Accueil

Partagez | 
 

 Captifs

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Carbuncle

avatar

Messages : 92

MessageSujet: Captifs   Lun 23 Juil - 23:39

Joan et Vingt-deux viennent du Village Glaçon


Ceci est une intervention de MJ, mais qui ne vous laisse pas vraiment l'opportunité d'agir à votre guise. Si lancé de dés il y a, ils ne se feront qu'à certains moments donnés par le MJ.



PNJ : Orca

Ramener la récolte de leur derrière rafle jusqu'à leur quartier de Midgar n'avait pas été une mince affaire. Ils avaient, une fois de plus, récupéré trop de monde... Plein d'individus certainement inutiles dont ils devraient se débarrasser un peu plus tard. Ils avaient été jusqu'au village glaçon pensant, à raison, que des étrangers potentiellement intéressants et sortants du portail à proximité du village iraient s'y réfugier. Ils avaient rapatrié tout ce petit monde à bord de leur cargo, le plus discret dont ils disposaient qui était reparti dans la nuit bien vite. Leur plan était bien rôdé cette fois, agir durant la nuit était bien plus judicieux...
A bord du navire, pour plus de précaution et jusqu'à leur arrivée à destination, ils injectaient toutes les deux heures un puissant sédatif pour que leurs captifs restent bel et bien endormis.

Le QG disposait de bien assez de cellule pour leur permettre d'en isoler certains. Ils avaient pu constater que de mettre dans une même cellule plusieurs sujets pouvaient les rassurer, du moins atténuer leur niveau de stress. Ce qu'ils préféraient éviter.
Ils avaient donc choisi d'enfermer l'étrange petit être aux yeux jaunes qu'ils avaient récupéré seul. Il aurait la surprise de se réveiller dans sa nouvelle et luxueuse chambre d'hôte de trois mètres sur trois sans fenêtre mais high-tech dont on ne pouvait ouvrir qu’avec un pass magnétique que seuls quelques membres de la deepground possédaient. Ils avaient en effet eu quelques problèmes d'individus aillant réussi à s'échapper beaucoup trop facilement à leur gout...Maintenant, devant chaque cellule occupée était disposée un garde, de préférence de type colosse, pour pallier à toute déconvenue...

Orca voulait voir leur nouvelle créature. Il y a quelque temps à cause d'une bestiole noir aux yeux jaunes et d'un gamin agaçant, certains d'entre eux s'étaient fait avoir comme des bleus et conduire aux autorités d'un monde appelé Dol. Aujourd'hui, ils avaient eu la chance de capturer ces deux-là et c'était terriblement satisfaisant.
On ouvrit la cellule devant lui avec un pass magnétique. Le soldat s'écarta aussitôt pour le laisser passer. Orca s'agenouilla devant le petit monstre.

"Alors, c'est ça qui vous a causé tant de difficulté...?"

Le soldat derrière lui déglutit avec peine. Orca était grisé de voir l'effet qu'il faisait sur ses nouveaux subordonnés. Le "ménage" qu'avait subi la deepground son "renvoi" de plusieurs membres et le remplacement de leur meneur avait parmi à l'homme d'arriver à la tête de cette branche, à présent il s'octroyait tous les droits...
Il examinait le monstre avec minutie. Il savait d'après les images et rapports, qu'il pouvait utiliser de puissants sorts. Le pouvait-il sans son bâton ? Pour plus de précaution, Orca avait utilisé sa matéria absorption MP jusqu'à plus soif, le petit devait être à sec ou presque. Puis, pour encore plus de précaution le soldat derrière lui, aux aguets, visait le monstre avec son fusil d'assaut prêt à faire feu au moindre mot suspect prononcé...Ils n'avaient plus qu'à attendre qu'il se réveille pour tenter d'avoir une conversation instructive avec lui...

* * *

PNJ : Conan

Ça faisait combien de temps qu'il était enfermé ici déjà ? Quelques jours ? Une semaine ? Deux semaines ?! Aucune idée. S'il avait pu avoir de quoi écrire sur les murs, il aurait fait le compte des jours dessus depuis le début. Enfin, encore fallait-il pouvoir écrire, sur ces murs... Y graver quelque chose était impossible, tellement ils étaient durs ! En quoi étaient-ils faits, pour être si dur... ? Enfin, au bout de quelques jours, il avait abandonné l'idée de sortir d'ici. Bon, d'accord, en vrai il n'avait même pas essayé une seule fois. Mais l'endroit était si bien gardé ! Qu'est-ce qu'il aurait pu faire face aux gardes armés jusqu'aux dents ? Lui n'avait même plus de quoi se défendre, tout lui avait été confisqué à son arrivée ici ! Ils ne lui laissaient même pas au moins une petite chance de s'échapper ! Alors il était là, assis dans un coin de la petite cellule où il avait été mis, regardant en direction du sol, l'air misérable et dans un piteux état. Ils auraient au moins pu le mettre dans une pièce plus accueillante... Il n'y avait pas la moindre décoration ! Et même pas de lits où se coucher, il devait dormir depuis le début à même le sol ! Il avait un mal de dos terrible... Heureusement, ils avaient été assez sympas pour installer des toilettes dans la cellule ! Ils n'étaient pas entièrement des monstres, tout compte fait... !

Soudain, la porte de la cellule s'ouvrit, et l'un des gardes balança quelqu'un à l'intérieur.

« Tiens, t'as de la compagnie. » lâcha-t-il, avant de refermer la porte aussi vite qu'il l'avait ouverte...

Conan avait relevé la tête pour observer cette personne qui avait été balancée à l'intérieur, un jeune homme visiblement, il était encore endormi... Il rampa en direction de cette personne, et commença à la secouer...

« Eh, salut ? »

Il n'y avait tellement pas de place dans cette cellule qu'il finit par se retrouver au-dessus du jeune homme... Bah, il ne devrait pas s'en offusquer... Conan continuait de le secouer, ne se gênant pas pour lui tirer les joues, peut-être que ça le fera réagir !

« Éhooo, t'es encore vivant ? Réveille-toi ! »




Dernière édition par Carbuncle le Mer 29 Aoû - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 926

MessageSujet: Re: Captifs   Mar 24 Juil - 20:44

Il avait été facile de trouver l'auberge et une fois à l’intérieur Eden prit les choses en mains. Ils connaissaient à présent le nom de l'endroit où ils se trouvaient. Ça leur faisait une belle jambe, songea Joan, bougon.  Son but était d'obtenir des informations au sujet d'une femme qui s'emparerait d'invocation. Il se demandait bien comment ils allaient procéder pour récupérer ne serait-ce qu’une bribe d'information. Il se voyait mal demander aux passants "hé ! Vous avez vu une femme louche dans le coin ?"...

Avant de s'en rendre compte, des gamins s'étaient regroupé autour d'eux, certains s'intéressaient à son état de santé. Il avait si mauvaise mine ?

"Ouais...Cette maladie est terrible ! D'abord on tousse un peu après on a de la fièvre et très vite on attrape plein de pustules et on perd tous ses cheveux, avant de mourir dans d'atroces souffrances. Bien sûr c'est hautement contagieux..."


Il ne savait pas si c'était à cause de ce qu'il venait de dire, mais déjà l'attention revenait vers Vingt-deux.
Après toute cette agitation, ils purent enfin manger et gagner leur chambre. Joan passerait sa nuit seul, Eden en avait décidé ainsi...Il ignorait la raison, mais une chose était sûre, ça le plaisait vraiment pas qu'elle décide de tout comme ça...Même son frère ne restait pas avec lui. Joan n'avait pourtant pas l'intention de lui tousser dessus toute la nuit...

Le jeune homme avait pu faire un brin de toilette avant de se précipiter au lit, la tête lourde à repenser à la proposition d'Ashley. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas passé la nuit seul. Avant de voyager avec Vingt-deux, ses nuits il les passait blottis contre lui et son chien pour se protéger du froid ou des gens...
Au bout d'un moment et malgré ses pensées qui risqueraient de troubler sa nuit, il s’endormit.

Il n'avait pas eu le temps de savoir qui venait de pointer son fusil hypodermique sur lui. Il sentit à peine la piqûre de la seringue qui s'enfonça et il s'endormit de nouveau après s'être réveillé brusquement en entendant sa porte s'ouvrir.

Jour 14

Lorsqu'il ouvrit les yeux, il ressentit une vive douleur aux joues...Et un type était juste au-dessus de lui. Trop près. Effrayé et par réflexe, Joan flanqua un coup de poing en plein visage du gars pour le repousser.
A présent bien réveillé, Joan s'écria :

"T'es qui toi ?!"

En position assise, il recula le plus qu'il pouvait c'est-à-dire pas beaucoup...avant que son dos ne rencontre le mur. Il promena son regard autour de lui, ce qu'il lui prit pas beaucoup de temps pour examiner l’intégralité de la "pièce" dans laquelle il était.

"Ou est-ce qu'on est ?"

Parce que de toute évidence, il n'était plus à l'auberge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 449

MessageSujet: Re: Captifs   Jeu 26 Juil - 3:09


Vingt-deux n’avait même pas eu le temps de réagir… Il s’était soudainement fait réveiller au milieu de la nuit par des soldats du Deepground, qui l’avaient endormi il ne savait comment, avant qu’il n’ait le temps d’attaquer ! Il avait même vu que l’un des soldats avait assommé Plum avant qu’il ne sombre entièrement dans l’inconscience… Est-ce qu’ils l’avaient capturé, aussi ? Est-ce qu’ils avaient capturé Joan, aussi ?! Où est-ce qu’il avait été emmené, lui ? Combien de temps le petit mage avait-il été endormi ? Qu’est-ce qu’ils allaient faire de lui… ? Telles fut les questions qui fusèrent dans l’esprit de Vingt-deux quand il commença à se réveiller… Mais il n’eut pas le temps de se poser davantage de questions ou d’examiner la pièce où il se trouvait, puisqu’il remarqua que deux personnes l’observaient bien trop attentivement à son goût… L’une d’entre elles pointait même une arme dans sa direction ! Le petit mage poussa un petit cri apeuré et se recula pour s’en éloigner le plus possible ! C’est-à-dire, pas très loin, il rencontra très rapidement un mur…

« J-J’ai rien fait ! » couina-t-il. « Laissez-moi tranquille… ! »

Ça l’étonnerait beaucoup qu’ils lui obéissent… Il se contenta de se rouler en boule en tremblant, et en espérant qu’ils ne lui fassent pas trop de mal…


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carbuncle

avatar

Messages : 92

MessageSujet: Re: Captifs   Lun 30 Juil - 2:41




PNJ : Orca

La petite créature s'était réveillée. Elle n'avait absolument pas l'air menaçant. Difficile à croire que c'était ça qui avait mit en dérange plusieurs de leurs unités.

"Tu as été capturé par la Deepground. Ce nom devrait t'évoquer quelque chose, n'est-ce pas ?"

Orca adressa un signe de la tête au garde près de lui. Celui-ci disparut quelques secondes avant de revenir avec une chaise en acier qu'il plaça près d'Orca. Une fois mieux installé, il lorgna le petit.

"Soyons cordial. Je me nomme Orca et toi ?"

Ce serait déjà un bon début, il devait éviter de trop se faire craindre pour le moment. Cependant son nom n'avait pas d'importance, s'il était intéressant, il serait renommé par un "sujet n° quelque chose" Il ne savait plus à combien s'élevait le nombre de captifs intéressants qu'ils avaient attrapés. Il faut dire que ce n'était pas lui qui gérait la paperasse...

"'D'où viens-tu et qu'est-ce que tu es au juste ?"

Ça c'était déjà plus intéressant, ils devaient savoir à quoi ils avaient affaire, il se pouvait que cette chose n'était pas exploitable après tout...

"Sache aussi, qu'aucun mal ne te sera fait si tu tiens tranquille. Nous voulons juste en apprendre plus sur toi."

Le garde était resté en retrait, il pensait la situation sous contrôle et bientôt on viendrait le relever et ce n'était pas trop tôt ! Il n'avait pas envie d'être là quand ils embarqueraient le machin voir l'autre cinglé. Orca à côté avait l'air presque humain...Ceci dit le machin noir passerait peut-être sa "visite médicale" demain. Peu importe, tant que lui n'était pas là !

* * *

PNJ : Conan

Il avait réussi, le jeune homme s’était réveillé ! Il s’était même un peu trop bien réveillé, hélas… Conan ne s’était pas attendu à se prendre un coup de poing en pleine figure…

« E-ek ! Ça va pas, ça fait mal ! » lança-t-il en réponse après s’être reculé, les mains sur le visage.

C’était un peu le but d’un coup de poing, en même temps… Une fois remis du "choc" que lui avait procuré cette soudaine montée de violence, il pouvait répondre à loisir aux questions de ce jeune homme.

« Moi, c’est Conan, et nous, on est enfermés. »

Non, sans blague…

« Je crois qu’ils disent qu’ils s’appellent "Deepground" » continua-t-il. « et si c’est comme moi, ils vont te garder ici looongtemps… »

Il s’approcha légèrement du jeune homme, avant de reprendre :

« Et tu vas rester enfermé, avec presque pas de nourritures, presque personne à qui parler, sans pouvoir t’enfuir, et à force de voir les mêmes murs tous les jours, tu vas devenir complètement FOU ! »

Puis il retourna s’assoir à sa place, et lança, tout sourire, comme si de rien n’était :

« Et sinon, tu viens d’où ? »

En même temps, il était quand même assez content ! Après tout ce temps passé tout seul, il avait enfin un peu de compagnie… !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 926

MessageSujet: Re: Captifs   Lun 30 Juil - 15:49

Qu'est-ce que c'était que ce loustic qu'on lui avait collé ?...

"La Deepground, hein ? Ils prennent vraiment n’importe qui..."

Le garçon avait l'air encore plus faiblard que lui, si bien qu'il se disait qu'ils avaient dû faire une prise plus intéressante que lui à l'auberge.

"Tu n'aurais pas vu un...mage noir ? Un...petit bonhomme à chapeau pointu et gros yeux jaunes ? Ou entendu parler ? Et qu'est-ce qu'ils des gens qu'ils capturent au juste ?"

Il ne voyait pas trop l’intérêt de les garder là enfermés...
Pour le reste, il y avait peu de chances qu'il "devienne fou" en restant trop longtemps ici, il n'avait pas l'intention de moisir dans cet endroit, même si à la vue de Conan, qui avait plutôt l'air en bonne santé  la vie ne semblait pas si affreuse que ça...Une prison quoi. Sauf qu'il n'avait commis aucun crime récent pour y être enfermé.

Joan se leva et examina la porte. Il ne répondit pas à la question de Conan, il n'avait pas l'attention d'en faire son ami, il voulait juste se tirer d'ici.
Ne voyant aucun loquet aucun moyen de l'ouvrir de leur côté, Joan se jeta de tout son poids contre la porte. Son épaule s'y heurta durement. La porte n'avait pas souffert du choc - son épaule oui...- mais au moins ça avait fait du bruit, c'était ce qu'il voulait. Il répéta l'opération deux fois, pas plus pour ne pas déboiter son épaule...et cria :

"Hé ! Vous étiez trop nuls en affrontement direct alors vous avez préféré attaquer les gens dans leur sommeil ? Bande de lâches !"

Il arriverait bien un moment où ils devraient l'ouvrir cette porte et Joan voulait presser les choses plutôt que d'attendre qu'on se décide à leur apporter leur repas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 449

MessageSujet: Re: Captifs   Jeu 16 Aoû - 22:38


Vingt-deux était complètement terrorisé, il s'attendait au pire, recroquevillé là dans cette toute petite pièce... Mais, contrairement à ses attentes, on ne lui fit rien, il entendit seulement la voix de l'homme qui était entré lui parler... Le petit mage émit un gémissement plaintif en l'entendant prononcer le nom de la Deepground, il avait donc bien vu avant de se faire endormir ! Ce n'était pas ça qui allait le rassurer... L'autre aurait pu lui mentir un peu pour le calmer... ! Vingt-deux préférait regarder le sol que son interlocuteur... Si c'était pour voir le garde derrière, avec son arme qui ne disait absolument rien au Mage Noir, non merci !

L'homme en face de lui disait s'appeler Orca, et il demandait son nom en retour. Le petit mage hésita un instant... Devait-il vraiment répondre ? Si ça se trouve, c'était vraiment dangereux de dire quelque chose ! Quoique... En quoi dire son nom créerait quelque chose de dangereux... ? C'est vrai quoi, ce n'est pas la fin du monde si quelqu'un connaissait son nom ! Il y avait déjà plein d'autres personnes qui le connaissaient ! Donc bon, une de plus ou une de moins... S'ils avaient prévu de lui faire quelque chose, qu'ils connaissent son nom ou pas n'y changerait rien...

« C-C'est... V-Vingt-deux... »

Il n'avait toujours pas relevé la tête en disant ça... S'il faisait un mouvement, est-ce que le garde derrière allait l'attaquer ? Enfin, il faudrait tout de même être sacrément bête pour considérer qu'un mouvement de tête puisque constituer une menace ! Puis, Orca posa d'autres questions, auxquelles le petit mage hésita à nouveau à répondre... Ce n'était pas des questions dont les réponses étaient difficiles à trouver ça, non plus... Vingt-deux se risqua à relever la tête, le garde ne faisait rien ? Non, il ne l'agressait pas... Bon, ben, tant mieux !

« Je... je viens d'Héra, je suis un... Mage Noir... » Il hésita un instant, avant de lancer : « M-Mais je suis normal hein ! Y a rien de bizarre chez moi ! Je... Je suis tout à fait normal !! »

Enfin, quand on oubliait qu'il n'était pas sur Héra, là. Et qu'il était plus petit que la taille normale d'un Mage Noir. Et qu'il pouvait être manipulé à distance par quelqu'un. Sinon, à part ça, il était absolument normal !

L'homme sembla vouloir le rassurer en disant qu'on ne lui fera aucun mal... On pouvait très bien lire l'expression pas très convaincue sur le visage du petit mage. Il regarda un court instant vers le garde, qui ne semblait plus entièrement faire attention à ce qu'il se passait dans la cellule... ? S'il continuait à rêvasser un peu, peut-être que Vingt-deux pouvait faire quelque chose pour essayer de sortir de là ? Mais... Qu'est-ce qu'il ferait, après, si l'endroit était blindé de gardes ?

« Si... Si vous voulez juste savoir des trucs sur moi... Pourquoi vous m'enfermez dans une pièce toute petite comme ça... ? »

D'accord, il se trouvait dans un autre monde, mais... Était-ce réellement une raison de le mettre dans une pièce aussi peu confortable ? À part à une prison, Vingt-deux ne savait pas à quoi penser... Il tenta de se concentrer sur un sort, peut-être que s'il pouvait en envoyer un sur les deux personnes il pourrait s'enfuir plus facilement, et... Ah... Finalement, ça allait être un peu difficile de lancer un sort dans cette condition.

« Et... Et pourquoi vous m'avez volé ma magie ?! »

Ils ne voulaient vraiment pas qu'il s'en aille, s'ils en venaient à là !


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carbuncle

avatar

Messages : 92

MessageSujet: Re: Captifs   Jeu 23 Aoû - 22:11




PNJ : Orca

Que c'était amusant ce mage noir, comme il le prétendait, avait un nombre en guise de prénom. Ceci dit, il avait déjà eu un numéro Vingt-deux, il en porterait donc un autre. Orca avait sorti un bloc et il prit des notes. Il passerait son papier à ses collègues ça leur fera peut-être gagner du temps.
Est-ce qu'ils avaient déjà pris des gens d'un endroit appelé Héra ? Orca interrogea le garde du regard après les paroles de Vingt-deux, celui-ci lui répondit haussement d'épaule. Ils étaient drôlement bien renseignés...

"Ne t'inquiète pas, tu ne vas pas tarder à sortir pour te dégourdir un peu les jambes..."

Les cellules étaient petites, mais il fallait bien faire de la place pour stocker tout ce petit monde. Quant à la disparition de sa magie, la réponse était pourtant évidente.

"Pour ne pas que tu puisses t'en servir. Il ne faudrait pas que tu blesses quelqu'un par inadvertance."

Une fois ses notes remplie de plus d'informations que Vingt-deux ne lui en avait donné. Orca se leva d'un bond et frappa dans ses mains.

"Bien ! Sais-tu ce qu'est une visite médicale ? Suis-moi sans poser de question, tout se passera bien."

Orca avança vers la sortie, le garde attendit que Vingt-deux le suive pour refermer la marche avec son arme, prêt à tirer si Vingt-deux tenterait quoi que soit. Mais, que pourrait-il tenter ?

* * *

PNJ : Conan

Conan regarda sans rien dire le jeune homme qui s’acharnait sur la porte, une fois, une deuxième fois, et puis une troisième, pour ensuite se mettre à crier pour attirer l’attention des gardes… Ce fut le silence qui lui répondit, et absolument personne n’ouvrit la porte…

« Ça sert à rien de crier, j’avais déjà essayé. » lança Conan. « Ils viennent ouvrir seulement à certaines heures, et j’ai pas la moindre idée de quand c’est la prochaine fois ! »

Ils pourraient très bien passer le temps en criant des insultes au garde qui se trouvait devant la cellule – puisqu’il y en avait un ! – mais ça n’avait pas l’air de le faire réagir, non plus. Ils devaient être bien entraînés pour ne pas réagir aux insultes ! Ou alors ils ne les entendaient tout simplement pas. Ce qui expliquerait très bien le manque de réactions, à chaque fois qu’on essayait de les interpeler depuis l’intérieur de la cellule, ces gardes !

« Sinon non, j’ai pas vu de Mage Noir ici. D’autres trucs, mais pas de Mage Noir… » ajouta Conan. « J’ai pas trop compris ce qu’ils font avec nous… Je sais pas si c’est la même chose avec les autres, mais moi, quand ils m’emmènent, ils m’injectent des trucs, et… parfois, c’est très douloureux… »

C’était terrible, parce qu’il souriait toujours en disant ça… En ayant le regard fuyant, cela dit. Puis, il changea de ton et de sujet :

« Tu vas essayer de t’enfuir non ? Tu vas faire comment ? »

S’il pouvait l’aider et s’enfuir aussi, ça serait un plus ! Lui non plus n’avait pas l’intention de rester enfermé le restant de sa vie ici !

Finalement, au bout de quelques très longs instants, la porte de la cellule s’ouvrit. Mais il était hors de question de s’enfuir en courant par la porte ; en effet, étaient apparus à l’entrée de la cellule quatre individus, dont trois armés, qui veillaient à ce que les deux détenus se tiennent à carreaux, tandis que la quatrième était celle responsable de l’ouverture de la porte : elle fit signe aux deux jeunes hommes de se lever pour la suivre. Conan donna un coup de coude à son compagnon d’infortune.

« Eh, je crois que tu as de la chance, comme c’est ton premier jour ici, ils vont peut-être que te poser des questions !
- Silence ! »
lança la femme d’une voix forte, l’air bien plus sévère que son apparence laissait paraître.

Cette fois-ci, Conan se tut, et son sourire disparut même pour laisser place à un air bien plus effrayé. Ils finirent par se séparer en deux groupes ; l’un des trois gardes partit avec Conan d’un côté, laissant Joan surveillé par deux gardes. Pour l’instant, ils voyaient ce jeune homme plus menaçant que l’autre, mais peut-être qu’après un séjour prolongé ici, lui aussi deviendra aussi doux qu’un agneau…

Sous la menace des gardes armés, Joan fut guidé dans une autre pièce, plus grande que la cellule, mais pas forcément plus accueillante… En plus, il n’y avait même pas de chaises pour s’assoir.

« Donc, celui-là a été trouvé au Village Glaçon… » lança la femme, parlant plus pour elle-même, puisqu’elle avait le nez sur un papier et vérifiait quelques notes qu’on lui avait fait parvenir… « C’est bien de ce monde, que tu viens ? » ajouta-t-elle, cette fois-ci à l’intention de Joan.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 926

MessageSujet: Re: Captifs   Ven 24 Aoû - 19:19

Joan cessa de s'égosiller puisque ses provocations ne fonctionnaient pas, personne ne venait. Résigné, il recula d'un pas et observa la porte avec dédain. Il en était sûr qu'il réussirait à la passer, d'une manière ou d'une autre.

Conan prétendait ne pas avoir vu Vingt-deux, mais "d'autres trucs", quoi donc ? Pour le moment, il n'allait pas y penser, il fallait qu'il se concentre sur lui et hippotéthiquement Vingt-deux. Surtout si la Deepground projetait de leur faire, il ne savait quoi, même si pour le jeune homme, c'était tout vu.

"Ils ne m'injecteront rien du tout."
répondit-il à Conan.

Ce n'était pas vraiment de la prétention, il tentait surtout de se persuader que tout aller bien se passer. Plus inquiet pour Vingt-deux et son frère, qui partageait la chambre du mage, que pour lui-même. Il ne tint pas plus que cela compte des avertissements de son compagnon de cellule et il s'assit dans un coin. Que pouvait-il faire d'autre ?

L'autre parlait toujours, il avait des idées d'évasion, mais visiblement, il comptait surtout sur Joan pour y parvenir. Ce n'était pas gagné.

"Si je dois m'enfuir ça ne pourra pas se faire à partir de cette cellule en tout cas."

Il fallait être réaliste...
Au bout d'un moment qui était finalement moins long qu'il ne l'aurait cru quelqu'un ouvrit la porte. Le jeune homme se leva alors, pour voir une femme et ses trois gorilles leur faire signe d'avancer. Joan s'exécuta, de toute façon c'était ce qu'il voulait...Et la dernière remarque de Conan ne l'effraya pas plus que ça, Joan ne pouvant s'empêcher de penser qu'il n'était pas très net. Mais, désormais, il n'aurait plus à se soucier de lui, ils furent séparé.

Dans cette nouvelle pièce où on l'avait conduit, Joan se contenta de rester droit comme un piquet et de croiser les bras sur sa poitrine et comme Conan l'avait prédit, la femme ne tarda pas à lui poser des questions. Ce par quoi Joan "répondit" :

"Où est Vingt-deux ? Un mage noir, un petit bonhomme à chapeau pointu, je suppose que vous avez fait une rafle dans toute l'auberge. Je ne répondrais à aucune de vos questions tant que je ne l'aurais pas vu."


Et quand était-il de son frère ? S'il avait pu invoquer Castiel, peut-être que Vingt-deux n'était finalement pas ici...
En tous les cas, il n'avait pas du tout l'intention de se montrer coopératif. Il n'avait pas particulièrement peur d'eux, malgré les gardes armés et il se disait même que sur ce monde, les autorités devaient être clairement dépassés pour ne pas les avoir appréhendés depuis longtemps. Ce n'était pas qu'il avait plus confiance aux soldats Doliens, mais quand même...De plus, ce n'était pas une femme aux allures de secrétaire avec ses petites notes qui allait l'impressionner, ils avaient rencontré bien plus effrayant qu'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 449

MessageSujet: Re: Captifs   Lun 27 Aoû - 18:25


Donc on lui avait enlevé sa magie pour qu'il ne puisse pas blesser quelqu'un sans faire exprès... ? Comme s'il ne savait pas s'en servir correctement et pouvait blesser n'importe qui ! Il lançait pas ses sorts à tort et à travers, il savait les maîtriser suffisamment pour ne blesser personne ! ... Ou à l'inverse, attaquer quelqu'un qui le mériterait... Bon, il fallait ne pas compter la fois où il avait mis le feu à la forêt en panique... Mais il pensait se faire attaquer par un monstre ! C'était de la légitime défense... ! Vingt-deux affichait un air terriblement sceptique, on ne la lui faisait pas, à lui ! Il y avait vraiment quelque chose de louche, dans cette affaire !

Puis l'homme s'était soudainement levé, effrayant le petit mage, et lui avait posé une question et demandé de le suivre... Où est-ce qu'il voulait l'emmener... ? Finalement, le Mage Noir serait peut-être plus tranquille dans la toute pièce... Avec personne de bizarre qui lui parlait...

« Non, c'est quoi... ? » Il avait peut-être dit de ne pas poser de questions, mais ça ne lui disait vraiment pas que du bien tout ça... « Je... Je peux pas savoir ce que c'est avant d'y aller... ? »

Devant la pression qu'effectuait le garde avec son arme, il ne devait pas trop traîner, apparemment... Vingt-deux se leva alors pour suivre Orca, suivit par toujours ce même garde qui ne voulait décidément pas le lâcher ! Ça va, il n'avait pas de magie, pas d'objets, qu'est-ce qu'il pouvait faire de dangereux ? Mordre un bras jusqu'au sang... ? Pendant le trajet, le petit mage ne cessait de regarder partout... Peut-être qu'il pouvait trouver un endroit qui pourrait s'apparenter à une sortie ! Où un coin sombre où il pouvait se cacher et où on ne pourrait pas le trouver ! Pour pouvoir mieux s'enfuir après ça... Mais, non, il n'arrivait pas à trouver l'endroit parfait... Et puis tous ces couloirs qui se ressemblent... Il était déjà perdu. Comment pouvait-il se retrouver là-dedans, si tout se ressemblait ! Il entendait des voix parfois, sans comprendre ce qui se disait... Il crut soudain entendre la voix de Joan, parmi celles qu'il entendit ! Peut-être qu'il était passé pas loin de lui ? Mais il n'avait pas pu s'arrêter pour mieux écouter et savoir s'il avait bien entendu... Finalement, ils arrivèrent devant une salle, c'était visiblement ici que le Mage Noir allait passer sa "visite médicale"...

« Que... Qu'est-ce qu'il y a, là-dedans... ? » demanda-t-il d'une petite voix.

Peut-être qu'il était encore temps de filer... Mais le garde était toujours là avec son arme, et Vingt-deux se doutait que lui faire les yeux doux ne l'empêcherait en rien de l'attaquer s'il tentait de s'enfuir...


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carbuncle

avatar

Messages : 92

MessageSujet: Re: Captifs   Sam 1 Sep - 2:42




PNJ : Orca

Ils emmenèrent la petite créature voir les médecins. Ils occupaient la pièce aseptisée qu'Orca n'appréciait pas vraiment, il passerait donc le relai à Stephano. L'homme avait une quarantaine d'année un peu bedonnant et la barbe naissante, il aurait eu tout l'air d'un gros nounours inoffensif si Orca ne le connaissait pas. Orca s'approcha de lui avec un sourire feint et il lui donna ses notes.

"Prenez soin de notre invité, il est un peu nerveux."

Stephano adressa un regard emplie d'une sorte de curiosité malsaine envers Vingt-deux. Ils n'avaient "reçu" de machin comme ça dans ses souvenirs...Est-ce qu'au moins il avait du sang comme un être humain ?

"Ne vous inquiétez pas, je sais comment traiter nos hôtes." Répondit-il avant de voir Orca disparaitre en fermant silencieusement la porte.

Une jeune femme en blouse blanche déplaça un chariot médical sur laquelle était disposé tout un bric-à-brac d'instruments que Vingt-deux ne devinerait pas l'utilité. Ce n'était évident pas le cas de Stephano qui enfila une paire de gants en latex avec aisance avant de dire à ce qui était certainement son assistante ;

"Préparez-le."

Le garde était toujours là, il semblait s'ennuyer ferme, il regarda distraitement la jeune femme fouiller dans une armoire en plastique à la recherche d'une tenue plus adéquat pour un "patient". Sauf que...

"Je n'en trouve pas qui serait à sa taille...Nous n'avons jamais eu d'enfant si petit..."

Stephano lâcha un soupire.

"Retire tes gants et tout ce qui pourrait être métallique. On va t'examiner et t'ausculter alors t'es gentil et tu te laisses faire, sinon on te sanglera sur la table là." dit-il en désignant le lit métallique derrière lui. "C'est le monsieur derrière toi qui s'en chargera et il est pas commode. Tu t'assieds là et tu te tais."

Stephano prépara une seringue pour faire un prélèvement sanguin. Il s'apprêtait à examiner les bras de Vingt-deux à la recherche d'une veine. Il avait des veines ce truc-là ?

* * *

Ce jeune homme n’avait pas l’air particulièrement effrayé d’être dans cette situation… Le voilà qui refusait même de répondre à la première question de la femme… Cette dernière le fixa dans un premier temps, l’air indéchiffrable, puis regarda ses notes de manière distraite. Un petit bonhomme à chapeau pointu ? Ils en avaient ramené, du monde, de cette fameuse auberge dont il parlait, et il y avait bien un petit bonhomme, mais il ne portait pas de chapeau pointu. Il n’avait même pas de chapeau du tout, d’après ce qui avait été écrit dans ses notes. Peut-être qu’il devait porter ce genre de chapeau, en temps normal ? Son invité ne voulait peut-être pas répondre, mais elle n’allait pas se rabaisser à son niveau, et elle allait prendre le temps de lui répondre, elle !

« Nous n’avons vu personne avec un chapeau pointu. Et puis, d’après ce que je vois… » Elle retourna sur ses notes, se mit à regarder les différentes pages, puis fit mine de compter les différentes infos qu’il y avait dessus. « … ils n’ont pas pris la peine de prendre tout le monde. Ton ami au chapeau pointu doit être sûrement encore là-bas, tu ne le verras pas ici. »

Est-ce que lui annoncer ça de cette manière allait immédiatement le convaincre et il finirait par répondre à ses quelques questions, devenant aussi bavard qu’une pie ? Il peut arriver que des gens très naïfs soient amenés ici, mais celui-là ne semblait pas vraiment être dans cette catégorie… Ou alors, les apparences étaient trompeuses ?

« Ils n’ont pas bien fait leur travail, en entrant dans cette auberge et en n’emportant qu’une partie de ses occupants. Tu penses qu’on devrait les punir pour leur manque de rigueur ? »

Elle s’adressait toujours au jeune homme, sans un regard pour les deux gardes, qui auraient sûrement leur mot à dire, mais… si elle ne leur demandait pas de prendre la parole, ils se devaient de garder le silence. La femme finit par poser ses notes sur une petite table prévue à cet effet, pour s’approcher de Joan, les mains dans le dos.

« J’imagine que tu ne veux même pas me révéler ton nom ? » lui demanda-t-elle, un faux-sourire sur le visage. « Ou même un prénom ? »

Cet enfant n’était pas très bavard, et il semblerait qu’elle n’obtiendrait pas grand-chose de plus de lui qui n’était pas écrit dans ses notes. Ce n’était pas la bonne méthode, et il fallait donc en changer… Son faux-sourire ne quittant pas son visage, elle sortit une de ses mains de son dos pour infliger une gifle au jeune homme. Sans lui laisser le temps de réagir, elle utilisa son autre main pour empoigner l’épaule du garçon avec fermeté, puis le retourna pour lui donner un coup de pied dans le dos avec plus de force qu’elle ne laissait paraître… afin que ce jeune homme tombe, pour enfin poser fermement son pied sur son dos. Qu’il ne se débatte pas trop, il risquerait d’avoir mal…

« Tu n’as toujours pas trop envie de répondre à mes interrogations ? » demanda calmement la femme, avec le même ton qu’elle avait depuis le début de cet entretien…

Puis elle se tourna vers l’un des gardes, prenant cependant soin de ne pas relâcher la pression qu’elle exerçait avec son pied…

« Toi ! Tu pourrais m’amener mes outils, s’il te plait ? »

La politesse avant tout, mais le garde n’avait sûrement pas raison s’il refusait, et il ne risquerait pas ! Il accepta sans un mot, et il sortit de la pièce, laissant l’autre garde s’occuper de la situation si jamais elle dégénérait…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 926

MessageSujet: Re: Captifs   Dim 2 Sep - 14:22

Moui...Joan doutait sérieusement de ce que cette femme disait, ils l'auraient pris lui et pas Vingt-deux alors qu'il avait été dans la chambre juste à côté de la sienne et que depuis leur rencontre avec la deepground c'était le mage qui était visé en priorité. Ca ne tenait pas debout. En tout cas, lui ne bougeait pas d'un pouce, ce qu'elle disait par la suite était étrange et il le savait pas comment l’interpréter. C'était peut-être une sorte d'avertissement à ses hommes qui se tenaient près d'eux, si jamais ils faisaient mal leur travail ? Peu importe, Joan avait la ferme intention de camper sur ses positions, ils n'obtiendraient pas satisfaction avec lui !

Elle tenait absolument à connaître au moins son nom, mais qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ? Le jeune homme lâcha un soupir, il observa avec attention l'endroit dans lequel il était, et tenta de trouver quelque chose qui pourrait lui permettre de pouvoir partir, ultérieurement...Il ne trouva rien, mais il aurait bien aimé pouvoir au moins voir les notes de cette femme qui perdait patience...

En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Joan se trouva à terre. Elle n'était pas normale, elle ! Ou alors c'était qu'il était toujours bien malade...Oui, il n'était toujours pas guéri ça devait être pour ça qu'elle avait si facilement pu l'immobiliser au sol comme ça...Quand elle donna son ordre à son subordonné, Joan paniqua un petit peu...Mais, bien sûr il tenta de ne pas trop le montrer.

"Attendez ! Rappelez-le...On n'est pas obligé de...sortir du matériel..." Il était évident que ses "outils" n'étaient pas des outils de jardinage, il n'y avait même pas un pot de fleurs dans le coin..."Pourquoi vouloir connaitre mon nom ? Qu'est-ce que ça vous apportera ?" Après...il pouvait toujours lui raconter n'importe quoi, en commençant par répondre à sa question précédente. "Je viens  bien de ce monde oui, de Gaïa !" Il ne voulait pas risquer d'attirer d'avantage de membres de la deepground sur Dol, il ne mentionnera donc pas ce nom. "Je...m'appelle Joan..." Il n'y avait pas de raison de mentir là-dessus. "Vous voyez je réponds à vos questions. Laissez-moi me relever maintenant, ce n'est pas comme si que j'avais tenté de vous attaquer..." dit-il avec un ton las.

Il était maintenant plus vexé qu'effrayé. Profitant de son nouvel angle de vue...Joan examina le garde et surtout sa taille, s'il avait une carte magnétique qui pendouillait à sa ceinture par exemple que Joan pourrait tenter de piquer, dès qu'il en aurait la possibilité...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 449

MessageSujet: Re: Captifs   Lun 3 Sep - 1:00


La pièce dans laquelle Vingt-deux fut amené n’était pas particulièrement accueillante non plus pour lui… C’était ça, la pièce de la visite médicale, le truc dont il ne savait pas ce que c’était… ? Ça l’inquiétait un peu plus… L’homme qui se trouvait dans cette pièce avait plus sympathique qu’Orca, mais… Il n’en était pas moins louche pour autant ! Ici, il était hors de question de faire confiance à qui que ce soit que le Mage Noir ne connaissait pas. N’importe qui pouvait se révéler dangereux… Le premier homme s’était maintenant en allé, laissant le petit mage seul ici. Il regrettait de ne pas être seul dans la minuscule pièce où il s’était réveillé, d’un coup.

Même en voyant cette pièce, il ne comprenait toujours pas ce qu’il devait faire ici… Il inspecta tout le bazar qui se trouvait sur une table qui roulait… Eh bien, ça ne l’aidait pas plus ! Et ça ne le rassurait pas plus… C’était quoi, ça ? Et ça ? À quoi ça servait… ? Le petit mage désigna du doigt des trucs, voulut demander ce que c’était, puis se ravisa. Peut-être qu’il ne valait mieux pas qu’il le sache, en fait. Et puis, si ça se trouvait, on ne voudrait même pas lui répondre ! Vingt-deux préféra ne plus regarder ces outils étranges, pour regarder combien de personnes se trouvaient dans la salle. Le gros monsieur, une dame qui annonçait que le Mage Noir était trop petit, le garde qui allait sûrement finir par s’endormir d’ennuis, et puis d’autres gens encore… C’était bien trop pour tenter quelque chose… Bon, bah, il allait regarder ce qui allait se passer ensuite, peut-être que ce n’était pas si terrible, après tout ?

Le gros monsieur demanda… ordonna, plutôt, à Vingt-deux de retirer ses gants.

« Mais ils sont pas métalliques, mes gants… » marmonna le Mage Noir en les enlevant.

Et visiblement, s’il ne coopérait pas, ils l’attacheraient à une table plus loin… D’accord, il avait déjà changé d’avis, si, c’était terrible ! Il s’assit à l’endroit que le monsieur lui désignait, et d’un coup, il le vit se saisir d’une seringue… Il se souvenait, de ça… Et il ne l’aimait pas du tout ! Le petit mage se mit à trembler comme une feuille à la vue de cet objet pointu. Il avait définitivement changé d’avis, si, c’était SI TERRIBLE que ça !

« J-Je… Je peux ressortir, f-finalement… ? » bégaya Vingt-deux, en montrant d’un doigt tremblant la porte par laquelle il était entré ici, ne bougeant cependant pas d’un pouce.

Il n’aimerait sûrement pas rencontrer la table sur laquelle on attachait des gens…


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carbuncle

avatar

Messages : 92

MessageSujet: Re: Captifs   Mar 4 Sep - 23:59


PNJ : Stephano

Le "truc" était conciliant, tant mieux, Stephano n'aimait pas devoir avoir recours aux gardes, ça lui faisait perdre du temps, surtout qu'ils avaient récupéré pas mal d'individus qu'il devrait examiner. Celui-là n'était pas humain, c'était intéressant, mais ils avaient capturé deux, trois humains en même temps que lui et l'homme se demandait s'ils leur seraient vraiment utiles, si c'était pour se récupérer un sujet type comme celui avec le crâne à moitié rasé, dont il ne connaissait pas le vrai le nom et il s'en contrefichait, le n°2475, ce n'était pas la peine...

"Non tu restes ici. Aucun mal ne te sera fait, rassures-toi..." Dit-il d'une voix très peu chaleureuse...

La réponse à sa précédente question qu'il se posait, ne tarda pas à arriver et du sang s'écoula dans le tube. Il avait eu du mal à trouver une veine, se demandant si la créature en avait vraiment...il avait dû s'y reprendre à plusieurs fois pour au final piquer dans la main. Il enverrait ça au labo pour analyse.
Après ça, on passa plusieurs examens à Vingt-deux, on l'examina déjà une première fois, lui demandant de se mettre en sous-vêtement, à défaut de lui trouver une blouse à sa taille...Il semblait avoir un squelette et une ossature, tout à faire normal. On passa quelques radios tout de même. Un IRM, un scanner, même un électrocardiogramme, il semblait tout à fait normal...Stephano était un peu déçu et incrédule. Il avait lu les notes d'Orca, ce "mage", comme il était indiqué, semblait avoir des prédispositions magiques supérieures à la normal. D'où pouvait-il puiser cette énergie magique ?

Stephano nota dans le dossier de Vingt-deux sa nouvelle "appellation" il s'appelait maintenant 2482, ça restait un numéro, ça ne lui changerait pas beaucoup...

"Tu es le numéro 2482, c'est comme ça qu'on t'appellera ici, le temps de voir s'ils feront quelque chose de toi..."

En tout cas, il devrait bien tolérer la mako, surtout avec ses capacités latentes à la magie. En attendant d'avoir les résultats des analyses effectuées, Stephano donna son accord provisoire pour l'expérimentation du sujet à l'énergie mako. Pour le moment, il n'avait plus qu'à le "marquer". Les puces étaient implantées à la base du cou, elles leur assurées un parfait contrôle de leur sujet et été équipé d'un traceur leur permettant de les localiser en cas de problème. Stephano demanda au garde d'approcher et de maintenir la tête de Vingt-deux de façon à exposer son cou. Il approcha sa seringue intradermique et dit :

"Tiens-toi tranquille, ça sera rapide."

Et ce n'était pas très douloureux. Moins que celles qu'on implantait au niveau du tronc cérébrale de leurs sujets les plus intéressants, mais pour l'heure, ils devraient estimer les capacités du mage plus en détail pour savoir s'il serait susceptible d'en recevoir une...
Pour le moment, il en avait fait assez, demain le sujet serait envoyé en salle d'entrainement pour qu'ils puissent jauger ses capacités, ils aviseront ensuite - sous les directives d'Orca - de son sort.

Stephano activa un petit appareil, qui s'apparentait à un écran de visioconférence et appela donc Orca pour ramener le sujet à sa cellule. Le jeune homme à la longue chevelure, qui cette fois-ci n'était pas flanqué de gardes, ne tarda pas à arriver.

-"Tout s'est bien passé ? On a été sage ?" dit-il à l'adresse de Vingt-deux.
-"Il est pas chiant" répondit Stephano. "Je ferais mon rapport dans la soirée, il devrait arriver à votre bureau demain, dans la matinée."
-"Très bien !"


On donna à Vingt-deux un bas de survêtement qu'Orca avait réussi à trouver, il ne dira pas à où...On laissa le soin au mage de se rhabiller pendant que la petite discussion entre Orca et Stephano se poursuivit.

Profitant de la brève distraction des gens de la pièce Vingt-deux avait enfin la possibilité de tenter quelque chose :

Choix :

A : Vingt-deux se saisit d'une paire de ciseaux laissés négligemment par l'assistante de Stephano pour tenter de la menacer avec.
B : Vingt-deux obéis, mais ne signale pas tout de suite qu'il s'est rhabillé, préférant écouter la conversation.
C : Vingt-deux obéis et suit calmement Orca jusqu'à sa cellule.
D : Vingt-deux, apeuré par les examens, refuse de bouger...

* * *

La pièce, malgré ses allures de bureau, n’en était pas plus accueillante. Elle possédait les mêmes types de murs et de sol qu’à l’intérieur des cellules, même si à cela s’ajoutait des mousses insonorisantes en guise de décoration murale. On ne voulait visiblement pas que les sons à l’intérieur de cette pièce en sortent facilement. Ça ne donnait pas trop envie de savoir à quelles sortes de pratiques ils pouvaient s’adonner dans cette salle… La salle était plutôt longue, et la petite table où se trouvaient les notes posées là plus tôt par la femme se retrouvait à moitié cachée derrière un mur, qui dissimulait une partie de la pièce, de là où se trouvait Joan. Dans le coin, à l’opposé de la table, quelque chose d’incongru : une grosse plante en pot, aux feuilles bien touffues, à cause desquelles on ne voyait pas au travers, cachant le mur derrière elle. Peut-être qu’elle avait été ajoutée là pour donner un peu de vie à cette pièce bien triste ? Tout en haut de l’un des murs se trouvait une petite lucarne vitrée fermée, est-ce qu’elle donnait vers l’extérieur ? Il semblait faire bien sombre de l’autre côté, est-ce qu’il faisait déjà nuit ? Dans tous les cas, on pouvait sentir comme un petit courant d’air venant de quelque part, comme si une porte était ouverte, en plus de celle de l’entrée de la pièce, que le garde qui était sorti n’avait pas fermée sur son passage… Ah… La femme, le pied toujours sur le dos de Joan pour le maintenir à terre, regardait à présent en direction de cette porte entrouverte, exaspérée.

« Le manque de rigueur, je l’avais dit… » annonça-t-elle, triomphante, contente d’avoir raison sur ses paroles précédentes. « À présent, il est parti. » lança-t-elle, à l’attention de Joan, cette fois-ci. « Mais vu que tu as enfin daigné coopérer… Dès son retour, je le renverrais remettre mes fameux outils à leur place. De toute façon, il n’a que ça à faire… »

L’autre garde qui était resté dans cette pièce n’appréciait pas vraiment le comportement de la femme vis-à-vis d’eux ; ils se chargeaient tout de même de la surveillance et de la sécurité du bâtiment, et, depuis le grand "nettoyage" par lequel est passé le personnel de la Deepground, aucun incident n’avait été à déclarer ! Mais, même s’il avait envie de protester, il se tut ; ce n’était pas une bonne idée, il n’était pas question qu’il se fasse "renvoyer" si tôt ! Il s’agita légèrement, faisant tinter un trousseau de clef accroché à sa ceinture ; aucune carte magnétique malheureusement, seulement de bonnes grosses clefs qui servaient certainement à ouvrir un tas de choses. Mais qui n’étaient sûrement pas utiles face aux portes des cellules…

La femme avait fini par retirer son pied du dos du jeune homme, lui ordonnant d’une voix ferme de se relever. Donc, il venait de Gaïa et s’appelait Joan ? Il était évident qu’il avait parlé sur le coup de la panique, ce qu’il avait révélé sur lui n’était peut-être pas vrai. À la limite, son nom, ce n’était pas vraiment important, c’était plus en guise de politesse – que la femme n’a pas rendu, notons-le – et pour instaurer un climat de confiance – enfin, c’était censé en instaurer un, maintenant, c’était un peu tard. La femme se rendit à la table, puis inscrit quelques notes supplémentaires sur les papiers qui en contenaient déjà. Si ce jeune homme disait bien la vérité et venait de Gaïa, il n’y avait pas grand-chose à craindre de lui, sans ses matérias. Par contre, s’il venait d’ailleurs, qui sait de quoi il pouvait être capable ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan

avatar

Messages : 926

MessageSujet: Re: Captifs   Jeu 13 Sep - 19:18

Le garde n'avait pas de carte magnétique seulement des clefs. Voler ça, sans savoir ce qu'elles ouvrent, ce n'était pas un risque qu'il était raisonnable de prendre. De plus, le cliquetis des clefs s'entrechoquant ne serait pas facile à étouffer. La petite lucarne au-dessus d'eux était bien trop étroite pour qu'il puisse y passer et en plus il ne savait pas où elle menait. Il doutait que ça le mène directement vers l’extérieur. Il n'avait donc pas trente-six solutions.
Une fois que la femme eut fini de se servir de Joan  comme d'un paillasson, il se leva.
Elle était partie consulter ses notes à son bureau.

Le coup de le laisser sans surveillance...Comme s'il était dupe. L'autre à ses papiers, l'un des garde parti et le seul qui restait ne barrait pas le chemin de la porte. Joan avait trois pas à faire pour retourner dans le couloir et l'autre type n'aurait pas le temps de le rattraper si Joan piquait un sprint. Seulement il se disait que c'était une sorte de test bizarre, que s'il tentait de fuir le gars qui était parti serait - comme par magie - juste là pour l'attraper.

"Ne me prenez pas pour un imbécile, je ne ferais pas l'erreur d'essayer de me sauver. Négocions, d'accord ? Je sais que vous avez Vingt-deux, vos mensonges ne prennent pas. Je ne sais pas ce que vous comptez faire de nous et je ne souhaite pas le savoir. Mais, soyez sûre d'une chose, je serais extrêmement pénible, en aucun cas je ne vous faciliterais les choses."


Joan appuyait sa main contre la table de la femme et il la fixait bien dans les yeux pour lui montrer qu'il n'avait pas peur d'elle, malgré ce qu'elle venait de faire. Son attitude très brave aurait pu faire son petit effet s'il ne s'était pas mis à tousser comme un tuberculeux la minute d'après...

"Si vous nous relâchez maintenant, on ne dira rien à personne, on fera comme si qu'on n'avait jamais vu cet endroit et qu'on ne vous avait jamais rencontré. Qu'en dites-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Art.Selphie/?ref=aymt_homepage_panel
Vingt-deux

avatar

Messages : 449

MessageSujet: Re: Captifs   Jeu 13 Sep - 23:20


Bien sûr qu’il ne pouvait pas ressortir, ça ne serait pas amusant sinon… Enfin, "amusant"… C’était une façon de parler, puisque Vingt-deux ne trouverait en aucun cas cette situation amusante ! Mais il n’osa pas plus protester, de peur qu’on lui fasse trop de mal, et il se laissa faire. Il avait bien eu raison de se méfier de cette seringue, le monsieur l’avait piqué plusieurs fois avec, et ça lui avait fait mal ! Le petit mage s’était contenté d’étouffer des couinements, ils lui firent faire plein de choses qu’il ne comprenait pas… Inutile de poser des questions, il continua de se laisser faire jusqu’à la fin de ces étranges examens. Et puis d’un coup, le gros monsieur se décida de lui donner un autre nom, comme ça, d’un coup !

« M-Mais, j’ai déjà un nom… » protesta le Mage Noir. « … et en plus c’est déjà un numéro… »

C’était quand même malpoli de le nommer avec un autre numéro ! Il n’ajouta rien de plus, s’étant plutôt mis à réfléchir sur pourquoi on lui avait choisi ce numéro et pas un autre… C’était le nombre de gens qu’ils avaient capturés… ? Ça en faisait beaucoup, quand même. Cet endroit était si grand pour accueillir tout ce monde ? Ou alors, certains n’avaient pas survécu à tout ce qu’ils leur faisaient là-dedans… Vingt-deux frissonna ; il ne voulait pas rester ici et finir comme ceux-là ! Il devait bien y avoir un moyen de sortir d’ici… Mais comment faire ? Il était tout le temps surveillé, et il n’avait même pas de magie pour se défendre ! Peut-être qu’en observant bien et en écoutant ce qui se disait, il allait finir par avoir une idée sur ce qu’il pourrait faire…

On fit une dernière chose à Vingt-deux – qu’il ne comprenait toujours pas, mais il allait avoir l’habitude à force – et on le laissa enfin tranquille ! Mais il n’était pas libre pour autant… Le premier homme, Orca, était revenu, et il s’était mis à discuter avec le monsieur qui s’était occupé de tout ce que venait de subir le petit mage ici… Ce dernier écouta la conversation entre les deux hommes, tandis qu’il se rhabillait comme on lui avait ordonné, à la vitesse d’un escargot pour continuer de bien se concentrer sur la discussion qui suivait son cours juste à côté. S’il pouvait dire quelque chose d’intéressant... Une information utile… N’importe quoi qui pouvait l’aider à trouver une solution pour s’échapper d’ici ! Et retrouver Joan aussi, s’il était bien là. Et Plum ? Ils l’avaient emmené, aussi ? La fuite risquerait d’être plus difficile avec eux, mais… Il était hors de question que Vingt-deux s’en aille tout seul ! S’il ne pouvait pas les sauver, alors lui ne se sauvera pas non plus !

Il avait à présent fini de s’habiller, mais n’osa rien dire pour continuer d’écouter la conversation. Il évita de faire des gestes brusques pour ne pas attirer l’attention des deux hommes, qui risqueraient de se détourner de leur discussion et de ne plus rien dire, et ça ne l’arrangerait pas, ça !

~~~~~~~~~

Choix B : Vingt-deux obéit, mais ne signale pas tout de suite qu'il s'est rhabillé, préférant écouter la conversation.


PrésentationFiche TechniqueJournal de RPs
couleur paroles : chocolate



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Captifs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Captifs
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Quête d'Ewilan / Les Mondes d'Ewilan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Fantasy War :: Zone RP :: Gaïa :: Midgar-
Sauter vers: