Accueil

Partagez | 
 

 Retour à la maison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à la maison   Dim 15 Mar - 0:03

Il n’y avait rien de gênant à aimer lire selon Lucina, elle n’avait pas bien saisi la gêne d’Edward pour le coup. Que ce soit un passe-temps ou un moyen d’étudier, il n’y avait pas à en avoir honte. Sur Héra, la lecture était l’une des activités favorites de la population après les jeux de cartes et surtout le théâtre. Bref, elle ne s’étendait pas là-dessus, parlant de Daguéréo avant de demander des livres sur les Chimères de Spira. Ses cheveux avaient manqué de se hérisser sur sa tête en entendant le nom de Bahamut, mais aucune des images qu’elle voyait sur les livres ne correspondaient à la description qu’on lui avait faite de Bahamut. Un imposant dragon avec de grandes cornes et des ailes aussi majestueuses que démoniaques. Lucina n’avait pas trouvé une Chimère y ressemblant. Valefore avait des ailes de démon un peu, mais n’avait pas de cornes. Et il y avait bien une Chimère qui ressemblait à un dragon – bah Bahamut quoi – mais ses ailes colorées ressemblaient davantage à celle d’un ange que d’un démon. En plus il avait une sorte d’auréole au-dessus de la tête.

Donc bref, Lucina ne le reconnaissait pas. Autre point, elle ne trouvait pas Atomos. Aussi elle interrogea son camarade sur les Invokeurs. Son sourire avait disparu pour laisser place à une mine bien plus sombre, et il en était de même pour Edward. Il avait mentionné Sin oui mais il n’avait jamais parlé du pèlerinage des Invokeurs et ce qu’ils devenaient … Mais Lucina comprenait que sur Spira, les gens qui possédaient ce don si immense étaient condamnés à se sacrifier. C’était presque cruel … Mais justement, ils auraient pu se rebeller pour ne plus avoir à mourir et ils auraient pu faire de sacrés dégâts ? Enfin, elle avait beaucoup à apprendre de l’histoire de Spira encore. En revanche, Edward fit ses déductions tout seul lorsqu’il s’agit de retourner la question à Lucina au sujet des Invokeurs de Héra. La belle s’était figée, le regard sombre, fixant un point sur la table alors qu’en réalité dans ses yeux, de bien cruelles images défilaient. Et dans sa tête ? Elle entendait encore les cris des victimes d’Atomos. Aussi lorsque l’alchimiste posa sa main sur son épaule, elle sursauta légèrement avant de lever la tête dans sa direction. En parler …

« Je peux vous en parler, mais dehors … »

L’inconvénient des bibliothèques, c’est qu’elles étaient très calmes en général et bon, Lucina n’avait pas envie de raconter ce qu’elle avait vécu aux personnes qui étaient présentes. Il n’y en avait pas des tonnes non plus mais tout de même. Baissant à nouveau les yeux, elle semblait regarder le livre sans pour autant en donner un certain intérêt. Elle se perdait à nouveau dans ses pensées jusqu’à ce qu’Edward lui donne le signal de retourner chercher leurs affaires.

« Non ca ira, allons-y. Sauf si vous avez des choses à emprunter ici. »

S’il était si mordu de lecture, la demoiselle se demandait s’il n’avait pas déjà lu l’intégralité de la bibliothèque, en fait … Mais bon, ils quittèrent les lieux pour reprendre le chemin en sens inverse. C’était calme, et peu de monde passait dans les ruelles qu’ils devaient emprunter.

« Vous avez parlé d’un Bahamut et pourtant je ne l’ai reconnu sur aucune image. Du moins, je ne l’ai jamais vu sur Héra mais j’ai entendu sa description, aucune ne s’en rapprochait … En revanche, oui. Oui, j’ai vu une Chimère de mes propres yeux mais elle n’était dans aucun des livres … Atomos … »

Si elle continuait de marcher et ne s’arrêtait pas, Lucina ralentit le pas tout de même. Ce n’était pas une chose simple à aborder pour elle, mais elle se savait capable d’en parler. En revanche à l’époque, il était impossible pour elle de ne serait-ce mentionner ce qu’elle allait dire car elle s’effondrait tout de suite.

« L’ancienne reine du royaume d’Alexandrie s’est lancée dans une grande conquête il y a près de deux ans maintenant. J’ignore comment, mais elle avait le don d’invocation et a terrassé ses adversaires avec une facilité déconcertante. Elle a détruit un royaume entier et presque éteint une race d’Héra … » Elle parlait de Bloumécia et Clayra, dont les survivants avaient été que trop peu nombreux. « Lorsqu’elle a constaté l’étendue de son pouvoir, elle s’est tournée vers le royaume de Lindblum, j’y étais, lorsqu’elle a attaqué … avec Père, avec Mère … mon oncle, ma tante. Elle a invoqué Atomos. La vision de cette abomination à la bouche béante me traumatise aujourd’hui encore. Il était gigantesque et monstrueux. Son attaque ? Dévastatrice. J’ai eu la chance de pouvoir me réfugier dans les sous-sols de la ville, mais beaucoup n’en ont pas eu l’occasion, ma famille y compris. Atomos a tout aspiré dans sa gueule avant de disparaître … Des pierres, des murs, même des maisons. Mais aussi des soldats, des innocents, des femmes, des enfants … J’entends encore leurs cris dans ma tête … »

Soupirant longuement, la jeune femme avait baissé les yeux. Depuis le temps, elle aurait dû faire son deuil, et si le pire était passé, il n’était toujours pas facile pour elle de faire comprendre qu’elle était devenue orpheline et dernière de sa lignée suite à cette tragédie. Elle qui n’avait connu l’amour auprès de personne, elle n’avait pu se réconforter dans les bras de quelqu’un. Elle qui n’avait que pour amis sa propre famille, elle s’était retrouvée seule et abandonnée du jour au lendemain sans s’y attendre. Et aujourd’hui encore, il lui arrivait de se sentir cruellement seule. Donc oui, même si avec le temps, la blessure s’était refermée suffisamment pour qu’elle se sente capable de raconter cette histoire, la cicatrice n’en semblait pas moins fraîche.
Puis, son regard devint plus dur et plus sévère alors qu’elle relevait les yeux pour regarder droit devant elle, mais elle s’était arrêtée de marcher cette fois. Serrant les poings, elle reprenait :

« Je maudirai jusqu’à la fin de mes jours toutes les personnes qui ont le don d’invocation. Ce n’est pas plus mal que vos Chimères aient disparu et que personne jusqu’alors les utilisait à mal. Vous comprenez maintenant ? Ces créatures sont sources de pouvoir et obéissent à la volonté de la personne qui les appelle, qu’importe si leurs intentions soient bonnes ou mauvaises. Des tas d’innocents peuvent mourir car ils ne peuvent rien faire face à de telles terreurs sorties droit des enfers. J’ignore quel dieu a eu l’idée de leur donner naissance, mais ce fut une erreur. »

Donnez une arme à un être humain, et au lieu de s’en servir à bon escient, il vous mettra à feu et à sang tout un continent, voire plus. Ce n’était pas plus mal d’un côté qu’il ne reste plus que deux Invokeurs en vie sur Héra, mais tout de même, aux yeux de Lucina, deux, c’était déjà de trop. Même un, c’était trop. Et si Grenat ou Eiko finissait par basculer du mauvais côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Retour à la maison   Dim 15 Mar - 13:37

Finalement, Lucina ne connaissait pas suffisamment les chimères de son monde pour savoir s'il y avait d'autres similitudes entre Héra et Spira. En soit, elle avait bien entendu parler d'un Bahamut, mais en dehors du nom, ils ne semblaient pas se ressembler aussi, il était difficile de savoir si c'était un point commun ou non entre leurs mondes. Mais de toute évidence, elle gardait une certaine rancœur vis à vis des chimères, et si Edward ne souhaitait pas empiéter sur sa vie privée, se contentant de la rassurer sur le fait qu'elle pouvait garder le silence à ce sujet, elle acceptait visiblement d'en parler, mais à l'extérieur.

Il n'avait pas de livres à emprunter pour le moment, il fallait déjà qu'il range un peu les siens chez lui avant d'en récupérer d'autres, aussi ils quittèrent la bibliothèque pour retourner à la laverie afin qu'il puisse mettre les vêtements dans le sèche linge. En chemin, elle lui racontait donc son histoire, il fallait reconnaître que c'était bien triste en soit, des chimères qui détruisent tout sur leur passage... au final, elles étaient comparables à Sin sur Spira... bien qu'il n'était pas une chimère à proprement parler. Enfin c'était trop compliqué pour l'alchimiste tout ça, mais il comprenait bien que si Lucina avait mentionné ses parents pour la première fois, ainsi que son oncle et sa tante, il se doutait bien que ce jour funeste fut le dernier où elle pu voir sa famille.

Edward n'était pas du genre affectueux, à prendre n'importe qui dans ses bras. Au contraire, il était même plutôt du genre maladroit dans ce genre de choses, mais il savait ce que ça faisait de perdre quelqu'un de cher... il posa une nouvelle fois sa main sur l'épaule de la jeune femme, ça donnait davantage l'impression qu'ils étaient "potes" un truc comme ça, mais il ne savait pas spécialement faire mieux.

«Je suis désolé pour ta famille... et je peux comprendre ta haine et ta rancœur à l'égard des chimères. J'ai... j'ai connu ça aussi.» lui en revanche, ce n'était pas à l'égard des chimères qu'il avait voué sa colère, mais envers son père. Il ne se sentait pas trop de lui parler de ça maintenant, mais peut être plus tard dans la soirée, après être rentré à l'appartement. Après tout, il ne pouvait pas parler de ses erreurs passées n'importe où. Trop peu de gens étaient au courant de la manière dont il avait perdu son bras et sa jambe, et il valait mieux que ce secret reste bien gardé.

Malgré tout, il voyait bien que Lucina avait été surprise de découvrir qu'il puisse comprendre ce qu'elle ressentait, aussi il consentit à parler au moins un peu, le début on va dire.

«Ma mère est morte quand j'étais enfant. Elle est morte de chagrin lorsque mon père l'a quittée. Depuis... je l'ai détesté de toutes mes forces, jusqu'à ce qu'il meurt à son tour en sauvant la vie de mon frère. Je ne sais pas encore si je lui ai vraiment pardonné, mais on va dire que... je le hais un peu moins.» c'était un peu résumé, mais dans l'ensemble c'était ça. Les mains dans les poches, il attendait maintenant que le linge finisse de sécher, puis il sortit les vêtements et les jeta en vrac dans son sac, sauf l'uniforme de Lucina qu'il plia un minimum en le mettant sur le dessus pour ne pas que ce soit trop froissé.

Puis ils remontèrent dans son appartement, et là il retira son manteau ainsi que la veste noire du dessous, se retrouvant en débardeur où elle pouvait donc voir que ce n'était pas que sa main qui étaient en métal, mais tout son bras...

«Tu parlais de mauvaises choses que les invokeurs pouvaient faire avec les chimères... à ma connaissance, ça n'est jamais arrivé car les chimères ont toujours eu leur propre conscience. Je pense qu'elles auraient été en mesure de refuser d'aider une mauvaise personne si elles avaient jugé leurs actes néfastes. En revanche... avec l'alchimie, il y a eu des gens pour faire de mauvaises choses... comme je te l'ai dit pour transformer le plomb en or, il y a des pratiques interdites en alchimie... mais il y en a une plus grave que toutes les autres: celle de ressusciter les morts.»

Il soupira et s'assit sur le canapé avant de soulever la jambe de son pantalon, dévoilant ainsi son automail
«Voilà le prix à payer quand on tente de ramener quelqu'un à la vie... j'ai perdu ma jambe dans la transmutation, et mon frère a perdu son corps entier. J'ai pu ramener son âme de l'autre côté en sacrifiant mon bras... il... il a vécu un véritable enfer par ma faute pendant des années, jusqu'à ce que mon père parvienne à lui rendre son corps.» il leva alors ses yeux d'or vers Lucina, il n'était pas sur qu'elle puisse comprendre, mais il essayait quand même

«Ce que j'essaie de te dire.. c'est qu'il y a toujours des gens qui peuvent faire de mauvaises choses, mais parfois... ils n'en avaient pas l'intention au départ. Je sais que les chimères ont détruit une partie de ta vie, mais au fond, ce n'est pas leur faute... et les invokeurs ne sont finalement que des humains. Les maudire te revient à maudire la terre entière...» car d'une certaine manière, est-ce qu'ils avaient seulement choisi d'être invokeurs? Pas sur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à la maison   Dim 15 Mar - 16:11

Jusque maintenant, Lucina avait parlé des bons côtés d’Héra. Maintenant, elle parlait des mauvais. Rien n’est parfait, et si elle s’était intéressée aux Chimères de Spira, c’était pour retenir à quoi elles ressemblaient pour le jour où elle y serait, éventuellement, confrontée. Mais ca avait été vain, puisqu’Edward n’avait dit que plus tard qu’elles n’existaient plus sur ce monde. La jeune femme avait parlé de la tragédie à Lindblum qui avait détruit sa famille, mais aussi bien d’autres ce jour-là. Sa colère envers les Chimères, et plus particulièrement envers ceux capables de les manipuler, était compréhensible, n’est-ce pas ? Edward tenta un léger soutien mais Lucina fut surtout surprise de constater qu’il « comprenait ». Elle n’avait pas compris sur le moment qu’il parlait du fait qu’il avait perdu des proches, lui aussi. Mais pour entendre son histoire, elle devait se montrer patiente.

Edward ne livra qu’une partie de l’histoire pour l’instant, expliquant qu’il avait perdu sa mère, morte de chagrin après le départ de son bien-aimé. La rancœur de son fils envers son paternel était tout à fait compréhensible dans un tel cas, mais Lucina apprit aussi que son père était décédé en sauvant le frère d’Edward. Ah, il avait un frère, quelle chance … Lucina était fille unique, donc vraiment, elle était seule au monde depuis la disparition de sa famille.

« Je suis désolée … »

Fut la seule chose qu’elle put dire pour le moment. Oh ce n’était pas fini pour autant, dès qu’ils furent de retour chez Edward, le jeune homme s’installa pour poursuivre. Même si avant cela, il s’était dévêtu un minimum pour bien montrer à sa camarade son bras. Elle n’avait pas vu que c’était l’intégralité de ce dernier qui était un automail, elle n’avait vu que sa main … Le visage de l’oiselle resta neutre sur le moment, mais ses yeux fixaient son bras et ce simple regard fut suffisant pour comprendre qu’elle s’interrogeait … Edward reprenait la conversation là où ils l’avaient laissé, mentionnant à nouveau les Chimères et leur conscience. Sur Spira, elles avaient une conscience ? Lucina n’en avait pas l’impression en ce qui concernait Héra.

En revanche, il mentionnait l’alchimie. Oh, Lucina se doutait qu’il n’y avait pas que les Chimères qui étaient mauvaises, elle était juste plus axée dessus car elle avait vécu le désastre d’une d’entre elles. Comme dit plus tôt, on peut donner n’importe quelle arme à un humain, il finit toujours par s’en servir de travers. Sauf qu’elle ne s’attendait pas à ce qu’Edward, lui, se soit un jour servi de l’alchimie pour faire une chose normalement interdite et tabou dans cette discipline : ramener un mort à la vie. Lorsqu’il dévoila sa jambe, aussi un automail, les pupilles de Lucina se contractèrent. Elle sentait d’ores et déjà que la suite n’allait pas lui plaire. Aussi elle s’installa à côté de lui sur le canapé pour écouter, malgré tout. Le sacrifice de son frère, de sa jambe à lui, pour tenter de ramener un être à la vie … Pourquoi ? Se demandait-elle. Bien sûr, elle ne savait pas que les garçons eux-mêmes ne s’étaient pas attendus à ce que ca tourne si mal. Le principal au final, c’était que même s’ils avaient échoué, son frère avait pu retrouver un corps, même si Lucina fit un lien toute seule avec leur père. Et la perte d’un membre de son corps pour tenter de ranimer quelqu’un … Le principe de l’échange équivalent hein ? Si ca concernait une vie humaine, une âme, une conscience, elle voulait bien croire que le sacrifice devait être lourd.

Le regard de l’oiselle se perdit dans le vide, elle n’osait pas imaginer l’enfer qu’Edward et son frère avaient du vivre. Toujours est-il qu’Edward voulait à travers cette histoire faire comprendre certaines choses à la jeune femme, mais tout ce qu’elle répondit dans un premier temps ne fut qu’un soupir. Evidemment, elle n’était pas idiote non plus, elle savait bien que parfois on peut faire de mauvaises choses même si ce n’était pas l’intention à la base, mais tout de même …

« C’est pitoyable, n’est-ce pas ? Pourtant c’est ainsi. Il y a des choses dans la vie que nous ne pouvons pas pardonner malgré tout. Je n’ai ni frère ni sœur, ni cousin, ni cousine. Je n’ai ni amis, ni mari. Quand ma famille a disparu, j’ai tout perdu. De la rancœur, c’est tout ce qu’il me reste. Mon pardon sera difficile à obtenir. »

N’oublions pas qu’elle avait dit que tout cela datait de presque deux ans, c’était donc encore très récent pour elle.

« Ma servante m’a fait rire jaune lorsque je suis retournée chez moi. « Oh, c’est tragique ce qui est arrivé, mais vous verrez. Vous êtes riche et belle, vous pouvez avoir tout ce que vous voulez ! » … Non. L’amour d’une famille ou d’une personne, ainsi que l’amitié, sont deux choses qui ne s’achètent pas. Peu importe combien je suis fortunée. »

Ou alors si quelqu’un est votre ami, ou pire, votre conjoint, parce que vous avez de la fortune, alors on ne peut pas appeler ca un véritable ami. Tout ca pour dire que même si elle avait conscience de certaines choses, elle y restait pourtant accrochée parce qu’elle n’avait rien d’autre. M’enfin. Relevant les yeux vers Edward, elle finit par rougir en se rendant compte que c’était vraiment très personnel … - quoique ce qu’il avait raconté à son sujet l’était tout autant après tout. Mais quelque part, ca faisait du bien quand même d’en parler.

« Désolée, je suppose que mes problèmes restent mes problèmes. Je suis navrée pour vous, je me rends bien compte que vous avez dû vivre l’enfer avec ce qui vous est arrivés, à votre frère et vous. »

Baissant les yeux vers son bras, elle restait tout de même surprise qu’il ait pu remplacer un de ses membres par une pièce de métal. Et surtout qu’elle fonctionne comme si c’était un vrai. Aussi finit-elle par changer de sujet. Enfin, presque.

« C’est étrange … » Dit-elle toujours en fixant son bras. Mais elle remarquait que ses propos pouvaient être blessants pour Edward. « Je … Je veux dire votre bras, ne le prenez pas mal … Dans le sens où, sur Héra, je n’ai jamais vu quelqu’un dans un cas similaire. Je ne crois pas qu’on soit encore capables de remplacer des membres perdus par des pièces mécaniques. Est-ce que … c’est douloureux ? »

Sans vraiment avoir de gêne, elle se tourna un peu plus vers lui pour lui attraper, délicatement, l’automail pour le tenir dans sa main et l’observer du regard. Tout était travaillé minutieusement, du sur mesure, c’était certain, mais elle se posait une autre question aussi :

« Est-ce que vous ressentez les choses aussi ? Je veux dire … Le sens du toucher ? Vous le sentez lorsque je tiens votre bras ? »

Elle le lâcha doucement, espérant ne pas se montrer un peu trop curieuse quand même. Surtout maintenant qu’elle savait d’où cela lui venait…
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Retour à la maison   Dim 15 Mar - 18:52

Ce n'était jamais facile de raconter son histoire à quelqu'un. Et en réalité, Edward ne l'avait jamais raconté à personne, en dehors de Winry et Pinako qui étaient sa seule famille, et Izumi qui était son maître lorsqu'il était p... plus jeune. Cependant, Lucina ne venait pas de Spira, elle ne connaissait pas l'alchimie, ni les préjugés de ce monde à propos des machines, des al-bhed et de leurs inventions. Aussi il avait vite compris qu'à elle, il pouvait lui raconter cette histoire sans risquer qu'elle n'aille le crier sur les toits. D'autant que l'on aurait du mal à la croire vu qu'elle venait d'un autre monde.

Enfin, pour l'heure, il comprenait qu'elle ne pardonne pas ainsi, elle s'excusait alors qu'elle n'en avait pas besoin, il comprenait très bien aussi que le pardon ne puisse s'accorder si facilement, et il lui sourit en hochant de la tête malgré tout

«Tu sais, mon frère a passé près de dix ans dans une armure gigantesque qui lui servait de corps en attendant que mon père se sacrifie pour lui rendre le sien. J'ai passé toutes ces années à le haïr, et même lorsqu'il est revenu pour s'expliquer, je me suis refusé à lui pardonner. Tu vas avoir besoin de temps pour y arriver je pense... surtout si t'es aussi rancunière que moi.» il essayait de sourire malgré tout, mais il trouvait qu'elle l'observait avec un peu trop d'insistance et il se mit légèrement à rougir. Peu habitué d'être ainsi le centre de l'attention d'une fille. Même Winry avait toujours eu un peu tendance à se comporter comme un garçon avec ses manies de la mécanique! Elle le prenait davantage comme un sujet d'expérience pour ses automails qu'autre chose avant que leur relation n'aille plus loin.

Enfin, vu qu'elle posait des questions à ce sujet, il essayait quand même de répondre en masquant sa gêne, en soit, ça ne le dérangeait pas qu'elle s'intéresse à ses automails, mais cette façon de limite le déshabiller du regard l'embarrassait... non clairement, il n'était pas habitué à ce qu'on l'observe ainsi, même si ce n'était qu'une petite partie de lui.

«Euh je... oui, honnêtement, ça fait un mal de chien. En fait, faut connecter les câbles de l'automail aux nerfs du corps, et ça fait vraiment très très mal... mais après c'est bon une fois que c'est fait. Et... ben disons que ça réagit comme un vrai bras après.» comme pour joindre le geste à la parole, il ouvrit et ferma le poing à plusieurs reprises, écartant les doigts l'un après l'autre, jusqu'à ce qu'elle lui prenne la main pour savoir s'il ressentait les choses...

«Non. Pas de douleur, je ne ressens ni le chaud, ni le froid, et pas non plus la sensation de contact quoi. Je suppose que ça aurait demandé des capteurs trop compliqués à gérer au niveau de la surface, et ça aurait été trop fragile. Non, c'est un peu comme la pointe de ton épée quand tu la tiens. Tu ressens les vibrations dans ton bras lorsqu'elle touche quelque chose, mais tu ne ressens pas ce qu'elle ressent.» si tant est qu'une épée pourrait ressentir un truc, mais il n'allait pas se répéter sur le chaud et le froid hein?

Enfin, il resta un moment comme ça, le temps éventuellement de répondre à ses autres questions avant de regarder par la fenêtre, le soleil se couchait, et il se rendait compte qu'il commençait à avoir un peu faim.

«Tu veux sortir manger dehors ou tu veux que je prépare un truc rapidement? Je te préviens, je suis pas un grand cuisinier, mais je fais de bonnes omelettes?» il avait acheté des œufs, du jambon, du fromage, des oignons aussi, bref... largement de quoi bien manger! Il y avait aussi du pain et des pommes... Edward avait toujours aimé les pommes, mais pas autant qu'Alphonse qui pouvait dévorer une tarte à lui tout seul.

En tout cas, il se leva et attrapa son sac de linge pour essayer de ranger un peu l'appartement, et au passage, mettre des draps propres sur le lit pour que Lucina puisse dormir tranquillement. De temps en temps, il jetait un coup d'œil vers elle, puis alors qu'il revenait une fois la chambre faite, il se risqua à poser une autre question qui lui brûlait les lèvres depuis qu'il avait remarqué ce petit détail

«Hum euh... à propos de... de tes yeux. Cette marque dans ton œil... c'est... enfin c'est parce que tu fais partie d'une race particulière sur Héra ou bien..?» comme il avait parlé des al-bhed qui avaient des spirales dans les yeux, elle devait comprendre où il voulait en venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à la maison   Dim 15 Mar - 23:10

Voilà que les deux individus avaient partagé un bout de leur histoire, et Lucina avait pu se rendre compte qu’ils avaient un point commun : ils étaient orphelins. Les circonstances de la disparition de leurs parents étaient différentes tout de même et pour sûr qu’ils ne le vivaient pas de la même façon. Mais expliquer à Edward ce pourquoi la jeune femme ne pardonnait ni aux Chimères, ni à leurs Invokeurs, lui permettait de comprendre. Puis, Lucina s’intéressa de plus près à l’automail qu’il avait au bras … même s’il en avait aussi un à la jambe, mais plus facile d’examiner le bras hein ? Elle l’interrogea au sujet de la douleur mais aussi des sensations, ne remarquant pas tout de suite qu’elle le gênait. Bon, de ce qu’elle comprenait, quand on lui installait, c’était extrêmement douloureux, mais une fois que c’était fait, il ne ressentait plus vraiment grand-chose. Et la comparaison de l’épée était la meilleure qu’il pouvait lui donner pour qu’elle comprenne un peu plus son quotidien.

« Je vois … J’imagine que cela doit avoir ses avantages de ne rien ressentir, mais aussi ses inconvénients. »

Lucina serait bien contente si elle ne ressentirait pas la sensation de brûlure si elle faisait tomber de l’eau brûlante sur son bras, par exemple … Mais même s’il lui restait une main « valide », elle imaginait que ca devait être un peu déstabilisant de ne plus ressentir quoique ce soit pour autant. Le toucher était un sens fondamental chez l’Homme, elle trouverait étrange d’avoir du tissu, du sable, ou quoique ce soit, dans sa main, sans en ressentir et reconnaître la texture pour autant. Enfin, bref. Elle ne s’étala pas là-dessus de toute manière, elle avait posé deux questions, il avait répondu. Pour ce qui était du repas en revanche … Elle se mit enfin à sourire lorsqu’il mentionna de ne pas être un grand cuisinier.

« Sauf votre respect, je doute sincèrement que vous soyez pire que moi pour ce qui est de rater le plat le plus basique de l’univers. Une omelette, ca m’ira très bien. »

Tant pis s’il ne faisait pas des plats extraordinaires, du moment que ca restait mangeable – contrairement à elle lorsqu’on la met devant les fourneaux. Enfin, elle le prenait avec le sourire pour le moment mais sinon, autant dire que Lucina n’était pas vraiment fière de ne pas savoir cuisiner. Bref. Lorsqu’il commença à déambuler un peu partout pour ranger ses affaires et faire son lit, Lucina préféra ne pas être dans ses pattes, sauf s’il lui demandait de l’aide. Elle allait chercher sa Falchion ainsi que son sac pour s’installer sur le canapé ensuite, sortant la lame de son fourreau afin de la nettoyer. Et oui, elle en prenait bien soin, elle chérissait sa lame, mais c’était pour une bonne raison : c’était son héritage. Et en parlant d’héritage, lorsqu’Edward revenait dans le salon, il l’interrogea au sujet de ses yeux. Enfin, surtout de son œil gauche pour le coup.

« Non, je suis aussi humaine que vous. »

Et bien, après tout ce qu’ils s’étaient racontés, le « tu » était encore un peu trop compliqué à employer. L’oiselle n’avait pas lâché son arme des yeux alors qu’elle répondait, mais là, elle s’arrêtait pour relever la tête vers Edward et reprendre son air sérieux habituel.

« Cette marque dans mon œil est la preuve que je suis la légitime héritière de ma famille. J’ignore ce qu’elle signifie, l’histoire s’est perdue au fil des générations. Mais ce que je sais, c’est que tous les membres de ma famille possédaient cette marque quelque part sur leur corps. Souvent sous forme d’une tache de naissance … » Mais elle, elle l’avait eu dans l’œil. « Mes ancêtres l’ont eue, je l’ai eue, ma descendance l’aura … »

Enfin. Si elle avait une descendance. Vu sa situation actuelle c’était plutôt mal parti. Mais bon, pour sûr que si sa mère était encore en vie, elle serait déjà mariée depuis longtemps. Mais c’est vrai qu’elle aurait bien aimé connaître l’histoire de sa propre famille quand même. Cela dit, c’était peut-être volontaire … Les Elyssia avaient peut-être fait quelque chose dont ils n’étaient pas fiers et ont décidé d’en épargner leur descendance ?

« Je ne suis pas sûre de ce que j’avance, mais je pense que ca a un lien avec cette épée. Elle a été transmise de génération en génération, c’est la Falchion. La tueuse de dragons … Le trou que vous voyez là, une lumière apparaît en son centre lorsqu’une de ces créatures se trouvent à proximité. »

Dire que si son père ne lui avait pas offert son épée juste après la fête de la chasse, elle aurait été aspirée avec lui par Atomos et aurait été perdue … Parfois, le hasard fait bien les choses. Enfin … vous voyez ce que je veux dire. Bref. Lucina finit de s’occuper de son épée et la rangea avant de relever les yeux vers Edward.

« Hum … Je peux vous aider pour la cuisine ? Mais je vous préviens, un singe ferait mieux que moi. »

Très rassurant n’est-ce pas ? Pourtant elle était tellement peu douée pour ca qu’elle serait capable d’exploser les œufs au lieu de les fendre délicatement …
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Retour à la maison   Lun 16 Mar - 9:27

Petit passage embarrassant pour l'alchimiste lorsqu'il s'agissait de parler de son bras, ou plutôt de ses automails en général. Cette histoire de sensation tout ça, disons que c'était un peu personnel et cette proximité avec Lucina le mettait assez mal à l'aise. De toute façon de manière générale, il n'avait jamais été trop à l'aise avec les filles, exceptée Winry mais faut dire qu'ils se connaissaient depuis tous petits et il l'avait toujours vu comme une sœur avant que ses sentiments ne changent... enfin peu importe. C'était terminé désormais, il avait trouvé une petite échappatoire en faisant un brin de ménage pour préparer la chambre pour la demoiselle, puis il s'apprêtait à préparer à manger.

Il sourit lorsqu'elle expliqua être une quiche en cuisine...

«Si j'ai bien compris, tu as grandi dans une famille assez riche? Je suppose que personne ne t'a appris à faire les choses toi-même... c'est un truc que je trouve dommage dans ce genre de famille quand même. C'est valorisant de savoir se débrouiller tout seul.» il lui fit signe de le suivre dans la cuisine. Il sortit tous les ingrédients qu'il avait, jambon, fromage, œufs, pommes de terre, puis les ustensiles et déposa le tout sur une planche à découper sur son petit bar

«Tu vas voir, y'a rien de plus facile que de faire une omelette! Mais quoi qu'il arrive, faut de la douceur d'accord? C'est pas comme manier ton épée, dis toi plutôt que c'est comme quand on doit s'en occuper... je t'ai vu faire toute à l'heure, faut que tu sois aussi douce et minutieuse, ok?» il lui fit un petit clin d'œil suivi d'un sourire plein de dents avant de commencer à casser les œufs dans un bol. Puis il tendit le bol en question à Lucina avec une fourchette et commença à fouetter doucement les œufs

«Tiens, faut fouetter comme ça jusqu'à ce que tout soit bien mélangé et que ça mousse un peu!» il prit la planche à découper de son côté et commença à couper les morceaux de jambon et de fromage, il se tourna vers Lucina pour voir comment elle s'en sortait, si ça allait, il lui ferait éplucher les pommes de terre pour voir? Faudrait pas non plus qu'elle fasse un vrai carnage dans sa cuisine hein?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à la maison   Lun 16 Mar - 15:18

Spoiler:
 

Lucina venait d’expliquer l’origine de sa marque à l’œil, ainsi que de son épée. Edward n’avait pas de questions à ce sujet, mais il fallait reconnaître que sa camarade s’était faite assez précise pour répondre d’avance aux interrogations qu’elle pourrait avoir à ce sujet. Son épée étant nettoyée, elle la rangeait avant de proposer ses services en cuisine, aussi minables soient-ils. Ca lui éviterait aussi de se tourner les pouces pendant qu’il fait tout on va dire. Mais il comprenait bien qu’avec le rang de noble de la demoiselle, elle n’était pas habituée à faire ce genre de tâches, c’était plutôt le rôle des domestiques … C’était pourtant plus valorisant hein ? Merci de remuer le couteau dans la plaie, Lucina détourna le regard en tirant une mine un peu boudeuse pour le coup.

« N’allez pas croire que j’en suis fière. »

Maugréa-t-elle. Justement, elle voulait apprendre à se débrouiller par elle-même, encore plus depuis qu’elle était orpheline. Enfin bon, elle suivit Edward jusqu’à la cuisine, un homme qui apprenait la cuisine à une femme, sur Héra, c’était assez peu commun tout de même. Ainsi, Edward lui donnait quelques cours pour … une omelette. C’en était presqu’honteux mais malgré tout, la demoiselle gardait un air sérieux plutôt que bouder ou se montrer dépitée face à sa propre incompétence. Faut être douce et minutieuse comme lorsqu’elle nettoyait son épée hein ? Certes, mais entre nettoyer une lame et fouetter des œufs, il y avait une différence quand même ! Soit. Edward lui montrait son tour de main avant de lui passer la relève, Lucina devait se débrouiller pour doser sa force aussi et ne pas en mettre partout. Au début ca allait, elle tenait le bol et rester debout car elle était plus à l’aise ainsi, mais bien sûr, pas moyen de garder le silence trop longtemps.

« Ces choses-là ne m’intéressaient pas au début, j’ai toujours été inspirée par le combat. Mais depuis l’attaque d’Atomos, j’ai dû vivre quelques temps auprès de pauvres gens, c’est là que j’ai commencé à regretter de ne pas savoir faire des choses aussi basiques qu’essentielles comme la cuisine … Euh … Pardon ? »

Plus elle parlait, plus elle s’était emballée, elle avait battu « un peu » - beaucoup - trop fort, ca avait giclé, et elle en avait mis partout, y compris sur le plan de travail d’Edward et sur la tenue qu’elle portait ! Bon ce n’était pas ses vêtements mais eux qui revenaient de la lessive quand même … La jeune femme s’était arrêtée du coup, rougissant par la gêne et sa bêtise, l’envie de se faire toute petite, mais finalement elle se disait qu’il valait mieux le prendre à la rigolade plutôt que s’enfoncer toute seule. S’encourager, c’était essentiel pour avancer. Aussi elle se mit à étirer un sourire en observant les petits points par-ci par-là sur la table et du côté d’Edward, avant de finir par pouffer de rire. L’une des rares fois depuis qu’ils s’étaient rencontrés qu’elle se mettait à rire.

« J’avais prévenu. Désolée pour vos vêtements. »

Prenant des initiatives, elle avait posé le bol pour aller chercher de quoi nettoyer un minimum l’œuf sur le t-shirt. Puis Lucina se retourna pour observer ce que son camarade faisait, avant de détourner les yeux sur le bol et étirer un sourire qui se voulait un peu malicieux.

« Et un alchimiste ne peut pas se servir de ses talents pour se préparer une omelette en claquant des doigts ? Décomposer un œuf pour en faire cette … chose … que j’ai faite ? Sans avoir à en mettre partout ? »

Se moquer d’elle-même, le meilleur moyen de ne pas avoir à déprimer sur sa propre incompétence. Lucina se montrait curieuse pour le coup, même si dans son exemple évidemment, la dite omelette n’était pas cuite … Enfin, pour le coup, elle aurait préféré être à la place d’Edward. Découper des choses, ca, c’était dans ses cordes au moins.
Elle espérait que sa bourde n'allait pas vexer le jeune homme, d'ordinaire, il paraît que cuisiner à plusieurs était agréable. Voire même amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Retour à la maison   Mar 17 Mar - 8:52

Ah ben ça, quand on vivait dans les hautes familles, on ne savait généralement pas faire grand chose de ses dix doigts. Certes, Lucina savait manier l'épée, c'était déjà pas mal! Dans l'esprit d'Edward, elle n'aurait même pas du en être capable, mais vu son caractère, il l'imaginait très bien apprendre à se battre contre les principes de sa famille - et il n'était pas très loin de la vérité.

Mais pendant qu'elle discutait, elle commença à faire tourner la fourchette un peu trop vite et l'œuf commença à gicler, si bien qu'il se recula vivement pour ne pas être trop éclaboussé! Son automail se prit malgré tout une petite tache, mais ce n'était rien comparé aux vêtements qu'il avait prêtés à la demoiselle! Mais la situation le fit tout autant rire qu'elle finalement!

«Mouarf! Pas grave! On les mettra au sale!» l'avantage d'avoir des machines qui lavent toutes seules. C'est sur que sur Héra, il aurait fallu qu'il se les lave lui-même et pour sûr que c'est moins drôle d'un coup!  

En tout cas, il avait récupéré une poêle et commençait à faire dorer les oignons dans un peu d'huile, et Lucina en profita pour lui lancer une petite pique sur les limites de l'alchimie.

«Techniquement, on ne transforme rien en cuisine, on ne fait que mélanger... mais je sais qu'il est possible de cuisiner de bons plats avec l'alchimie. J'ai entendu parler d'n alchimiste qui en était capable. Mais c'est un peu trop compliqué pour moi. Il ne s'agit pas de décomposer un aliment pour le recomposer autrement, faut juste le mélanger à un autre en agitant les molécules pour modifier sa température et ainsi le faire cuire tout en ajustant les assaisonnements et ce, pour tous les aliments présents dans la recette. Ça fait un peu trop de composants à mon goût!» trop de paramètres en somme. Et au final, c'était surement la raison pour laquelle il était aussi impossible de "fabriquer" un être humain. Trop de paramètres, trop de molécules différentes.

Il regarda le bol de Lucina avec un air amusé
«par contre, juste transformer un œuf en omelette, oui c'est possible assez facilement. M'enfin c'est un peu bête d'utiliser l'alchimie alors qu'un bon coup de fourchette suffit non?» il lui tira la langue avant de prendre les pommes de terre qu'il avait coupées en tous petits morceaux pour les ajouter aux oignons et continuer à remuer doucement. Lorsqu'elles furent dorées, il ajouta les œufs, un peu de sel et de poivre, et le jambon qu'il mélangea doucement.

On retourne une fois, on ajoute le fromage pour qu'il fonde bien sur le dessus, on plie l'omelette en deux

«Et voilà le travail!» il la découpa en deux avec sa spatule puis en mit une moitié dans chaque assiette avant d'aller les déposer sur la petite table basse devant le canapé. Puis il alla chercher des couverts, des verres et remplit une carafe d'eau avec l'eau du robinet qui était fraîche. Une fois que tout fut installé, il attrapa la télécommande et la montra à Lucina

«Bon, un autre truc qui à mon avis n'existe pas sur Héra... la télévision. Je ne sais pas comment te l'expliquer, mais en gros, c'est un peu comme... voir une pièce de théâtre dans une boîte. Quelque part sur Spira, y'a des gens qui font quelque chose, et avec une machine particulière, on les filme. En gros, on enregistre ce qu'ils font dans une boîte qui va envoyer ces images jusqu'ici. Je ne peux pas vraiment t'expliquer comment ça marche puisque moi-même j'en sais rien... je sais qu'ils utilisent le pouvoir des sphères mais après... enfin donc là, on va pouvoir regarder ce que font des gens à l'autre bout de Spira, ça permet de savoir ce qu'il se passe un peu partout.»

Il attendit quand même qu'elle soit prête, puis il appuya sur le bouton pour allumer la télévision. Ils tombaient évidemment sur les informations, Edward ne regardait que cette chaîne. Il n''avait jamais été trop le genre à apprécier des loisirs, toujours trop plongés dans ses recherches et ses études sur l'alchimie. Mais il avait besoin de savoir ce qu'il se passait un peu partout - bien que là, ça faisait un moment qu'il n'avait plus regardé la télévision, depuis qu'il avait perdu ses capacités alchimiques, il n'avait plus allumé l'appareil, préférant se concentrer sur ses bouquins.
Ils parlaient pour le moment d'un match de blitzball, c'était le reportage sur le sport et l'alchimiste eut un petit sourire en coin

«Ça c'est du blitzball! Notre sport national! Les gars doivent se passer une balle sous l'eau, chaque équipe doit essayer de la prendre à l'autre et marquer des points en l'envoyant dans le camps adverse!» elle allait surement se demander comment ils faisaient pour rester sous l'eau si longtemps sans respirer? Ou alors elle était encore en état de choc en voyant les images bouger dans l'écran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à la maison   Mar 17 Mar - 11:30

Petit moment sympathique à la cuisine ! Même si Lucina avait lancé une pique au sujet de l’alchimie mais elle fut surprise d’apprendre qu’on pouvait vraiment le faire, même si c’était compliqué … Edward se moquait d’elle au sujet de l’omelette, et pour le coup, il avait raison. La demoiselle se mit à rire doucement à nouveau.

« Après ce que je viens d’entendre, je crois que je ne dirai plus jamais que c’est compliqué de cuisiner. »

Car finalement utiliser l’alchimie pour la cuisine, c’était encore plus difficile que faire la cuisine de manière traditionnelle. Elle le regarda faire, malgré tout, elle était beaucoup plus détendue que tout à l’heure, comme si parler avait déjà retiré un poids. Ses parents, les Invokeurs, tout ca, certes, le problème n’était pas réglé pour autant mais c’était déjà mieux. L’atmosphère était plus légère désormais. Les assiettes étant prêtes, ils allèrent manger dans le salon, où Edward expliqua enfin à quoi servait l’appareil en face. Une télévision … Ah bah ca, effectivement, elle ne pouvait que confirmer que ca n’existait pas sur Héra, surtout en entendant à quoi ca servait !

« Hum … En résumé, c’est comme voir une pièce de théâtre sans se déplacer jusqu’au théâtre ? »

Mais pas que. Elle le verrait bien avec les informations. En tout cas, lorsqu’elle eut bien assimilé le principe, elle fit signe à Edward qu’il pouvait l’allumer. Mais elle sursauta quand même ! Surtout quand on voit une chose qu’on ne connaissait pas. Du blitzball, un sport inconnu sur Héra et exclusif à Spira en vérité. La question de savoir comment ils respiraient était passé dans sa tête oui, mais c’est surtout qu’elle se posait plein de questions sur la télévision ! Sauf que là, elle sentait qu’elle allait à nouveau avoir la migraine si elle se cassait la tête à essayer de comprendre. Du coup, elle finit par soupirer.

« Je crois que je vais arrêter de réfléchir sur vos machines. » Oui, c’est ca, ne plus se prendre la tête, ca, c’est une bonne option ! « Ca doit être compliqué comme sport. Retenir sa respiration sous l’eau n’est pas évident, encore moins lorsqu’il y a de l’action. »

La jeune femme commença enfin à manger, avant que ca ne refroidisse, et c’est vrai qu’il se débrouillait bien le petit. Enfin … Chut, ne lui répétons pas ca à voix haute. Le reportage sur le sport se finissant, ce fut un interview dans les « faits divers » qui commença. Ca se passait à Kilika, Edward n’avait pas mentionné ce village plus tôt, mais il avait bien parlé de villages qui étaient moins avancés que le reste de Spira, et ca se voyait … Toujours est-il que le reportage en question concernait les portails, de toute évidence, il y en avait un dans la forêt et un homme originaire de « Gaïa » en avait surgi.

« Gaïa … Ca fait donc pour le moment trois mondes qui sont reliés entre eux par les portails … »

Combien y avait-il de mondes au total ? Bonne question. Mais au moins, ils savaient qu’il y avait un portail à Kilika ! Lucina se rappelait de leurs nombreuses conversations avec Edward aujourd’hui et tourna la tête vers lui en souriant légèrement.

« Hé … Si tu me fais visiter ce village, nous essayerons de prendre ce portail après pour tenter de retourner sur Héra. Ca te va ? »

Euh, attendez, il y a un truc qui cloche dans ses propos.



Oh. Elle s’était mise à le tutoyer, lui qui le faisait depuis le départ mais pas elle. Sauf avec ses domestiques, c’était rare qu’elle le fasse, mais leurs multiples conversations avaient dû finir par la faire laisser tomber les formalités.

« J’espère que nous y parviendrons du premier coup. Pour le moment ca fait une chance sur deux de retomber sur Héra. Voire trois si le portail nous renvoie vers un autre de Spira. »

Mais comme ils ne savaient pas combien de mondes il y avait au total relié entre eux, les probabilités pouvaient changer.
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Retour à la maison   Mar 17 Mar - 14:24

Edward se doutait bien que le passage de la télévision serait compliqué à gérer pour Lucina, aussi il se tenait prêt, à côté d'elle, une main légèrement tendue vers elle comme s'il faudrait la plaquer au sol. Mais dans l'ensemble, elle prenait les choses plutôt bien, si ce n'est qu'elle semblait visiblement renoncer à comprendre...
«Je sais que c'est compliqué tout ça... le problème, c'est que même si je sais au fond comment ça marche, je serais incapable de te l'expliquer. Faudrait que je te montre un bon paquet de livres avec des images... moi ça m'a pris pas mal de temps à m'y faire alors que j'habitais chez une al-bhed...» donc même si Kilika n'était pas réputée pour sa technologie, Winry et Pinako avaient réussi à avoir l'électricité chez elles, Edward avait donc quand même connu certaines choses depuis tout jeune, comme les ustensiles de cuisine ou les outils - Pinako avait un super four pour cuisiner!

Enfin, visiblement, Lucina se calmait quand même un peu. Elle s'intéressait au blitzball et Edward commença à manger à son tour.

«Oui, ils doivent pas mal s'entraîner je pense. Personnellement, je ne crois pas en être capable. De toute manière, je ne pourrais pas rester dans l'eau comme ça avec mes automails.» non pas qu'ils pourraient rouiller, ils étaient conçus pour résister à l'eau sinon il ne pourrait même pas prendre une douche, mais ce ne serait quand même pas pratique pour nager avec ça. À cause de toutes les jointures, il n'y avait pas beaucoup de résistance à l'eau, et donc il ne pourrait pas nager très vite.

Enfin, le sujet passa ensuite sur des actualités à Kilika où un portail avait été découvert. Cela semblait bien intéresser Lucina qui oublia donc temporairement le côté bizarre de voir des images qui se passent à l'autre bout de Spira. Elle interrogea seulement le jeune homme sur la possibilité de s'y rendre pour emprunter le portail ensuite? Il ne tilta même pas sur le coup qu'elle l'avait tutoyé.

«Oui, si tu veux. Mais ça ne te ferait pas visiter Spira de fond en combles... attends..» pendant qu'elle réfléchissait au fait qu'elle venait de le tutoyer, il se leva pour aller chercher l'un des bouquins dans sa chambre, puis il revint avec une carte de son monde et lui montra donc les différents lieux à visiter éventuellement...

«Alors... on pourrait éventuellement aller par là, c'est de là que tu es arrivée. Il y a le Mont Gagazet, une grande montagne où vivent les ronsos! Ce sont les espèces de grands lions gris avec une corne dont je t'ai parlés... ensuite en continuant, on pourrait aller voir Zanarkand. C'est une grande cité aujourd'hui en ruines, mais c'était le point d'arrivée des invokeurs à l'époque de leur pèlerinage... là où ils se sacrifiaient pour invoquer l'ultime chimère.» bon, en fait, Lucina n'avait peut être pas envie de voir un endroit sacré pour des invokeurs, aussi il se dépêcha de remettre son doigt sur le point représentant Bevelle

«Sinon, on part dans l'autre sens. Direction la Forêt de Macalania, c'est cette forêt que tu trouvais jolie quand on est sortis de la Plaine Félicité, ensuite, y'a la Plaine Foudroyée où il pleut tout le temps, ça nous permet d'arriver à Guadosalam où on pourra passer la nuit. Là bas, y'a des guados...» de même, il lui rappela à quoi ils ressemblaient. Ensuite, il décrivit le Sélénos avec les hypellos et le shoopuf, puis le temple de Djose, ensuite la route de Mi'ihen où ils pourraient peut être emprunter un chocobo, et enfin Luca où ils pourraient prendre un bateau pour Kilika.

«Après, tu ne verrais pas l'île de Besaid, ni l'île de Bikanel, m'enfin cette dernière, c'est surtout un grand désert. Mais après, tu aurais quand même vu la majorité des trucs intéressants à voir.» savoir ensuite si elle voudrait quand même aller au Mont Gagazet ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à la maison   Mar 17 Mar - 16:35

Un portail venait d’être découvert à Kilika, et Lucina allait pouvoir se rendre compte très vite, grâce à la carte d’Edward, que c’était à l’opposé du continent. Comme quoi, la télévision, c’était quelque chose. Non seulement ils savaient désormais qu’il y en avait un dans la forêt de Kilika, mais en plus, ils venaient d’apprendre qu’un monde appelé Gaïa était relié aux autres parce que ces mystérieuses runes. Lucina proposait de s’y rendre, peut-être qu’avec de la chance, le portail les ramènerait sur Héra ? Elle avait bien remarqué, et à de multiples reprises, que cela intéressait son camarade. La Brume, Daguéréo … et aussi lorsqu’elle avait expliqué que la majorité de la population faisait la même taille que lui !

Quoiqu’il en soit, Edward disait que s’il fallait se rendre à Kilika, surtout en partant directement de Bevelle, Lucina louperait la majorité des choses à voir sur ce monde. Il lui ramena une carte de Spira pour lui montrer les itinéraires, et c’est là que Lucina put constater qu’en fait, oui, Bevelle était à presque au bout du continent, et Kilika, de l’autre côté. Il y avait du chemin à faire. Elle l’écoutait au sujet du Mont Gagazet, mais grimaça au sujet de Zanarkand. Puis il décrivit entièrement le chemin à suivre avant de parvenir jusqu’à l’ile de Kilika.

« Avec ce que j’ai raconté tout à l’heure, tu te doutes bien que je n’ai pas envie de mettre les pieds dans un endroit sacré pour des Invokeurs. Encore moins si c’est pour ne trouver que mort et désolation. La montagne serait intéressante à voir ne serait-ce que pour ses habitants, cependant … » Elle mit son doigt sur la carte à son tour là où Edward avait désigné le Gagazet plus tôt, puis elle glissa doucement jusqu’au point qui représentait Bevelle. « Cela nous ferait faire beaucoup d’allers et retours dans la Plaine Félicité non ? »

D’autant plus qu’elle était vaste, donc ils perdraient beaucoup de temps. Remarquez, ils en avaient, du temps après tout, mais c’était peut-être surtout par crainte de lassitude qu’elle disait ca. Voir toujours la même chose, alors qu’elle en avait plein d’autres à découvrir de l’autre côté. Le choix était vite fait.

« Partir par la forêt demain, jusqu'à la ville Guado, ca me va très bien. Et puis … j’imagine que j’aurai l’occasion de voir vos Ronsos ailleurs … Non ? »

Il était plus que probable qu’elle en voit surtout à Luca pour le blitzball, car ils avaient une équipe … et des supporters. Le repas terminé, Lucina tourna la tête pour regarder par la fenêtre, le soleil avait décliné, la nuit s’installait peu à peu et l’obscurité commençait à envahir les lieux. Si une longue route les attendait demain, il valait mieux se reposer, d’autant plus qu’entre la marche d’aujourd’hui, ses côtes qui devaient se remettre correctement et tout ce qu’elle avait appris aujourd’hui, Lucina était aussi bien fatiguée physiquement que psychologiquement parlant. Elle allait faire de drôles de rêves cette nuit, pour sûr.

« Si une longue route nous attend, il vaut mieux se reposer. Je vais aller me coucher. Enfin … Je peux aider pour la vaisselle avant si besoin. »

Bon, ca non plus, ce n’était pas elle qui la faisait d’ordinaire, mais ce n’était pas comme cuisiner, elle pouvait le faire sans faire de ravages. Elle attendait donc de voir si Edward avait besoin d’un coup de main – ou s’il n’avait pas envie de la faire ce soir – avant de s’apprêter à aller dans la chambre. Mais elle se tourna vers Edward en souriant.

« Merci pour tout. Oh, et pour le repas. Je pourrais presque t’embaucher dans les cuisines de ma demeure si tu le souhaites. » Elle étira un peu plus ses lèvres en signe de plaisanterie. « Bonne nuit. »

La jeune femme s’éclipsa et la fatigue s’empara d’elle comme un gros coup de marteau sur la tête. Bon, elle n’était pas très à l’aise à l’idée de dormir dans un lit qui n’était pas le sien mais celui de son hôte … mais finalement avec ses côtes, il était préférable qu’elle soit bien installée. Dormir sur un canapé l’aurait surtout incité à dormir de profil et ce n’était peut-être l’idéal pour ses côtes fêlées, même si le baume allait bien la soigner. Lucina ne fit pas sa curieuse à vouloir fouiller dans les affaires d’Edward, c’était très malpoli. Elle s’était juste effondrée dans le lit de fatigue et s’était installée le plus confortablement qu’elle le pouvait avant de s’endormir comme une marmotte … Quelle journée épuisante …
Lucina ronfle dort comme un loir I love you
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Retour à la maison   Mar 17 Mar - 18:35

Autant Edward n'avait pas spécialement relevé le fait qu'un autre monde était relié à ces portails, il faut dire qu'il avait tellement hâte de se rendre sur Héra qu'il avait légèrement occulté la possibilité qu'ils tombent ailleurs! En tout cas, la route serait longue pour rejoindre Kilika, plusieurs jours pour sûr. Déjà, il y aurait une journée rien que pour la forêt de Macalania et une partie de la Plaine Foudroyée, ils pourraient dormir dans le refuge al-bhed au centre de la plaine. Ensuite, arrêt suivant à Guadosalam pour la nuit... puis ils mettraient une journée de plus pour traverser le Sélénos et aller se reposer au Temple de Djosé, avant de traverser la route des Mycorocs et celle de Mi'ihen pour arriver à Luca. Ce serait là leur dernière étape avant de prendre le bateau pour Kilika. En gros donc, cinq jours. Il avait donc confirmé d'un hochement de tête que faire un détour par Gagazet serait plus long.

Et de toute évidence, Lucina n'avait pas trop envie de se rendre à Zanarkand, cependant, ce fut à cet instant qu'il réalisa qu'elle le tutoyait... il s'était figé un moment, réalisant à peine qu'elle s'était enfin décidée avant de secouer la tête et lui répondre au sujet des ronsos

«On devrait en voir pas mal à Luca. Avec le stade de blitzball là bas, il y a plusieurs joueurs qui squattent les environs.» il débarrassa la table et mit tout dans l'évier. La demoiselle semblait épuisée, et il est vrai qu'ils avaient mis du temps à manger et que finalement, il commençait à se faire tard... enfin non, pas si tard que ça, mais suffisamment pour aller se coucher.

«Nan, laisse tomber pour la vaisselle, j'utiliserai l'alchimie pour dégager la saleté...» ça par contre, il pouvait le faire! Mais pas maintenant, là il avait la flemme. Elle se dirigea vers la chambre et le complimenta sur sa cuisine. Il eut un sourire en coin, même s'il ne le dit pas à voix haute, il se disait que si elle trouvait qu'il cuisinait bien, il faudrait qu'ils aillent voir Mamy Pinako en passant à Kilika.

Il la remercia donc d'un simplement hochement de tête un peu gêné alors qu'elle filait dans la chambre, puis il s'allongea sur le canapé, s'étalant de tout son long, même lui dépassait un peu, mais ça ne le dérangeait pas... au contraire même, ça lui rappelait surement qu'il n'était pas si petit qu'il en avait l'air!
Il s'endormit assez vite. Contrairement à Lucina, il ne pouvait faire que de beaux rêves, imaginant Héra, sa brume épaisse qui s'étendait comme une mer gigantesque où les aéronefs voguaient dessus à toute vitesse, ses créatures fantastiques, rats, hippopotames, il imaginait même des créatures plus fantasques comme des chimères ou des licornes.

=====================
Edward fait dodo!
=====================

Cependant, Edward n'était pas vraiment un lève tôt, même s'il se couchait tôt! Aussi, lorsque le soleil se leva, il était encore avachi sur le canapé, une main sur son ventre qui avait donc relevé son t-shirt... il dormait toujours comme ça, ce qu'Alphonse lui reprochait à chaque fois en disant qu'il finirait par attraper froid! Mais il était solide le petit alchimiste, mais à dormir comme ça, aussi sereinement, il avait surement l'air d'un enfant... et il faudrait surement un tremblement de terre pour le réveiller là!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
Admin Enflammée
avatar

Messages : 2176
Age : 22

MessageSujet: Re: Retour à la maison   Mar 17 Mar - 22:11

Edward et Lucina se reposent > Restauration à 100%HP&MP.

Fiches modifiées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retour à la maison   Mar 17 Mar - 22:49

Le bilan de la nuit ? Assez mitigé. La première partie de la nuit était paisible, puis Lucina avait rêvé de bien mauvais souvenirs aussi elle s’était un peu agitée, avant que ses rêves ne redeviennent doux et paisibles et qu’elle se calme … Et ce, jusqu’au petit matin. Pour vous dire que Lucina n’avait décidément rien d’une dame noble, elle qui était parfaitement droite sur le dos lorsqu’elle était partie se coucher … la voilà affalée sur le ventre à tenir l’oreiller comme un nounours – au moins, ca prouvait qu’elle n’avait plus mal aux côtes – les couvertures par terre à force d’avoir gigoté, et le filet de bave au coin des lèvres. Heureusement qu’elle se réveillait toute seule et que ce n’était pas Edward qui la voyait comme ca ! Elle s’essuya la bouche et se redressa pour se frotter les yeux. Zut, elle n’avait pas fermé les volets, du coup le soleil baignait déjà l’intégralité de la pièce. Le matin était déjà là, il fallait se lever, une longue route les attendait. S’étirant, la jeune finit par se lever pour se rendre discrètement dans le salon, au cas où Edward dormait encore.

Et ce n’était pas peu dire … On aurait dit qu’il n’avait pas dormi depuis des années. Lucina s’approcha et se pencha doucement pour le regarder. Ca lui rappelait une chose que sa mère lui avait dite, plus jeune, quand elle surprenait son père en train de dormir. On dit que lorsqu’on regarde quelqu’un dormir, on voit le reflet de ce qu’il est réellement. Que voyait-elle là ? Un enfant. On dirait un enfant en train de dormir. Lucina adorait les enfants. Il était mignon et adorable comme ca. Aussi, la demoiselle choisit de ne pas le réveiller, pas tout de suite, il avait l’air si paisible ainsi. Elle sourit doucement avant de se redresser et partir prendre ses affaires de la veille pour aller se changer, toujours en essayant de faire le moins de bruit possible.

Lucina se débarbouillait et remettait ainsi sa tenue de voyage de la veille. Elle avait pu enlever son bandage aussi, elle n’avait plus d’hématomes ni de douleurs. Elle se coiffa rapidement aussi, même s’il était vrai que si on enlevait sa longue chevelure bleutée … on penserait à un homme dans cette tenue. On reconnaît les femmes à leur visage, mais aussi à leur silhouette, et dans le cas de Lucina dans cet accoutrement, on ne remarquait pas ses formes, surtout sa poitrine. Elle n’était pas plate du tout pourtant mais c’était volontaire, elle se souvenait parfaitement du jour où elle avait demandé de confectionner ces vêtements. Elle s’était faite passer pour un homme afin de participer à la fête de la chasse, car ses parents avaient refusé qu’elle participe. Donc elle a participé, mais pas en tant que « Lucina ». Elle eut un sourire nostalgique en repensant à ce souvenir, elle avait volé l’épée de son père qui plus est à cette époque, et elle avait passé le pire quart d’heure de sa vie lorsqu’il l’eut reconnue pendant le festival …

Bref après ce petit moment de nostalgie dans la salle d’eau, elle sortit … mais Edward dormait encore. Oh, elle voulait bien qu’il se repose, mais il n’allait pas y passer la matinée non plus ! Ne voulant pas le brusquer, elle avait juste saisi son épaule – celle où il n’y avait pas l’automail évidemment – pour le secouer doucement dans l’espoir de le sortir de son sommeil … en vain. Bon. Soit on y va à la manière douce. Soit à la manière forte. La douceur, ca ne fonctionne pas. Pas le choix. Elle se mit accroupie de sorte à être à sa hauteur et surtout près de sa tête. Saviez-vous qu’elle était TRES autoritaire lorsqu’elle s’y mettait ? Aussi elle prit un ton grave, mais surtout, très haut, de sorte à ce que sa voix porte jusqu’au cerveau du jeune homme !

« EDWARD DEBOUT !!! »

La demoiselle se recula tout de même pour éviter un mauvais coup sur le coup de la surprise. Oh elle ne rigolait pas de son acte, mais avait un sourire bien visible sur les lèvres lorsque son camarade était enfin bel et bien réveillé.

« Mes excuses. J’ai bien tenté la manière douce pour te réveiller mais ca n’a pas marché. » Elle se releva ensuite avant de reprendre. « Tu avais l’air de faire un très beau rêve à voir l’expression sur ton visage, mais désolée, on a de la route à faire de ce que j’ai compris. Debout, et que ca saute ! »
Revenir en haut Aller en bas
Edward
Fullmetal Alchimiste
avatar

Messages : 1299

MessageSujet: Re: Retour à la maison   Mer 18 Mar - 8:58

Affalé sur le canapé, les cheveux lâchés et la tête légèrement penchée sur le côté... Edward avait de la chance de ne pas baver! Son bras droit pendait un peu dans le vide au bord du canapé, son autre main était posée sur son ventre en soulevant légèrement son t-shirt... allez savoir à quoi il était en train de rêver... surement à cette brume qui ne cessait de le fasciner! Même s'il serait déçu de ne plus la retrouver sur Héra.

Rien ne semblait pouvoir le réveiller, à part le cri strident de Lucina qui perdait patience quant au temps qu'il mettait à ouvrir les yeux! Ah ben là, elle avait gagné! Ouvrant grand les pupilles, le jeune homme leva d'abord les quatre fers en l'air, comme pour prendre son élan, grimaçant de frayeur face au bruit qui l'avait tiré des rêves, puis il se redressa d'un bond, et heureusement que la demoiselle s'était éloignée car elle se serait surement pris un mauvais coup en passant

«OuARGHLLG!» ramenant une main sur son torse, il sentait son cœur battre à toute vitesse! Les yeux écarquillés, il lui fallut plusieurs secondes pour se remettre de ses émotions avant de se tourner vers la jeune femme qui semblait avoir du mal à se retenir de rire

«Non mais.. ça va pas? Pfiouuuu...» il mit encore un peu de temps à calmer son rythme cardiaque alors qu'elle s'excusait plus ou moins de ses manières, précisant tout de même qu'elle avait tenté la manière douce avant!

«Hein? Quoi la manière douce? C'est quoi la manière douce??» instinctivement, il avait ramené ses mains sur ses joues puis sur ses lèvres, son front ,bref, la peau de son visage en général! Du point de vue de Winry, le réveil à la manière douce, c'était toujours du l'embrasser un peu partout donc il venait un peu de se taper un flip... mais visiblement, elle avait juste tenté de le secouer un peu et il soupira de soulagement, rougissant quand même comme un homard avant de se lever en grommelant un peu

«Groumph... désolé si j'ai du mal à me réveiller... bon, petit déjeuner...» il se dirigea vers ses placards, le pain d'hier risquait d'être un peu sec, donc il ferait du pain perdu, c'était rapide à faire et il avait tout ce qu'il fallait pour ça, sucre, œufs et lait. Il prépara rapidement sa mixture et y trempa d'épaisses tranches de pain avant de faire dorer le tout à la poêle. Puisque Lucina n'aimait pas le café par contre, il ne savait pas quoi lui proposer à boire. Lui se prendrait un café soluble - ce qui était encore pire que le café normal, donc il préférait éviter de lui en offrir

«Euh... du jus d'orange, ça t'ira? Vaut mieux bien manger avant de partir, ça nous évitera de faire trop d'escales... je vais préparer des sandwichs aussi» pour ça par contre, il prendrait du pain de mie. Il sortit le pain perdu de la poêle pour le mettre dans une assiette, puis il déposa le tout sur la petite table basse en ajoutant deux petites assiettes et des couverts. Puis il prit sa tasse d'eau chaude dans laquelle il ajouta le café et du sucre et commença à touiller

«Si t'as pas aimé le café d'hier, t'aimeras pas ce truc. C'est une pâle copie du café, mais c'est pratique au moins quand on n'a pas la bonne machine pour en faire.» il ne relevait toujours pas le fait qu'elle le tutoyait maintenant. Il jugeait que ce n'était pas la peine d'insister là dessus, surtout que ça la mettrait plus mal à l'aise qu'autre chose. Ils allaient pouvoir manger tranquillement, il avait mis de l'eau à bouillir pour faire des œufs durs. Vu le temps où il serait parti, il allait devoir vider son frigo de toute manière. Les œufs durs étaient plus pratiques à transporter et se conservaient plus longtemps. Les sandwichs seraient surement bien garnis car il fallait qu'il finisse le jambon, le fromage, le beurre, les oignons aussi... tiens, il ferait surement des chips avec le reste des pommes de terre. Avec l'alchimie, c'était possible puisqu'il suffisait juste d'un ingrédient à modifier. Au moins, il ne resterait plus grand chose dans ses placards...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour à la maison   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour à la maison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bon retour à la maison
» Retour à la maison [Agnès, Sybille et Nathan]
» Le retour à la maison
» Retour à la maison
» Retour à la maison.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Spira :: Bevelle-
Sauter vers: