s'éloigner. Sa mère disparut pendant quelques secondes, laissant les parents de la jeune femme seuls, puis elle réapparut plus loin, devant Edward qui avait remis les mains dans les poches, shootant dans des cailloux invisibles au sol alors qu'il s'en voulait pour tout ça.

Il ne voulait pas que Lucina l'entende, alors il marmonnait plus pour lui que pour sa mère finalement

«Je suis venu te dire au revoir, M'man... je vais bientôt emprunter l'un de ces étranges portails pour essayer de gagner un autre monde... avec un peu de chance, celui de Lucina» il avait gardé la tête baissée jusque là, aussi il leva les yeux pour regarder sa mère qui le regardait toujours avec ce sourire triste «tu vas me manquer.. mais je suis sur que le vieux...» forcément, à parler de lui, son père apparut. Grand, très grand - pourquoi Edward n'avait pas hérité sa taille bowdel? - de longs cheveux blonds attachés en catogan, des lunettes qui ne cachaient même pas ses yeux dorés... oui, à le voir, on comprenait tout de suite de qui tenait Edward.. il se renfrogna un peu, rentrant la tête dans les épaules en marmonnant un peu plus fort sans le vouloir «t'étais pas obligé de te pointer, toi...» il fronça un peu du nez avant de se tourner vers Lucina pour voir si elle allait bien, puis il revint vers ses parents en soupirant.

Il leur raconta donc sa rencontre avec la jeune femme, les blessures qu'elle s'était infligées à la Plaine Félicité d'abord, puis dans la Plaine Foudroyée, son objectif d'aller sur Héra, en apprendre plus sur l'alchimie là bas, la brume aussi, ce genre de choses. Il ne cessait de jeter un coup d'œil à Lucina de temps en temps alors que ses parents le regardaient toujours de la même manière. Son père avait les mains dans les poches d'un pantalon en toile marron, une chemise blanche légèrement ouverte sur son torse, et sa mère les avait simplement jointes devant elle, avec sa petite robe marron aussi... ils formaient un joli couple, même si Edward ne l'avouerait jamais.

Le temps passait un peu, mais il n'osait pas aller voir Lucina pour le moment, malgré tout, il finit par revenir vers elle et posa une nouvelle fois sa main dans son dos de façon réconfortante

«Est-ce que... ça va mieux? On devrait peut être y aller?» honnêtement... il se disait que ce serait peut être mieux. Combien de personnes sont restées ici des heures et des heures à en perdre la raison devant les êtres chers?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Jeu 2 Avr - 14:54

Entre un pervers qui profitait de la situation lorsque la jeune femme était seule et maintenant le choc de voir ses défunts parents … On ne pouvait pas dire que la journée soit très joyeuse pour le moment ! Lucina souhaitait rester un peu seule avec ses parents pour le moment, et puis, la mère d’Edward était là aussi, elle ne voulait pas le priver de ce petit moment de « retrouvailles » avec la personne qui lui avait donné la vie. Avant de partir de son côté, l’alchimiste lui donna tout de même le sage conseil de ne pas oublier malgré tout, que ses parents devront toujours rester dans son cœur. Lucina n’avait pas répondu, mais en tenait tout de même compte. Elle restait là, par terre, à pleurer encore et encore pendant plusieurs longues minutes qui paraissaient être une éternité.

Mais à force, elle finissait par se calmer, ayant visiblement vidé tout son sac et elle ne gardait qu’un regard attristé et marqué par la peine. Elle entendait Edward murmurer des choses à ses parents, mais avec le chant des furolucioles en contrebas, elle ne comprenait rien. Devait-elle parler à ses parents elle aussi ? Même s’ils n’étaient que des images et qu’ils ne lui répondraient pas ? Peut-être … Peut-être que ca lui ferait du bien, et si elle avait un minimum de foi en ces choses-là, elle penserait que ses paroles atteindraient ses « vrais » parents, où qu’ils soient.

Aussi murmura-t-elle tout ce qu’elle avait fait depuis … bah depuis qu’ils étaient morts. Qu’elle était restée à Lindblum quelques temps pour se remettre de ses émotions. Elle avait fréquenté le petit peuple là-bas et avait admiré la solidarité des gens pour se soutenir et reconstruire leurs habitats. C’est ce jour-là, entre autre, qui lui avait permis de se rapprocher énormément des pauvres. Et c’était depuis ce jour aussi qu’elle parlait un peu moins « noblement ». Elle gardait une forme de respect et de politesse dans ses propos, mais se montrait aussi parfois un peu plus familière. Chacun avait sa façon de parler en fonction de son rang social …
Elle en venait aussi à s’excuser de ne pas suivre la voie qu’elle aurait dû suivre s’il était resté vivant, le mariage arrangé, devenir une grande dame, etc. Elle avait préféré retourner chez elle et ouvrir sa maison à quiconque était dans le besoin, jusqu’à l’apparition des portails … A l’origine, elle était curieuse de découvrir de nouveaux mondes, et de percer le mystère derrière ces portes vers d’autres planètes et cultures … mais inconsciemment, n’était-ce pas aussi pour échapper à ce quotidien qui la rendait malade sur Héra depuis leur mort ?

Puis à son tour, elle raconta sa rencontre avec Edward et ce qu’elle avait fait depuis son arrivée sur Spira. En mentionnant d’ailleurs le jeune homme, elle avait tourné les yeux vers lui pour voir qu’une seconde personne était apparue devant lui – depuis quelques minutes maintenant en réalité, elle n’avait pas fait attention. Pas besoin de chercher bien longtemps pour deviner qu’il s’agissait de son père, qu’il n’aimait point si elle se rappelait ce qu’il lui avait raconté à son appartement. La même couleur pour les cheveux et les yeux, d’un doré inhabituel, comme Edward … M’enfin, ce n’est pas elle qui allait se permettre de sortir, notamment pour les yeux, que le doré était peu commun. Elle avait les cheveux bleus et si elle en croyait l’Al Bhed dans la Plaine Foudroyée, c’était assez inhabituel aussi sur Spira hein ?

Bref, le jeune homme finissait par revenir pour prendre de ses nouvelles, et lui suggérer de partir. Oui, il valait mieux. Elle n’avait pas envie de partir, mais elle ne pouvait pas rester pour l’éternité en ces lieux non plus. Prenant une profonde inspiration, elle se relevait toute seule et fixait une dernière fois ses parents.

« Adieu … »

La demoiselle tourna les yeux vers Edward en lui faisant signe qu’ils pouvaient partir, puis elle tourna les talons pour repartir, mais inutile de dire que ses pas étaient lents et lourds. Non elle ne pleurait plus mais elle en avait encore gros sur le cœur. Ils redescendaient la pente doucement, mais Lucina s’arrêta à mi-chemin une fois de retour en ville, pour s’asseoir au bord du chemin. Vu qu’ils étaient un peu en hauteur, elle avait les jambes qui pendaient dans le vide. Elle restait silencieuse pour le moment, fixant un point devant elle alors qu’elle réfléchissait. Est-ce que beaucoup de personnes se comportaient comme cela après avoir revu leurs proches pour la première fois dans l’Au-Delà ? Elle se le demandait, mais ne posa pas la question à voix haute. Non, mais après le silence, elle prit enfin la parole avec une petite voix.

« Dommage que ce ne soit que des images. J’aurai voulu savoir … s’ils étaient fiers de moi. S’ils sont fiers de la voie que j’ai choisi d’emprunter, même si elle va à l’encontre de tous nos principes … ou s’ils sont déçus que je ne sois pas ce qu’ils auraient voulu que je sois. » Quel enfant ne se posait pas au moins une fois la question dans sa vie au sujet de ses parents ? Lucina baissa davantage les yeux. « Enfin … Je suppose que je ne le saurai jamais de toute façon. »

Ca n’avait jamais été facile depuis leur décès. Souvent lorsque les enfants se retrouvent seuls, ils se demandent ce que leurs parents auraient fait pour rebondir et continuer d’avancer. Lucina elle-même s’était posée la question plus d’une fois et quand bien même, elle avait toujours fini par suivre son cœur … Etait-ce le premier pas de la guérison d’une blessure trop longtemps restée ouverte ? Peut-être … Mais elle mettait vraiment beaucoup de temps à se refermer, cette blessure. Bref … Elle finissait par tourner la tête vers Edward, l’ambiance était bien lourde mais elle tenait à lui dire quelque chose tout de même.

« Merci. Pour ton soutien … Je suis encore une étrangère pour toi et pourtant depuis que je suis là tu m’as toujours aidée. »

Et ce, pour bien des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Ven 3 Avr - 14:13

Le temps s'écoulait un peu différemment dans l'Au-Delà, ou du moins on en avait l'impression car cela semblait si paisible qu'on ne voyait pas les secondes s'écouler. Mais Edward savait qu'il ne fallait pas rester trop longtemps, on finissait par se dessécher à contempler les défunts. Mine de rien, c'était presque une bonne chose pour lui que son père soit là, c'était ainsi plus facile de partir puisqu'il n'avait pas spécialement envie de le voir. Certes, il pouvait lui en être reconnaissant d'avoir sauvé Alphonse avant de mourir, mais même ainsi, une part de lui ne pouvait toujours pas lui pardonner d'être parti à l'origine.

Il était donc revenu vers Lucina et l'aida à se redresser pour partir. Il ne l'entendit pas dire adieu une dernière fois à ses parents, car il avait pris tout de même un peu de distance pour ses derniers mots, puis ils sortirent et elle s'installa au sol, les pieds dans le vide. Il se mit donc à côté d'elle, une jambe dans le vide et l'autre ramenée en tailleurs devant lui, les mains sur la cheville, il regardait devant lui d'abord, préférant garder le silence après un tel moment.

Puis finalement, elle reprit la parole, s'interrogeant sur ce que ses parents auraient pensé d'elle, sur le coup, le regard de l'alchimiste se fit triste, mais il le balaya vite en souriant tout en la regardant

«Je me suis aussi posé la question la première fois que je suis venu ici. J'étais petit quand ma mère est morte, et je me demandais si elle était fière de ce que j'avais fait, de ce que j'avais accompli pour essayer de sauver Alphonse... même si finalement, c'est mon père qui l'a fait.» et sa langue le brûlait rien que d'y repenser, mais bref, le principal était que son frère soit désormais sain et sauf dans un corps de chair et de sang «et Mamy Pinako m'a dit alors que... même si nos parents veulent nous donner une voie à suivre, du moment qu'on suit notre cœur, ils sont toujours fiers de nous.»

Il haussa légèrement des épaules avant de regarder de nouveau droit devant lui
«Tu as choisi la voie de l'aventure, du moment que ça te rend heureuse, je pense que tes parents seront heureux aussi.» et au final, qu'en était-il de lui? Toute sa vie, il l'avait passée à étudier l'alchimie dans le but de créer la pierre philosophale qui lui aurait rendu son frère, mais maintenant? Il n'avait plus vraiment de but, bien que ces nouveaux portails pouvaient lui en donner un, celui d'étudier les autres mondes, et la manière dont l'alchimie existait là bas. Mais est-ce que c'était quelque chose dont ses parents pourraient être fiers? Tout comme celle de Lucina, Edward était presque sur que sa mère aurait aimé qu'il se marie et fonde une famille, sans doute aurait-elle été un peu déçue qu'il n'épouse pas Winry, même si elle aurait été heureuse qu'Alphonse le fasse.

Enfin bon, il baissa les yeux, des guados passaient tranquillement dans les "rues", vaquant à leurs occupations...

«De toute façon, est-ce que ça changerait vraiment quelque chose finalement? Qu'ils soient fiers ou non? Le plus important, ça reste ce que toi tu penses de ta vie...» il se souvenait encore du jour où il avait revu son père pour la première fois. À Kilika, où il avait découvert qu'Edward et Alphonse avaient brûlé leur maison. Il n'avait pas apprécié ce geste, pour les garçons, c'était pour leur rappeler qu'ils ne pouvaient plus faire marche arrière, qu'ils devaient aller de l'avant pour s'en sortir, mais pour Hohenheim, ce n'était que l'acte irréfléchi de deux petits garçons qui avaient fait une bêtise et faisaient disparaître les preuves. Comme un enfant qui jette les draps dans lesquels il a fait pipi. À ce souvenir, Edward eut un goût amer en bouche... il n'avait jamais pu répliquer à ça.

Il finit par se lever et tendit la main à Lucina

«Enfin bon.. on se soutient mutuellement. Je crois qu'en fait, on en a tous les deux besoin, même si c'est pour des raisons différentes!» peut être qu'au fond, il avait encore besoin de trouver un sens à sa vie. Lucina lui apportait de la nouveauté, et surement l'espoir de trouver enfin quelque chose à faire...

«Allez viens, on va voir si on peut pas aller visiter le manoir de Leblanc! C'est quand même l'ancienne demeure de Seymour Guado, limite un monument historique!» fallait pas trop rêver qu'ils puissent entrer mais bon, ça ne coûtait rien d'essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Ven 3 Avr - 16:10

La grande question que tous les enfants se posent, si leurs parents sont fiers d’eux. Lucina savait très bien qu’elle avait pris une direction complètement opposée à celle qu’elle aurait dû suivre, s’ils étaient restés en vie. Et peu importe où ils se trouvent aujourd’hui, seraient-ils heureux de la voir écouter ce que son cœur lui dictait plutôt que de suivre les principes de la famille ? Dans bien des familles, les devoirs d’une personne étaient bien plus importants que les sentiments, c’était soi-disant une question d’honneur … Une chose que Lucina n’avait jamais vraiment approuvé bien qu’elle respectait les choix d’autrui. Edward s’était posé lui-même la question un jour, la jeune femme tourna les yeux dans sa direction pour écouter ce qu’il avait à dire, et la dame qui l’avait finalement élevé lui avait expliqué que peu importe la voie qu’on choisissait, tant qu’on suivait notre cœur, les parents seraient heureux. La jeune femme fixait toujours son camarade mais arborait une mine assez sérieuse. Ses parents pouvaient-ils donc reposer en paix en sachant que leur fille suivait la voie qu’elle avait choisie ? Mais est-ce que cette voie la rendait elle-même heureuse ? Le visage de Lucina s’assombrit alors qu’elle détournait le regard pour observer le sol sous ses pieds.

« Je ne suis pas … » La tristesse semblait revenir sur son visage, mais elle préférait ne pas embêter son camarade avec ca. « Oublie. »

Elle n’était pas heureuse, elle le réalisait chaque fois qu’elle y pensait. Définitivement oui, avoir changé de monde avait été un moyen de fuir et de penser à autre chose. Depuis le décès de ses parents, Lucina s’était occupée de tout le monde, elle avait été soutenue et soutenait elle-même les autres. Elle avait aidé des pauvres, joué avec des orphelins qui venaient de perdre leurs parents, elle avait même accueilli des démunis dans sa propre demeure pour les aider tout en leur léguant une partie de sa fortune ! Depuis trop longtemps maintenant, elle pensait aux autres, car ainsi, elle ne pensait pas à elle-même. Chaque fois qu’elle pensait à elle, elle se sentait seule et malheureuse. Donc non, elle n’était pas heureuse … et si on suivait la logique d’Edward, ses parents ne l’étaient donc pas. Et cette pensée lui fit mal au cœur. Mais que devait-elle faire au juste pour être heureuse ? La réponse était sa destination. Et la route pour y arriver serait très longue, si vous voulez mon humble avis.

De penser à tout cela finalement, les paroles d’Edward, qui se voulaient être un soutien, devinrent involontairement un coup de marteau supplémentaire. Ce qu’elle pensait de sa propre vie hein ? S’il voulait son avis …

« Je préfère ne pas y penser, justement … »

Marmonna-t-elle toujours en fixant le sol. Mais la jeune femme releva la tête lorsque son camarade se leva et lui tendit la main. Elle avait les cheveux qui traînaient par terre à avoir la tête basculée ainsi mais c’était le dernier de ses soucis. Se soutenir mutuellement … Ca revenait à aider Edward et comme dit juste avant, aider les autres, c’est ce qu’elle avait pris l’habitude de faire ! Et s’il l’aidait … Lucina avait bon espoir qu’avoir des points de vue extérieurs aux siens lui apporterait les indices nécessaires dans sa recherche du bonheur. Elle força alors un léger sourire avant d’attraper sa main afin de pouvoir se relever à son tour, en faisant attention à ne pas trébucher sur sa robe, ni de la déchirer.
Il proposait d’aller visiter le manoir de Leblanc, c’est vrai que Lucina avait bien envie de voir à quoi ca ressemblait à l’intérieur, aussi elle approuva d’un signe de tête et ils rejoignirent les portes de la demeure … Mais les Leblanchettes leur barrèrent la route !

« Halte ! Personne n’est autorisé à entrer dans le manoir aujourd’hui ! »
« Aujourd’hui seulement ? Mais c’est le seul jour où nous serons à Guadosalam … Vous ne pouvez pas faire une exception ? »
« Impossible ! La boss reçoit un … hum … invité de marque aujourd’hui. Une grande personnalité de Spira ! »
« Et il vaut mieux ne pas être dans les parages si vous voulez mon avis, sinon bonjour les petits cris et … »
« Tais-toi ! Et vous oust ! Du balai ! »


Lucina haussa un sourcil. Ce qu’il fallait comprendre c’est que « Nooji chéri » allait passer par là et qu’on entendrait Leblanc pousser ses petits cris et surnoms bizarres et amoureux partout et tout le temps – comment faisait-il pour la supporter ? Bref, ce que Lucina en retenait, c’est qu’ils devaient juste s’éloigner du manoir.

« Aussi charmantes qu’un Béhémoth, ca en dit long sur la personne pour qui elles travaillent. Dommage, j’aurai bien aimé voir l’intérieur. Cela dit maintenant que j’y pense, j’ai souvenir de t’avoir mentionné quelques grandes personnalités de Héra mais qu’en est-il ici ? Tu as une idée de qui cette Leblanc reçoit ? »

Bon sans le savoir, il venait de lui parler de Maître Seymour qui était un homme qui avait eu toute son influence il y a quelques années maintenant. Mais c’est vrai qu’il n’en avait pas beaucoup parlé … et Lucina ne l’avait pas demandé plus tôt non plus.

« Maintenant que j’y pense, je n’ai même pas demandé ce qu’était la politique de Spira. Comme je te l’ai dit sur Héra, nous possédons plusieurs royaumes … Alexandrie, Bloumécia, Lindblum … Enfin, sur le continent où j’ai vécu du moins, j’ignore ce qu’il en est à l’extérieur ? Avez-vous un roi ? Une reine ? Un empereur peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Ven 3 Avr - 19:09

Ce n'était jamais évident ce genre de mise au point. Au final, même s'ils l'ignoraient, les deux jeunes gens se ressemblaient assez sur la manière dont ils considéraient leur vie à l'heure actuelle. Aucun des deux n'était vraiment heureux, et c'était surement normal après ce qu'ils avaient traversé chacun. Enfin, ça ne servait à rien de rester ici à se morfondre. Demain serait un nouveau jour, ils partiraient à l'aventure - enfin pas trop pour Edward qui connaissait l'endroit, mais une part de lui avait hâte de montrer à Lucina le Sélénos. Si elle avait trouvé l'Au-Delà magnifique, elle devrait aimer les bords du fleuve.

Enfin bon, il l'aida à se relever, il avait bien remarqué son air triste, mais jugeait qu'ils avaient eu leur lot de conversation désagréable pour le moment. Il préférait essayer de visiter le manoir de Leblanc qui était autrefois celui de Maître Seymour, malheureusement.. ce fut impossible. Visiblement, la chef attendait quelqu'un, mais Edward n'était pas du genre à piger très vite les sous-entendus des deux gardes, si bien qu'il n'avait pas spécialement suivi la raison de leur refus.

«Tant pis.» ils commencèrent donc à s'éloigner, Lucina avait visiblement trouvé les gardes grossières, l'alchimiste se contenta de sourire d'un air amusé tout en se dirigeant vers un stand de fruits. Ceux de Guadosalam ont bonne réputation. En revanche, pour ce qui était du mystérieux invité de Leblanc..

«Aucune idée. Je ne connais que Leblanc comme chasseuse de sphères. Quoi qu'il paraît que Lady Yuna s'y est mise aussi, c'est peut être elle?» il ne s'intéressait pas du tout à ce genre d'activité faut dire... enfin peu importe, il s'approcha du stand et prit une mangue, empruntant un couteau à la vendeuse pour la découper afin de la manger tout de suite. Il en tendit un morceau à Lucina tout en répondant à sa question

«Je ne sais pas trop ce que tu appelles politique. Nous n'avons pas vraiment de roi ou de chef, il y a différents groupes qui ont effectivement leurs leaders, comme Neo Yevon qui a Baralai, ou la Ligue des Jeunes qui a Nooj à sa tête.. sans oublier Gippel qui chapeaute les al-bhed... mais après, je ne suis pas sur qu'ils soient considérés vraiment comme des grands chefs, les gens les suivent parce qu'ils en ont envie... quoi que pas sur pour Neo Yevon, l'église c'est quand même assez particulier.»

Il mordit dans un morceau de mangue tout en continuant de se balader simplement dans la ville...
«Mais... quand tu parles d'un royaume, tu veux dire comme dans les histoires pour les enfants? Avec des princesses, des chevaliers tout ça? Des châteaux forts, une salle du trône, ce genre de choses?» oh bon sang! Encore un truc qu'il fallait absolument qu'il voit! Rencontrer un vrai roi? autant une princesse il s'en foutait un peu, mais un roi! des chevaliers aussi ce serait incroyables! Avec des armures comme celle qu'Alphonse avait portée pendant des années? Les yeux de l'alchimiste s'étaient forcément mis à briller, il était à nouveau totalement fasciné par le monde de Lucina, et plus que jamais il voulait s'y rendre! Même s'il n'avait pas beaucoup pu la renseigner de son côté sur le fonctionnement "politique" de Spira... c'était une démocratie en fait, le peuple gouverne, mais quand on ne s'y connaît pas, on ne s'y connaît pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Ven 3 Avr - 22:32

Bon, interdiction d’entrer dans le manoir de Leblanc car elle attendait un invité spécial, mais de toute évidence, Edward lui-même ne savait pas de qui il pouvait bien s’agir. Il supposait que c’était Yuna, un nom qui était devenu familier pour Lucina même si elle ne se rappelait déjà plus à quel sujet ils en avaient parlé. Il lui fallut plusieurs longues secondes de réflexion pour se rappeler que c’était la femme qui avait vaincu Sin et fait disparaître les Chimères de ce monde.
En tout cas de parler de personnalités importantes, ca rappelait à la demoiselle que concrètement, elle ne savait pas comment Spira était dirigée. Lucina piqua un morceau de la mangue de son camarade tandis qu’il lui expliquait qu’il n’y avait ni roi ni reine ici, mais il mentionnait trois factions dirigées par des personnalités différents. Toutefois, il n’étala pas davantage ses propos, quelque chose semblait l’avoir frappé dans ce qu’avait dit Lucina. Les histoires pour enfants ?

« Euh … Oui, c’est cela. »

Attention, elle avait perdu Edward là. Youhou, il y a quelqu’un ? Elle tourna la tête vers lui et se pencha pour pouvoir regarder ses yeux … oui, définitivement il était ailleurs. Complètement fasciné à l’idée de voir ca de ses propres yeux. La jeune femme agita sa main devant lui et se mit à sourire doucement.

« A voir ta réaction, j’imagine que vous n’avez aucun endroit similaire sur Spira. J’ai déjà vu le château d’Alexandrie et celui de Lindblum mais le plus impressionnant des deux à mes yeux, ca reste celui de Lindblum. »

Ils continuèrent de se promener, même si leurs pas les ramenaient petit à petit jusqu’à l’auberge, l’air de rien, le temps continuait de défiler. Lucina n’avait pas fini de lui parler de Lindblum et une fois dans la chambre – ils étaient toujours seuls – elle le laissa s’installer mais elle, elle restait debout.

« Comment te décrire cela … Le château est vraiment … gigantesque ! » Elle avait écarté les bras d’un air théâtral, mais cherchait surtout un élément de comparaison pour lui donner une idée. « Bevelle est vraiment une cité immense, je dirai que le château de Lindblum est un peu plus petit quand même, et le château est la ville à lui seul. Il est au sommet d’une montagne, et s’élève dans le ciel, les enceintes sont solides et gargantuesques. La ville même est à l’intérieur des fortifications ! Elle est divisée en plusieurs grands quartiers, tous aussi animés les uns que les autres, les gens s’entendent très bien. Oh et puis on peut entrer dans la demeure du roi Cid, même si on ne peut pénétrer dans la salle du trône sans son autorisation ou une demande d’audience. Mais on peut toujours accéder au hangar pour les aéronefs ! On doit en apercevoir une centaine en une journée qui y font halte !

Elle essayait de décrire du mieux qu’elle le pouvait, et partageait presque l’excitation d’Edward en dépit des sombres souvenirs qu’elle gardait de cet endroit. Finalement, elle-même avait hâte de l’emmener voir cela de ses propres yeux, une image en dit parfois beaucoup plus long que tous les mots de l’univers. Souriant doucement, l’oiselle venait s’asseoir près de son camarade en se rappelant de la ville lorsqu’elle y avait séjourné.

« Ta fascination pour Héra est maladive il faut croire, j’ai presque envie de rentrer tout de suite pour te le montrer. C’est à Lindblum qu’il y a eu la tragédie avec Atomos … comme je te l’ai dit … Mais après cet événement … Je crois que j’ai été impressionnée et touchée par la force et la solidarité des habitants, j’ai été ruinée d’être devenue orpheline mais je crois qu’ils m’ont transmis une partie de leur force et de leur volonté … Ca m’a empêchée de suivre le mouvement de mes parents, je suppose. »

C’est vrai, après tout, après un tel choc émotionnel et la douleur des pertes, Lucina aurait très bien pu baisser les bras et se laisser mourir de chagrin. Si elle souriait toujours, elle fixait désormais le sol avec une nostalgie bien marquée. Après, elle se sentait plus proche de Lindblum que d’Alexandrie probablement à cause de Branet, qui était justement la cause de la tragédie avec Atomos.

« Si tu avais pu voir ca … La ville a essuyé le pire des assauts de son histoire au cours d’une seule nuit, et pourtant … Le lendemain matin, les habitants étaient déjà debout, cessant de pleurer leurs défunts et leurs proches. Ils avaient déjà tous des outils à la main et reconstruisaient déjà leurs maisons et même celles des autres … Et je ne suis même pas sûre que ce soit le roi Cid qui ait ordonné un tel mouvement ! C’est … assez impressionnant, de constater une telle solidarité. Si je prends Tréno, les nobles ne savent tendre la main que lorsqu’il s’agit de ramasser un gil tombé sur le sol, ne regardent pas plus loin que le bout de leur nez et se croient au-dessus de tout le monde alors qu’ils n’ont au contraire rien vu du monde. Bref, tout ca pour dire que les habitants de Lindblum sont exceptionnels. Tu verras, ils sont très accueillants.  »

Oui bon, pour Tréno, c’était un point négatif d’Héra, mais tout ne pouvait pas être rose après tout. Chaque monde avait ses mauvaises facettes, c’était ce que la jeune femme se disait. Spira aussi devait bien avoir ses inconvénients après tout. M’enfin. Elle tourna la tête et baissa les yeux vers Edward.

« Je parle beaucoup, désolée. »

La jeune femme avait juste souhaité lui décrire Lindblum du mieux qu’elle le pouvait, mais elle avait l’impression de s’être un peu égarée sur la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Sam 4 Avr - 12:02

Mais quel endroit vraiment magique! Inutile de dire que jusqu'à présent, il n'y avait rien qui ne donnait pas envie d'aller sur Héra pour Edward! Certes, il y avait cette histoire de chimères qui pouvaient détruire toute une ville, mais après avoir passé sa vie à craindre une calamité telle que Sin, il n'y avait pas grand chose pour effrayer l'alchimiste! Les yeux brillants alors qu'ils retournaient tranquillement à l'auberge, il écoutait avec une attention digne d'un enfant les explications de Lucina!

Il essayait d'imaginer les villes qu'elle décrivait, Lindblum, ce château immense capable d'abriter toute une ville, il se faisait surement une image différente de la réalité, déjà il imaginait les pierres grises comme celles de la Plaine Foudroyée, ça donnait une allure plus sinistre que les pierres beiges de la réalité, et puis il imaginait des tourelles partout aussi, avec des pointes où des drapeaux aux armoiries de la ville flottaient - finalement il se rapprochait peut être plus du château d'Alexandrie que de celui de Lindblum sans le savoir! Et la salle du trône... il imaginait ces grands tapis de velours rouge un peu partout, là au moins il voyait juste!

Ils étaient de retour à l'auberge, Edward ayant acheté d'autres fruits un peu plus tôt, prit son temps pour en découper plusieurs afin que Lucina les goûte aussi... mangue, prunes, pêches, et autres merveilles que la forêt pouvait donner au-dessus de la ville. Il s'installa sur son lit après avoir matérialisé un saladier à partir d'une chaise - oui oui - et écoutait encore les explications de Lucina par rapport à l'attaque d'Atomos. Le regard de l'alchimiste se barda d'un sourire à la fois triste et doux

«Ça me fait penser à Kilika... c'est une ville portuaire, alors Sin l'attaquait souvent. Et à chaque fois, et bien les habitants s'entraidaient pour pouvoir rebâtir les maisons... je suppose que c'est dans la difficulté que les Hommes montrent le meilleur d'eux-mêmes.» il tendit un morceau de pêche à la jeune femme avant d'en prendre un morceau pour lui «en tout cas, plus tu me parles d'Héra, et plus j'ai envie d'y aller. J'aurais aimé que mon monde te fascine autant que le tien me donne envie!» il rougit légèrement, il faut dire qu'après cette journée, il n'était pas trop sur de l'image de Spira aux yeux de la jeune femme. Entre l'autre abruti qui avait eu des vues sur elle, et le passage vers l'Au-Delà...

Et puis, la technologie semblait l'intriguer, mais l'effrayer aussi alors il ne savait pas trop au final si elle appréciait le séjour ou non. Il savait seulement que la Forêt de Macalania valait le détour, et il espérait sincèrement que la vue du Sélénos lui arracherait ces mêmes étoiles dans les yeux qu'il pouvait avoir à l'évocation des histoires d'Héra.
Ils avaient fini les fruits tout en continuant de discuter, au final, ils ne risquaient pas d'avoir très faim pour le souper, mais peu importe. Edward avait essayé de raconter certaines histoires de Spira en essayant d'éviter des passages avec des invokeurs - ce qui se révélait difficile en fait - aussi il avait principalement parlé de quelques matchs de blitzball, ou encore du conflit entre les ronsos et les guados à l'époque où Seymour avait déclaré la guerre.

Il ne pouvait même pas vraiment parler de personnalités importantes de Spira comme Lucina l'avait fait, car de même, la plupart du temps, il s'agissait d'invokeurs, aussi il se retrouvait embarrassé à l'idée de ne rien pouvoir raconter d'intéressant à la jeune femme. Heureusement à force, il commençait à se faire tard, si bien qu'ils purent avaler une simple petite soupe avant d'aller se coucher. Il avait tout de même insisté pour examiner les côtes de Lucina avant qu'elle ne se couche, remettant de la potion dessus et refaisant son bandage proprement, puis il se glissa dans les draps de son lit en souriant

«Allez, demain on va vers le Sélénos! J'espère que ça te plaira! En plus, tu pourras voir des shoopufs, ce sont de drôles d'animaux et j'espère qu'il n'y en a pas sur Héra, ça te fera la surprise!» ou alors au contraire, la surprise serait qu'ils en aient justement et que ça fasse un point commun. En tout cas, la journée se terminait mieux qu'elle ne s'était déroulée au départ finalement, et c'était toujours ça de pris!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin Enflammée
avatar

Messages : 2176
Age : 22

MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Sam 4 Avr - 12:59

Paiement de la chambre > - 200 gils [Edward]

Restauration à 100%HP&MP. Fiches Modifiées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Sam 4 Avr - 13:48

Parler à nouveau de leurs mondes respectifs semblait être un bon moyen de se vider la tête après les mauvais événements de la journée. Si tant est qu’ils ne parlaient des points fâcheux. Lucina parlait beaucoup de Lindblum, si on oubliait Atomos et la perte de ses parents, ce royaume lui avait beaucoup apporté, elle devait le reconnaître. Edward avait comparé la solidarité de Lindblum à celle de Kilika lorsque Sin venait attaquer, et visiblement, ca arrivait souvent mais chaque fois, les habitants se relevaient. Incroyable. Enfin bon, oui, c’était sûr qu’Edward avait vraiment envie de voir tout ca de ses propres yeux, mais lorsqu’il renvoya le sujet à Lucina pour Spira, elle sourit doucement avec une petite gêne.

« J’ai du mal à me montrer expressive pour cela surtout, je suis désolée si je donne une mauvaise impression sur le sujet. Bon, il est certain que si on prend la journée d’aujourd’hui, ce n’est pas le meilleur exemple avec tout ce qu’il m’est arrivé mais quoi ? Je suppose que c’est partout pareil, il y a de bonnes et de mauvaises choses sur tous les mondes, je doute qu’un monde parfait existe. Mais bon. Je reste impressionnée par ce que j’ai vu pour le moment et je suis sûre que je vais avoir de nouvelles surprises d’ici à ce qu’on arrive à Kilika ! »

Bevelle aussi l’impressionnait mais c’est sûr qu’elle avait surtout été à la fois intriguée et effrayée par les différences technologiques. Elle risquait d’avoir de sacrées surprises encore en arrivant à Luca, le tout était surtout de s’y habituer après tout.
Quoiqu’il en soit, ils continuaient de manger les fruits tout en continuant de discuter de Spira et d’Héra. Lucina apprenait alors qui était Seymour, un nom qu’Edward avait déjà prononcé peu avant qu’ils se rendent à son manoir mais il n’avait pas expliqué de qui il s’agissait ! De même, l’Al Bhed au comptoir de la Plaine Foudroyée l’avait mentionné aussi en parlant des cheveux de la demoiselle, mais sans s’étaler davantage sur le sujet. C’était un homme influent sur Spira, autrefois … En tout cas, Spira avait essuyé des conflits aussi visiblement.
Héra aussi avait eu quelques conflits par le passé même si ceux dont elle se souvenait étaient forcément ceux de la conquête de Branet. Elle avouait avoir du mal à vouloir se rendre à Alexandrie non seulement à cause des mauvais souvenirs qu’elle gardait de l’ancienne reine, mais aussi parce que lors de l’attaque de Bahamut … les survivants ont raconté que c’était une Chimère GI-GAN-TES-QUE aux ailes d’anges qui avait protégé la cité et chasser la menace. Une Chimère avec une apparence si mécanique qu’on avait l’impression que c’était le château qui était vivant ! Bon ce n’était pas vrai, c’était une Chimère encore plus énorme que le château. Rien que pour ca, elle avait du mal à avoir l’envie de découvrir la « nouvelle » Alexandrie et ainsi, elle ne savait pas ce que le royaume était devenu depuis que Grenat était sur le trône. Mais si Edward tenait à voir cet endroit, elle ferait l’effort de l’y emmener. En dépit des mauvais souvenirs de la jeune femme, elle devait quand même admettre qu’Alexandrie valait le coup d’œil … même si elle ne valait pas Lindblum !

Finalement que ce soit pour Spira ou pour Héra, la jeune femme se rendait compte qu’il était quand même difficile de parler de ces deux mondes sans mentionner au moins une fois les Chimères et/ou les Invokeurs. Bref, de toute façon, il commençait à se faire tard, et après une simple petite soupe en guise de dîner, il était temps d’aller dormir … Sauf qu’Edward voulait encore jouer au docteur au grand dam de Lucina ! Mais bon, c’était pour son bien. La jeune femme allait se glisser sous les draps, ayant malgré cette journée le cœur plus léger et avant de s’endormir, Edward lui faisait part de son enthousiasme à l’idée de lui montrer le Sélénos et ses shoopufs. L’oiselle s’était retournée dans son lit pour pouvoir regarder son camarade dans le lit d’en face.

« Ca en sera une dans ce cas, je n’ai pas la moindre idée de ce que c’est. Bonne nuit. »

Donc inutile de lui dire ce que c’était, elle le découvrirait demain ! Allez, sur ces mots, elle ramena les draps complètement sur elle et s’enfonça la tête dans l’oreiller pour dormir … mais finalement, elle mit beaucoup – vraiment beaucoup – de temps à tomber dans les bras de Morphée. Elle pouvait presque compter les heures dans sa tête et se sentait se décourager au fil du temps à l’idée de passer une nuit blanche. Mais non, au bout d’un moment, elle s’était endormie sans s’en rendre compte – qui se rend compte de quand il s’endort de toute manière ? Mais ca allait rendre le réveil encore plus difficile.
D’autant plus que ce n’était pas Edward qui allait la réveiller, mais quelqu’un qui frappait à la porte ! Elle ouvrit les yeux en grommelant un peu – trop fatiguée – et encore plus en constatant que ca ne réveillait même pas son camarade !! Groumph. C’est elle qui allait devoir s’y coller. Elle se leva pour aller ouvrir la porte, c’était le Guado qui tenait l’auberge qui apportait le petit-déjeuner.

« Je me suis permis aussi de laver et raccommoder vos vêtements, je vous les apporte tout de suite. »

Oh, Lucina alla poser le plateau sur la table le temps que le Guado fasse l’aller et le retour pour donner les vêtements d’Edward et elle-même, propres, frais et bien pliés ! La jeune femme le remercia chaleureusement avant de fermer la porte et poser ca sur son lit. Bon, qui avait-il pour le petit-déjeuner ? Du pain, du beurre, quelques fruits … Du thé, du café, jus d’orange, du lait … Et bien, ils en offraient beaucoup pour deux personnes seulement ! Lucina allait réveiller l’alchimiste, cherchant à le secouer mais bon, celui-là quand il pionce, il pionce ! Ah quoique ? Il ouvre un œil là ? Mais allez, debout !!

« Hum. PETITE marmotte, si tu ne te lèves pas, je te fais boire de force le verre de lait sur la table. DEBOUT ! »

Deux mots tabous dans la même phrase, elle préférait déguerpir avant de se prendre un oreiller dans la tronche !
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Dim 5 Avr - 14:03

Bon ben au moins, Lucina aurait une jolie surprise le lendemain matin! Quant à Edward par contre, elle serait bien mauvaise...

D'abord, une bonne nuit. Certes, quelque peu hanté de certains cauchemars, comme chaque fois qu'il revoyait sa mère. Il ne pouvait s'empêcher de rêver à nouveau de cette fameuse nuit où son frère et lui avaient tenté de la transmuter, et du monstre ignoble qui en avait résulté. Puis il revoyait aussi son père, à genoux devant la tombe de leur mère, les yeux clos... mort. Il avait réussi à se traîner jusque là avant de mourir après avoir sacrifié l'intégralité de sa pierre philosophale pour sauver Alphonse. Même s'il n'avait jamais pardonné à son père d'être parti, il lui en voulait presque plus encore d'être mort en héros.

Il s'était donc un peu agité, mais comme à son habitude, le lendemain matin, il était à découvert - le draps avait volé au pied du lit - sur le dos, une main sur son ventre qui relevait légèrement son t-shirt. Contrairement à Lucina, il ne bavait pas, mais lorsqu'elle s'approcha, il grommela d'abord en tournant seulement la tête, jusqu'à ce qu'elle prononce les mots tabous, et là l'alchimiste ouvrit grand les yeux et se leva tellement vite que même si elle avait tenté de filer rapidement, il avait réussi à lui percuter violemment le front! Poussant un cri de douleur, il ramena ses deux mains sur la bosse qui naissait déjà sur le haut de son crâne - et inutile de dire que malgré sa petite taille, il avait la tête dure! - tout en retenant les larmes qui perlaient déjà au coin de ses yeux.


«Aïe aïe aïe aïe aïe! Non mais ça va pas la tête????» frottant doucement son front, il se risqua à ouvrir un œil quand même! Non mais vraiment, quelle idée de le réveiller de la sorte! Enfin, il rougit quand même légèrement, tout en gardant une main sur le haut de son front qui devait être bien rouge

«Ça va quand même? Je ne t'ai pas fait trop mal?» elle allait devoir s'habituer à ses réactions explosives si elle tenait à plaisanter sur des sujets pareils! Grommelant encore, il se frottait le crâne avant de faire passer ses jambes sur le côté du lit pour se lever.. «groumph.. non mais vraiment...» il essayait quand même de garder un poil de fierté, pas évident dans ce genre de situation, aussi il préférait filer dans la salle de bain pour s'habiller. Visiblement, il leur avait fait perdre bien assez de temps, donc autant qu'il se dépêche de se préparer, de manger pour qu'ils puissent filer vers le Sélénos. Il remarqua ses vêtements propres et réparés, se souvenant que les guados avaient tout de même une grande hospitalité et eut un léger sourire en prenant son manteau rouge qui sentait bon le miel.

Il sortit de la salle de bain habillé de la même manière que d'habitude, la petite bosse sur son crâne était encore rouge, mais en ramenant ses cheveux dessus, elle ne se voyait presque pas, pour ça qu'il avait les cheveux lâchés surement!
Il s'installa à la table du petit déjeuner, n'osant rien dire après un tel incident. Certes, ils auraient pu en rire mais il avait un peu peur de lui avoir fait mal quand même.
Il prit donc du thé et commençait à se faire une tartine de beurre, la mangeant petit bout par petit bout avant de risquer un coup d'œil vers Lucina, cherchant un moyen de lancer la conversation

«Hum euh... ça va sinon? Bien dormi?» à défaut de s'être bien réveillée quoi... quoi qu'elle encore n'avait pas eu un réveil brutal!

«Euh.. on finit de manger et on y va? Marcher le long du Sélénos nous fera digérer comme ça...» bon, il en était presque à espérer que des monstres leur tomberont dessus pour oublier ce petit épisode. Ah, il faudrait qu'il regarde l'état des côtes de Lucina avant de partir, zut.. inconsciemment, il avait baissé les yeux vers son buste - ce qui semblait faire croire qu'il regardait sa poitrine mais bon, il n'y pouvait rien

«Il faudrait.. tu veux que je regarde tes côtes avant qu'on parte ou ça ira?» il aurait préféré regarder, car il y a des cujos sur la route, et ce ne sont pas des tendres ceux-là!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   Dim 5 Avr - 18:26

Attention, réveil brutal dans cinq, quatre, trois, deux, un … AOUCH ! Vous savez, quand vous cherchez à faire une blague à quelqu’un, bien préparée, bien méditée – ou pas du tout en fait dans ce cas présent – et … tout à coup … ELLE SE RETOURNE CONTRE VOUS ?? C’est exactement ce qui venait de se produire. Lucina avait lancé une grosse pique à son camarade en le réveillant, mais à peine avait-elle voulu fuir le danger qu’il était déjà trop tard ! Edward s’était redressé si vite et avec une telle violence qu’ils se percutèrent tous les deux le front !!

« Aïe aïe aïe … »

C’est qu’il avait la tête dure pour son gabarit celui-là ! Lucina avait très vite ramené ses mains sur son front en gardant un œil fermé à cause de la douleur. Et bah dès. Elle qui était encore un peu dans le gaz aussi à cause de sa mauvaise nuit, ca avait eu un meilleur effet que la douche froide pour la réveiller ! « Non mais ca va pas la tête » qu’il lui sortait en plus …

« Non justement ca ne va pas ma tête !! »

Groumph, alors là elle était frustrée du résultat ! Flûte ! Elle lâcha prise d’une main son front mais se le massa doucement de l’autre, heureusement qu’elle avait sa frange devant … Finalement, Edward lui demanda s’il ne lui avait pas fait trop de mal.

« Je crois que ca a suffisamment secoué pour me remettre les idées en place … »

Bon ben voilà qu’il s’était éclipsé à la salle de bain en râlant. Lucina se mit alors à rougir devant sa bêtise. Elle n’aurait pas dû le faire finalement … Plaisanter sur des choses qu’il n’aimait pas, même si ca ne partait pas d’une mauvaise intention. Aussi dans un soupir, elle se leva à son tour pour aller déjà se servir le petit-déjeuner. Elle prenait du jus de fruits pour sa part et se préparait déjà quelques tartines en plus d’éplucher quelques oranges. Elle n’était pas douée pour éplucher correctement les fruits mais retirer la peau des oranges, c’était tout de même plus facile qu’une pomme par exemple ! Car là elle découpe carrément la moitié de la pomme avec l’épluchure … Bref. Lorsque l’alchimiste revint, elle restait silencieuse et n’osait même pas lever les yeux dans sa direction. Elle s’en voulait un peu, elle avait voulu que la matinée commence bien, c’était plutôt râpé … Lui-même semblait avoir du mal à lancer la conversation, mais il se risqua à demander tout de même si elle avait passé une bonne nuit. Ce à quoi elle soupira longuement.

« Pas vraiment. J’ai passé plus de temps à compter les heures qu’à dormir pour être honnête. »

De quoi rajouter une mauvaise couche à cette matinée en apprenant que la nuit avait été assez mauvaise de son côté. Bref, elle commença à manger l’une de ses tartines, n’approuvant que d’un signe de tête le programme. Le petit-déjeuner, puis le départ au Sélénos. Ah oui, ca lui rappelait qu’elle n’était même pas habillée, ce serait peut-être bien qu’elle mette une tenue appropriée pour le voyage … Elle se dépêcha d’enfourner sa tartine et but cul sec son verre pour tout faire passer, n’ayant pas remarqué par conséquent où le regard de son camarade était dirigé. Elle ne le vit que lorsqu’elle baissa les yeux mais ne le prit pas à confusion lorsqu’il fit comprendre que c’était l’état de ses côtes qui l’intéressait. … Encore !??? Elle détourna les yeux avec un air agacé.

« Ca ira. »

Il lui avait déjà fait une bosse de bon matin, ca suffisait amplement ! M’enfin. Elle se leva pour rassembler ses affaires et se préparer à aller dans la salle de bain, mais elle s’arrêta à côté d’Edward en passant. Et elle se risqua à baisser les yeux à son niveau.

« Euh … Edward, je suis désolée … pour le réveil. Ca ne partait pas d’une mauvaise intention … » Elle rougit légèrement telle une enfant gênée de sa bêtise. « J-Je ne le ferai plus, c’est juré. »

Sur ces mots, elle quitta la pièce pour s’enfermer dans celle d’à côté, le temps de se débarbouiller et surtout de regarder l’état de son front. Aïe … C’était encore bien rouge. Pour sûr qu’elle ne risquait plus de recommencer après cela. Si ca devait se répéter tous les matins, ce n’était plus une petite bosse qui allait apparaître mais celle d’un dromadaire ! Bon, elle tâcherait de bien garder sa frange devant en attendant que ca disparaisse. Elle se changea alors, reprenant sa tenue de voyage habituelle. Elle ignorait avec quoi les Guados nettoyaient les vêtements, mais ils étaient bien frais, on s’y sentait tout de suite à l’aise … Bref, elle avait aussi regardé ses côtes en passant mais les hématomes ne devenaient que de mauvais souvenirs. Et elle n’avait plus vraiment mal, c’est que la potion avait fait son effet et que le bandage avait suffisamment bien fait pour permettre une guérison rapide aussi.

En revanche, elle eut un tout autre problème lorsqu’elle fut en train de brosser ses cheveux. N’oublions pas que les structures de la ville et des maisons étaient celles d’un arbre, et dans un arbre … on trouve de tout niveau organismes. Un insecte gigantesque pointait le bout de son nez ! Enfin gigantesque du point de vue de Lucina, c’était comme un cafard, mais … il était plus gros que sa main quoi !! Alors quand la chose lui vola autour, elle hurla !

« GNIIIIIIIIIIIIIII !! Qu’est-ce que c’est que cette chose ??? C’est ENORME !! »

Comment le courage d’une demoiselle qui ne fuit d’ordinaire jamais le combat s’évapore en l’espace d’une seconde ? Mystère mais … Argh non, cette chose était trop ENORME pour qu’elle l’approche ! Elle chercha à fuir la salle de bain pour enfermer la bête dedans mais à la place, celle-ci s’enfuit aussi lorsque la porte s’ouvrit. Non mais ca vole vraiment ce machin !! Et en plus c’était attiré par le sucre car elle se dirigeait sur la table … Allez courage Lucina !!! C’est qu’un insecte ! T’as tué des guêpes à Macalania ! Dans la panique, elle attrapa le couteau – à beurre en plus – d’Edward et planta l’insecte sur la table avec une telle violence qu’elle aurait pu la casser. Voilà la bête immobilisée dessus … KO. Un point pour Lucina. La jeune femme souffla alors un bon coup et se calma.

« Fiouuuuuu … Quel insecte immonde ! » Elle leva les yeux vers Edward, ayant complètement oublié cette histoire de coup de tête de tout à l’heure. « Je t’interdis de te moquer de moi, cette chose a essayé de poser ses pattes poilues sur moi ! Et euh … » Oups, c’est seulement maintenant qu’elle remarquait qu’elle l’avait écrabouillé en plein milieu de la table. « … Et j’espère que tu ne déjeunais pas encore … »

Car là, c’était fini le petit-déjeuner si vous voulez mon avis. Lucina aurait bien voulu retirer ce gros insecte de la table mais hum … Non, elle ne voulait pas le toucher ! Hors de question ! Qu’ils quittent les lieux, et vite !!!
Direction : Le Sélénos
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les profondeurs de la terre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les profondeurs de la terre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» 7.0 earthquake hits Haiti / Puissant tremblement de terre en

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Spira :: Guadosalam-
Sauter vers: