Accueil

Partagez | 
 

 Captifs

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Carbuncle

avatar

Messages : 110

MessageSujet: Re: Captifs   Jeu 8 Nov - 22:29



PNJ : Orca


Orca suivait les agissements du mage avec intérêt. Stephano, lui, avait repris sa routine et s'occupait de faire passer sa séance "d'immersion" à la mako à un type assez costaud. Ca s'était plutôt bien passé, le patient semblait assez bien tolérer  la mako. Il n'avait, pour le moment, pas l'air de souffrir d'une quelconque mauvaise réaction.
Ephrem était toujours là, toujours aussi loquace...Il surveillait à ce que les patients se tiennent à carreaux.

Le mage avait réussi à trouver la réserve, un peu par hasard, car il n'avait pas pris le plan. Orca était un n peu déçu et ne comprenait pas pourquoi il ne l'avait pas pris. Est-ce qu'il ne savait pas lire ? Même si c'était le cas, il pouvait comprendre le dessin du plan, non ?
Quoi qu'il en soit, la réserve contenait quelques sacs et armes que ceux qu'ils avaient embarqués portaient avec eux... Quelques matéria, même des "sphères" qui venaient d'un monde s'appelant Spira, pour le moment, ils ne savaient pas trop à quoi ça servait, mais ils tentaient de récolter des informations auprès de leurs captifs originaires de ce monde. Dont le lion bleu qu'Ephrem aimait bien...

En faisant l'inventaire de cette réserve-là, hormis également des paquetages pour leurs soldats et autres collations. Il y avait donc des armes ; une petite dague dont le pommeau était finement sculpté ayant l'apparence d'un loup. Un médaillon rond en argent avec gravé le nom de "Cross" dessus, tout ça à côté d'un sac à dos vert avec un badge de chococo accroché dessus...Pas de Bâton. En revanche, il y avait une grande lance en bois, une hache. Quelques potions, ethers, un paquet de carte d'un chat rose, d'un petit alien vert, d'un chevalier sur un cheval à huit pattes et plein d'autres...Le mage pouvait prendre ce qu'il voulait et continuer son chemin sans que, pour le moment, personne ne l'arrête. Il avait même toutes les protections qu'on lui avait ôtées. En sommes, il ne manquait rien, excepté son bâton.

-"Quand allez-vous intervenir exactement ?" demanda Stephano.
-"Je vous l'ai dit, j'attends de voir s'il la trouve et comment il réagira en la voyant."

C'était quand même risqué comme plan, "elle" était plutôt instable, même leurs tsviets ayant obtenu leur rang depuis un moment ne s'y approchaient pas. Il était impossible de savoir à quoi et comment elle pensait, s'ils avaient enfin réussi à s'approprié son esprit ou non...Et voilà qu'ils comptaient sur un pauvre petit bonhomme pour essayer d'avoir quoi ? Des infos sur elle et au passage d'en savoir plus sur lui ? Décidemment, Stephano ne comprendrait jamais Orca.

* * *

Ce que Joan ne savait pas, c’était que, plus discrètes que leurs congénères des couloirs, des caméras filmaient également l’intérieur de la petite pièce mal éclairée. Inutile de dire que, depuis la salle de surveillance, on avait vu ce qu’il avait fait…

« Je savais bien que laisser Amaryllis seule à la tête de ce département était une mauvaise idée… » lança l’une des personnes qui observaient les écrans.
« Pourquoi l’avoir laissé alors ? »

Il lança un regard noir au garde qui venait de faire ce commentaire, avant de reprendre, en voyant sur les écrans que plusieurs des détenus étaient à présent sortis de leurs cellules et vagabonder librement dans les couloirs – ils avaient sûrement été libérés par le jeune homme qui avait récupéré la clé magnétique d’Amaryllis :

« Envoyez des gardes arrêter tous ce petit monde, ramenez-les à leurs cellules s’ils se laissent faire, abattez-les dans le cas contraire. »

Ils n’avaient pas le temps de s’amuser à ramener tout le monde de force, cette méthode-là était la plus rapide !

« Ah, et laissez un peu plus longtemps le gamin vagabonder, je veux savoir jusqu’où il peut aller comme ça… » continua-t-il.
« Entre Amaryllis qui le surveillait à peine et vous qui le laissez traîner, y en a pas un pour rattraper l’autre…
- Pardon ?
- Rien rien… »

Et qui avait engagé ces gardes qui se permettaient de faire des commentaires à tort et à travers ?! Il envoya d’autres gardes s’occuper d’Amaryllis avant de se focaliser à nouveau sur les écrans.

« De toute façon, il ne pourra pas sortir d’ici facilement… »




La plupart des détenus que Joan avait libérés s’étaient enfuis à travers les couloirs, ne respectant pas forcément sa consigne de rester silencieux… Bientôt, on entendit des coups de feu résonner, preuve que certains d’entre eux n’avaient pas voulu rentrer tranquillement dans leur cellule… Un petit groupe s’était formé autour de Joan, et ne semblait pas vouloir le quitter…

« Notre sauveur ! » lança un type roux à l’allure d’un bourgeois, qui ébouriffait les cheveux du jeune homme, l’air extrêmement heureux. « J’ai cru que nous allions rester enfermés ici jusqu’à la fin des temps ! Comment te nommes-tu, glorieux bienfaiteur ?
- Chuuuut ! Tu vas nous faire repérer à parler aussi fort ! »
lui dit un Mog aux grandes oreilles, couvert de bandelettes.

Mise à part cet espèce de bourgeois excentrique et la jeune fille qui était dans la même pièce que Joan tout à l’heure, les autres membres du groupe étaient assez hétéroclites… Déjà il y avait ce Mog recouvert de bandelettes qu’on aurait dit que quelqu’un avait essayé de le momifier, puis ces deux animaux bipèdes qui devaient sûrement venir d’Héra, une espèce de lézarde avec une longue chevelure qui lui cachait le visage, et une petite chèvre noire de la même taille que Vingt-deux. Ils fixaient tous Joan avec grand intérêt…

« Je propose que nous en fassions notre guide ! » continua le bourgeois, qui avait baissé un ton. « Lui qui a réussi à se délivrer de ses malfaiteurs, il pourra nous mener à la sortie sans aucun risque !
- Je suis d’accord ! »
répondit le Mog. « Il doit être sacrément doué pour avoir réussi à obtenir la clé ! »

La lézarde donna un coup de poing dans l’épaule de Joan.

« Ce gringalet, nous sauver ? Vous croyez vraiment qu’il a réussi à s’échapper facilement comme ça ? Qui vous dit que c’est pas un des types qui travaillent ici qu’on a pas vu encore ? Eh ! » Elle agrippa les cheveux du jeune homme. « T’as intérêt à te tenir à carreaux, tu tiendrais pas une seconde face à moi !
- Ah oui mince, surtout que j’ai entendu parler d’histoire de types à qui on faisait passer des tests. »
continua le Mog. « Si ça se trouve c’est un test qu’on nous fait passer, c’est lui qui le dirige…
- N’importe quoi ! »
s’écria la jeune fille. « Il était avec moi pendant qu’on faisait des tests sur NOUS ! Et… Comment tu as fait pour t’échapper… ? Tu ne saurais pas où est l’homme qui était avec nous aussi… ? Je… je voulais m’excuser… Je voulais pas lui faire du mal… »

Elle se mit à pleurer, encore… S’en suivit un silence gênant.

« Je… Je pense qu’on devrait le suivre… ? » dit soudainement la petite chèvre noire. « C’est que… il nous a sorti de là, quand même… on devrait un peu lui faire confiance… Non ? Au pire c’est pas grave… je veux dire… si on lui fait confiance, si c’est un méchant… eh bien…
- ABREGE !! »
s’écria la lézarde.
« Aaaah désolé désolé !! Je veux dire qu’on peut le suivre parce que ! Voilà ! S’il est gentil on sort sinon on sort pas je… Enfin si vous êtes d’accord ! »

La jeune fille et le bourgeois semblaient bien vouloir suivre et obéir à Joan ! Le Mog, lui, semblait, sceptique, et la lézarde… On se demandait pourquoi elle restait là… Ils se présentèrent au jeune homme, qui put enfin obtenir le prénom de la jeune fille, qui s’appelait Julie. Le type à l’allure bourgeoise disait s’appeler Alexandre (avec moult particules et autres noms derrière, mais dans un souci de simplification, nous allons rester avec un seul mot…), le Mog se surnommait lui-même Ramsès à cause des bandelettes qu’il avait, la lézarde s’appelait Suzie et la chèvre Raven. Joan devait à présent se débrouiller avec tout ce petit monde et essayer de faire quelque chose d’eux…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 940

MessageSujet: Re: Captifs   Ven 9 Nov - 15:49

Joan commençait à se demander si ça avait été une bonne idée d'ouvrir les portes...Il avait entendu des coups de feu pas loin d'ici. Dès qu'il avait ouvert les portes, ils s'étaient précipités en courant à travers les couloirs, certains avaient donc dû se faire tirer dessus par les gardes...Joan s'en voulait, ça leur serait pas arrivé s'il n'avait pas ouvert, mais en même temps, il n'aurait pas pu résoudre à laisser les portes fermées sachant qu'ils resteraient là à subir, il ne savait quoi. Une poignée d'autres avaient eu un peu plus de bon sens et étaient restés près de lui, sans esclandre, les gardes ne les avaient pas encore appréhendés et Joan aller faire en sorte qu'ils ne le fassent pas. S'ils arrêtaient un peu de jacasser...

Un homme humain, roux faisait des louanges à Joan, ce qui le mettait plus mal à l'aise qu'autre chose. Il était suivi par un mog qui était bien décidé à laisser les commandes au jeune homme, qui n'en avait absolument pas envie. Il n'avait pas l'âme d'un chef. Pas du tout. Lui aurait aimé profiter de l'agitation des gardes occupés avec les évadés pour tenter de mettre les voiles, mais visiblement, il devait revoir son plan. Heureusement, enfin...façon de  parler...
la femme lézarde qui les accompagnait ne semblait pas vouloir mettre Joan sur un piédestal. Après s'être massé l'épaule brièvement une fois qu'elle lui eut donné un coup de poing...Joan décida d'essayer d'ignorer tout le monde il regardait autour de lui la laissant parler, lorsqu'elle l'attrapa par les cheveux pour ensuite le menacer. Si c'était sa façon de le remercier, elle laissait un peu à désirer.

"Est-ce que j'ai vraiment l'air d'avoir l'attitude d'un de ces types ?"
dit-il en se dégageant. "Et si vous pouviez éviter tous de toucher mes cheveux ce serait drôlement bien."

Il n'y en avait qu'une qui semblait raisonnable aux yeux de Joan, c'était la jeune fille qu'il avait rencontrée plus tôt avec Conan...Elle le défendait face aux soupçons de la lézarde et du mog qui avait l'air extrêmement versatile...

"J'ai...attaqué Amaryllis avec le scalpel...Je ne pense pas l'avoir tué, ils ne devraient pas tarder à la trouver...C'est comme ça que je me suis enfui." Et au sujet de Conan. "Je lui ai fais plus de mal que toi..."

Pour lui, c'était clairement de sa faute si Conan avait gravement blessé. C'était parce qu'il avait refusé de l'attaquer lui. Peut-être que s'il n'avait pas copiné avec il aurait attaqué Joan. Il serait vite remis, pour Conan en l'état, ce serait plus compliqué. Une fois un pseudo calme revenu et les présentations faites, que tout le monde avait fini de dire ce qu'il avait à dire. Joan prit quelques instants pour réfléchir. Le but, n'était pas seulement de fuir, mais aussi trouver Vingt-deux. A ce propos...

"L'un de vous n'aurait pas vu un mage noir ? C'est...un petit bonhomme...noir avec des gros yeux jaunes, il s'appelle Vingt-deux."

Parce que le retrouver ici risquerait d'être très compliqué. Il pensait chercher une sorte de registre quelque part qui indiqueraient les numéros de cellules de tous les prisonniers - il fallait bien que la deepground puisse les repérer aussi. Mais, si leurs prénoms étaient renommés par des nombres comme il le pensait cela rendrait sa tâche impossible.
Il y avait une salle pas trop loin d'eux pas de garde devant. Il y avait une inscription près du mur qui indiquait qu'il s'agissait de l'infirmerie. Il y avait peut-être des informations à récupérer la-bas.

"j'aimerais aller jeter un œil à l'infirmerie. Vous n’êtes pas obligé de me suivre. Si vous le faite, attention aux cameras, longer les murs, tenter de rester dans leurs angles morts."

Tenter d'éviter les gardes ce serait bien aussi, parce qu'il y en avait un tout près, Joan ne pouvait pas encore le voir, mais il l'entendait marcher. Une démarche lourde et assurée. Pas du tout le genre de démarche d'un prisonnier affolé qui vient de s'évader.
Joan avisa la lézarde, certainement "l'homme" le plus costaud de leur groupe. Il essaya la flatterie.

"Euh...Suzie ? Vous avait l'air très forte et moi je ne suis qu'un "gringalet" comme vous dites...Et si...vous passiez devant ? Vous seriez plus apte à vous débarrasser d'un garde, en cas de problème on sera là..."


De toute façon, Joan n'en démordrait pas, avec ou sans eux, il irait là-bas, au mieux essayer de trouver des papiers au pire récupérer quelques objets de soins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 455

MessageSujet: Re: Captifs   Lun 12 Nov - 23:43


Il y en avait des choses, dans cette pièce… Plein d’objets sphériques dont Vingt-deux ne voyait pas l’utilité. Par contre, plus loin, il y avait des choses plus importantes… Cette arme, ce médaillon et ce sac… C’était les affaires de Joan ! Tout content, le Mage Noir s’en approcha, et découvrit qu’il y avait encore d’autres objets tout autour : de la nourriture qui avait l’air bien plus appétissante que ce qu’on avait essayé de lui donner la veille, d’autres armes (mais qui semblaient trop grandes ou encore trop lourde pour que le petit mage puisse les porter…) des potions, des cartes… Bien entendu, il n’y avait pas son bâton, ni même le reste de sa collection de bâtons, sinon ce n’était pas drôle… Il repéra aussi le reste de son équipement qui n’était pas ses armes. Il s’empressa d’enfiler tout ça, lançant des regards furtifs et réguliers en direction de l’entrée pour vérifier que personne n’entrait… Il se mit ensuite à réfléchir à toute vitesse. Il ne devait prendre que ce dont il avait besoin… Inutile de s’encombrer de toute sorte de choses… Il but un ether, en prit un autre qu’il glissa dans le sac à dos de Joan. Puis, il prit ce sac sur son dos, passa le médaillon autour de son cou et garda la dague du jeune homme dans sa main gauche. Voilà, c’était bon, il avait le plus important… ! Puis il pensa à ce que Joan ferait lorsque ses yeux se posèrent sur les cartes. Bon, d’accord… Le Mage Noir glissa également celles-ci dans le sac de Joan.

Et maintenant, où aller ? Pas question de faire demi-tour, il devait continuer à avancer dans la même direction qu’il avait prise au début… Vingt-deux se glissa discrètement hors de la réserve, regardant partout. Il n’y avait toujours personne, tant mieux ! Mais… C’était quand même bizarre ça, non ? Ils devaient être au courant qu’il s’était enfui, non… ? Ils n’étaient pas si aveugles que ça… D’accord, Vingt-deux était vraiment petit, mais pas autant pour ne pas faire la différence quand il était là ou pas ! Il eut soudainement un mauvais pressentiment… Il essaya de mettre cette pensée de côté pour continuer à avancer. Il rencontra bientôt un couloir qui s’éloignait, semblait-il, de cet endroit tout circulaire… Peut-être qu’il y avait une sortie, par-là ? Il entra donc dans ce couloir. De toute façon, ça l’éloignait sûrement plus de la pièce où il y avait Ephrem et les cuves d’eau ! Et tant qu’il ne les revoyait plus, c’était tant mieux !

~~~~~~~~~~

Action de Vingt-deux :

Il emprunte le couloir du bas.


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate




Art © Flavia-Elric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carbuncle

avatar

Messages : 110

MessageSujet: Re: Captifs   Aujourd'hui à 0:11



PNJ : Orca


Le mage était toujours très mal équipé lorsqu'il sortit de la réserve. Orca ne comprit pas pourquoi il avait prit certains objets que lui jugeait inutiles pour prétendre sortir d'ici. La lance du Ronso n'avait pas été touchée, de toute manière, Orca avait douté que la petite créature puisse la manier...

Il l'observait quittant la remise, se dirigeant vers le Sud, c'était précisément là où Orca voulait qu'il aille. Personne, aucun garde n'était présent pour empêcher le mage d'évoluer où il le voulait. Il put alors pénétrer dans le corridor. Il pouvait entendre des bruits de chaînes se trainant au sol, d'étrange grognement gutturaux, mais s'il souhaitait rebrousser chemin, il était trop tard. Les portes s'étaient refermées derrière lui dans un bruit sourd. S'il voulait partir, il ne pouvait qu'avancer vers ce qui provoquait ses sons menaçants et l'air qui devint de plus en plus glacial.

Elle était là, elle l'attendait à l'endroit ou le corridor s'élargissait. Enchainée de façon précaire à des chaines fixées au sol, qui ne demandaient qu'à se rompre à la moindre agitation de la créature. Qu'elle avait dû être belle autrefois, avec sa longue chevelure d'argent, ses yeux bleus qui vous transperce. Elle était immense, le double de la taille standard d'un homme. Sa peau était à présent craquelée, comme une poupée de porcelaine qu'une enfant aurait laissé tomber trop souvent. Ses cheveux emmêlés et ses yeux devenus vitreux qui se posèrent sur Vingt-deux. Elle poussa un cri de colère en se jetant en avant, les chaînes la retenant encore, mais pour combien de temps ?

Orca mangeait un caramel, il regardait la progression et la future lutte qui opposerait le mage à l'invocation de glace, comme s'il regardait un bon film. Stephano en était décontenancé, Ephrem, toujours impassible.
Ils virent enfin la créature, avec un déchainement de colère, rompre ses chaines et se jeter sur Vingt-deux. Difficile pour le mage d'éviter cet assaut. Il se prit la frappe de la créature de plein fouet, le renvoyant contre les portes desquelles il avait dû s'éloigner. Mais, il devrait se remettre vite s'il voulait avoir une petite chance contre elle. Elle était vive et trop puissante...Stephano se demandait bien pourquoi Orca voulait tuer le mage.

* * *

Joan se défendait d’être l’un de ceux qui travaillent ici… Ce qui ne paraissait pas le moins du monde convaincre Suzie !

« Y a tout et n’importe quoi qui traîne ici, c’est pas difficile de jouer la comédie. »

Visiblement, il allait falloir se montrer plus convainquant ! Enfin, même avec ça, la lézarde ne partait toujours pas seule de son côté… Sans doute devait-elle penser qu’elle avait tout de même plus de chance de s’enfuir en groupe que seule… Elle surveillait tout de même Joan d’un air méfiant, qu’il ne fasse rien de suspect, sinon il sentira passer sa punition ! Pour répondre à la question du jeune homme, est-ce que l’un d’entre eux avait vu un Mage Noir… Ceux qui savaient ce que c’était haussèrent les épaules, les autres furent perplexes face à la description que Joan leur donnait…

« Il est peut-être pas dans ce secteur, sinon on l’aurait vu ! » commenta le Mog. « Ça fait longtemps que je suis ici, je sais qu’ils divisent les lieux en plusieurs bâtiments de plusieurs secteurs ! Si ça se trouve, il est même pas dans ce bâtiment ! »

Ça risquerait de compliquer la recherche, tout ça… Du coup, le jeune homme ne les avait pas obligés de le suivre, mais tout le monde le faisait… Ainsi, ils arrivèrent devant l’infirmerie. Non loin, des gardes. S’ils ne faisaient rien, ils risqueraient de se faire repérer… Joan tenta de flatter la lézarde pour qu’elle aille s’attaquer aux gardes toute seule… Elle rit jaune.

« Tu crois que je vais battre à mains nues un type armé jusqu’aux dents ? Si tu veux que quelqu’un y aille, ce sera sûrement pas moi ! Choisis ton petit chien fidèle à la place… » ajouta-t-elle en désignant le bourgeois.
« Oh, oui ! » lança celui-ci. « Je ferais tout pour notre sauveur ! Je m’en vais de ce pas combattre l’ennemi et sortir vainqueur pour contribuer à la réussite de notre évasion !
- Mais t’es débile ou quoi ? Tu vas te faire démonter… »
commenta Ramsès. « Ce qu’il faudrait, c’est quelqu’un d’assez petit et agile pour esquiver facilement les gardes ! »

Là, ils se tournèrent tous vers le Mog.

« Parfait, tu corresponds à la description, minus ! » dit Suzie. « Va les occuper, et reviens en un seul morceau ! »

Elle empoigna le Mog pour le balancer plus loin dans le couloir. On entendit un garde crier après Ramsès, des coups de feu, des bruits de pas qui s’éloignaient…

« Okay gringalet, tu voulais rentrer là-dedans ? » continua la lézarde en désignant la porte de l’infirmerie. « Regarde comment on fait. »

Elle défonça alors la porte ! … Sauf qu’elle était déjà entrouverte, et s’ouvrit donc toute seule… Suzie manqua de se casser la figure en atterrissant dans la pièce, mais se tint aussitôt droite, pour lancer fièrement :

« Voilà le travail ! »

Personne dans l’infirmerie, les lumières étaient éteintes… C’était un peu le bazar, comme si ceux qui se trouvaient à l’intérieur étaient partis dans la précipitation… Plus loin, dans des armoires, derrière une vitrine, plein de flacons. L’armoire était fermée à clef, mais…

« Sérieux ? Une vitre ? » commenta Suzie. « Ils ont pas peur qu’on la brise, hein… »

Raven, qui semblait voir un peu mieux que les autres dans l’obscurité, avait trouvé des outils dans une boîte, tels des ciseaux ou d’autres scalpels, qu’il proposait de prendre à Joan.

« Si on peut… se munir d’armes, même petites… Ça nous arrangerait ! » dit la chèvre noire. « Enfin… Après c’est pas forcément pour les attaquer, hein… On peut… juste leur faire peur avec, par exemple… ? »

Il ne paraissait assez réticent à utiliser ces armes… Sur le mur, on pouvait voir accroché une carte avec des annotations. Par chance, le bourgeois arrivait à lire les écritures de ce monde !

« Si nous nous rendons vers le Nord ou vers le Sud, nous arriveront dans d’autres secteurs ! » dit-il. « Peut-être que nous pourrions trouver ton mage par ces lieux ? »

Pour ce qui était du couloir qui partait sur le côté… Aucune indication. Julie attira l’attention de Joan.

« Excuse-moi, mais… Tu avais dit que tu avais attaqué la dame qui s’occupait de nous… ? Si on est bien dans une infirmerie, ils ne risquent pas de l’emmener ici… ? »

Si c’était le cas, il ne fallait pas qu’ils restent bien longtemps, au risque de se faire rapidement prendre…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Captifs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Captifs
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» La Quête d'Ewilan / Les Mondes d'Ewilan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Gaïa :: Midgar-
Sauter vers: