Accueil

Partagez | 
 

 [Fan-Fiction] Un Enfer, dites-vous... ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Fluffy
Boule de Poils
avatar

Messages : 1431
Age : 23
Localisation : Derrière toi ! Et pendant que tu te retournes, j'te pique ton portefeuille !

MessageSujet: [Fan-Fiction] Un Enfer, dites-vous... ?   Dim 7 Oct - 23:59

Alors oui, j'avais déjà commencé à poster les chapitres, MAIS ! Ils étaient en gros blocs indigestes et c'est quand même bof, les gros blocs indigestes >:v

Je vais donc les organiser comme des RPs, avec des couleurs et tout, et par petits paquets, pour que ce soit moins indigeste ! °^° (et en plus depuis j'ai édité tous les chapitres pour ajouter ou corriger des trucs du coup bon, autant les reposter...)

(copié/collé du vieux sujet : )Un jour, j'ai ouvert un vieux cahier rempli de bêtises pour écrire une petite histoire vite fait, qui parlait d'un héritage. Puis malheureusement j'ai voulu continuer un peu... Et c'est parti en cacahuètes !

L'histoire est basée sur celle du jeu Guardian's Cursade (que personne ne connait xD) !

CHAPITRE 1 : L'héritage


Darkeus, une grande créature sombre aux yeux rouges et bleu, que nous pouvons simplement décrire comme étant mi-Arceus mi-Darkrai, regardait une scène à travers sa boule de cristal. Mais c’est tout de même une description de flemmard, et en plus tous ceux qui ne connaissent pas les Pokémon par cœur seront paumés, alors nous allons en faire une vraie ! Certes, Darkeus était grand, mais grand comment ? Eh bien, immense ! Même le plus grand des immeubles ne le dépassait pas ! Il possédait un pelage noir, et il était si poilu qu’il semblait posséder une barbe. Son ventre était rouge foncé, et il possédait un collier dentelé de la même couleur autour du cou. C’était une créature à sabots, ceux-là étaient gris. Sur sa tête, il avait deux cornes, même si elles agissaient un peu comme des oreilles. Voilà pour sa description ! Nous disions donc ! Darkeus, dans sa boule de cristal, voyait un jeune homme d’une vingtaine d’années, absorbé par ses pensées.

« C'est le bon. C'est cette personne. Je vais l'envoyer dans un enfer. Il n'en sortira jamais. Il faut d'abord extraire quelqu'un du monde où je vais l'envoyer. Au moins, il sera attiré au passage. »





Sur la planète Terre, un jeune homme du nom de Jean voulait absolument hériter des richesses de sa grand-mère, Mémé Janine. Or, cet héritage devait revenir au fils aîné de la fille de Mémé, c'est-à-dire Charles. Cet homme, Jean, avait les cheveux blonds, même s’ils tiraient plus vers le blanc, allez savoir pourquoi. Sauf que l’auteur de cette histoire était très stupide, et elle ne se souvenait pas que ce genre de couleur s’appelait blond platine. Décidément, quel manque d’attention pour bien écrire son histoire ! Une mèche rebelle sortait de son amas de cheveux, pour s’enrouler autour d’une chose qu’elle seule pouvait voir. Jean avait beau la coiffer, rien à faire : elle restait encore et toujours enroulée autour de ce vide ! Les yeux du jeune homme étaient d’un rouge foncé, qui faisait souvent peur à chaque personne qui le croisait. Il s’habillait avec des habits légers, sauf en hiver. Cette description physique commence à devenir un peu générique… Parlons plutôt un peu de son caractère ! Déjà, tout le monde le détestait. Mais pourquoi donc ? Tout simplement car il aimait faire du mal aux animaux. Et, encore une question, pourquoi n’était-il donc pas en prison ? La police disait toujours que ce n’était pas grave cette fois, et que, de toute façon, il ne recommencerait pas… Mais non, il recommençait encore et toujours, et le gouvernement s’en fichait. Oui, le gouvernement, parfaitement ! Et, oui, Jean était de nature sadique ; mais tout le monde s’en fichait à peu près…

 La région où se trouvait ce petit village était un coin perdu. Il était infiniment rare qu’un touriste de l’extérieur arrive. Ou alors, c’était une personne qui s’était perdue… Il y avait si peu d’habitants dans le hameau que tous se connaissaient. Combien était-il, environ ? Une petite centaine, tout au plus. Cette petite ville comptait cependant tout le nécessaire pour survivre : Une école pour permettre aux jeunes d’apprendre, un boulanger pour le pain et les friandises, un boucher pour la viande, etc. Si les jeunes voulaient aller faire des études, ils devaient déménager pour une ville plus riche. Le bourg était magnifique : Des fleurs et tous autres objets de décoration remplissaient la ville de beauté ; elle méritait au moins cinq étoiles, pour son originalité et son éclat !

Les environs de cette ville étaient un peu vides. Enfin, vides, sous le sens « Il n’y a pas d’habitants ». Après le panneau « Vous quittez la ville », il n’y avait que champs et forêts. La prochaine ville était à quinze kilomètres de ce coin perdu… Mais, au moins, les gens y étaient heureux ! Il y avait aussi une grande forêt à la périphérie de la ville, non loin de la prison. Cette forêt était réputée pour les nombreuses personnes qui s’y perdaient. Car, oui, ce bois était très épais. L’air y était suffocant, les arbres craquaient sans aucune raison. Il y faisait très sombre et, souvent, des corbeaux croassaient d’un air de défi. Personne ne voulait s’aventurer dans cet endroit lugubre.

Personne. Absolument personne…





C’est le matin. Les oiseaux chantent.

Le réveil de Jean venait de se mettre à sonner. Le « Driiiing » résonnait dans toute la maison. Agacé, le jeune homme l’attrapa, ouvrit la fenêtre, le balança sur les oiseaux et retourna se coucher. Mais, voilà : Il ne pouvait plus se rendormir. Saleté de réveil ! Jean se leva et courut s’habiller. C’est alors qu’il entendit quelqu’un qui l’appelait. Regardant par la fenêtre, il aperçut le facteur. Celui-ci lui demandait de descendre pour prendre le courrier. Exaspéré, Jean se coiffa vite fait et dégringola l’escalier pour aller à la rencontre de ce satané facteur.

 « Bonjour ! » lança d’un air sympa le facteur. « J’ai pour vous une lettre du maire. Il vous invite à venir cet après-midi, à treize heures, pour une annonce importante !
 - Ouais, t’aurais pu juste me donner la lettre histoire que je la lise, pas besoin de tout me dire non plus.
 - … Ah… Okay… »

Finalement, le facteur partit, disant qu’il n’avait pas que ça à faire, de bavarder avec les gens du quartier. Voilà, Jean avait gagné, il avait fait fuir le facteur ! En même temps, il n’avait, mais alors pas du tout envie de parler avec quelqu’un, ce matin…

Le voilà qui se posa une question : Pourquoi le maire l’avait-t-il invité lui ? Il y avait bien une raison ! Pourquoi était-ce si important ? Jean était peut-être antipathique, mais il était aussi très curieux. C’était sûr, il allait aller à cette annonce !


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : blueviolet






Dernière édition par Fluffy le Ven 19 Oct - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eevee33.deviantart.com En ligne
Fluffy
Boule de Poils
avatar

Messages : 1431
Age : 23
Localisation : Derrière toi ! Et pendant que tu te retournes, j'te pique ton portefeuille !

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Un Enfer, dites-vous... ?   Mer 10 Oct - 22:54


L’après-midi arriva vite, et Jean se rendit à la Grand-Place, là où se déroulait l’annonce. Plein de gens s’y trouvaient déjà, et le jeune homme aux cheveux clairs, qui regardait la foule, reconnut… Charles ! Il lança un regard de défi à son frère, mais ce dernier ne le remarqua même pas ; Il regardait le maire, qui, assis sur une chaise en hauteur, observait le public.

Le grand homme corpulent représentant la ville se leva et salua les habitants de la ville. Les gens applaudirent – sauf Jean, bien entendu ! – et le maire demanda ensuite le silence.

 « Mes chers concitoyens ! » annonça le gros homme de sa voix tonnante. « Vous connaissez tous Mémé Janine. C’est la femme la plus riche de la ville, peut-être même de la planète. Et, vous le savez très bien, quand elle décédera, ses richesses iront à son petit-fils Charles, ici présent.
 » Eh bien, hier matin, Mémé Janine m’a téléphoné. Elle m’a demandé de vous parvenir ce message : "Je voudrais dire quelque chose d’important à la ville. J’ai eu une idée, une bonne. Si je meurs dans les trois semaines à venir, mes richesses iront à mon petit-fils Jean ! "
 » Je trouve ce message obscur de la part de Mémé Janine, mais nous tiendrons parole. Espérons qu’il n’arrive pas malheur à Mémé Janine ! Voilà, l'annonce est terminée ! »

Les gens applaudirent à nouveau. Jean regardait le maire, les yeux brillants. C’était une excellente nouvelle qu’il y avait là ! L’intention de Jean était très claire : il voulait tuer Mémé dans les trois semaines qui suivent !





Quand la foule se dispersa, Jean fila chez lui en quatrième vitesse. La grande intervention du maire l’avait mit de bonne humeur pour toute la journée, elle qui avait si mal commencé ! Chez lui, le jeune homme prit le matériel nécessaire pour assassiner sa pauvre grand-mère : d’abord, il prit un couteau de cuisine. Inutile de préciser son utilité... Il attrapa ensuite le plan de la maison de Mémé. Pourquoi donc ? Car la demeure de vieille dame était gigantesque, alors Jean aurait vite fait de s’y perdre ! Il attrapa également une cagoule, pour ne pas qu’on le reconnaisse – de toute façon, sa mèche rebelle en dépassait, alors ce capuchon n’aura absolument aucune utilité… – et enfin, il prit un lance-grenade. Où l’avait-il trouvé ? Dans le magasin de la pègre, évidemment ! Eh oui, il y avait ce genre de boutique dans ce petit village. Quand je vous ai dit qu’il y a tout le nécessaire…

Jean fourra tout son bazar dans la voiture, située dans son garage pour que personne ne voie son petit manège. Il prit les clés de sa bagnole, la démarra, puis il partit pour la maison de Mémé.





 « Mon plan fonctionne à merveille. »

Darkeus éclata d'un rire diabolique. La bête regardait encore et toujours le jeune homme, qui, il ne le savait pas, évoluait comme le voulait la chimère maléfique. Ce dernier regarda dans les profondeurs de son antre. Elle était déserte. Il se replongea donc sur l’image de sa boule de cristal.





Il faisait nuit, les étoiles scintillaient tristement dans le ciel empli de vide obscur. « Mémé ne se doute de rien », pensa Jean. Il gara sa voiture en silence, devant les buissons et la barrière délimitant le territoire de la maison de Mémé. Une lumière venait d’une pièce. Ce n’étaient pas les majordomes, ils étaient, étrangement, couchés à cette heure-là. Non, en fait, c’était elle. La vieille dame était dans la cuisine ! Elle préparait des galettes au beurre et à la framboise, des gâteaux délicieux qu’elle offre à toute la ville en gage de remerciements à toutes les personnes gentilles de la ville… Elle venait de finir les galettes. Elle ouvrit la fenêtre pour observer les étoiles tapissant le ciel de cette nuit sans lune,. Jean se força de bien se cacher pour que Mémé ne le voie pas. Les cheveux de la vieille dame brillaient sous la lumière d’un lampadaire. Elle s'était fait un chignon, ce qui la rendait très jolie. Mais elle le défit. A présent, ses cheveux gris ondulaient sous le vent nocturne. Elle ferma la fenêtre et quitta la cuisine. Jean devina qu'elle allait se coucher. Il était temps ! Ce paragraphe était trop bien écrit pour cette histoire, quelle idée de partir si sérieusement…

Il sortit de la voiture et, discrètement, escalada la barrière et la haie, pour entrer dans le jardin. Et c’est à ce moment-là que le jeune homme remarqua que le portail était grand ouvert, invitant tout le monde à entrer… « Tout ça pour rien ! » songea Jean. Soudain, un chien arriva en aboyant. C’était le chien de garde, grand, fort et menaçant. Jean l'endormit bêtement avec le gaz soporifique... « Une veine que Mémé n'entende pas bien ! » pensa-t-il. Il observa le jardin pour être sûr que personne ne le suivait. Seuls les pétunias étaient témoins de ses actes. Jean ne voyait rien du tout dans le jardin, il avait oublié sa lampe de poche – Il n’était vraiment pas doué… Il observa le sol pour trouver le chemin dallé menant à la porte. Il l'aperçut et le suivit. Il ouvrit la porte avec son couteau et entra. Tout était calme. Tout était grand. Trop, même… Jean entra dans le salon, cherchant en même temps la carte de la maison. Mais bien sûr, il l’avait oublié dans la voiture… Décidément ! Là, un tigre arriva en feulant. C'était le tigre de garde, tout aussi grand, fort et menaçant que le chien de garde ! N'ayant plus de gaz soporifique, Jean fut contraint de quitter la maison en quatrième vitesse. « Je réussirais demain ! » pensa-t-il.





Le lendemain, Jean se réveilla. Il s’habilla rapidement et, sans prendre de petit-déjeuner, alla dans le magasin de la pègre encore à moitié endormi. Il acheta encore une dose de gaz soporifique, des saucisses qui font dormir et un vrai couteau véritable – qui, bien sûr, était d’une qualité hors norme. Il n'oublia cette fois pas la lampe de poche. Il enfila tout dans le sac en attendant le soir.


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : blueviolet






Dernière édition par Fluffy le Sam 20 Oct - 0:12, édité 2 fois (Raison : Edition du chapitre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eevee33.deviantart.com En ligne
Fluffy
Boule de Poils
avatar

Messages : 1431
Age : 23
Localisation : Derrière toi ! Et pendant que tu te retournes, j'te pique ton portefeuille !

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Un Enfer, dites-vous... ?   Sam 27 Oct - 23:44


Le soir venu, Jean retourna chez Mémé. Il avait amené un jeu de carte en attendant que sa grand-mère s'endorme. Le jeune homme n’arrêtait pas de perdre… Contre lui-même. Oui, oui, il était vraiment stupide, parfois... Quand elle alla se coucher, Jean sauta dans le jardin. Il endormit le chien, ouvrit la porte, donna les saucisses au tigre et trouva la chambre de la vieille dame grâce au fameux plan. Celle-ci dormait d’un sommeil profond, et bientôt éternel. Jean s'approcha, avec son couteau flamboyant, et l'abattit sur la pauvre grand-mère. « Cette fois ci, j'ai mon héritage ! » pensa le jeune homme en sortant de la demeure, sûr et fier de lui.





Le matin pointa le bout de son nez. Les oiseaux se mirent à chanter, le réveil, à moitié démolit, sonna. Jean l’ignora, l’appareil sonna de plus belle. Le jeune homme le démolit à coup de marteau, puis il s’étira, de bonne humeur.

 « Enfin ! » s’écria-t-il. « Je vais avoir mon héritage ! »

Il se dirigea vers la fenêtre, et l’ouvrit. Le soleil était au rendez-vous, les oiseaux continuaient de chanter joyeusement, ignorant la présence de leur ennemi juré. Il semblait montrer quelque chose, Jean se demanda ce que ça pouvait bien être. Il baissa la tête. Sur le trottoir, Mémé Janine promenait son chien. Eh oui ! Mémé était encore là !

 « Quooooiiiiiiii ?! » hurla Jean, ce qui fit fuir d’un coup tous les oiseaux. « J'ai dû rater mon coup ! Rah, ça m'énerve, puisque c'est comme ça, je vais détruire la maison, tant pis pour l'héritage ! »

Eh oui, du coup, le jeune homme était en rogne ! Mémé continua son chemin sans rien remarquer, et Jean était plus que déterminé !





Le soir, il retourna une fois de plus devant la maison de Mémé. D’un geste, il sortit son lance-grenades de sa voiture, l’arma et tira sur le bâtiment. Une grosse fumée grise enveloppa les alentours, plus rien n’était visible. Le jeune homme se réjouit :

« La maison est maintenant détruite ! Aha ! »

Quand la fumée se dissipa, Jean eut le malheur de constater que la maison était intacte !

 « AAAAAAARRRRRRRGGGGGGHHHHHH !!!! » hurla-t-il.

Soudain, à la seconde d’après, la police arriva, toutes armes pointée et voitures hurlantes :

 « C'est vous qu'essayez de tuer Mémé Janine ? » fit le commissaire. « Bravo ! On ne peut plus se fier au petit-fils maintenant. En prison ! »

Et Jean fut amené en prison, sans qu’il puisse dire quoi que ce soit...





Mémé Janine avait entendu du bruit. Elle se leva et regarda par la fenêtre, pour voir la scène qui se déroulait devant chez elle. Elle fit semblant de n’avoir rien vu, puis retourna s’asseoir sur son fauteuil fétiche.

 « Ah, la maison blindée, l'immortalité, que demander de plus ? » s’extasia-t-elle. « N'est-ce pas, ma chère Annette ? »

Un robot entra dans la pièce avec un service à thé :

 « Oui, ma chère, c’est vraiment étrange que cela vienne d’un coup sans prévenir. Mais ne nous plaignons pas ! Sauf que votre petit-fils aîné n'aura jamais l'héritage...
 - Lui ? Il veut l'héritage pour se la couler douce, comme Jean. Moi, au moins, j'aide les gens avec mon argent !
 - Encore un peu de thé ?
 - Volontiers ! »





Dans son antre, Darkeus se frottait les pattes d'un air satisfait.

 « Tout se passe comme prévu. Enfin, il n'a pas tué sa grand-mère, mais il a quand même atterrit en prison. C'était un jeu d'enfant d’ordonner à la grand-mère d’écrire cette lettre pour le maire. Enfin, bon, passons à la chose suivante... »


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : blueviolet




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eevee33.deviantart.com En ligne
Fluffy
Boule de Poils
avatar

Messages : 1431
Age : 23
Localisation : Derrière toi ! Et pendant que tu te retournes, j'te pique ton portefeuille !

MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Un Enfer, dites-vous... ?   Lun 10 Déc - 18:25

CHAPITRE 2 : La prison


Jean fut amené en prison, après avoir voulu éliminer Mémé Janine. Le bâtiment, pourtant vieux d’une trentaine d’années, semblait neuf comme s’il venait d’être construit. En fait, des volontaires le retapaient tous les jours, pour en faire un endroit très accueillant ! Les policiers firent entrer Jean dans le bureau du directeur de la prison. Celui-ci, l’air amical, l'accueillit les bras ouverts. Il portait un uniforme bleu, était corpulent comme le maire et avait sur la tête un chapeau hérissé de plumes d'autruche ridicule. Il fit visiter l’établissement à Jean en lui montrant les principaux endroits de la prison, comme la cantine, la salle du lavage du linge sale et la cour de « récréation »… Bref, avec ce directeur-là, Jean avait l’impression de rentrer une seconde fois en maternelle. Puis, l’homme corpulent l'amena dans la cellule réservée à lui seul en disant :

« Un gardien te cherchera à midi pour aller manger ! »

 Puis il regagna son bureau, près à accueillir quelqu'un les bras ouverts, l’invitant à venir dans cette prison-maternelle.





 Le gardien chercha les détenus à midi pile, comme promis, et les amena dans la cantine à midi pile également, car la pièce n’était pas vraiment loin. Une odeur exquise volait dans la salle.

  « Chic ! » fit un détenu « Le chef cuisinier fait des pommes de terre sautées ! »

 Tout le monde s'asseyait, l'eau à la bouche. Jean, lui, n'aimait pas les patates sautées. Il ne pensait qu'à une chose : s'évader d'ici ! Mais il ne savait pas comment...





 L'après-midi, les prisonniers allèrent laver leur linge. Ils ne lavaient pas à la main, mais des machines faisaient tout le boulot. C’était bien pratique ! Au moins cinquante machines étaient alignées dans l'énorme pièce. Des tonnes de boîtes de produit de lavage étaient entassées dans une armoire en bois de chêne. Jean eut alors une idée : Il mélangea le produit de nettoyage se trouvant dans les machines avec du sable, puis il alla mettre son linge dans la seule machine qu'il n'avait pas « contaminée ». Quand les détenus reprirent leur linge, celui-ci était troué… Tous se mirent à râler de mécontentement et à s’en prendre aux gardiens, tandis que Jean pouffait en silence. Les détenus regagnèrent leur cellule, coléreux, et Jean éclata de rire.





 Le lendemain, après le petit-déjeuner, les prisonniers purent aller dans la cour. C'est à ce moment là qu'une bête rose apparut. Elle était plutôt dodue et avec de longues oreilles pointues. De drôles d’ailes toutes mignonnes se trouvaient dans son dos, elle ressemblait à une sorte de cochon-lapin. Elle portait un panneau et le brandissait, l’air las. Dessus, il y avait écrit ces mots « Vive la prison ! Ne soyez pas tristes, de bons plats à base de patates sont proposés tous les jours ! ».

  « C'est quoi ? » demanda curieusement Jean à son voisin.
  « Ça ? » répondit-il. « C'est le scénar- pardon ! La mascotte. Elle est arrivée hier. Elle ne nous sert à rien, par contre. Elle est comme une détenue qui voudrait à tout prix sortir de la prison... Mais le directeur lui fait confiance, il lui a même confié les clés des cellules. Mais par contre, il veut AB-SO-LU-MENT la garder ! Du coup, il a fait placer plein de gardes à l’entrée, comme ça si elle veut sortir, zou ! Retour au bercail ! Et, heureusement pour le directeur, elle n'a jamais laissé échapper qui que ce soit... »

 Soudain, une idée émergea dans la tête de Jean, car, oui, il avait souvent des idées ces temps-ci : il allait se servir de la mascotte pour s'évader !


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : blueviolet




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eevee33.deviantart.com En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fan-Fiction] Un Enfer, dites-vous... ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fan-Fiction] Un Enfer, dites-vous... ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit Diable, l'enfer pour vous servir.U~C || 18 mai ─> Kit, Codes, Descriptions + IP
» Haïti / Double nationalité : Des preuves dites-vous ? En voilà!
» ANASTASIA - Attention à cette silhouette envoûtante, on croit voir passer un ange mais c'est l'enfer qui vous tente.
» Alek *Attention à cette silhouette envoûtante, on croit voir passer un ange mais c'est l'enfer qui vous tente.
» luna&hani | sherlock holmes, dites-vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Flood :: Coin des Artistes-
Sauter vers: